La langue française

Craie

Sommaire

  • Définitions du mot craie
  • Étymologie de « craie »
  • Phonétique de « craie »
  • Évolution historique de l’usage du mot « craie »
  • Citations contenant le mot « craie »
  • Images d'illustration du mot « craie »
  • Traductions du mot « craie »
  • Synonymes de « craie »

Définitions du mot « craie »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRAIE, subst. fém.

A.− Le plus souvent au sing.
1. Roche calcaire, tendre, poreuse, généralement blanchâtre, correspondant à une formation géologique, le crétacé*. Plages, collines, coteaux, falaises de craie. [La craie] contient différentes impuretés qui permettent de distinguer des craies à silex, craies marneuses, craie glauconieuse, (...), la craie tuffeau ou micacée (George1970) :
1. Les colossales pointes de craie qui sortent de l'océan comme les clochers d'une prestigieuse cathédrale engloutie. Hugo, Actes et paroles,3, 1876, p. 24.
SYNT. Craie phosphatée; carrière à craie, de craie; nappes ou conglomérats de craie; bancs horizontaux de craie noduleuse ou durcie; escarpements ou soubassements de craie; les fonds, les ravins de craie des fleuves; grottes et caves champenoises creusées dans la craie.
P. compar. ou p. métaph.
a) [P. rapp. à la couleur] Des flots d'écume blanche comme de la craie; un ciel blanc comme craie. Le printemps avait écrasé de la craie d'or sur les collines (Giono, Bonheur fou,1957, p. 244).
De craie (blanc, pâle, etc.). Comme de la craie. Des yeux, un visage, des joues de craie; pâleur de craie; un blanc de craie sur un ciel noir; l'aube de craie. Les lourdes draperies de brumes de craie (Giono, Hussard,1951, p. 56).
b) [P. rapp. à la consistance] Un fromage aussi dur que de la craie. Dans vos membres mous (...) aux os friables comme la craie la plus trouée de coquillages (Butor, Passage Milan,1954, p. 214).
2. P. méton.
a) Sol (pauvre) formé par cette roche. Un sentier taillé dans la craie; les portions infertiles de la craie champenoise; les tristes craies de la Champagne; route de craie.
b) Matériau de construction de nature calcaire. Des villes de craie et de bois. Une bâtisse (...) d'une craie toute neuve et trop pure (Valéry, Variété II,1929, p. 12).
c) Couleur blanchâtre du calcaire. Des ocres et des craies :
2. Les couleurs qui lui sont chères [à Puvis de Chavannes] imitent (...) le charme délicat d'une fresque florentine, comme si aux rouges et aux bleus se mêlait la craie de la muraille. L. Hourticq, Hist. gén. de l'Art,La France, 1914, p. 422.
d) Bâton pour écrire (cf. infra B).
3. Emplois spéc.
a) [Craie + adj. ou subst. introduit par la prép. à ou de, désignant une spécialité] Craie des tailleurs, des charpentiers. Cire et poudre mélangées servant à marquer sur une étoffe ou sur le bois. Craie de billard, dont on frotte la queue de billard.
b) CHIM. Blancs de craie. Sous-carbonates de chaux, utilisés dans la peinture à la détrempe; également vendus comme produits d'entretien sous le nom de blanc de Meudon, de Paris (vx), blanc d'Espagne.
B.− P. méton., au sing. ou au plur., usuel. Bâton de craie utilisé pour écrire. Des craies de différentes couleurs; écrire avec une craie, à la craie; dessins de craie.
SYNT. Le petit écolier déposant sa craie et le chiffon pour effacer; faire grincer sa craie sur le tableau; un cercle, des lignes, des chiffres, des ronds, des carrés, des graffitis tracés à la craie; dessiner une silhouette à la craie; tracer des signes, une marque, une inscription à la craie sur des tonneaux, sur le pavé.
P. métaph. La lune à pas de loup vient aux portes, écoute, et laisse un signe hébreu à la craie écrit (Cocteau, Poèmes,1923, p. 209):
3. La Grèce, petite et sacrée, Son profil aux chiffres pareil, Entièrement à la craie Sur le tableau noir du ciel. Cocteau, Essai de critique indirecte,1932, p. 251.
Arg. et pop., vx, COMM. Synon. de addition (v. ce mot A), note, compte.Garçon! La craie! (Rigaud, Dict. arg. mod.,1881, p. 141).
Prononc. et Orth. : [kʀ ε]. Enq. : /kʀe, D/. Ds Ac. 1694-1932 (Ac. 1694 et 1718 : craye). Homon. crêt. Étymol. et Hist. xies. creide (Raschi Blondh., 269, p. 34); ca 1175 croie (Chr. de Troie, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 1387). Du lat. class. creta désignant la craie ou des argiles blanches. Fréq. abs. littér. : 306. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 189, b) 452; xxes. : a) 558, b) 561.
DÉR.
Crayère, subst. fém.Galerie creusée pour l'extraction de la craie à chaux. Spéc. [En Champagne] Cette galerie utilisée comme cave à vin pour le champagne. Ils roulaient des tonneaux. Des capots vitrés couvraient l'orifice ancien des crayères humides occupées par trois cents hommes au travail sur le vin du maître (Hamp, 1909, p. 178). [kʀ εjε:ʀ]. 1resattest. début xives. craiere (Liber ruber ab an. 1290 ad an. 1336, fo227 rocol. 1, Chambre des comptes de Paris ds Du Cange, s.v. craeria « droit d'extraction de la craie »); 1547 croyère (Trad. Vitruve, 111bd'apr. Vaganay ds Z. rom. Philol. t. 28, p. 593); 1832 crayère (Hugo, N.-D. Paris, p. 251); de craie, suff. -ière*. Fréq. abs. littér. : 8.
BBG. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 284.

