La langue française

Confrérie

Définitions du mot « confrérie »

Trésor de la Langue Française informatisé

CONFRÉRIE, subst. fém.

A.− Association de laïques fondée sur des principes religieux dans un but charitable ou de piété. Confrérie du Saint-Sacrement, d'enfants de Marie. Elle ornait de fleurs l'autel, lavait les linges sacrés, portait la bannière de la confrérie dans les processions (Moselly, Terres lorraines,1907, p. 70).Une confrérie de pénitents (...) qui accompagne à la fosse commune les corps des condamnés à mort (Montherlant, Le Songe,1922, p. 79).
P. anal. plais. Heureusement une confrérie de Nécrophores vient à passer par là. Ce sont (...) de petites bêtes noires qui ont fait vœu d'ensevelir les morts (A. Daudet, Le Petit Chose,1868, p. 243).
B.−
1. Ensemble généralement restreint de personnes unies par un lien commun, professionnel, corporatif ou autre. On se connaît de lexique à lexique. Il y a la confrérie des Bescherellisants, des Boisteux, des Poitevinards (J. Vallès, Jacques Vingtras,Le Bachelier, 1881, p. 322).La confrérie des chevaliers du tastevin (G. Brunerie, Les Industr. alim.,1949, p. 258):
Pendant longtemps les Claës furent dans la ville de Gand, de père en fils, les chefs de la puissante confrérie des Tisserands. Balzac, La Recherche de l'absolu,1834, p. 116.
2. P. anal. plais., fam. La nombreuse confrérie des badauds (Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'archit.,1872, p. 398).Sur la place Colomb, la confrérie des mendiants, allongés sur deux chaises de fer, dormait (Morand, Ouvert la nuit,1922, p. 70).
La grande confrérie. L'ensemble des hommes mariés et, spécialement, l'ensemble des maris trompés. Il est entré dans la confrérie. Il est enrôlé dans la grande confrérie (Ac.1878, 1932).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃fʀeʀi]. Ds Ac. depuis 1694. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787 rappellent que quelques-uns, dont Richelet, ont écrit confrairie prétendant que le mot avait frairie pour origine et non confrère. Cette orth. se rencontre ds Ac. 1694-1740. Étymol. et Hist. 1. Ca 1190 confrarie « commission disciplinaire [de religieux] (Renart, éd. Martin, branche XII, 975); 2. ca 1260 confrérie « organisation professionnelle » (Livre de justice et de plet, éd. Rapetti, p. 9). Du lat. médiév. confratria (ixes. ds Nierm.) « association de laïques se proposant, sous un patronage religieux, un but charitable ou de piété », peut-être continuation du gr. φ ρ α τ ρ ι ́ α (v. phratrie, cf. W. von Wartburg ds Z. rom. Philol., t. 68, 1952, p. 29 et FEW t. 3, p. 767b) d'où l'a. fr. frérie (début xiiies. ds Gdf.); confratria devient confrarie puis confrérie sous l'infl. de frère*. Fréq. abs. littér. : 206. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 328, b) 222; xxes. : a) 219, b) 344.
DÉR.
Confrérial, ale, aux, adj.Qui est relatif à une confrérie (supra A). La société diocésaine, paroissiale, confrériale s'explique-t-elle par la révélation? (Traité de sociol.,1968, p. 98). 1reattest. 1968 id.; de confrérie, suff. -al*.

Wiktionnaire

Nom commun

confrérie \kɔ̃.fʁe.ʁi\ féminin

  1. Compagnie de personnes associées pour quelque objet.
    • La confrérie des archers de Saint-Sébastien avait fait afficher, en manière de prix, cinq plats et trois cafetières d'étain, plus six cuillers à café en argent pour le dernier oiselet abattu. — (Charles Deulin, Cambrinus,)
    • On voit par le statut ici reproduit que les maréchaux, les férons, les serruriers et les taillandiers formaient, à Abbeville, une seule corporation industrielle et une même confrérie religieuse sous l'invocation de saint Eloy; […]. — (Augustin Thierry, Recueil des monuments inédits de l'histoire du Tiers État, vol.4, 1870, p.286)
    • Vous connaissez cette intéressante confrérie des cornichons. Elle a un uniforme. Ceux du sexe masculin portent de longues redingotes […]. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.35)
    • Bannis de Lyon en 1420, les juifs s'établirent à Trévoux (Ain) et y formèrent de puissantes confréries, s'occupant principalement de l'étirage de l'or et de l'argent. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Appartenant à la grande confrérie des conteurs et chanteurs errants, ce troubadour marocain ne possède pour toute fortune qu'un âne famélique, un vieux haïk en lambeaux, une pipe et une blague à kif et un petit instrument primitif à deux cordes, un gimbri, attribut de son état. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 32)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONFRÉRIE. n. f.
Compagnie de personnes associées pour quelques exercices de piété. La confrérie du Saint-Sacrement. Marguillier de confrérie. Bâtonnier de confrérie. Fig. et fam., Il est entré dans la confrérie des maris. Il est enrôlé dans la grande confrérie.

Littré (1872-1877)

CONFRÉRIE (kon-fré-rie) s. f.
  • 1Association formée par des laïques en vue d'une œuvre de piété, de charité, de dévotion. Vous [Henri III] faisiez des confréries, des vœux, des pèlerinages, des oratoires, Fénelon, XIX, 398.

    Confrérie blanche, association qui s'était formée pour combattre les Albigeois. Confrérie noire, celle qui les soutenait.

  • 2 Familièrement. Ceux que l'hymen fait de sa confrérie, La Fontaine, Belph. L'époux n'aura dedans la confrérie Sitôt un pied que…, La Fontaine, Papef. Messieurs les poëtes, j'ai l'honneur d'être de votre confrérie, Desfont.

    Par plaisanterie, la grande confrérie, les maris trompés. En tout cas, ce qui peut m'ôter ma fâcherie, C'est que je ne suis pas seul de ma confrérie, Molière, Sganar. sc. 17.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si vos en apel à Ruen devant dant Huon le doien, Au convent, à la confrairie, Ren. 21465. Par vous, par vostre lecherie, Sui-ge mis en la confrarie Saint Ernol, le seignor des cous [cocus], la Rose, 9168. Nus ne puet estre mesureres de blé ne de nule autre maniere de grain, se il n'a le congiet du prevost des marcheans et des jurés de la confraerie, Liv. des mét. 21. Et quant aucuns de cele confrerie mesfesoit à aucun des confreres, li mestre d'icelle confrerie en voloient tenir droit, Liv. de just. 9.

XIVe s. Moi et Daniot sommes tout d'une confrarie, Guesclin. 10335.

XVIe s. C'est multiplier en confrairie la chose la plus une et unie [l'amitié], et de quoy une seule est encore la plus rare à trouver au monde, Montaigne, I, 217.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « confrérie »

Confrère ; provenç. confrairia ; catal. confraria ; espagn. confradia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de confrère avec le suffixe -erie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « confrérie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
confrérie kɔ̃freri

Évolution historique de l’usage du mot « confrérie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « confrérie »

  • Il n'y a pas de professions, de confréries, de peuples dans notre pays ; il n'y a qu'une nation : c'est la famille. De Jacques Ferron / Cotnoir
  • Ceux qui s'accrochant au pouvoir après avoir été désavoués lors d'une consultation nationale et profitent de la confusion qu'ils ont créée pour tenter de se rétablir appartiennent à la confrérie des politiciens habiles, désinvoltes et cyniques. De Pierre-André Wiltzer
  • Comme toutes les associations, la confrérie des beignets râpés subit de plein fouet l’urgence sanitaire. , Culture - Loisirs | Année blanche pour la confrérie des Beignets Râpés de Golbey
  • Depuis dimanche, Pierre Massart, chéri de la confrérie des Charitables de Saint-Éloi, est le nouveau prévôt. Il a reçu la « baguette » des mains d’André Delhaye, vénérable doyen. La Voix du Nord, Béthune : Pierre Massart, nouveau prévôt des Charitables
  • Le tribunal administratif d’Amiens vient de donner raison à la confrérie de Saint-Médard, dans la bataille qui l’oppose à la commune de Salency, près de Noyon. Courrier picard, Salency: la bataille de la rosière rebondit au tribunal administratif

Images d'illustration du mot « confrérie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « confrérie »

Langue Traduction
Anglais brotherhood
Espagnol fraternidad
Italien fratellanza
Allemand bruderschaft
Chinois 兄弟会
Arabe أخوة
Portugais fraternidade
Russe братство
Japonais 兄弟愛
Basque senidetasun
Corse fratellanza
Source : Google Translate API

Synonymes de « confrérie »

Source : synonymes de confrérie sur lebonsynonyme.fr

Confrérie

Retour au sommaire ➦

Partager