La langue française

Élancer

Définitions du mot « élancer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLANCER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1.
a) Vx. Lancer au loin (une chose matérielle, une émanation, etc.). Le feuillage élance une odeur; élancer un parfum. Soudain du feu captif la puissance terrible De loin élancera des globes meurtriers (Delille, «Paradis perdu », 1804, p. 231).L'air était brûlant. Le banc de pierre semblait étinceler, et la prairie élançait vers le ciel ses lutines vapeurs (Balzac, Adieu,1830, p. 41).Un Écossais, au loin, chante en son campement. Il élance un chant vif de ses pipeaux d'ébène (Noailles, Forces étern.,1920, p. 20).
b) [Le suj. désigne un inanimé vertical; le compl. d'obj. désigne une partie du suj.] Dresser. Ici, devant un groupe de vieux chênes, un svelte peuplier élançait sa palme, toujours agitée (Balzac, Enfant maudit,1831-36, p. 407):
1. Elle [Célie] s'arrêtait à chaque pas pour regarder les grandes plantes spontanées, les angéliques monumentales qui élançaient leurs ombelles dans les taillis... Sand, Mademoiselle Merquem,1868, p. 19.
2. [Le mouvement affecte une partie du corps; le compl. est un pron. pers. renvoyant à la pers. dont le corps est affecté] Causer des élancements (v. ce mot B) (à). Le doigt m'élance (Ac.). Son abcès si douloureux qui l'élançait de plus en plus (Céline, Mort à crédit,1936, p. 370).
[Construit en régime indir.] La jambe droite lui élançait, des crampes lui serraient la jambe gauche (Queffélec, Recteur,1944, p. 133).
B.− Emploi pronom. réfl. subjectif.
1. Se lancer en avant. S'élancer dehors; l'oiseau s'élance de son nid. Un moment il [le feu] jaillit sur place, et puis poussé par le vent, il s'élança de partout devant lui (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 34).C'était l'habituel spectacle (...) de baigneurs s'élançant dans la France des vagues (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 100):
2. ... vingt chauves-souris sortirent des coins et s'élancèrent en allées et venues bruissantes comme autant de salves d'éventails... Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 165.
Loc. S'élancer à la conquête, à l'assaut (de qqc.). Saladin, exploitant aussitôt sa victoire, s'élança à la conquête des principales places (Grousset, Croisades,1939, p. 245).
[Sans compl.] Et les chiens comprenaient, s'élançaient, disparaissaient en quatre bonds (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 64).Ou bien une goutte tremblait, hésitait, puis s'élançait, d'un seul jet, comme une couleuvre d'eau (Guèvremont, Survenant,1945, p. 151).
Au fig., domaine abstr.Tout aussitôt sa prière [de madame Prune] éclate, s'élance, en fausset nasillard (Loti, MmeChrys.,1887, p. 250).Elle marque le point d'où les passions absurdes s'élancent, et où le raisonnement s'arrête (Camus, Sisyphe,1942, p. 132).Il était le terrain d'entente, la base solide d'où ils pouvaient d'un commun effort s'élancer vers des recherches et des découvertes nouvelles (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 59).
2. [Le suj. désigne un inanimé qui a une certaine hauteur] Se dresser; se montrer (d'une forme haute et mince). Immédiatement au-dessus, la muraille du Matterhorn s'élance d'un jet jusqu'au ciel (Peyré, Matterhorn,1939, p. 201).Au delà de ces murs (...) régnaient de vastes jardins (...) d'où s'élançaient de très hauts arbres (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 121).D'innombrables clochers s'élançaient vers le ciel (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 265).
Prononc. et Orth. : [(s)elɑ ̃se], (je m')élance [elɑ ̃:s]. Enq. /elãs/ (il s')élance. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Prend une cédille devant a et o : je m'élançai(s), nous nous élançons. Étymol. et Hist. 1. Début xiiies. [ms. S] soi eslancier (Chr. de Troyes, Cligès, 4929 ds T.-L.); ca 1230 (Gaidon, 290 ds T.-L.); 2. fin xiiies. [ms.] « causer des élancements, palpiter » (Vie des Pères, B.N. 23111, fo93c ds Gdf. Compl. : Dont li cuers me point et eslance). Dér. de lancer*; préf. é-*. Fréq. abs. littér. : 2 783. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 516, b) 4 921; xxes. : a) 3 801, b) 2 203.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLANCER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1.
