La langue française

Étreinte

Définitions du mot « étreinte »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTREINTE, subst. fém.

Action d'étreindre; résultat de cette action.
A.− Domaine du gestuel
1. [En parlant de pers.] (L')étreinte de qqn.Action (ou son résultat) d'entourer (quelqu'un) de ses bras ou de son corps en le serrant fortement. Desserrer, dénouer, relâcher une étreinte.
a) [Pour dominer ou maîtriser quelqu'un] Une étreinte invincible; se dégager d'une étreinte; échapper à une étreinte. S'arracher à l'étreinte du géant, écarter ses mains de notre gorge, son genou de notre poitrine (Mauriac, Bâillon dénoué,1945, p. 417):
1. L'attaque avait été trop précise et trop prompte (...) la frénésie de la lutte, l'étreinte silencieuse du corps bondissant, et aussi l'odeur de l'alcool l'avaient comme enivré. Bernanos, Nuit,1928, p. 28.
P. métaph. Notre pauvre malade, dit Poulain, commence à se débattre sous l'étreinte de la mort (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 271):
2. − Je n'ai jamais fait ce genre de choses avec aucune femme. − Peux-tu me le jurer sur ta médaille Notre-Dame de Laghet? Swann savait qu'Odette ne se parjurerait pas sur cette médaille-là. − Oh! Que tu me rends malheureuse, s'écria-t-elle en se dérobant par un sursaut à l'étreinte de sa question. Proust, Swann,1913, p. 362.
[En parlant d'une partie du corps par laquelle se réalise l'étreinte] D'une étreinte de ses durs bras de lutteuse, elle pouvait l'étouffer (Zola, Bête hum.,1890, p. 162):
3. Il se rendait bien compte que l'étreinte de ses doigts était brutale sur le bras frêle; mais il serrait quand même, et davantage encore à mesure qu'il sentait lui faire mal. Genevoix, Raboliot,1925, p. 218.
P. ext. Encerclement progressif (d'un groupe) qui resserre de plus en plus. Tous, à cette heure, se trouvaient rejetés dans Sedan, sous la formidable étreinte des armées allemandes (Zola, Débâcle,1892, p. 325).
b) [En signe d'affection] Une longue, une chaleureuse étreinte. Il y eut un silence, pendant qu'elle reprenait le petit dans une étreinte maternelle (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1129).Elle le laisse partir, après une vigoureuse étreinte qui lui broie les deux mains : elle est émue (Martin du G., Devenir,1909, p. 109).
En partic. [Dans les rapports amoureux] Une étreinte passionnée, amoureuse; une chaste, une douce étreinte; étreinte charnelle; étreinte d'amour. Il pencha la tête vers elle en l'enfermant dans une étreinte, et leurs bouches se rencontrèrent (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, M. Parent, 1886, p. 606).La maladresse des premières étreintes (Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 929).
P. euphém. Union (physique) totale. Zaza comprit précocement que Madame Mabille avait haï dès la première nuit et à jamais les étreintes conjugales (Beauvoir, Mém. J. fille,1958, p. 117):
4. Rendons grâce à la providence de nous être aimés, et que nos cœurs, ravagés de solitude, aient pu s'unir dans une étreinte si indissoluble! Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922, p. 622.
2. P. anal. (L')étreinte de qqc.Pression, contrainte physique exercée (par quelque chose). Il gesticulait (...) pour arracher sa jambe à l'étreinte du bourbier (Genevoix, Raboliot,1925p. 16).
Spéc. Fait d'être serré. Le nœud s'est défait parce que l'étreinte n'en était pas assez forte (Ac.1835, 1878).
B.− Au fig.
1. [En parlant d'une pers.] Oppression douloureuse. Une honte la torturait à cette idée, une angoisse dont elle n'avait jamais encore senti l'étreinte (Zola, Bonh. dames,1883, p. 559).
2. [En parlant d'une chose abstr.] Contrainte extérieure. Il faut reconnaître que la métaphysique pure échappe le plus souvent à l'étreinte de la versification (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 75).Le dynamiste croit apercevoir des faits qui se dérobent davantage à l'étreinte des lois (Bergson, Essai donn. imm.,1889, p. 113).
Prononc. et Orth. : [etʀ ε ̃:t]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xiiies. estrainte « contrainte » (Audefroy le Bastard, éd. A. Cullmann, p. 105, 17d), attest. isolée; 2. 1508 estraincte « action d'étreindre, pression exercée par ce qui étreint » (Jean d'Auton, Chroniques du roi Louis XII, éd. R. de Maulde la Clavière, t. 4, p. 20); 3. 1761 étreinte « action d'embrasser, de presser dans ses bras » (Rousseau, La Nouvelle Héloïse, t. 2, p. 226). Fém. du part. passé de étreindre* pris substantivement. Fréq. abs. littér. : 1 164. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 737, b) 1 952; xxes. : a) 2 608, b) 1 705. Bbg. Gohin 1903, p. 314.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTREINTE, subst. fém.

Action d'étreindre; résultat de cette action.
A.− Domaine du gestuel
1. [En parlant de pers.] (L')étreinte de qqn.Action (ou son résultat) d'entourer (quelqu'un) de ses bras ou de son corps en le serrant fortement. Desserrer, dénouer, relâcher une étreinte.
a) [Pour dominer ou maîtriser quelqu'un] Une étreinte invincible; se dégager d'une étreinte; échapper à une étreinte. S'arracher à l'étreinte du géant, écarter ses mains de notre gorge, son genou de notre poitrine (Mauriac, Bâillon dénoué,1945, p. 417):
1. L'attaque avait été trop précise et trop prompte (...) la frénésie de la lutte, l'étreinte silencieuse du corps bondissant, et aussi l'odeur de l'alcool l'avaient comme enivré. Bernanos, Nuit,1928, p. 28.
P. métaph. Notre pauvre malade, dit Poulain, commence à se débattre sous l'étreinte de la mort (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 271):
2. − Je n'ai jamais fait ce genre de choses avec aucune femme. − Peux-tu me le jurer sur ta médaille Notre-Dame de Laghet? Swann savait qu'Odette ne se parjurerait pas sur cette médaille-là. − Oh! Que tu me rends malheureuse, s'écria-t-elle en se dérobant par un sursaut à l'étreinte de sa question. Proust, Swann,1913, p. 362.
[En parlant d'une partie du corps par laquelle se réalise l'étreinte] D'une étreinte de ses durs bras de lutteuse, elle pouvait l'étouffer (Zola, Bête hum.,1890, p. 162):
3. Il se rendait bien compte que l'étreinte de ses doigts était brutale sur le bras frêle; mais il serrait quand même, et davantage encore à mesure qu'il sentait lui faire mal. Genevoix, Raboliot,1925, p. 218.
P. ext. Encerclement progressif (d'un groupe) qui resserre de plus en plus. Tous, à cette heure, se trouvaient rejetés dans Sedan, sous la formidable étreinte des armées allemandes (Zola, Débâcle,1892, p. 325).
b) [En signe d'affection] Une longue, une chaleureuse étreinte. Il y eut un silence, pendant qu'elle reprenait le petit dans une étreinte maternelle (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1129).Elle le laisse partir, après une vigoureuse étreinte qui lui broie les deux mains : elle est émue (Martin du G., Devenir,1909, p. 109).
En partic. [Dans les rapports amoureux] Une étreinte passionnée, amoureuse; une chaste, une douce étreinte; étreinte charnelle; étreinte d'amour. Il pencha la tête vers elle en l'enfermant dans une étreinte, et leurs bouches se rencontrèrent (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, M. Parent, 1886, p. 606).La maladresse des premières étreintes (Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 929).
P. euphém. Union (physique) totale. Zaza comprit précocement que Madame Mabille avait haï dès la première nuit et à jamais les étreintes conjugales (Beauvoir, Mém. J. fille,1958, p. 117):
4. Rendons grâce à la providence de nous être aimés, et que nos cœurs, ravagés de solitude, aient pu s'unir dans une étreinte si indissoluble! Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922, p. 622.
2. P. anal. (L')étreinte de qqc.Pression, contrainte physique exercée (par quelque chose). Il gesticulait (...) pour arracher sa jambe à l'étreinte du bourbier (Genevoix, Raboliot,1925p. 16).
Spéc. Fait d'être serré. Le nœud s'est défait parce que l'étreinte n'en était pas assez forte (Ac.1835, 1878).
B.− Au fig.
1. [En parlant d'une pers.] Oppression douloureuse. Une honte la torturait à cette idée, une angoisse dont elle n'avait jamais encore senti l'étreinte (Zola, Bonh. dames,1883, p. 559).
2. [En parlant d'une chose abstr.] Contrainte extérieure. Il faut reconnaître que la métaphysique pure échappe le plus souvent à l'étreinte de la versification (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 75).Le dynamiste croit apercevoir des faits qui se dérobent davantage à l'étreinte des lois (Bergson, Essai donn. imm.,1889, p. 113).
Prononc. et Orth. : [etʀ ε ̃:t]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xiiies. estrainte « contrainte » (Audefroy le Bastard, éd. A. Cullmann, p. 105, 17d), attest. isolée; 2. 1508 estraincte « action d'étreindre, pression exercée par ce qui étreint » (Jean d'Auton, Chroniques du roi Louis XII, éd. R. de Maulde la Clavière, t. 4, p. 20); 3. 1761 étreinte « action d'embrasser, de presser dans ses bras » (Rousseau, La Nouvelle Héloïse, t. 2, p. 226). Fém. du part. passé de étreindre* pris substantivement. Fréq. abs. littér. : 1 164. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 737, b) 1 952; xxes. : a) 2 608, b) 1 705. Bbg. Gohin 1903, p. 314.

Wiktionnaire

Nom commun

étreinte \e.tʁɛ̃t\ féminin

  1. Action ou manière de presser entre ses bras.
    • Des chairs flasques, […], et, pour quelques sous, une étreinte souvent lasse, subie par nécessité, sans aucun écho, sans une vibration de chair amie... — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Et ce fut sans plus tarder, parmi la paille, préparée d’avance bien sûr, la culbute amoureuse, l’éclair des cuisses sans pantalon, l’étreinte farouche et brutale. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Forme de verbe

étreinte \e.tʁɛ̃t\ féminin singulier

  1. Participe passé féminin singulier de étreindre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTREINDRE. (Il se conjugue comme ATTEINDRE.) v. tr.
Embrasser, presser entre ses bras. Il l'étreignit si fortement qu'il lui fit perdre la respiration. Prov. et fig., Qui trop embrasse, mal étreint. Voyez EMBRASSER. Fig., Étreindre les nœuds, les liens d'une amitié, d'une alliance, Les resserrer. Il se dit aussi en parlant des Choses morales. Une grande anxiété, une grande angoisse nous étreignait. Une vive émotion étreignit les spectateurs de cette scène tragique. Il était étreint par le désespoir.

Littré (1872-1877)

ÉTREINTE (é-trin-t') s. f.
  • 1Action par laquelle on étreint. L'étreinte d'un nœud. Enfin, lasse du jour, dans un transport fatal, Change en lien mortel son vêtement royal, S'y suspend et finit dans cette étreinte affreuse Par un trépas cruel une vie odieuse, Delille, Én. XI.
  • 2 Par extension, action de presser quelqu'un dans ses bras. Les étreintes de l'amitié. Ses bras savent trouver des étreintes caressantes, Rousseau, Émile, IV. Je l'embrassai pourtant avec un serrement de cœur qu'il partageait et qui se fit sentir réciproquement par de muettes étreintes, plus éloquentes que les cris et les pleurs, Rousseau, Hél. III, 14.
  • 3Lien qui unit avec une grande force morale. Serre d'une étreinte si ferme Le nœud de leurs chastes amours Que…, Malherbe, II, 3. Serre encore ces nœuds d'une étreinte plus forte, Tristan, M. de Chrispe, v, 10. Et nous sommes liés d'une chaîne si sainte Qu'on ne saurait sans crime en défaire l'étreinte, Mairet, Sophon. IV, 5. Et lors d'un nœud sacré l'inviolable étreinte, Corneille, Tois. d'or, I, 2. Ô doux liens, ô douce étreinte ! ô favorable poids du joug religieux ! Sainte captivité, qu'on te doit de louanges ! Corneille, Imit. III, 10. D'une étreinte invincible il [l'homme] embrasse la vie, Chénier, 157.
  • 4Sac de crin dans lequel on renferme les graines oléagineuses avant de les soumettre à la presse.
  • 5Nom, au XVIIe siècle, d'une sorte de lien ou ruban. Les étreintes des demi-ceints et branches d'éperons seront marquées et contre-marquées, Règl. 30 déc. 1679.

REMARQUE

Au commencement de ce siècle, Mercier, dans sa Néologie, se plaint qu'étreinte tombe en désuétude ; aujourd'hui ce mot est redevenu d'un usage très fréquent : Les étreintes de la nature ; Une douce étreinte entre deux âmes ; L'étreinte de la reconnaissance, etc.

HISTORIQUE

XIIIe s. Sire, pour Dieu mercis ; ci n'a mestier d'estrainte [de contrainte], Audefroi le Bastard, Romancero, p. 17.

