La langue française

Clavier

Sommaire

  • Définitions du mot clavier
  • Étymologie de « clavier »
  • Phonétique de « clavier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « clavier »
  • Citations contenant le mot « clavier »
  • Images d'illustration du mot « clavier »
  • Traductions du mot « clavier »
  • Synonymes de « clavier »

Définitions du mot clavier

Trésor de la Langue Française informatisé

CLAVIER, subst. masc.

A.− Vieilli. Cercle ou chaîne de métal, servant à réunir plusieurs clefs. Son large clavier d'argent à la ceinture où tintaient toutes ses clefs (A. Daudet, Le Nabab,1877, p. 204).
Rem. N'est plus attesté ds Ac. 1932.
Spéc., région. (Midi). Chaîne fixée à la ceinture des femmes, servant à attacher des ciseaux. La pointe des ciseaux pendus à sa ceinture par un clavier d'acier (A. Daudet, Sapho,1884, p. 96).
B.− Usuel
1. MUS. Ensemble des touches de certains instruments à vent ou à cordes (notamment le piano), sur lesquelles on appuie pour faire naître des sons. Clavier d'ébène, d'ivoire. Posséder son clavier (Ac.1798-1932) :
1. Au milieu du vaisseau est une estrade surélevée et sur l'estrade un très long piano à queue. Une femme, la reine des fictions, est assise devant le clavier. Sous ses doigts roses, l'instrument rend des sons veloutés et puissants... Ch. Cros, Le Coffret de santal,Sur trois aquatintes, 1873, p. 129.
SYNT. Les touches du clavier; mettre les doigts sur le clavier.
P. métaph. Ses mains pianotaient sur le clavier visible des côtes (Camus, La Chute,1956, 1538).
[P. anal. d'aspect] Ensemble des touches de certains appareils. Clavier de machine à écrire, de machine à calculer. Elle tapait sur son clavier d'où sortait le ruban (Giraudoux, Bella,1926, p. 188).
2. P. ext. Ensemble des sons et de leur combinaison qu'on peut obtenir d'un instrument, d'une voix. Synon. étendue, portée, registre, tessiture.
P. métaph. :
2. ... aussitôt il [un traducteur] donne une émouvante grandeur à son poète, lequel joue ainsi sur le clavier de plusieurs siècles. Proust, Le Côté de Guermantes 2,1921, p. 418.
Au fig. Ensemble présentant, dans un même domaine, tous les degrés de toutes les nuances possibles. Synon. gamme.Le clavier affectif (Breton, Nadja,1928, p. 5):
3. Son esprit méridional, qui parcourait si facilement le clavier des sentiments, lui faisait prendre les résolutions les plus contraires. Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 249.
Prononc. et Orth. : [klavje]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Av. 1175 « gardien des clés » (B. de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 9102) − xvies. ds Hug.; répertorié comme terme d'hist. médiév. par certains dict. dep. Trév. 1704; 2. 1580 clavyer « anneau servant pour porter des clés » (Inv. de Draguignan ds Gdf.). B. 1419 clauier « ensemble de touches de certains instruments de musique » (Revue des sociétés savantes, t. 3, 1872, 470 ds IGLF); 1768 p. ext. « étendue, portée (d'un instrument) » (Rousseau); p. anal. 1866 « ensemble de touches de tout objet » (Lar. 19e). Dér. avec suff. -ier* du rad. lat. clavis de clef*. Fréq. abs. littér. : 291. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 171, b) 325; xxes. : a) 487, b) 616. Bbg. Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 79.

