Coït : définition de coït


Coït : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

COÏT, subst. masc.

Accouplement du mâle et de la femelle. Synon. copulation.Ne sait-on pas que le coït, et même l'accouchement, ne détruit pas toujours la membrane de l'hymen? (Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 5, 1805, p. 133).Dans le désir furieux du coït, une chaleur vous part de la poitrine et semble vous monter à la tête comme une bouffée de sperme (E. et J. de Goncourt, Journal,1862, p. 1199).
P. métaph. :
... baiser de deux montagnes, une montagne d'écume qui s'élève, une montagne de nuée qui descend; effrayant coït de l'onde et de l'ombre. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 324.
Prononc. et Orth. : [kɔit]. La majorité des dict. transcrit t final. Cf. aussi Fouché Prononc. 1959, p. 405 : ,,-ït = [it] dans coït, introït`` et Kamm. 1964, p. 174. Littré cependant transcrit : ko-i; DG et Dub. admettent [kɔi] à côté de [kɔit]. Mais DG juge la prononc. sans [t] final vieillie. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. [1372, Corbichon, Propriété des choses ds Déf. Lang. fr., no45, p. 26 sans réf.]; 1. 1379 cohit « acte d'accouplement chez l'animal » (J. de Brie, Bon Berger, 83 ds T.-L.); 1575 coït (Paré, Œuvres, XVIII, 3 ds Barb. Misc. 1936-38, t. 4, p. 30); 2. xves. [date ms.] cohit « id. chez l'homme » (J. Le Fevre, La Vieille, B. N. 19138, fo7 rods Gdf. Compl.); 1704 coit (Trév.). Empr. au lat. coitus « action de se joindre, de se réunir » d'où « accouplement chez l'homme et l'animal ». Fréq. abs. littér. : 89.
DÉR.
Coïter, verbe intrans.S'accoupler. Cet être comique [Coquelin], (...) lui demandait « tout de go » au fumoir le procédé pour coïter plus que le reste des humains (E. et J. de Goncourt, Journal,1883, p. 261).Il y avait parfois des bandes [d'éléphants] d'une vingtaine d'individus de toutes tailles. J'aurais bien voulu tourner un couple en train de coïter, mais je n'en ai jamais découvert. On dit que la femelle se met à genoux sur les pattes avant, offrant sa cible au mâle (Cendrars, L'Homme foudroyé,1945, p. 64).Rem. On rencontre ds la docum.a) Le part. prés. et adj. coïtant, ante. Qui est dû au coït. De la sève fornicante et coïtante répandue dans le livre de Zola, « La Faute de l'abbé Mouret », on est remonté aujourd'hui chez Flaubert aux habitudes amoureuses de l'auteur (E. et J. de Goncourt, Journal,1875, p. 1059).b) Le subst. fém. coïtation. Fait de coïter. Il est cynique [le chien], indélicat, − enfant, je vis dans une ruelle deux fox en coïtation (Queneau, Si tu t'imagines,1952, p. 65). [kɔite]. 1reattest. 1859 (Flaubert, Correspondance, p. 344); de coït, dés. -er. Fréq. abs. littér. : 3.
BBG. − Feugère (F.). En Marge de l'exposition Charles V. Déf. Lang. Fr. 1968, no45, p. 26; La Première Renaissance et notre vocab. d'Oresme à Christine de Pisan. Déf. Lang. Fr. 1970, no51, p. 15.

Coït : définition du Wiktionnaire

Nom commun

coït \kɔ.it\ masculin

  1. Accouplement sexuel.
    • Les nouvelles mariées disent que le coït peut faire crier de douleur. [...] On comprend que nombre de femmes n'aiment pas particulièrement le coït, car si le mari ne s'occupe guère de faire jouir sa compagne, c'est la douleur qui demeure la plus vive. — (Marcelle Gauvreau, Lettre à Marie-Victorin, 21 sept. 1941, dans Lettres au frère Marie-Victorin, éditions Boréal, Montréal, 2019, page 220)
    • Jean Borie, en accord avec Sartre aussi bien qu'avec Foucault, souligne qu'un retournement s'était, à ce propos, opéré depuis le XVIIIe siècle; le désir et la jouissance, que l'on cesse d'exalter en les associant à la génération, se trouvent relégués au nouveau statut d'instinct génésique; dès lors, le coït conjugal se trouve plus étroitement associé à la notion de devoir. — (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)
  2. (Par extension) Relation sexuelle consistant à pénétrer l'anus avec le pénis.
    • Le coït homosexuel se fait debout ou assis (notamment en missionnaire) — ce qui était généralement le cas aussi en Grèce. — (Bernard Sergent, L’Homosexualité dans la mythologie grecque, Payot, 1984, p. 56, ISBN 2228133809)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Coït : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COÏT. (On prononce le T.) n. m.
Accouplement du mâle avec la femelle.

Coït : définition du Littré (1872-1877)

COÏT (ko-i) s. m.
  • Terme de physiologie. Accouplement du mâle avec la femelle.

HISTORIQUE

XVIe s. Les femelles des bestes brutes abhorent le coït après la conception, Paré, XVIII, 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « coït »

Étymologie de coït - Littré

Le latin coitus, de coire, de co, et ire, aller (voy. J'IRAI).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de coït - Wiktionnaire

Du latin coitus (« union, jonction, coït »), venant de coire (« aller ensemble »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « coït »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coït kɔi play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « coït »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coït »

  • Omne animal triste post coïtum, praeter gallum mulieremque… Galien On pourrait peut-être commencer par relire (ou lire, tout simplement) ce qu’en disaient les anciens. Réalités Biomédicales, Dysphorie postcoïtale : avoir le blues après l’amour – Réalités Biomédicales
  • Dans cette intervention au Sénat en 2012, Raoult n’est ni à droite ni à gauche, il est juste quelqu’un de bien. Un truc qu’il explique, c’est le reteeksatirisme, justement. Il parle des prédictologues, de la presse qui doit alimenter le gros appétit de son lectorat pour les graves menaces. De la presse qui tait l’info sanitaire, si elle a le malheur de parler de « coït anal réceptif ». Club de Mediapart, Ivlas Nelle soigne sa démagogie | Le Club de Mediapart
  • Nous possédons la meilleure cuisine, les meilleurs vins et les meilleurs coïts de la Création, ça suffit pour établir la différence. De Frédéric Dard / Réflexions sur les gens de chez nous et d’ailleurs
  • Après cinquante ans, l’homme ne doit user que très sobrement du coït et certains auteurs affirment que chaque rapport sexuel est une pelletée de terre qu’on se jette sur la tête. De Jean Fauconney / Hygiène et mariage
  • Les animaux et les hommes font tourner la terre en coïtant. De Georges Bataille / L'anus solaire
  • Le but du coït est d'équilibrer les énergies, d'apaiser le coeur et de renforcer la volonté. De Anonyme
  • Un tournage, c'est comme une succession de coïts interrompus. De Alain Bashung
  • Dieu a fait le coït, l'homme a fait l'amour. Jules Huot de GoncourtEdmond Huot de Goncourt, Journal, Fasquelle

Images d'illustration du mot « coït »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « coït »

Langue Traduction
Corse coitu
Basque coitus
Japonais 性交
Russe коитус
Portugais coito
Arabe الجماع
Chinois 性交
Allemand koitus
Italien coito
Espagnol coito
Anglais coitus
Source : Google Translate API

Synonymes de « coït »

Source : synonymes de coït sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires