La langue française

Condé

Sommaire

  • Définitions du mot condé
  • Étymologie de « condé »
  • Phonétique de « condé »
  • Évolution historique de l’usage du mot « condé »
  • Images d'illustration du mot « condé »
  • Traductions du mot « condé »
  • Synonymes de « condé »

Définitions du mot condé

Trésor de la Langue Française informatisé

CONDÉ, subst. masc.

Argot
A.− Permission accordée par une autorité. Sur le quai [d'embarquement pour le bagne] peu de civils (...) sauf ceux qui ont le condé (A.-L. Dussort, Journal,1930, ms. dép. par G. Esnault, 1953, p. 4).
P. ext. Il a été bridé du côté de son baron qui y a refusé le condé de s'engager aux zouaves (Bruant1901, p. 187).
Spécialement
1. Autorisation accordée généralement par le maire, de donner des représentations, de tenir des jeux de hasard, de vendre, etc. sur la voie publique. Ne pourriez-vous pas demander des permissions de vendre sur la voie publique? − Ah! oui, des condés (Larch.Nouv. Suppl.1889, p. 68).
Rem. Attesté ds Lar. 19e-20e.
2. Mod. Autorisation tacite, accordée par la police, d'exercer une activité en marge de la légalité (recel, prostitution, maison de jeux etc.), en échange d'informations :
1. Tous les tauliers de clandé, tous les patrons de course par course, en quête d'un condé pour continuer à flinguer les éconocroques des caves allaient [essayer de renseigner la police] A. Le Breton, Du Rififi chez les hommes,1953, p. 79.
Rem. Attesté ds Lar. encyclop., Rob. Suppl. 1970.
B.− P. méton.
1. [Désigne une pers.]
a) Celui qui peut accorder une autorisation.
Condé ou petit condé. Maire. Demi-condé. Adjoint au maire. Grand-condé. Préfet, préfet de police.
Rem. Attesté ds Lar 19e-20e, Guérin 1892.
Policier (agent de la Sûreté, de la brigade des mœurs, inspecteur, commissaire de police). Depuis une demi-heure qu'ils s'accrochaient au comptoir, les condés, on pouvait se demander pour qui ils étaient là (A. Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 16).
Rem. Attesté ds Rob. Suppl. 1970.
b) Celui qui a obtenu une permission :
2. ... une pègre composée d'indicateurs et de condés, c'est-à-dire de repris ou de remis de justice et d'interdits de séjour que la police a entièrement dans sa main. L. Daudet, La Police politique,1934, p. 119.
2. [Désigne la condition ou le moyen utilisé pour obtenir le résultat]
a) Pouvoir. [La fée :] les fées ont tous les condés; et, levant sa bavagavette elle vêtit Cendrillon comme une reine (L. Stollé, Contes,Cendrillon, 1947, p. 1).
b) Moyen habile (légal ou non) d'obtenir de l'argent, d'atteindre un but. Il avait un condé pour se faire des sous (Céline, Mort à crédit,1936, p. 122):
3. Sur le quai des marchandises, il avait levé une vraie aubaine... un condé phénoménal! ... Un débarquement d'épicerie! ... Il nous rentrait avec du beurre! ... une motte entière! ... Deux chapelets de saucisses complets! ... Céline, Mort à crédit,1936p. 624.
P. ext. Travail :
4. Les « marquisettes », les grands métrages, toutes les modes d'une saison jolie je les ai transportées sept étages. Un condé vraiment salement tarte. Céline, Mort à crédit,1936p. 164.
3. [Désigne le résultat] Renseignement :
5. Je me renseignais un petit peu auprès des autres potes, les autres pilonneurs de l'endroit, toujours pleins de rencards et de faux condés... Céline, Mort à crédit,1936p. 358.
Rem. Attesté ds Rob. Suppl. 1970.
Prononc. : [kɔ ̃de]. Étymol. et Hist. 1. a) 1822 « permis » (Suppl. au dict. arg., Mézières ds Esn.); cf. 1841 avoir le condé de faire qqc. (P. Joigneaux, Les Prisons de Paris, p. 162); b) 1929 « renseignement » (ds Chautard Vie, p. 412); 2. a) 1833 Grand Condé « inspecteur général des prisons » (Moreau-Christophe, « Argot » du Dict. de la conversation, p. 61); b) 1844 « maire » (F. Vidocq, Les Vrais mystères de Paris, t. 7, p. 6 : le condé de Nanterre [en 1836, un demi-condé l'adjoint au maire, F. Vidocq, Les Vrais mystères de Paris, t. 1, p. 86]); c) 1844 « commissaire de police » (Dict. complet de l'arg. employé dans « Les Mystères de Paris », p. 14); 1906 « policier » (Inscription murale à Reims ds Esn. : Mort aux condés). Orig. obsc.; peut-être issu de condé, terme usité aux xviie-xviiies. sur les côtes occidentales de l'Afrique, et attesté dans les récits de voyages (1637, A. de St Lo, Relat. voy. Cap-Verd, p. 136; 1732, Barbot, A descrip. of coasts of Guinea, trad. fr., p. 43 ds Mél. Wartburg, 1958, p. 216) aux sens de « lieutenant général du roi » et de « vice-roi et général en chef des forces du roi », empr. au port. conde « comte, gouverneur » (du lat. comitem, v. comte); dans cette hyp., le mot véhiculé en France à la faveur des transactions entre Européens et Africains, et isolé de son contexte d'orig., aurait subi une évolution de sens, venant à désigner un maire, un policier (2), d'où « permission [accordée par la police] » et « renseignement [demandé en contrepartie] » (1). Fréq. abs. littér. : 23. Bbg. Flutre (L. F.). De qq. termes usités aux 17eet 18es. Mél. Wartburg (W. von). 1958, p. 216. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 107. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 254. − Sain. Lang. par. 1920, p. 247.