Wiktionnaire

Nom commun

clavier \kla.vje\ masculin

  1. Anneau ou chaîne de métal, servant à réunir des clefs.
    • Dans son second testament, (6 mars 1589), elle donna [...] à Marguerite, 1000 livres, deux robes cote de damas rouge et cote camelot, une chaîne et une bague d’or, une chaîne avec clavier d’argent [...] — (Prosper Falgairolle, La Famille de La Farelle au bas Languedoc et en Picardie. Notes historiques et généalogiques d’après les documents originaux inédits, page 50. Imprimerie J. Martin, J. Brabo, 1896.)
    • Puis viennent les gras majordomes, les pages, les piqueurs, les intendants, dame Barbe, toutes ses clefs pendues sur le côté à un clavier d’argent fin. — (Alphonse Daudet, Les trois messes basses, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 198.)
  2. (Musique) Rangée des touches d’un piano, d’une épinette, d’un clavecin, d’un jeu d’orgues.
    • Clavier d’ébène, d’ivoire.
  3. Ensemble des touches d'une machine à écrire sur lesquelles on appuie avec les doigts pour écrire.
  4. (En particulier) (Informatique) Périphérique principal d’entrée constitué de touches et qui permet d’interagir avec un ordinateur.
    • Clavier physique.
    • Si l’écran de votre ordinateur est indispensable pour communiquer visuellement avec vous, le clavier est, quant à lui, essentiel : il vous permet de transmettre fidèlement vos écrits et vos instructions. — (Corinne Bontemps, Le clavier et la souris, 2009)
  5. (En particulier) (Informatique) Représentation d’un clavier, avec touches tactiles, sur une tablette numérique, un smartphone…
    • Clavier tactile.
  6. Gamme, large choix, palette.
    • La réduction du large clavier de formes de politesse est, enfin, mal vue, dans la mesure où elle peut contraindre à employer soit des formes insuffisamment polies, comme dans ce dernier cas, soit des formes trop polies, comme avec les membres de la famille, qui requièrent des formes de politesse moyenne. — (Claude Hagège, Dictionnaire amoureux des Langues, Plon/Odile Jacob, 2009, page 575, ISBN 978-2-259-20409-5)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLAVIER. n. m.
T. de Musique. Rangée des touches d'une épinette, d'un clavecin, d'un piano, d'un jeu d'orgues. Clavier d'ébène, d'ivoire. Simple clavier. Double clavier. Cet instrument a un clavier fort étendu, Il a beaucoup de touches et fournit beaucoup d'accords. Mettre à quelqu'un les doigts sur le clavier, Lui donner les premières leçons de piano. Posséder son clavier, Être déjà familiarisé avec les touches de l'instrument.

Littré (1872-1877)

CLAVIER (kla-vié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel l's se lie : les claviers et… dites : les kla-vié-z et…) s. m.
  • 1Petite chaîne ou anneau de fer pour réunir les clefs. Anciennement, le clavier faisait partie de la parure des femmes.
  • 2 Terme de musique. Assemblage des touches de certains instruments, le piano, l'orgue, la vielle, sur lesquelles on appuie les doigts pour tirer les sons. Sur le clavier quand votre main brillante Joue avec art une pièce savante, Saint-Lambert, Épître. Selon les diverses façons que l'organiste remue les doigts sur le clavier, Descartes, L'homme. Ces jours sont loin, poursuit-elle [la fée], où ton âme, Comme un clavier, modulait tous les airs, Béranger, Adieu chansons. … Vous dont la main de flamme Fait parler au clavier la langue de votre âme, Hugo, F. d'automne, 34.

    Présenter quelqu'un au clavier, lui mettre les doigts sur le clavier, lui donner les premières leçons de piano. Savoir son clavier se dit de l'enfant qui commence à apprendre et qui sait distinguer les touches. Posséder son clavier, toucher le clavier d'une manière exercée et habile.

    Il y a des claviers de pédales, c'est-à-dire qui se remuent avec les pieds, dans les orgues.

    L'étendue d'un instrument quelconque.

    La portée générale, tableau indiquant les rapports des diverses clefs.

  • 3Dans les métiers, morceau de fil de fer ou de laiton plié en anneau vers le milieu.

HISTORIQUE

XVIe s. Le très glorieulx clavier [porteclefs] de paradys, sainct Pierre l'apostre de Jesucrist, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, ms. f° 56, dans LACURNE. Moy je joueray sur le clavier, et feray resonner les orgues, Paré, t. III, p. 688.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CLAVIER, s. m. (Luth.) c’est la partie d’un orgue sur laquelle l’organiste posant ses doigts ouvre les soûpapes, qui étant ouvertes laissent aller le vent aux tuyaux. C’est cet usage qui lui a fait donner le nom de clavier, comme étant composé de toutes les clés qui ouvrent le passage au vent qui fait parler les tuyaux.