XVIe s. Leur ame [des femmes] ne semble assez ferme pour soustenir l'estreinte d'un nœud si pressé et si durable [celui de l'amitié], Montaigne, I, 210.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉTREINTE. Ajoutez :
6 Terme d'exploitation houillère. Amincissement plus ou moins considérable du gîte de charbon.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étreinte »

→ voir étreindre
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étreint.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « étreinte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étreinte etrɛ̃t

Évolution historique de l’usage du mot « étreinte »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étreinte »

  • C'est le rêveur, le faiseur de plans, qui subissent l'étreinte de la loi ; ce n'est jamais le philosophe. De Rudyard Kipling / Souvenirs
  • Je m'éclaire longuement avec l'or que je trouve au fond d'une étreinte. De Lucien Becker / Rien que l’amour
  • Dans l'étreinte la plus serrée, dans la caresse la plus tendre, il y a ce petit fossé qui, pour étroit qu'il soit, n'en existe pas moins. De David Herbert Lawrence / Le Serpent à plumes
  • Après l'étreinte les femmes recherchent l'épanchement, ce moment où elles appartiennent le plus totalement aux hommes, où elles roucoulent et avouent l'amour si légèrement. De Denise Bombardier / Tremblement de coeur
  • L'amour, c'est comme du mercure dans la main. Garde-la ouverte, il te restera dans la paume ; resserre ton étreinte, il te filera entre les doigts. De Dorothy Parker / Conseils à la petite Peyton
  • Dans les jeunes étreintes on a peur de donner la vie ; dans les dernières, on redoute de donner la sienne. De Roger Judrin
  • Le surgelé est une invention remarquable, mais qui remplace difficilement une épouse charmante qui vous accueille dans une étreinte vorace. De Groucho Marx
  • L'étreinte est le plus haut langage du corps et de l'âme. De Jacques de Bourbon Busset
  • Eternité est l’anagramme d’étreinte. De Henry de Montherlant / Les Jeunes Filles
  • En amour, les étreintes les plus serrées ne font que révéler l'insaisissable au plus profond. De Christian Chabanis
  • L'amour comme dérobade, l'étreinte comme ultime argument, la jouissance en points de suspension. De Amin Maalouf / Le Premier siècle après Béatrice
  • La souffrance est notre plus fidèle amie : elle revient toujours. Souvent elle change de robe, et même de figure ; mais nous la reconnaissons aisément à son étreinte cordiale et intime. De Carmen Sylva / Les Pensées d’une reine
  • La voix de la mer parle à l’âme. Le contact de la mer est sensuel, et enlace le corps dans une douce et secrète étreinte. De Kate Chopin / L’Eveil
  • Sensible au développement de la création artistique en arts visuels sur son territoire, le Conseil départemental des Vosges accueille des expositions au sein de l’Hôtel du Département. Cette action a pour objectif de faire connaître des artistes plasticiens vosgiens. Venez rencontrer les créations picturales d’Annie Tremsal, artiste peintre de mouvements et de tonalités reflétant à travers sa connaissance et sa spontanéité, l’énergie du vivant. Vous découvrirez une exposition balayant plusieurs registres d’inspirations. Dans sa démarche ; sa pratique de l’art est indissociable de la réalité du monde, son art est celui de ses voyages. « L’étreinte du temps » plonge le spectateur à travers les teintes, les mouvements, les vibrations de notre monde, aussi bien intérieur et extérieur, de la nature et de tous ce qui nous entoure. , "L etreinte du temps", Annie Tremsal : Exposition Peinture a Epinal
  • Poignées de main, bises, étreintes… pendant trois mois, la pandémie nous a privés de tout contact physique. Une carence brutale qui a mis en évidence les bienfaits du toucher sur l’équilibre mental. Katia Siciliano ne peut qu’approuver. Son métier, c’est justement ça: prendre des inconnu(e)s dans ses bras. Le Temps, Câlinothérapeute: des bras pour le moral - Le Temps