Wiktionnaire

Nom commun

craie \kʁɛ\ féminin

  1. (Pétrographie) Roche sédimentaire de couleur blanche, constituée essentiellement de carbonate de calcium provenant des coquilles de microorganismes vivant au crétacé.
    • La poussière de craie donnait soif et cet automne était chaud. Je me souviens d’avoir bu un jour peut-être dix quarts de bouillon brûlant pris à la cuisine roulante. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, p. 111)
    • Le passage du crétacé inférieur à la craie se voit bien quand on traverse le Vallage, de Vouziers à Tourcelles-Chaumont par exemple. — (Charles Hyacinthe Chenet, Le Sol et les populations de la Lorraine et des Ardennes, H. Champion, 1916, p. 43)
    • Les phosphates arénacés, ou sables phosphatés, se rencontrent dans des poches à la partie supérieure de la craie à bélemnites, sur la limite des départements de la Somme et du Pas-de-Calais. — (Charles-Victor Garola, Engrais : Les matières fertilisantes, J.-B. Baillière & fils, Paris, 1925, 7e éd., p. 265)
    • Par conséquent, le substratum (horizon C des pédologues) n'est pas la craie, sauf dans les rendzines blanches, qui sont l'exception. — (Joseph Garnotel, L'ascension d'une grande agriculture: Champagne pouilleuse, Champagne crayeuse, éditions Economica, 1985, p. 26)
  2. (Éducation) Morceau de calcaire taillé en bâtonnet et utilisé pour écrire sur un tableau noir.
    • Pàtsa s'avance en traînant les pieds, prend la craie et commence, laborieusement, à tracer : « Il n'ai pas a l'école passe qu'il a la pécole. »
      Éclat de rire général dans la classe. Le maître a du mal à retenir un sourire.
      — (Robert Dagany, La Muette d'Arenc: Marseille 1950, Le Fioupélan éditions, 2011, chap. 45)
    • Par le terme « crayon », nous désignons tous les instruments graphiques : feutre, crayon de papier, crayon de couleur, pastel, pinceau, craie, etc. — (Agnès Daubricourt, Jeux d'éveil à l'écriture, Éditions Eyrolles, 2011, p. 97)
  3. (Billard) Cube bleu que l’on applique sur le procédé de la queue afin d’éviter les frottements.
    • La limite de la distance a du centre où l'on puisse frapper la bille avec une queue garnie et bien frottée de craie, est au plus de 0,70 R, si le coup est bien assuré , sans vitesse transversale. — (Gaspard-Gustave Coriolis, Théorie mathématique des effets du jeu de billard, Paris : chez Carilian-Goeury, 1835, p. 11)
    • C'est à ça qu'on reconnaît, n'importe où, les mauvais joueurs : ils passent leur temps à dire « Ah, merde ! », à passer de la craie sur leur queue de billard, et à secouer la tête quand ils tirent – et ça n'est pas la craie qui va rectifier le tir. — (Norman Maclean, Montana, 1919, traduit de l'américain par Marie-Claire Pasquier, Éditions Payot & Rivages, 2017)
  4. (Lorraine) (Vieilli) Petite blancheur qui apparaît sur la peau de certains fruits (mirabelle, quetsche, raisin, etc.).