Un clavier est composé de deux parties ; savoir, du chassis sur lequel les touches sont montées, & des touches. Le chassis AB, CD, (fig. 15.) est composé de trois barres de bois de chêne de deux pouces d’équarrissage, assemblées à tenons & mortaises ; la barre BC du fond doit avoir une rainure d’un demi-pouce de large, & avoir deux piés de long pour quatre octaves : s’il y a ravalement au clavier, on ajoûte une longueur convenable pour pouvoir placer les touches du ravalement. Les deux côtés AB, DC, du chassis doivent avoir au moins un pié & demi de long. Lorsque la place est commode, on ne risque rien de leur donner plus de longueur. A environ un demi-pié des extrémités A & D des côtés du chassis, on met une regle EF épaisse d’un demi-pouce, & large de deux, dans laquelle sont plantées des pointes de fil-de-fer. Cette piece qui est assemblée dans les côtés du chassis à queue d’aronde, s’appelle le guide. Ces pointes servent en effet à guider & à tenir libres & séparées les touches qui passent chacune entre deux pointes.

Pour faire les touches on prend du trois quarts Hollande, c’est-à-dire du chêne épais de trois quarts de pouce ; on coupe les planches de la longueur du côté du chassis ; on les dresse bien, & on les réduit à un demi-pouce d’épaisseur & à un demi-pié de largeur ; on abat en biseau le côté inférieur du bout qui doit entrer dans la rainure du chassis (Voyez r, fig. 17.) ; l’on plaque ensuite des os ou de l’ivoire, si on veut faire les touches blanches, sur l’autre extrémité : les plaques doivent occuper 3 pouces ou 4 pouces sur la longueur des planches. Si on veut faire le clavier noir, comme AB, GH, fig. 16. on plaque avec de l’ébeine coupé, de même que l’ivoire, en feuilles épaisses d’une ligne, sur la même profondeur AC de 4 pouces. Lorsque les plaques sont seches, ou même avant de les coller, on dresse bien la rive AB qui doit faire un angle droit avec les largeurs AG, BH des planches ; on trace ensuite avec le trusquin deux traits ; & à un pouce de distance de la rive AB, les deux traits que l’on imprime profondément doivent être à une ligne de distance l’un de l’autre. On fait la même chose aux claviers blancs.

Après cela on trace les touches, qui sont sept dans chaque octave : ainsi il faut diviser un demi-pié que nous avons dit être la mesure d’une octave, en sept parties égales, aux points ut, ré, mi, sa, sol, la, si, par six traits : ces traits ne doivent aller que depuis l’arrête antérieure jusqu’au second des traits es, excepté celui qui sépare le mi du fa, qui doit diviser la planche dans toute sa longueur : on trace ensuite les feintes dans l’espace eCDf, dont la largeur est de deux pouces, qui est aussi la mesure de la largeur des hausses des feintes. La premiere que l’on trace est le sol ♯ ; ce qui se fait en divisant les deux touches sol, la, en quatre parties, prenant un quart du sol & un quart du la, & tirant deux lignes paralleles à la longueur des planches, ou à la feinte sol ♯ qui se trouve être placée vis-à-vis la séparation du sol & du la, & avoir de largeur la moitié de celle d’une touche. Les autres feintes se tracent de même, observant seulement que toutes les autres feintes, excepté celle du sol ♯, sont précédées ou suivies de deux touches, entre lesquelles il ne doit point se trouver de feintes. Ces touches sont mi fa, & si ut ; les feintes contiguës à ces touches sont ut ♯, mi ♭, fa ♯, si ♭ ; elles doivent entrer des trois quarts de leur largeur dans les touches contiguës qui n’ont de feintes que d’un côté, c’est-à-dire de de ces touches ; ainsi l’ut ♯ entre de dans l’ut, & seulement d’ dans le ré ; le mi ♭ entre de dans le mi, & d’ dans le ré ; le fa ♯ entre de dans le fa, & d’ dans le sol ; le sol ♯, comme nous avons dit, entre moitié dans le sol & moitié dans le la, c’est-à-dire de dans chacune de ces touches ; enfin le si ♭ entre de dans le si, & d’ dans le la. Après avoir ainsi tracé les touches, on les présente sur le chassis, faisant entrer la partie qui doit servir de queue dans la rainure de la barre BC du chassis, & on perce des trous avec un vilbrequin fort menu, qui doivent traverser la barre BC & la planche des touches : ces trous servent à mettre des pioches, qui sont des morceaux de fil-de-fer d’une ligne ou environ de diametre, dont l’usage est de retenir les touches par leurs queues dans la rainure du chassis. Après avoir ainsi assûré la place de chaque touche, il faut les séparer les unes des autres ; ce qui se fait avec une scie à refendre. On doit observer que les feintes ne sont pas si longues que les autres touches : pour les en séparer, outre les deux traits de scie suivant leur longueur, il faut encore faire une entaille avec un bec-d’âne de la largeur des feintes ; cette entaille doit être faite par-dessous la planche, & avoir de ce côté quatre ou cinq lignes de long, & du côté de dessus seulement une ligne : après cela on sépare par un trait de scie les touches les unes des autres. Ces traits de scie ne doivent pénétrer dans les planches que jusqu’aux traits ef qui servent d’alignement aux feintes, excepté celui qui sépare le mi du fa, qui doit diviser la planche dans toute sa longueur. On commence à faire les traits de scie qui séparent les touches par la partie antérieure AB, & ceux qui séparent les queues des mêmes touches, par la partie postérieure GH des mêmes touches. On perce ensuite les mortaises gh, fig. 16. dans lesquelles les demoiselles doivent passer, & on fait les hausses. Les hausses sont, pour les claviers noirs, de petits morceaux de bois de poirier noircis, longs de deux pouces, & hauts seulement d’un demi-pouce, aussi larges que la feinte : on plaque le dessus avec de l’ivoire ou de l’os pour les claviers blancs, comme l’octave de la fig. 15. on fait les hausses d’ébeine, & on ne les plaque point parce qu’elles doivent être noires.