a) Vx. Lancer au loin (une chose matérielle, une émanation, etc.). Le feuillage élance une odeur; élancer un parfum. Soudain du feu captif la puissance terrible De loin élancera des globes meurtriers (Delille, «Paradis perdu », 1804, p. 231).L'air était brûlant. Le banc de pierre semblait étinceler, et la prairie élançait vers le ciel ses lutines vapeurs (Balzac, Adieu,1830, p. 41).Un Écossais, au loin, chante en son campement. Il élance un chant vif de ses pipeaux d'ébène (Noailles, Forces étern.,1920, p. 20).
b) [Le suj. désigne un inanimé vertical; le compl. d'obj. désigne une partie du suj.] Dresser. Ici, devant un groupe de vieux chênes, un svelte peuplier élançait sa palme, toujours agitée (Balzac, Enfant maudit,1831-36, p. 407):
1. Elle [Célie] s'arrêtait à chaque pas pour regarder les grandes plantes spontanées, les angéliques monumentales qui élançaient leurs ombelles dans les taillis... Sand, Mademoiselle Merquem,1868, p. 19.
2. [Le mouvement affecte une partie du corps; le compl. est un pron. pers. renvoyant à la pers. dont le corps est affecté] Causer des élancements (v. ce mot B) (à). Le doigt m'élance (Ac.). Son abcès si douloureux qui l'élançait de plus en plus (Céline, Mort à crédit,1936, p. 370).
[Construit en régime indir.] La jambe droite lui élançait, des crampes lui serraient la jambe gauche (Queffélec, Recteur,1944, p. 133).
B.− Emploi pronom. réfl. subjectif.
1. Se lancer en avant. S'élancer dehors; l'oiseau s'élance de son nid. Un moment il [le feu] jaillit sur place, et puis poussé par le vent, il s'élança de partout devant lui (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 34).C'était l'habituel spectacle (...) de baigneurs s'élançant dans la France des vagues (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 100):
2. ... vingt chauves-souris sortirent des coins et s'élancèrent en allées et venues bruissantes comme autant de salves d'éventails... Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 165.
Loc. S'élancer à la conquête, à l'assaut (de qqc.). Saladin, exploitant aussitôt sa victoire, s'élança à la conquête des principales places (Grousset, Croisades,1939, p. 245).
[Sans compl.] Et les chiens comprenaient, s'élançaient, disparaissaient en quatre bonds (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 64).Ou bien une goutte tremblait, hésitait, puis s'élançait, d'un seul jet, comme une couleuvre d'eau (Guèvremont, Survenant,1945, p. 151).
Au fig., domaine abstr.Tout aussitôt sa prière [de madame Prune] éclate, s'élance, en fausset nasillard (Loti, MmeChrys.,1887, p. 250).Elle marque le point d'où les passions absurdes s'élancent, et où le raisonnement s'arrête (Camus, Sisyphe,1942, p. 132).Il était le terrain d'entente, la base solide d'où ils pouvaient d'un commun effort s'élancer vers des recherches et des découvertes nouvelles (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 59).
2. [Le suj. désigne un inanimé qui a une certaine hauteur] Se dresser; se montrer (d'une forme haute et mince). Immédiatement au-dessus, la muraille du Matterhorn s'élance d'un jet jusqu'au ciel (Peyré, Matterhorn,1939, p. 201).Au delà de ces murs (...) régnaient de vastes jardins (...) d'où s'élançaient de très hauts arbres (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 121).D'innombrables clochers s'élançaient vers le ciel (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 265).
Prononc. et Orth. : [(s)elɑ ̃se], (je m')élance [elɑ ̃:s]. Enq. /elãs/ (il s')élance. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Prend une cédille devant a et o : je m'élançai(s), nous nous élançons. Étymol. et Hist. 1. Début xiiies. [ms. S] soi eslancier (Chr. de Troyes, Cligès, 4929 ds T.-L.); ca 1230 (Gaidon, 290 ds T.-L.); 2. fin xiiies. [ms.] « causer des élancements, palpiter » (Vie des Pères, B.N. 23111, fo93c ds Gdf. Compl. : Dont li cuers me point et eslance). Dér. de lancer*; préf. é-*. Fréq. abs. littér. : 2 783. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 516, b) 4 921; xxes. : a) 3 801, b) 2 203.