Forme de verbe

craie \kʁɛ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de crayer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de crayer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de crayer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de crayer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de crayer.

Note :

On utilise aussi la forme alternative craye.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRAIE. n. f.
Carbonate de chaux friable généralement blanc, que l'on trouve dans le sol en couches plus ou moins épaisses, surtout en Champagne et sur les côtes de la Manche. Il se dit souvent aussi d'un Bâton fait de ce carbonate et qui sert à tracer des lignes sur une surface noire. Un morceau de craie. Marquer avec de la craie. Tracer avec de la craie. Écrire au tableau avec de la craie. Marquer à la craie les logis que les soldats doivent occuper.

Littré (1872-1877)

CRAIE (krê) s. f.
  • 1Carbonate de chaux amorphe qu'on trouve dans le sein de la terre, où il forme des bancs plus ou moins épais. Les fonds de craie [dans les fleuves] résistent plus que ceux de sable ou de limon, Fontenelle, Guglielmini. La craie que l'on croyait si moderne se trouve ainsi bien reculée dans les siècles de l'avant-dernier âge, Cuvier, Révol. p. 285. Fuis de ce tuf ingrat la rudesse indocile, Et le fonds plein de craie où gît l'affreux reptile, Delille, Géorg. II.

    Craie coulante, chaux carbonatée pulvérulente, rendue fluide par l'eau.

    Crayon de craie, ou, simplement, craie, petit morceau de craie taillé en crayon et avec lequel on écrit sur un tableau noir, ou sur tout autre fond qui n'est pas blanc. Tracer à la craie.

    Craie de Briançon, nom impropre donné à la variété écailleuse de la stéatite (talc), qui est un silicate de magnésie et dont les tailleurs se servent pour tracer leurs lignes.

  • 2 Absolument. Marque que le maréchal-des-logis faisait sur la porte des maisons où les personnes suivant la cour en voyage devaient loger. Loger à la craie. Cette maison est exempte de la craie.

    Cet usage est complétement aboli.

  • 3 Terme de fauconnerie. Maladie des oiseaux de proie, dite aussi pierre.

HISTORIQUE

XIIIe s. Car ele ert [était] aussi blanche comme croie qu'on houe, Berte, XXXIII. Terre à potier, ne nule autre maniere de terre, ne croie, ne doivent rien de chaucie, Liv. des mét. 277. Là prent Diex son repast, son confort et sa joie ; Trestout le remanant ne prise ung trait de croie, J. de Meung, Test. 1496.

XVe s. Dix muys de vin blanc comme croye, Villon, Petit testam.

XVIe s. Or ne trouverent ilz point là, sur l'heure, de croye ou de terre blanche pour marquer, à raison de quoy ilz prirent de la farine, Amyot, Alex. 50. Quelque excrement blanc semblable à la croye, Paré, XVIII, 27.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CRAIE. - ÉTYM. Ajoutez : D'après M. Roulin, crēta signifie proprement la terre passée au sas, de cernere, cribler, la crēta, comme l'a montré M. A. Brongniart, désignant non la craie, mais une argile smectique, mêlée de parties siliceuses, que l'on criblait pour certains usages.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CRAIE, s. f. (Hist. nat. Minéralog.) creta ; c’est une pierre calcaire, plus ou moins friable, qui s’attache à la langue, colore les mains ; sa couleur est blanche, cependant elle varie quelquefois en raison des matieres minérales étrangeres qui y sont jointes. Les parties qui composent la craie, sont comme farineuses, & faciles à détacher les unes des autres.

