La langue française

Écœurement

Définitions du mot « écœurement »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCŒUREMENT, subst. masc.

Action ou fait d'écœurer ou de s'écœurer; résultat de cette action.
A.− [P. réf. à cœur I A 2 a, b]
1. Malaise physique causé par un abus de nourriture, une odeur désagréable, l'aspect répulsif de quelque chose. (Quasi-)synon. dégoût, haut-le-cœur.Ceux qui fument et qui, malades d'écœurement, jurent de ne plus recommencer et recommencent jusqu'à ce que l'estomac consente à se laisser dompter (Huysmans, Marthe,1876, p. 27).La nausée est une impression pénible d'écœurement (QuilletMéd.1965) :
... elles se brûlaient la langue en goûtant trop tôt le sucre fondu, et cela finissait par un peu d'écœurement, quand on avait bien raclé le fond des casseroles. Chardonne, L'Épithalame,1921, p. 10.
2. Au fig. Aversion, mépris provoqué par un acte, un aspect du comportement odieux. (Quasi-)synon. indignation, révolte.L'écœurement que la lâcheté publique me causait s'apaise (Flaub., Corresp.,1867, p. 299).Il entra, malgré son écœurement d'artiste pour tout ce zinc peinturluré en bronze, tout ce joli affreux et menteur de l'imitation (Zola, Œuvre,1886, p. 65).
B.− [P. réf. à cœur II C 1] Manque d'énergie; perte du goût de la vie. (Quasi-)synon. abattement, découragement, lassitude.Il n'y a plus qu'une chose qui me sorte de mon écœurement de la vie et qui m'y fait reprendre un peu d'intérêt : c'est la première épreuve d'un livre nouveau (Goncourt, Journal,1887, p. 634).Si je ne faisais pas ce qu'il faut que je fasse, je mourrais d'ennui, d'écœurement (Renard, Journal,1904, p. 899).
Rem. On rencontre ds la docum. le synon. rare écœurance, subst. fém. Les pèlerins devaient épuiser les plaisirs possibles (...) et c'était là pour lui l'indifférent une triste écœurante (Péladan, Vice supr., 1884, p. 215).
Prononc. et Orth. : [ekœ ʀmɑ ̃]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1870 (Lar. 19e). Dér. du rad. de écœurer*; suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 120.

Wiktionnaire

Nom commun

écœurement \e.kœʁ.mɑ̃\ masculin

  1. Fait d’être écœuré.
    • D’écœurement, de dégoût et d’indigestion, Tintin vomit tripes et boyaux et faillit en crever pendant la nuit. — (Louis Pergaud, La Traque aux nids, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je ne dirai pas tout ce que l'on réserve d'écœurement aux pauvres consultants que l'on parque dans des salles d'attente [aux consultations gratuites des hôpitaux], — (le Progrès médical, 16 décembre 1876, page 882 — cité par Littré)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCŒUREMENT. n. m.
Le fait d'être écœuré. Il s'emploie surtout au sens figuré. On est pris, saisi d'écœurement devant pareil spectacle.

Littré (1872-1877)

ÉCŒUREMENT (é-keu-re-man) s. m.
  • État de celui qui est écœuré. Je ne dirai pas tout ce que l'on réserve d'écœurement aux pauvres consultants que l'on parque dans des salles d'attente [aux consultations gratuites des hôpitaux], le Progrès médical, 16 déc. 1876, p. 882.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écœurement »

(Siècle à préciser) Dérivé de écœurer avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « écœurement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écœurement

Évolution historique de l’usage du mot « écœurement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « écœurement »

  • «Après avoir fait le maximum pendant le confinement/déconfinement pour proposer un contenu à la hauteur de nos titres, alors que nous sommes éloignés les uns des autres, nous avons découvert avec stupeur, colère et écœurement les sacrifices imposés par le projet d’accord de performance collective», poursuit le courrier. Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net, Coronavirus | «Colère et écœurement»: les salariés de L’Equipe refusent de négocier des baisses de salaires et de RTT
  • « C’est l’écœurement de toute une profession qui a tenu à bout de bras la République pendant des mois et des mois. » François Le Texier, secrétaire départemental Unité SGP Police FO dans le Morbihan fait part de la colère des policiers après les propos du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, lundi 8 juin : , Morbihan : "l’écœurement" des policiers après les propos de Christophe Castaner | Actu Morbihan
  • Les consciences, les idées, les représentations bougent : ces mouvements sont à analyser avec sérieux car des conclusions politiques doivent en être tirées. EÉLV avait réalisé un bon score aux européennes l’an passé, 13,5%. Transformer l’essai n’était pas gagné d’avance. Dans le contexte d’écœurement démocratique, de la crise du Covid-19 dont l’origine écologique est perçue très largement, les espoirs des militantEs d’EÉLV sont même dépassés. , « Vague verte » : forte, ambiguë mais propice au débat | NPA

Traductions du mot « écœurement »

Langue Traduction
Anglais disgust
Espagnol asco
Italien disgusto
Allemand der ekel
Chinois 厌恶
Arabe الاشمئزاز
Portugais desgosto
Russe отвращение
Japonais 嫌悪
Basque nazka
Corse disgrazia
Source : Google Translate API

Antonymes de « écœurement »

Écœurement

Retour au sommaire ➦

Partager