Le second clavier, qui est le clavier du grand orgue dans celles où il y a un positif, se tire sur le premier par les deux pommelles A, fig 17. plantées sur les extrémités antérieures AD du chassis, pour faire rencontrer les talons o qui sont au-dessous de ces touches, sur ceux a des touches correspondantes du clavier du positif. Voyez Talons.

La ligne de tablature que l’on voit au-dessous de la fig. 16. montre la position des trois clés, & quelles notes de musique répondent au touches du clavier. On doit remarquer qu’un ut entre deux octaves est commun à ces deux octaves, c’est-à-dire l’ut à l’octave de l’octave qui le précede, & l’ut tonique de celle qui le suit ; & que la fig. 16. représente un clavier à grand ravalement, c’est-à-dire que les touches descendent au-dessous des quatre octaves jusqu’en F ut fa, & montent au-dessus des mêmes quatre octaves jusqu’en E si mi ; ce qui fait cinq octaves, qui est plus que les orgues ordinaires n’en contiennent, puisqu’elles n’ont que quatre octaves & une touche pour tout ravalement. Voyez Ravalement.

Doubles claviers des clavecins, représentés fig. 8. Pl. de Luth. sont, comme dans les claviers des orgues, deux rangs de touches qui répondent perpendiculairement les unes au-dessus des autres. Voyez Clavier d’orgue. Le premier clavier du clavecin est en tout semblable à celui de l’épinette. Voy. Chassis d’epinette & Epinette. Les touches du second clavier sont dirigées par un guide qui est une regle de bois EF, garnie de pointes entre lesquelles les touches se meuvent ; aulieu que celles du premier sont guidées par la barre traversée de traits de scie appellée diapason, ainsi qu’il est expliqué au mot Chassis de clavier d’épinette. Le chassis du premier clavier peut se tirer en-devant ou se repousser en arriere, pour que les pilotes GH, lorsque le clavier est tiré, se rencontrent sous les queues des touches du second clavier ; d’où il arrive que lorsque l’on touche sur le premier clavier, le mouvement se communique au second, comme si on touchoit dessus ; ce qui fait parler les cordes qui répondent aux sautereaux de ce second clavier. Mais lorsque le premier est repoussé, les pilotes passent au-delà de l’extremité des touches du second clavier, qui restent immobiles lorsque l’on touche les premieres. Voyez la fig. 8. Pl. XVI. de Luth. & l’art. Clavecin.

Clavier, en terme d’Epinglier, n’est autre chose qu’un morceau de fil-de-fer ou de laiton plié de maniere qu’un brin forme une espece d’anneau vers le milieu qui lui sert d’attache. On n’employe point d’autre outil pour le faire que des bequettes. Voyez Bequettes d’Epinglier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « clavier »

Du latin clavis (« clé, verrou »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. clavis, clef (voy. CLEF). Clavier, dans l'ancien français, signifiait celui qui porte les clefs ; et le clavier, dans la musique, a pris ce nom parce qu'il est la réunion des clefs.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « clavier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
clavier klavje

Évolution historique de l’usage du mot « clavier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « clavier »