Les Naturalistes sont partagés sur la formation de la craie. Henckel dans son traité de lapidum origine, pense qu’elle est la terre primitive, terra primogenea, telle qu’elle est sortie des mains du Créateur. Neumann & quelques autres ont crû que la craie se formoit par une espece de décomposition du silex ou de la pierre à fusil. Ces derniers se fondent sur ce que les pierres à fusil noires se trouvent très-souvent dans des couches de craie, & sont environnées d’une écorce qui y ressemble très-fort. Mais de tous les sentimens sur cette formation, il n’y en a point qui approche plus de la démonstration, que celui de ceux qui ne regardent la craie que comme formée des débris de coquilles. En effet, pour peu qu’on considere les parties qui la composent, on y découvrira toûjours des vestiges de coquilles qui en forment le tissu. Quelques auteurs ont rejetté ce sentiment, fondés sur ce qu’il n’étoit point possible d’imaginer que des coquilles eussent pû former des montagnes aussi considérables que le sont celles qu’on trouve remplies de craie ; mais si on fait attention à l’énorme quantité de coquilles qui sont renfermées dans le sein de la terre, & aux couches immenses qu’on en trouve, la surprise cessera, & l’on verra qu’il n’y a rien de plus naturel que la formation que nous venons d’assigner à la craie. Cela posé, la craie doit son origine à la terre animale.

Les principales propriétés de la craie, sont de faire effervescence avec tous les acides, & d’être changée en chaux par l’action du feu ; propriétés qui lui sont communes avec toutes les terres ou pierres calcaires, qui ont d’ailleurs la même origine : & c’est à ces deux qualités que l’on doit reconnoître la craie ; c’est par elles qu’on la distinguera d’une infinité d’autres substances argilleuses & talqueuses, &c… à qui les Naturalistes ont donné mal-à-propos le nom de craie, à cause d’une ressemblance légere & extérieure qu’elles ont avec la craie véritable dont nous parlons. Voyez l’art. Calcaire.

M. Wallerius compte huit especes de craie : 1°. la craie blanche : 2°. la craie d’Angleterre, qui fait une effervescence considérable avec l’eau froide : 3°. la craie d’un blanc-sale : 4°. le lait de lune : 5°. le guhr ou la craie coulante : 6°. la craie en poussiere : 7°. la craie rouge : 8°. la craie verte ; mais toutes ces différentes especes ne different entr’elles que par le plus ou le moins de liaison de leurs parties, par la couleur, & par d’autres qualités purement accidentelles.

Quoique la craie n’ait pas beaucoup de solidité, on ne laisse point que de s’en servir avec succès pour bâtir ; & tout le monde sait que presque toute la ville de Reims en Champagne est bâtie de cette espece de pierre.

Personne n’ignore les usages de la craie pour le dessein, pour la fertilisation des terres ; & l’on trouvera dans la Lithogéognosie de M. Pott, pag. 17 & suiv. les différens effets qu’elle produit dans le feu, lorsqu’on la fait entrer en fusion avec des matieres vitrifiables. (—)

Craie, (Mat. med.) La craie est un alkali ou un absorbant terreux, qu’on peut employer comme succédanée du corail, des yeux d’écrevisse, de la magnésie, &c. Voyez Absorbant.

On trouve dans la pharmacopée de Bate une décoction simple & une décoction composée de craie : la premiere a beaucoup de rapport avec le decoctum album Sydenhami, qui est beaucoup plus en usage parmi nous. Voyez Decoctum album. (b)

Craie de Briançon, (Hist. nat. Minéralogie.) c’est une pierre talqueuse, grasse au toucher, qui paroît composée de petites lames ou de feuillets ; ce qui ne l’empêche point d’être assez solide & compacte. Sa couleur est ou blanche, ou tirant sur le verd ; elle est réfractaire au feu, & ne se dissout point dans les acides.

On peut voit par ce qui a été dit à l’art. Craie, que c’est très-improprement qu’on a donné ce nom à la substance dont nous parlons, puisqu’elle n’est point soluble dans les acides, & ne se réduit point en chaux par l’action du feu, qui sont les deux caracteres distinctifs de la craie.

Les Tailleurs se servent de la craie de Briançon pour tracer des lignes legeres sur les étoffes.

Quelques medecins ordonnent la craie de Briançon comme absorbant, ou comme astringent ; mais il paroît qu’elle ne peut nullement remplir ces vûes, puisque c’est une substance talqueuse, insoluble dans les acides des premieres voies, & incapable par conséquent de passer dans l’œconomie animale, en s’unissant aux humeurs. (—)

Craie, (Marine.) vaisseaux Suédois & Danois à trois mâts, sans hunier.

Craie ; mettre en craie, c’est un terme de Plumassier, qui signifie plonger les plumes dans de l’eau chaude, où l’on a détrempé du blanc d’Espagne.

