Égorgeur : définition de égorgeur, égorgeuse


Égorgeur, égorgeuse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉGORGEUR, EUSE, subst.

A.− Personne qui tue des animaux ou des êtres humains en leur tranchant la gorge ou de façon sanglante, sauvage. On nomma cette princesse Morgane la Rouge, et elle fut une fameuse prostituée et une terrible égorgeuse d'hommes (Schwob, Monelle,1894, p. 100).La vieille avec son fusil, son imperméable et ses bottes (...) c'est qu'elle sent le carnier, l'égorgeuse! (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1367):
1. Tout à l'heure, mes deux égorgeurs, bien persuadés que j'emporterais le secret dans la tombe, m'en ont fait la confidence. Aymé, La Tête des autres,1952, p. 193.
En partic. (le plus souvent au plur.). Assassins qui, par fanatisme, massacrent leurs ennemis politiques ou religieux. L'auteur prenait le parti des égorgeurs catholiques contre les victimes calvinistes (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 497).Tueurs de la Saint-Barthélemy, égorgeurs de Septembre, massacreurs d'Avignon, assassins de Coligny (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 271).
Emploi adj. Les plus égorgeurs, hélas! c'étaient tes fils, Les rois, oints du saint chrême aux pieds du Crucifix (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 339).
B.− Au fig., vieilli
1. Commerçant ou homme d'affaires sans scrupules, qui vole ses clients ou élimine ses concurrents de façon impitoyable et par des opérations malhonnêtes. Seriez-vous venu demander quelques services à ces Arabes, dit Du Tillet, ces égorgeurs du commerce (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 277).Ces Michel-Lévy, les plus grands égorgeurs, les plus féroces usuriers de la littérature! (Goncourt, Journal,1892, p. 195):
2. David offrait trois cents francs la pièce. Wendiével, de fureur, faillit l'étrangler. Il l'appelait voleur, juif, égorgeur. Van Der Meersch, Invasion 14,1935, p. 150.
Emploi adj. Une enveloppe de politesse (...) où le marchand égorgeur ne se révèle que par un certain frémissement de poils roux dans les narines (Goncourt, Journal,1875, p. 1055).
P. ext. Voleur à la tire, vide-gousset. Cet égorgeur de poche et dégraisseur de bourse (Richepin, Chans. gueux,1876, p. 140).
2. Personne qui anéantit une institution en usant de la violence. Quelle force pouvait avoir pour sauver une république Oudinot, égorgeur d'une république (Hugo, Hist. crime,1877, p. 91).
Prononc. : [egɔ ʀ ʒ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. Étymol. et Hist. xvies. cousteaux égorgeurs (R. et A. D'Aigneaux ds Delb. Rec. ds DG); 1606 esgorgeur subst. (Crespin, 2epart., p. 162); 1837 fig. ces égorgeurs du commerce (Balzac, loc. cit,), Dér. du rad. de égorger*; suff. -eur2*, -euse*. Fréq. abs. littér. Égorgeur : 36. Égorgeuse : 2.

Égorgeur, égorgeuse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉGORGEUR, EUSE, subst.

A.− Personne qui tue des animaux ou des êtres humains en leur tranchant la gorge ou de façon sanglante, sauvage. On nomma cette princesse Morgane la Rouge, et elle fut une fameuse prostituée et une terrible égorgeuse d'hommes (Schwob, Monelle,1894, p. 100).La vieille avec son fusil, son imperméable et ses bottes (...) c'est qu'elle sent le carnier, l'égorgeuse! (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1367):
1. Tout à l'heure, mes deux égorgeurs, bien persuadés que j'emporterais le secret dans la tombe, m'en ont fait la confidence. Aymé, La Tête des autres,1952, p. 193.
En partic. (le plus souvent au plur.). Assassins qui, par fanatisme, massacrent leurs ennemis politiques ou religieux. L'auteur prenait le parti des égorgeurs catholiques contre les victimes calvinistes (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 497).Tueurs de la Saint-Barthélemy, égorgeurs de Septembre, massacreurs d'Avignon, assassins de Coligny (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 271).
Emploi adj. Les plus égorgeurs, hélas! c'étaient tes fils, Les rois, oints du saint chrême aux pieds du Crucifix (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 339).
B.− Au fig., vieilli
1. Commerçant ou homme d'affaires sans scrupules, qui vole ses clients ou élimine ses concurrents de façon impitoyable et par des opérations malhonnêtes. Seriez-vous venu demander quelques services à ces Arabes, dit Du Tillet, ces égorgeurs du commerce (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 277).Ces Michel-Lévy, les plus grands égorgeurs, les plus féroces usuriers de la littérature! (Goncourt, Journal,1892, p. 195):
2. David offrait trois cents francs la pièce. Wendiével, de fureur, faillit l'étrangler. Il l'appelait voleur, juif, égorgeur. Van Der Meersch, Invasion 14,1935, p. 150.
Emploi adj. Une enveloppe de politesse (...) où le marchand égorgeur ne se révèle que par un certain frémissement de poils roux dans les narines (Goncourt, Journal,1875, p. 1055).
P. ext. Voleur à la tire, vide-gousset. Cet égorgeur de poche et dégraisseur de bourse (Richepin, Chans. gueux,1876, p. 140).
2. Personne qui anéantit une institution en usant de la violence. Quelle force pouvait avoir pour sauver une république Oudinot, égorgeur d'une république (Hugo, Hist. crime,1877, p. 91).
Prononc. : [egɔ ʀ ʒ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. Étymol. et Hist. xvies. cousteaux égorgeurs (R. et A. D'Aigneaux ds Delb. Rec. ds DG); 1606 esgorgeur subst. (Crespin, 2epart., p. 162); 1837 fig. ces égorgeurs du commerce (Balzac, loc. cit,), Dér. du rad. de égorger*; suff. -eur2*, -euse*. Fréq. abs. littér. Égorgeur : 36. Égorgeuse : 2.

Égorgeur, égorgeuse : définition du Wiktionnaire

Nom commun

égorgeur \e.ɡɔʁ.ʒœʁ\ masculin (pour une femme on dit : égorgeuse)

  1. Celui qui égorge d’autres personnes ou des animaux.
    • Mais, dit Coconnas, tout ce monde sur pied pour aller tuer un vieux huguenot ! Mordi ! c’est honteux ! c’est une affaire d’égorgeurs et non de soldats ! — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VII)
    • « L’une des campagnes aériennes les plus précises de l’histoire militaire ». C’est par cette jolie phrase que la coalition internationale — dont la France fait partie — qualifie la guerre menée en Syrie et en Irak contre les égorgeurs de Daech (« Libération », 18/11). — (Sorj Chalandon, Une guerre très civile, Le Canard enchaîné, 29 novembre 2017, page 8.)

Nom commun

égorgeuse \e.ɡɔʁ.ʒøz\ féminin (pour un homme on dit : égorgeur)

  1. Celle qui égorge d’autres personnes ou des animaux.
    • Il y eut un moment où mes pulsions d’égorgeuse montèrent sous ma peau en lourds effluves orange. — (Hortense Dufour, L’écureuil dans la roue, Grasset, 1981)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Égorgeur, égorgeuse : définition du Littré (1872-1877)

ÉGORGEUR (é-gor-jeur, jeû-z') s. m.
  • Celui, celle qui égorge.

    Au plur. Assassins qui massacrent publiquement un grand nombre de victimes par animosité politique ou religieuse. Les égorgeurs de la Saint-Barthélemy.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « égorgeur »

Étymologie de égorgeur - Wiktionnaire

 Dérivé de égorger avec le suffixe -eur
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « égorgeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
égorgeur egɔrʒœr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « égorgeur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « égorgeur »