Wiktionnaire

Verbe

élancer \e.lɑ̃.se\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’élancer)

  1. Se lancer en avant avec impétuosité.
    • Quand j’atteignais un rat d’un bon coup de fouet, le ronge-maille sifflait avec fureur, hérissait tous ses poils et s’élançait avec désespoir contre le fouet lui-même, instrument de sa torture ; […]. — (Anonyme, Varia, dans Revue moderne, V.41, 1867, page 668)
    • […] il y a l’alpiniste qui, sans guide, s’élance à l’escalade d'un pic inaccessible, roide dans une crevasse et ne retrouve plus le chemin du retour, se perd dans les neiges et meurt de froid […] — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Des tours de catalogues de vente par correspondance s’élançaient vers le ciel. — (Antoine Bello, Enquête sur la disparition d’Émilie Brunet, 2010, édition Folio, 2012, p. 222)
    • (Figuré) Mon âme, dans un élan d’amour, s’élançait vers elle.
  2. Faire éprouver des élancements douloureux. Note : Transitif indirect au Québec.
    • Il ne se ressentait pratiquement plus de la blessure de son pied mais son avant-bras continuait de l'élancer. — (Pierre Bordage, Wang – I. Les portes d'Occident, « J'ai Lu », 1997, pp. 391-392)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉLANCER (S'). v. pron.
Se lancer en avant avec impétuosité. Il s'élança au travers des ennemis. Le chien s'élança sur lui. Son cheval s'était élancé. Fig., dans le langage ascétique, Mon âme s'élançait vers Dieu. Il signifie aussi Devenir de plus en plus haut en restant mince, en parlant des Personnes, des animaux, des arbres. Dans cette acception il est surtout employé au participe passé, qui est alors un véritable adjectif. Il a la taille élancée. Cette jeune femme est svelte, élancée. Cheval élancé. Arbre élancé.

ÉLANCER, intransitif, signifie Faire éprouver des élancements douloureux. Le doigt m'élance.

Littré (1872-1877)

ÉLANCER (é-lan-sé. Le c prend une cédille devant a et o : élançant, élançons)
  • 1 V. a. Lancer avec force. L'espérance et le désir nous élancent vers l'avenir. L'Afrique où le soleil plus chaud Élance ses flammes d'en haut, Garn. Porcie, III.

    Peu usité à l'actif.

  • 2 V. n. Causer des élancements. Le doigt m'élance.
  • 3S'élancer, v. réfl. Prendre son élan vers. En le voyant, il s'élança dans ses bras. Le monstre, furieux de se voir entendu… Du roc s'élance en bas, et s'écrase lui-même, Corneille, Œdipe, I, 4. Vendôme, que soutient l'orgueil de sa naissance, Au même instant dans l'onde impatient s'élance, Boileau, Épît. IV. Contre moi sur mon banc je le vois qui s'élance, Boileau, Lutrin, IV. Quand son roi lui dit : pars, il s'élance avec joie, Racine, Esth. Prol. Entrer, voler vers nous, s'élancer sur Gusman, L'attaquer, le frapper n'est pour lui qu'un moment, Voltaire, Alz. V, 2. Il court, c'était Égisthe, il s'élance aux autels, Voltaire, Mérope, V, 6. Comment avancer, comment s'élancer à travers les vagues de cette mer de feu [l'embrasement de Moscou] ? Ségur, Hist. de Napol. VIII, 7.

    Fig. L'étude de la nature force notre âme à s'élancer vers l'auteur des choses, Rousseau, Prom. III. Je m'élance après toi dans la nuit du tombeau, Chénier M. J. Gracques, II, 1. Sur celui qui s'élance Hors du rang où le ciel a placé sa naissance, Delavigne, Paria, IV, 1.

  • 4Devenir élancé. La taille de cette jeune fille s'élance.

    Terme de forestiers. S'élancer se dit des arbres qui prennent une grande élévation sans grossir proportionnellement.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ki s'umelie, moult s'eslance, Ph. Mouskes, ms. dans LACURNE.