  • Le Président Trump serait- il victime de son intransigeance ou de sa diplomatie dite de «spectacle». Dans les deux cas, il semble bien que l’attitude de Donald Trump à l’international n’ait pas eu pour le moment l’effet escompté par ses architectes politiques. Si pour le dossier sur le nucléaire iranien, Washington devra faire cavalier seul pour reconduire la batterie de sanctions contre Téhéran après le positionnement de l’UE, de la Russie et de la Chine sur le dossier nord-coréen, Donald Trump a apparemment échoué lamentablement à réaliser ce qui allait être l’accord du siècle avec Pyongyang. Dans la capitale nord- coréenne, on commence déjà à retirer «les billes» d’un jeu qui n’a que trop duré, sans résultats significatifs après deux sommets entre les dirigeants des deux pays et une photothèque immortalisant une poignée de mains de circonstance, sans plus. A l’époque, le monde s’est emballé et les pays du sud-est asiatique commençaient à échafauder un avenir serein. Douche froide. Pyongyang vient de déclarer voir peu d'utilité dans la préservation de la relation personnelle entre son dirigeant Kim Jong-un et le président américain Donald Trump si les Etats-Unis maintiennent une politique hostile. Une remise en cause radicale, deux ans après le sommet historique Kim-Trump. Pour les dirigeants nord-coréens, la politique de Washington prouve que «les Etats-Unis demeurent une menace sur le long terme pour la Corée du Nord et son peuple», déclare le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Son-gwon, dans un communiqué publié par l'agence officielle KCNA. Pourtant, et malgré l'impasse des discussions depuis lors, Donald Trump a régulièrement mis en avant sa bonne relation avec Kim Jong-un. Mais les tweets de bonnes intentions du  locataire de la Maison Blanche ne sont, selon le diplomate nord-coréen, qu’un moyen «d’isoler et de faire suffoquer» la Corée du Nord. Une étreinte mortelle dont Pyongyang à décidé de se défaire. «Plus jamais nous ne fournirons au dirigeant américain un autre ensemble utilisé pour ses objectifs, sans rien recevoir en retour», a expliqué le chef de la diplomatie nord- coréenne. Exaspéré par les promesses non tenues par Washington, la Corée du Nord a également promis de renforcer sa force militaire pour contrer ce qu'elle perçoit comme des menaces américaines, affirmant aussi ne plus donner à Trump des réunions et des concessions de haut niveau dont il pourrait «se vanter en tant que réalisations de politique étrangère, à moins que cela ne génère quelque chose de substantiel en retour». Un autre revers qui vient s’ajouter à une série noire qui fragilise encore plus celui qui promet déjà de remporter le prochain mandat. M. T. , Grand angle : étreinte mortelle ?
  • Même si on sait que l’exemple ne vient plus forcément d’en haut, ces images, comme celles de la longue étreinte entre Éric Dupond-Moretti et Nicole Belloubet au ministère de la Justice, ou des soirées électorales du 28 juin avec accolades et… SudOuest.fr, Covid-19 : la deuxième vague revient à la une
  • Poignées de main, bises, étreintes, révérences… Partout dans le monde, le langage non verbal est utilisé pour se saluer ou marquer un départ. Un savoir-vivre antérieur au Moyen-âge que l’épidémie de coronavirus vient bouleverser. Assiste-t-on à la fin d’un mode de communication datant de l’antiquité ? Comment se dire bonjour à l’ère du coronavirus ? Eclairage. Widoobiz, Se dire bonjour à l'ère du coronavirus - Widoobiz
  • L'émotion l'a globalement emporté durant cette passation, où Nicole Belloubet, a lâché un sanglot à l'issue de son discours. La ministre sortante a quitté la place Vendôme après une longue étreinte avec son successeur. Le cabinet du ministère n'a pas souhaité commenter cette scène auprès de franceinfo. Franceinfo, EN IMAGES. Les gestes barrières parfois oubliés durant les passations de pouvoirs
  • D’autant que l’étreinte du boa ne s’arrête pas là. Au sein de ce gouvernement se retrouvent aujourd’hui des ténors de la droite à des postes-clés. Outre Darmanin, il y a bien sûr Bruno Le Maire à Bercy ou encore, à la culture, Roselyne Bachelot, une amie intime de François Fillon, pour ne citer qu’eux. Cerise sur le gâteau, c’est un Jean Castex aux accents d’homme de droite qui s’est exprimé lors de sa prise de fonction et, plus tard, de sa première interview télévisée sur TF1, vendredi 3 juillet. L’ancien secrétaire général adjoint du président Sarkozy s’est présenté comme un « gaulliste social » et n’a cessé, s’inquiète un élu LR, d’utiliser « un langage de droite », mettant l’accent sur « l’autorité », « la responsabilité » ou encore la « laïcité ». Le Monde.fr, La droite étouffée par le gouvernement Castex

Images d'illustration du mot « étreinte »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « étreinte »

Langue Traduction
Anglais embrace
Espagnol abrazo
Italien abbraccio
Allemand umarmung
Chinois 拥抱
Arabe تعانق
Portugais abraço
Russe объятия
Japonais 擁する
Basque besarkada
Corse abbrazza
Source : Google Translate API

Synonymes de « étreinte »

Source : synonymes de étreinte sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étreinte »

Étreinte

Retour au sommaire ➦

Partager