  • Si toutes les femmes ont le même clavier, chacune, néanmoins, doit être touchée différemment. De André Rouvert / Le libertin raisonneur
  • La femme est un délicieux instrument de plaisir, mais il faut en connaître les frémissantes cordes, en étudier la prose, le clavier timide, le doigté changeant et capricieux. De Honoré de Balzac / Physiologie du mariage
  • L'idéal absolu de l'acteur doit être de devenir un clavier, un instrument merveilleusement accordé dont l'auteur jouera à son gré. De André Antoine / Petit Dictionnaire de théâtre
  • Pensez qu’il y a un million de singes derrière un million de claviers, mais n’imaginez pas que les forums aient quoi que ce soit de comparable avec Shakespeare. De Blair Houghton
  • Pour réduire l'épaisseur de ses MacBook, Apple a déposé un brevet décrivant un clavier escamotable. Futura, Apple imagine un clavier rétractable pour les prochains MacBook
  • Un clavier, c’est des touches, un peu d’électricité, et beaucoup d’électronique. Le problème, c’est que l’ordinateur ne sait pas quelle lettre est dessinée sur chaque touche, alors adapter un clavier au marché international est toujours un exercice complexe. Les premiers ordinateurs ne sont pas du tout conçus à cette fin : l’Apple II que l’on commence à trouver en Europe en 1977 nécessite non seulement un adaptateur secteur 110V et un écran à la norme américaine NTSC, mais son clavier ignore tout des caractères accentués. L’Apple II Europlus, spécialement destiné au marché européen en 1978, a bien corrigé son alimentation électrique et sa carte vidéo, mais il dispose toujours d’un clavier QWERTY ! MacGeneration, Pause clavier #4 : Le clavier parle toutes les langues du monde | MacGeneration
  • Ainsi, jusqu'à ce dimanche 5 juillet 2020, l'ensemble clavier et souris sans fil de Microsoft est vendu au tarif de 29,99 euros au lieu de 55 euros ; soit 25 euros de remise immédiate de la part du géant du commerce en ligne. Clubic.com, Pack clavier et souris sans fil Microsoft Wireless Desktop 900 à 29,99€
  • Avec la mise à jour iPadOS 14 qui arrivera bientôt, il semble que Apple permette aux joueurs d’utiliser leur clavier et leur souris pour jouer à leurs jeux préférés. Dans la majorité des cas, le jeu sur iPad implique soit l’utilisation des contrôles à l’écran soit celle d’une manette dédiée. Prendre en charge le clavier et la souris devrait très certainement changer la donne et offrir de nouvelles perspectives aux joueurs. Begeek.fr, L'iPad pourra bientôt vous laisser jouer au clavier et à la souris
  • Un clavier mécanique, filaire, avec des switches de type Cherry MX Brown. Clubic.com, Alienware lance un nouveau clavier gamer, le AW410K
  • Il y a quelque temps, nous avons reçu un tout nouveau produit d’une start-up appelée Woo-dy qui présentait un clavier mécanique en bois. Le produit a en fait fait ses débuts sur Kickstarter et a reçu un financement complet, leur permettant de produire une série de ceux-ci pour les personnes à la recherche d’un design qui remplit quelques boîtes différentes de votre clavier standard. On nous a donné un pour examen pour tester et voir comment cela fonctionne. Breakingnews.fr, Nous examinons le clavier de jeu mécanique Woo-Dy
  • Logitech est une valeur sûre dans le domaine des périphériques gaming grâce à des produits de qualité. Son dernier clavier en date veut séduire les joueurs en proposant tout ce qu’un haut de gamme se doit d’offrir et bien plus encore. Ce nouveau G915 est le clavier le plus onéreux du constructeur (250 euros) et veut remplacer le G910. Il change toutefois complètement d’optique. Cette fois, Logitech mise sur un produit non filaire, mais également très fin en proposant de nouveau switch. Plus encore, la réduction du bruit a été au centre des préoccupations de la société suisse. Mais cela est-il suffisant pour en faire un bon clavier ? PhonAndroid, Test Logitech G915 : on a trouvé le clavier gamer ultime !

Images d'illustration du mot « clavier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « clavier »

Langue Traduction
Anglais keyboard
Espagnol teclado
Italien tastiera
Allemand tastatur
Chinois 键盘
Arabe لوحة المفاتيح
Portugais teclado
Russe клавиатура
Japonais キーボード
Basque teklatua
Corse teclatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « clavier »

Source : synonymes de clavier sur lebonsynonyme.fr
Partager