Craie, (Faucon.) infirmité qui survient aux oiseaux de proie ; c’est une dureté des émeus si extraordinaire, qu’il s’y forme de petites pierres blanches de la grosseur d’un pois, lesquelles venant à boucher le boyau, causent souvent la mort aux oiseaux, si l’on n’a soin d’y remédier. Comme ce mal est causé par une humeur seche & épaisse, il faut l’humecter & l’atténuer en trempant la viande des oiseaux dans du blanc d’œufs & du sucre candi battus & mêlés ensemble.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « craie »

(Date à préciser) Du latin creta (« craie, argile, terre à potier, blanc, fard »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. creta.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « craie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
craie krɛ

Évolution historique de l’usage du mot « craie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « craie »

  • La limite entre le mal et le bien est aussi mobile et instable qu'un sentier de crête en craie fondante. De Stefan Zeromski / La nature dans son expérience et sa pensée
  • Se servir du temps de la grammaire pour diviser le Temps équivaut à tracer à la craie des points de repère sur l’eau. De Janet Frame
  • Kiki Frei Art dessine dans les rues de Montreuil des œuvres éphémères à la craie Le Journal du Montreuil, Kiki Frei Art donne vie aux rues de Montreuil
  • Le théâtre est un grand tableau noir où la craie sert d’éponge et l’éponge de craie. De Olivier Py / Les Mille et une définitions du théâtre
  • On n’inscrit pas d’initiales à la craie dans le forêt blanche de l’amour. De Georges Limbour / Tes amants et maîtresses
  • Et pour celles et ceux qui n’auraient pas vu le film, c’est à grands coups de craie que lesdits frères ont esquissé, remodelé et simulé, sur un terrain de tennis, leur concept qui devint révolutionnaire. , Faites comme les frères McDonald: sortez vos craies! | LesAffaires.com
  • Si je suis connu pour mes dessins muraux, je ne qualifie pas mon travail d’art urbain. Lorsqu’on parle de street art, cela signifie que l’artiste privilégie la rue ou n’intervient que dans l’espace urbain et ce n’est pas mon cas. J’ai commencé à travailler dans des espaces qui, même s’ils se situaient en ville y échappaient d’une certaine manière et cette position intermédiaire me sied parfaitement encore aujourd’hui. Ma pratique puise dans tous les genres artistiques : arts contemporain et moderne, graffiti, land art, arts classiques, numériques, etc… Je ne vois aucune hiérarchie entre eux : ils m’intéressent tous. Mais je ne travaillerai jamais en utilisant à 100% les ressources d’un seul genre. Les dessins à la craie blanche sur fond noir m’ont fait connaître. Beaucoup d’artistes cherchent à trouver une esthétique qui les rendra identifiables parmi de nombreux autres, je pense avoir réussi. Toutefois, la craie ne constitue pas mon médium de prédilection, celui avec lequel je m’épanouis le plus. J’ai besoin d’autres médiums comme la peinture, la photographie, la sculpture que je travaille également régulièrement. Artistikrezo, Entretien avec Philippe Baudelocque, l'artiste de "l’entre-deux" - Artistikrezo
  • C’est pour cette raison que nous voyons pousser de plus en plus de coquelicots, plantains, vergerettes, digitaires, mais également des laitues et carottes sauvages, ou encore des figuiers un peu partout dans nos villes. A Toulouse, Boris Presseq, botaniste du Muséum de Toulouse et Pierre-Olivier Cochard, naturaliste, ont initié un inventaire de ces plantes en inscrivant leur nom à la craie sur les trottoirs où elles poussent. Vous pouvez retrouver leur blog en ligne "Quelle est cette herbe qui pousse sur mon trottoir ?" leblogdumuseumtoulouse.fr/quelle-est-cette-herbe-qui-pousse-sur-mon-trottoir/ ladepeche.fr, Les plantes de nos trottoirs - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « craie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « craie »

Langue Traduction
Anglais chalk
Espagnol tiza
Italien gesso
Allemand kreide
Chinois 粉笔
Arabe الطباشير
Portugais giz
Russe мелки
Japonais チョーク
Basque klarion
Corse gesso
Source : Google Translate API

Synonymes de « craie »

Source : synonymes de craie sur lebonsynonyme.fr
Partager