La langue française

Colin

Définitions du mot « colin »

Trésor de la Langue Française informatisé

COLIN1, subst. masc.

A.− ICHTYOL. Poisson de mer, variété de merlan de grande taille.
B.− Usuel. Poisson de mer à chair fine très estimée dont le nom exact est merlu*.
Colin noir. Églefin :
Elle s'est fait dire devant lui le prix des poulets, le prix des langoustes, le prix de la livre de colin. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 247.
Rem. Les dict. gén. postérieurs à 1960 (Dub. excepté) enregistrent le diminutif colinot ou colineau, subst. masc. Petit colin, jeune colin.
Prononc. et Orth. : [kɔlε ̃]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. Fin xives.-1remoitié xves. [v. éd. p. 186] (G. Tirel dit Taillevent, Viandier, éd. J. Pichon et G. Vicaire, ms Vatican, p. 245 : Colin. Comme morue). Soit issu, par substitution du suff. -in* au 2eélément du mot, du néerl. koolvis ou de l'angl. coalfish, littéralement « poisson-charbon (en raison de la couleur de son dos) » [d'où le m. fr. colfisch 1551, P. Belon, Hist. nat. des estranges poissons marins d'apr. Lar. Lang. fr.], soit plus prob. dér. avec suff. -in* du m. fr. cole « id. » (fin xives., E. Deschamps, éd. G. Raynaud, VIII, 90, 51, attest. isolée), empr. au néerl. kole, forme abrégée de koolvis (v. De Vries Nederl. et FEW t. 16, p. 343a). Fréq. abs. littér. : 5. Bbg. De Gorog 1958, p. 77.

COLIN2, subst. masc.

Petit oiseau d'Amérique, à bec bombé, du genre perdrix et de la famille des Gallinacés. Le gibier abonde dans le canton Le colin de Californie Le lapin à queue de coton (Cendrars, Du monde entier au cœur du monde,Far-West, 1957, p. 133).
Prononc. et Orth. : [kɔlε ̃]. Ds Ac. 1932 Étymol. et Hist. 1759 (Dict. raisonné et universel des animaux par A. de La Chesnaye des Bois, t. 1, p. 688). Transposition au domaine animal de Colin,, dimin. de Nicolas (v. colin3); transposition encore illustrée par colin « espèce de goéland » ``(P. Belon, L'Hist. de la nature des oyseaux, livre III, chap. xii, p. 167), colin « grèbe » (Cotgr.) et colas « corbeau » (v. FEW t. 7, p. 110a; P. Barbier ds Mél. Mario Roques, t. 2, 1953, p. 27). Fréq. abs. littér. : 1.

COLIN3, subst. masc.

THÉÂTRE, vx. [Dans l'opéra-comique] Rôle de jeune berger amoureux. Jouer les colins, s'habiller à la colin; cravate à la colin. Partie avec un jeune premier, elle l'a quitté pour un colin, qui l'a cédée à une basse-taille (P. de Kock, Zizine,1836, p. 234).Col de chemise rabattu à la colin (A. Karr ds Lar. 19e).
Rem. Attesté ds plusieurs dict. gén. sauf Ac.; Bach.-Dez. 1882 précise que vers 1830 ,,ces rôles étaient remplis par des ténors``. Lar. 19eajoute ,,l'emploi a disparu``.
Prononc. : [kɔlε ̃]. Étymol. et Hist. 1. [xiiies. d'apr. Dauzat 1973]; 1505-15 « niais, idiot, endormi » (Ph. de Vigneules, Les Cent Nouvelles Nouvelles ds Revue du XVIes., t. 10, 1923, p. 199); 2. 1813 « amoureux de village » d'apr. le nom de personnages d'opéras-comiques (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 3, p. 195 et 198). Emploi du nom propre Colin, abrév., avec changement de suff., de Nicolas. Signalé par Rich. 1680 comme nom de personnage dans les épigrammes, le nom propre Colin, avec Colette, fut souvent porté par les amoureux de village des opéras-comiques, depuis, semble-t-il, Le Devin de village de J.-J. Rousseau (1752). Fréq. abs. littér. : 2.