  • Documentée par plusieurs expertises sur l’état mental de la « Médée de Coutance », l’instruction mène en juin 1886 au procès mémorable de la mère égorgeuse qui a rédigé une Autobiographie. Défenseur de l’accusée, le ténor humaniste du barreau Adrien Lachenal plaide l’aliénation mélancolique et le « suicide élargi ». Le verdict négatif du jury conduit au placement administratif à l’asile des aliénés. En 1894, après avoir obtenu un nouvel examen mental, Jeanne Lombardi en sort guérie et regagne Sérif en Algérie. , M. Porret, Le sang des Lilas
  • De Londres à Paris en passant par Berlin, la mère égorgeuse de l’étroite ville de Genève fascine. Elle incarne, comme l’explique Michel Porret, «tout ce qu’une femme ne doit pas être». Nous sommes à l’aube du XXe siècle, en plein essor de l’aliénisme positiviste. «Des institutions asilaires fleurissent un peu partout en Europe. La folie se transforme en maladie qu’il est désormais possible de soigner. Le fou devient un sujet de connaissance, un sujet de droit et les experts psychiatres se font de plus en plus présents dans les cours d’assises.» Le Temps, La tragique histoire de la «Médée de Coutance» - Le Temps
  • Camus fut-il un homme à femmes, un don Juan à rallonge, un simple cavaleur, un collectionneur impénitent, bref un séducteur ? Dans Le premier homme, manuscrit trouvé à sa mort, Albert Camus alias Jacques Cormery part à la recherche de son père mort en 1914. C'est sur les femmes qu'il tombe. La première, c'est la grand-mère au corps massif, au visage hommasse, coiffée d'un chignon austère, autoritaire, égorgeuse de poules, dressant Albert et son frère au martinet. Puis Camus dresse l'icône de sa mère, Catherine née Sintès. Dès les premières pages, il met en scène sa propre naissance dérisoire. L'accouchement, dans le dénuement, de sa mère. Camus l'aime à la folie d'autant que cette femme sait dès le début que les jeux sont faits. Belle, un petit nez droit qu'on retrouvera plus tard chez les maîtresses de son fils. Absente au monde, elle a le regard bon et résigné. Presque sourde et illettrée, elle a la parole difficile. Drapée dans une éternelle blouse grise ou noire, elle montre un visage avenant. Camus décrit cette femme de ménage, courbée sur son baquet et ses parquets. A-t-elle ployé sous la pauvreté ? Pire, elle est née pauvre. Mektoub ! C'est écrit et depuis longtemps. Et Camus de décrire toute la famille : "Oh ! Oui, c'était ainsi, la vie de cet enfant avait été ainsi dans l'île pauvre du quartier, liée par la nécessité toute nue, au milieu d'une famille infirme et ignorante...", écrit-il dans Le premier homme.  LExpress.fr, Les femmes d'Albert Camus - L'Express
  • Il n’y a pas à dire, sur les photos de Paolo Roversi et sur votre cousine, le rouge à lèvres noir crée un sacré effet. Comment se fait-il que sur vous, ce même rouge à lèvres noir vous donne l’air d’une égorgeuse de poulet adoratrice de la lune ? C’est sans doute que vous n’adaptez pas le reste de votre maquillage à vos lèvres. Le rouge à lèvres très sombre ne se met pas avec n’importe quoi. Voici trois manières de le porter. LCI, 3 idées de maquillages avec un rouge à lèvres sombre | LCI
  • Terrifiée ! Avant de rejoindre l’équipe de la série d’épouvante « American Horror Story », Lady Gaga souffrait d’un trac tel qu’elle en a vomi dans sa Rolls-Royce. Arrivée sur le tournage, elle a offert son petit sac vomitoire au co-créateur de la série Ryan Murphy… Cette saison 5 se déroule dans un hôtel Art déco de Los Angeles, hanté par une sympathique drag-queen nommée Liz Taylor et par un démon armé d’une perceuse-sex-toy. « Why are we not having sex right now ? », lit-on écrit en néon dans certaines chambres. Et le propriétaire de ce havre d’amour et d’horreur, c’est la Comtesse (Lady Gaga), un vampire femelle, amatrice de littérature, de turban, mais surtout de sang. La diva égorgeuse a un joli toy boy héroïnomane (Matt Bomer) et sa scène d’amour lesbienne avec Angela Bassett a déjà fait le tour du Net. Dans le casting de ce show sexy et grand-guignolesque, il ne manque que Derek Zoolander.« American Horror Story : Hotel », le samedi à 20 h 45, Ciné+ Frisson , « American Horror Story : Hotel » : Lady Gaga va-t-elle vous empêcher de dormir ? - Elle
  • Elucubrations sur l’identité de l’acheteur masqué du tableau du Caravage retrouvé à Toulouse et sur les incarnations possibles de l’égorgeuse et de l’adversaire saigné à blanc. Libération.fr, «Sea-Watch 3» : l'Antigone de Kiel - Libération
  • L’occasion de croiser la route du « charmant » Arnaud Julia, égorgeur de cochon de son état, mais aussi tueur dépeceur au sang chaud, et de se dire finalement que la chronique judiciaire de l’Ancien Régime n’était pas si différente de la nôtre. , Toulouse : Ces meurtres ont eu lieu près de chez vous (il y a longtemps)