Wiktionnaire

Nom commun 1

condé \kɔ̃.de\ masculin

  1. (XIXe siècle) Permission accordée, formellement ou tacitement, par une autorité de police.
    • On ne saurait jamais avoir assez de précautions ; heureusement que, à Dieppe, j’ai le condé franc. — (Yves Guyot, La Prostitution, 1882)
    • La coutume veut que l’on arrête 5.000 filles environ par mois, […] Pour cela on prend des arrangements qui permettent, sans fatigue, […], de stabiliser les statistiques.[…]. Le condé est un pacte conclu entre l’agent et la fille. Par ce traité la fille a droit, pendant un certain nombre de journées, à pouvoir librement exercer son industrie sans être inquiétée par la police, mais en retour, elle a donné sa parole qu'à tel jour, à telle heure, elle se trouvera à tel endroit pour être arrêtée par les « mœurs »,.. — (Georges Anquetil, La Maîtresse légitime, éditions Georges Anquetil, 1923)
    • Alors, je l'ai dirigé sur la Maison où il a — fallait s'y attendre — accepté de devenir indic. Rien de plus simple. On lui a donné ce qu'on nomme un « condé », mais « à la petite cuiller », c'est-à-dire que, durant le premier mois, on n'a pas tenu compte de ses antécédents. Ils sont tous éprouvés de la sorte. Et le mois écoulé, si les gars se sont montré utiles, on renouvelle le condé pour un trimestre. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (Argot) Policier
    • C'est ainsi, petit à petit, que les condés en question, dont ceux évidemment qui font partie de la fameuse brigade, n'en ayant jamais assez, ne demandent qu'à continuer à répandre le poison pour mieux se procurer tous les plaisirs du monde. — (Milou avec Thierry Colombié, Truand: Mes 50 ans dans le milieu corso-marseillais, Robert Laffont, 2015)
    • Tout à la poursuite du condé il a pas fait gaffe au paysage et, nature, il a dépassé le chemin conduisant à la propriété de plusieurs bornes. — (San-Antonio, Messieurs les hommes, Fleuve Noir, 1955).
    • Comme prévu, la volaille me tombe dessus. Trois condés à vélo : un Bounty, un vieux et une racli. […]. Évidemment, je n'ai pas un meuge de came sur moi. On va éviter la gardav. — (Johann Zarca, Le Boss de Boulogne, Don Quichotte éditions, 2014)

Nom commun 2

condé \kɔ̃.ˈde\ masculin

  1. (Pâtisserie) Sorte de petit gâteau feuilleté recouvert de glace royale.
    • On collait dans un moule à timbale uni les condés avec du sucre au cassé.
      Les condés une fois placés dans le moule, le côté aux amandes sur le cuivre, on les collait, après refroidissement, sur le grand fond,[…].
      — (Jules Gouffé, Le livre de pâtisserie, Paris : chez Hachette & Cie, 1873, p. 148)
    • Au premier type on peut rapporter la galette des rois, les condés, palmiers, mirlitons aux abricots, conversations aux amandes, etc.; au second, la pâte de saint-honoré, la pâte à éclairs, etc. — (Georges Pellerin, Préparation, fabrication et conservation des denrées alimentaires, H. Dunod et E. Pinat, 1911, p. 85)
  2. (Par extension) Ce glaçage lui-même.
  3. (Cuisine) Sorte d'entremet à base de riz, ou de semoule de blé dur, cuit dans du lait, et qui reçoit un nappage de fruits au sirop.
    • Le riz à la Condé, ou Condé aux abricots, est un entremets constitué d'un riz au lait enrichi d'abricots au sirop et nappé de sauce abricot au kirsch. — (Annie Perrier-Robert, Dictionnaire de la gourmandise, Robert Laffont, 2012)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONDÉ, (Géog. mod.) petite ville très-forte de France aux Pays-bas dans le Hainaut, près du confluent de la Haine & de l’Escaut. Long. 21d. 15′. 33″. lat. 50d. 26′. 55″.

Condé, (Géog. mod.) petite ville de France en Normandie, dans le Bessin sur le Nereau. Long. 16. 58. lat. 48. 50.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « condé »

Nom 1 : Emprunt putatif au vocabulaire des colonies africaines, du portugais conde (gouverneur), du latin comes, comitis. Selon cette hypothèse, il s’agit d’un mot apparenté à comte. Désigne à l’origine (argot du XIXe siècle) une autorisation, puis celui qui la donne ou la reçoit, enfin un policier. Le verlan décon est souvent employé pour son homophonie avec « des cons ».
Nom 2 : À la mémoire du prince de Condé dont le cuisinier François Vatel créait des merveilles culinaires et pâtissières.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « condé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
condé kɔ̃de

Évolution historique de l’usage du mot « condé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « condé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « condé »

Langue Traduction
Anglais condé
Espagnol condé
Italien condé
Allemand condé
Chinois 康德
Arabe كوندي
Portugais condé
Russe condé
Japonais コンデ
Basque condé
Corse condé
Source : Google Translate API

Synonymes de « condé »

Source : synonymes de condé sur lebonsynonyme.fr
Partager