Wiktionnaire

Nom commun

colin \kɔ.lɛ̃\ masculin

  1. (Ichtyologie) Nom vernaculaire ambigu donné vulgairement à plusieurs genres de poissons osseux de l'ordre des gadiformes, dont les différentes espèces de lieu (Theragra spp. et Pollachius spp.) et le merlu commun (Merlucchius merlucchius), et à deux genres de poissons de l'ordre des perciformes (Dissostichus et Notothenia).
    • Les espèces de poissons que l'on trouve dans cette zone sont les poissons pélagiques, le hareng, le maquereau, le brishing, le capelan, les poissons de fond comme la morue, le haddock, le colin, le merlan et les poissons plats, […]. — (La pêche maritime, volume 50, n° 1122 à 1125, Éditions maritimes, 1971, p. 733)
  2. (Ichtyologie) (Par ellipse) Nom que l'on donne tout particulièrement au lieu noir dans certaines régions, et quand il est commercialisé sous forme surgelée ou en conserve sous l'appellation de colin lieu.
    • Les enfants adorent les batonnets de colin.
  3. (Ornithologie) Nom normalisé donné à huit genres regroupant 17 espèces d'oiseaux galliformes de la famille des odontophoridés, au plumage bigarré, souvent pourvus d'une huppe caractéristique, habitant les savanes, les prairies ou les forêts montagneuses clairsemées des zones tempérées, subtropicales et tropicales s'étendant des États-Unis jusqu'à la partie septentrionale de l'Amérique du Sud.
  4. (Ornithologie) (Désuet) Un des anciens noms vernaculaires du grand labbe (Stercorarius skua), un grand oiseau charadriiforme de la famille des stercorariidés.
    • Du caniard, colin ou grisard. Chap. XII - Le caniard est oyseau de marine ayant le pied plat & va nageant dessus l'eau, beaucoup plus frequent au rivage de l'Ocean, qu'il n'Est en la mer mediterranee. Son cry est cause de lui auuoir trouué telle appellation. Il n'est guere veu es partiës mediterranees esloignees de la mer. Aussi est-il contraire en celá à beaucoup d'autres oyseaux de marine, n'estoit qu'on lui eust appriuoisé & porté des sa naissance. — (Pierre Belon, L' histoire de la nature des oyseaux, auec leurs descriptions, & naifs portraicts retirez du naturel: escrite en sept livres, Livre III - De la Nature, Guillaume Cauellat, Paris, 1555, p. 167)
    • Le canard colin ou Grisard se trouve sur les seuls bords de l'Océan ; quelquefois il se perche fur les arbres ; il est très chargé de plumes grisâtres & est de la grosseur d'une Oye moyenne : son cri imite le son d'une flûte : ses pieds sont semblables à ceux du canard ordinaire; il n'a pas la propriété de faire le plongeon: sa tête est fort grosse, l'entrée de son gozier est fort grande, & comme il est gourmand & difficile à rassasier, il avale de fort gros poissons: il vole long-tems; sa peau est dure, sa chair indigeste; il ne fait ordinairement que deux petits. — (Jacques Christophe Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle, Volume 1, Didot le Jeune, Paris, 1764, p. 417)
  5. (Théâtre) Berger jeune et amoureux dans les opéras-comiques.
    • Cet acteur joue les colins.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COLIN. n. m.
Nom donné à plusieurs oiseaux d'Amérique. Il désigne aussi un Poisson de mer du genre gade.

Littré (1872-1877)

COLIN (ko-lin) s. m.
  • Plusieurs oiseaux d'Amérique. Colin noir, poule d'eau.

    Terme de théâtre. Berger jeune et amoureux dans les opéras-comiques. Cet acteur joue les colins.

    S'habiller à la colin. Cravate à la colin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COLIN, s. m. CANIART, ou GRISART, larus vel gravia major, (Hist. nat. Ornith.) oiseau de mer qui se trouve plus fréquemment sur les côtes de l’Océan, que sur celles de la Méditerranée : il est de la taille d’une oie de médiocre grandeur ; ses plumes sont renflées & le font paroître gros, quoiqu’il n’ait pas plus de chair qu’un petit morillon. Il est de couleur grise, c’est pourquoi on l’a nommé grisart. Ses piés ressemblent à ceux d’une cane ; il nage, mais il ne plonge jamais. Sa tête est aussi grosse que celle d’un aigle royal, & le bec aussi grand que celui du plongeon de mer. L’ouverture du gosier est si large qu’il avale de fort gros poissons ; il prend ceux qui sont rejettés sur le rivage. Sa queue est ronde, & ne s’étend pas au-delà du bout des ailes ; il vole pendant long-tems sans se reposer, & il paroît en l’air aussi grand qu’un aigle ; il court assez rapidement sur terre, & son cri se fait entendre de bien loin. Sa peau est aussi dure que celle d’un chevreau ; quoiqu’il mange beaucoup, il est toûjours fort maigre : sa chair est de mauvais goût, & difficile à digérer. Belon, liv. III. de la nature des oiseaux. Voy. Oiseau. (I)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « colin »

Colin, nom propre donné à un animal.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du prénom Colin, nom propre donné à un animal.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « colin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
colin kɔlɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « colin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « colin »

  • Le jeu de l'amour, c'est le coeur et les sens jouant au colin-maillard, et passant perpétuellement l'un près l'autre sans jamais se toucher. De Malcolm de Chazal / Sens-plastique

Images d'illustration du mot « colin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « colin »

Langue Traduction
Anglais hake
Espagnol merluza
Italien nasello
Allemand seehecht
Chinois 无须鳕
Arabe نازلي
Portugais pescada
Russe хек
Japonais メルルーサ
Basque legatza
Corse merluzza
Source : Google Translate API

Synonymes de « colin »

Source : synonymes de colin sur lebonsynonyme.fr

Colin

Retour au sommaire ➦

Partager