XVIe s. …Et des croppes hautaines Les fiers torrents s'eslancent par les plaines, Du Bellay, J. IV, 11, recto. Et de son cœur la playe trop voisine En eslançant luy pince la poctrine, Du Bellay, J. IV, 26, recto. La crainte, le desir, l'esperance nous eslancent vers l'advenir, Montaigne, I, 12. Le soleil nous eslance si dru ses rayons que…, Montaigne, I, 271. Aprez s'estre asseuré des deux [chemins] et n'y avoir trouvé la trace de ce qu'il cherche, il [le chien] s'eslance dans le troisieme sans marchander, Montaigne, II, 172. Les aultres s'estudient à eslancer et guinder leur esprit ; moi, à le baisser et coucher, Montaigne, III, 279. Si je confere avecques un roide jousteur, ses imaginations eslancent les miennes, Montaigne, IV, 35. Non que ce soit pour ce qu'en s'eslanceant plusieurs ensemble, les chevaulx fendent mieulx l'air, Amyot, Pélop. 35. La mandragore assopit les sens, elle rend les hommes lasches, tristes et eslancés [sans élan], mornes et sans aucune force, Paré, XXIII, 44.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « élancer »

Dérivé de lancer et du préfixe é-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

É- pour es- préfixe, et lancer ; picard, elanché, élancé ; provenç. eslansar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « élancer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
élancer elɑ̃se

Évolution historique de l’usage du mot « élancer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « élancer »

  • Gardez les pieds sur terre, mais laissez votre coeur s’élancer aussi haut qu’il le désire. De Aiden Wilson Tozer / The Root of the Righteous
  • Retourner en arrière est une aventure aussi périlleuse que de s'élancer vers l'avenir. De Roger Fournier / Les Sirènes du Saint-Laurent
  • Mon cœur bondit lorsque je vois S’élancer un arc-en-ciel : Ainsi était-ce au début de ma vie. De William Wordsworth / Poèmes, 2001
  • De n'importe où on peut s'élancer vers le ciel. De Sénèque
  • Le mieux pour réussir ce challenge, c’est de s’élancer dès maintenant. Alors, le télésiège des Sources commencera son manège dès samedi à 9 h 45. "Jusqu’à maintenant, en période estivale, il était surtout utilisé par les vététistes de descente qui seront toujours les bienvenus, indique le directeur. Mais nous allons inviter les promeneurs à rejoindre le site de Fagebelle en empruntant le télésiège. À l’arrivée, il leur restera un quart d’heure de descente à pied pour profiter du cadre verdoyant des rives de l’étang." ladepeche.fr, Montferrier. La montagne accessible à tous depuis les Monts d’Olmes - ladepeche.fr
  • Alors, avant de s’élancer ce jeudi 18 juin à 6 heures du matin, le jeune homme a patiemment observé le cours d’eau : ses réactions à marée montante, descendante, puis à l’étale, moment entre deux marées où le courant est nul.  , Bordeaux : il s'élance en salto arrière depuis le Pont Chaban-Delmas "je ne veux pas être un modèle !" | Actu Bordeaux
  • En mal de course, Ian Lipinski, vainqueur de la Transat Jacques Vabre avec Adrien Hardy en novembre dernier, a imaginé tenter de battre le record du tour des Îles britanniques en Class40 : 8 jours 4 h 14’49’’. Depuis plusieurs jours, le plus lorientais des Parisiens et son équipe surveillaient les évolutions du train de la dépression balayant par l’ouest la France et le Royaume-Uni. Et mercredi, « Crédit Mutuel » a quitté Lorient et pris position au large du cap Lizard, à la pointe sud de l’Angleterre, en attendant le meilleur moment pour s’élancer. Ce jeudi matin, ce fut le cap. Le Telegramme, Voile. Record du tour des Îles britanniques : top départ pour Ian Lipinski ! - Voile - Le Télégramme
  • Ex-médecin des équipes de France au pôle de Prémanon (Il avait tenu ce rôle lors des J.O. de Vancouver, en 2010), installé professionnellement aux Rousses, Thomas Lacroix avait prévu de rejoindre un de ses amis, entraîneur de saut à ski qui officie désormais côté suisse depuis plusieurs années. Et de rechausser les skis de saut, puisque telle avait été sa discipline de prédilection quelques années plus tôt encore. Lorsqu’est venu son tour de s’élancer, avec tenue réglementaire, rien ne laissait présager de la suite. , Sport franc-comtois | Un médecin jurassien entre la vie et la mort après un accident de saut à ski

Traductions du mot « élancer »

Langue Traduction
Anglais thrust
Espagnol empuje
Italien spinta
Allemand schub
Chinois 推力
Arabe دفع
Portugais impulso
Russe осевая нагрузка
Japonais 突き上げる
Basque bultzada
Corse spinta
Source : Google Translate API

Synonymes de « élancer »

Source : synonymes de élancer sur lebonsynonyme.fr

Élancer

Retour au sommaire ➦

Partager