  • Faut-il continuer à se taire ? Quand la lame de l’égorgeur est à notre cou, faut-il mourir en silence ? Ne peut-on pas leur dire à tous d’aller se faire voir ? Ne peut-on pas dire à l’un – que Dieu lui accorde encore de nombreux jours noirs – que pas un père ne voit ses enfants mourir de faim sans se révolter? Ne peut-on pas lui dire qu’un père sourd aux cris de ses enfants est un mauvais père et est-il interdit par la loi de lui dire que pas un de ses enfants ne retiendra de son règne un seul souvenir heureux? Ne peut-on pas dire au gendre du peuple – que Dieu lui accorde encore de nombreuses déceptions – que nul ne peut se prévaloir des intérêts des chrétiens? Que ces chrétiens ne se sentent nullement brimés et opprimés et que leur appartenance à cette terre est étroitement liée à celle de leurs frères musulmans? Qu’il est fini le temps où le Libanais se définissait par sa religion et qu’il est temps qu’il se définisse par sa citoyenneté? Ne peut-on pas dire au fils de son père qu’il est trop tard pour porter et assumer son costume avec fierté car clamer la modération et le vivre-ensemble en rasant les murs et en s’excusant presque est plus néfaste que clamer la discorde? Ne peut-on lui dire qu’il est permis aussi à un fils de dire de son père qu’il a fauté ? Ne peut-on pas dire à la myrtille des opprimés que les chiites du Liban appartiennent à cette terre avec leurs frères et non contre eux? Que le slogan chiaa chiaa chiaa qu’il leur demande d’agiter en épouvantail à la face des autres est un slogan creux et dévoyé, un slogan éructé par des jeunes maintenus dans la pauvreté et l’ignorance parce que les éduquer c’est les ouvrir au monde et donc les perdre? Ne peut-on pas dire à l’autorité suprême de la banlieue que le Libanais n’est pas l’Iranien, qu’il ne pourra sévir sur cette rive-là parce que la Méditerranée nous a bercés et ouverts aux peuples du monde entier, et que ses vagues sont plus propices à la liberté que les flots de la Caspienne ? Que le Libanais, qu’il porte l’étendard de la résistance à Maroun el-Rass ou à Achrafieh, n’ira pas mourir au Yémen, en Syrie, en Libye ou ailleurs pour les yeux de dictateurs corrompus et vénaux? Que le Libanais ne perdra pas son pays car à quoi sert d’aller prier à Jérusalem si il n’y a plus pierre sur pierre pour prier au Liban? Que le Libanais ne regardera pas mourir ses enfants de faim pour les beaux yeux d’un Bachar el-Assad sur la fin? Ne peut-on pas dire à l’ermite du Kesrouan, au seigneur de la Montagne, aux seigneurs du Metn et du Nord, à tous… que nous sommes reconnaissants de leurs faits d’armes et de leurs actes de bravoure, que nous leur en voulons pour leurs crimes et larcins mais la guerre étant ce qu’elle est, c’est-à-dire sale et avilissante, nous sommes bien obligés de fermer les yeux, mais que ça nous ferait du bien de les entendre reconnaître leurs erreurs et demander pardon si possible (cela s’appelle la confession, ouvre le chemin au pardon et permet la construction d’une mémoire commune)? En gros, cela a les mêmes vertus que de la Javel. Ne peut-on pas leur dire avant de mourir de faim ou sacrifiés à l’autel des intérêts régionaux et internationaux que nous les haïssons tous, un par un et ensemble, pour nous avoir sacrifiés à leurs poches bien plus qu’à un idéal ? Que nous voulons qu’ils s’en aillent, qu’ils prennent les millions qu’ils nous ont volés puisque c’est la seule chose qui semble les intéresser et qu’ils nous laissent à notre sort? Qu’ils nous laissent vivre sans eux et entre nous car nous sommes sûrs de nous en sortir. Et qu’ils aillent végéter et mourir ailleurs car sous nos cieux nos malédictions les poursuivront eux et leurs descendances. L'Orient-Le Jour, Les saigneurs des agneaux - L'Orient-Le Jour
  • Il avait presque 50 ans. Il s’appelait Abdelmalek Droukdal, c’était un égorgeur, un preneur d’otage, un terroriste avec un CV long comme le bras. Dans ce métier où l’on ne vit pas très vieux, il pouvait se vanter d’avoir 30 ans d'expérience. RMC, « Expliquez-nous »: qui était le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique tué par les forces françaises?
  • D’une extrême gravité, les faits ont choqué tout le quartier. Voire, bien au-delà. L'égorgeur présumé a été arrêté, mis en examen et incarcéré ce dimanche soir. ladepeche.fr, Toulouse : l'égorgeur présumé de la mère de famille a été incarcéré - ladepeche.fr
  • Et d’illustrer son propos avec l’affaire du quadragénaire égorgeur de Vandœuvre : « Lorsqu’on m’a appelé un beau jour d’août 2016 pour me dire qu’il y avait quelqu’un qui ne parlait pas français, qui avait fait quelque chose de grave, qui était noyé dans ses larmes et qui avait besoin d’un avocat, je n’ai pas réfléchi : je suis arrivée tout de suite. Sans me demander si je serais payée. Demain, ce ne sera plus possible ». , Edition Nancy et agglomération | Le procès du mari égorgeur reporté pour cause de grève

Traductions du mot « égorgeur »

Langue Traduction
Corse assassinu
Basque hiltzaile
Japonais 殺人者
Russe убийца
Portugais assassino
Arabe قاتل
Chinois 凶手
Allemand mörder
Italien assassino
Espagnol asesino
Anglais murderer
Source : Google Translate API

Synonymes de « égorgeur »

Source : synonymes de égorgeur sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires