Cimier : définition de cimier


Cimier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CIMIER1, subst. masc.

A.− HABILL., COST. Ornement (panache, animal, symbole, etc.) fixé sur le sommet d'un casque et d'une coiffure en général. Le casque fermé, chargé de cimiers blancs (Vigny, Poèmes antiques et modernes,1837, p. 183):
... Nadja (...) a reconnu ces cornes pour être celles d'un grand masque de Guinée, (...) que j'ai toujours aimé et redouté en raison de son cimier monumental évoquant un signal de chemin de fer, ... Breton, Nadja,1928, p. 122.
P. méton. Le chef, celui qui mène le combat. Qu'il [le Cid] ait dans la bataille été le grand cimier (Hugo, La Légende des siècles,t. 3, Le Cid exilé, 1877, p. 343).
P. métaph. Surmontant le sombre cimier de Monsanvierge (Claudel, L'Annonce faite à Marie,1reversion, 1912, IV, 4, p. 97).
B.− P. ext., HÉRALD. Ornement extérieur placé sur le timbre du casque qui surmonte l'écu. Trois écussons héraldiques, celui du milieu surmonté d'une croix, les deux autres d'un cimier (T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 138).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. cimé, ée (2 ex. chez H. de Régnier). Qui a la forme, l'aspect d'un cimier. L'invisible Chimère dont s'orne Le casque d'or cimé que fut ta chevelure (H. de Régnier, Poèmes anciens et romanesques, 1890, p. 50).
Prononc. et Orth. : [simje]. Pour Littré ,,l'r ne se lie pas; au pl. l's se lie``. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1200 chimier « partie haute (ici d'une tour) » (G. de Douai, Jérusalem, éd. C. Hippeau, 4562 ds T.-L.); xiiies. lat. médiév. cimerium « crête » (Bernard le Trésorier ds Du Cange, s.v. cimeria); 1611 se mettre le cymié sur la teste (Lariv., Le Fid., V, 1 ds Gdf. Compl.); 1665-66 hérald. (Boileau-Despréaux, Satire, V, éd. A. Cahen, vers 100). Prob. adj. à l'orig., dér. de cime* « partie haute d'un objet », suff. -ier*; cf. lat. médiév. cimerium, terme d'hérald., 1389, domaine ital. ds Du Cange, s.v. cimerium. Fréq. abs. littér. : 75.

CIMIER2, subst. masc.

BOUCH., VÉN. Morceau de la croupe du cerf, du chevreuil, du daim. Cimier de bœuf (Littré); une pièce de cimier, du cimier de cerf (Ac. 1878). Enfin comme rôt un cimier de chevreuil (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 188).
Rem. Plusieurs dict. gén. et techn. du xixeet xxes. précisent qu'en termes de vén., le cimier est la croupe d'un cerf ou d'un daim que l'on offre au maître de l'équipage (cf. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. Lang. fr., Littré, DG, Guérin 1892, Quillet 1965).
Prononc. Cf. cimier1. Étymol. et Hist. Ca 1160 vén. cimier « croupe des animaux de chasse depuis la dernière côte, y compris la queue » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 14970); 1611 « pièce de bœuf située près de la queue » (Cotgr.). Origine discutée; peut-être dér. avec suff. -ier* de cime* « partie extrême », la croupe étant légèrement surélevée par rapport à l'ensemble du dos de l'animal (FEW t. 2, p. 1610, note 8). Les rapports avec l'all. Ziemer, terme de vénerie, sont obscurs; un empr. au m. h. all. zimere « croupe » (Kluge20; Brüch ds Z. rom. Philol., t. 40, 1920, pp. 324-325; EWFS2) fait difficulté, ce mot n'étant pas attesté av. ca 1220 Gottfried von Strassburg, Tristan, 2903 et 2939 [adaptation du Tristan de Thomas] d'apr. G. Tilander ds Studia Neophilologica, t. 13, 1940-41, pp. 8 et 9; v. aussi Lexer. Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. Brüch (J.). Zu Meyer-Lübkes etymologischem Wörterbuch. Z. rom. Philol., 1920, t. 40, pp. 324-325. − Tilander (G.). Org. et développement de sens de cimier. St. neophilol. 1940, t. 13, pp. 1-10.

Cimier : définition du Wiktionnaire

Nom commun

cimier \si.mje\ masculin

  1. Ornement qui forme la cime d’un casque, ou plus généralement de tout couvre-chef.
    • En jetant les yeux sur son casque, on en voyait sortir, à travers une couronne de comte qui en formait le cimier, un bras nu levant une épée nue. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Il avait les cheveux rasés à l’exception d’une raie sur le milieu de la tête qui faisait l’effet du cimier d’un casque. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Mariées, elles entouraient leur tête d’un mouchoir de couleur, surmonté d’un cimier de toile blanche. — (Jules Verne, Voyage au centre de la Terre, ch. 9, 1867)
  2. (Botanique) Partie supérieure d’un arbre.
  3. (Héraldique) Figure qui se place au-dessus du timbre.
    • Nous portons de gueules à une bande de sable chargée de quatre besants d’or, et à chaque quartier une croix d’or patriarcale, avec un chapeau de cardinal pour cimier et les fiocchi pour supports. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Les armes du nouveau gentilhomme étaient « d’azur à la fasce d’or et pour cimier : lion issant d’argent, tenant en ses pattes une boule du même et d’un torty d’or et d'azur ». — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  4. (Boucherie) Pièce de bœuf charnue prise sur le quartier de derrière.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cimier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CIMIER. n. m.
Ornement qui forme la cime d'un casque. Il avait un sphinx, un lion pour cimier. Il désigne, en termes de Blason, la Figure de quelque animal, ou de quelque autre objet, qui se place au-dessus du timbre.

Cimier : définition du Littré (1872-1877)

CIMIER (si-mié ; l'r ne se lie pas ; au pluriel l's se lie : les cimiers et … dites : les si-mié-z et) s. m.
  • Ornement qui surmonte la cime d'un casque. [Roland voyait nos soldats] Secouer, pour chasser de nouveaux infidèles, L'éclatant cimier de Martel, Hugo, Odes, II, 7.

    Terme de blason. Ce qui se met au-dessus du timbre, qui n'est autre chose que le heaume, casque ou armet. Le cimier de France était une fleur de lis carrée. Le cimier est l'ornement du timbre, comme le timbre est celui de l'écu. Composa tous ces mots de cimier et d'écart, Boileau, Sat. V.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Cimier : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CIMIER, s. m. (Art. Hérald.) la partie la plus élevée dans les ornemens de l’écu, & qui est au-dessus du casque à sa cime.

Le cimier est l’ornement du timbre, comme le timbre est celui de l’écu. L’usage en est de l’antiquité la plus reculée, & l’on sait d’ailleurs que les cimiers ont servi de fondement à plusieurs fables de la Mythologie. Geryon passa pour avoir trois têtes, parce qu’il portoit un triple cimier, dit Suidas. Hérodote en attribue l’invention aux Cariens. Diodore de Sicile, parlant des Egyptiens, dit que leur roi portoit pour cimier des têtes de lion, de taureau, ou de dragon. Plutarque a décrit le cimier de Pyrrhus, dans l’éloge qu’il a fait de ce prince. Enfin Homere, Virgile, le Tasse, & l’Arioste, ont fait dans leurs poemes la description de plusieurs cimiers.

C’étoit autrefois en Europe une plus grande marque de noblesse que l’armoirie ; parce qu’on le portoit aux tournois, où on ne pouvoit être admis sans avoir fait preuve de noblesse. Le gentilhomme qui avoit assisté deux fois au tournois solennel, étoit suffisamment blasonné & publié, c’est-à-dire reconnu pour noble, & il portoit deux trompes en cimier sur son casque de tournois : de-là vient tant de cimiers à deux cornets, que plusieurs auteurs ont pris mal-à-propos pour des trompes d’éléphant.

Le cimier de plumes a été assez universellement reçu de tous les peuples. On ne s’en sert plus dans les armées, & nous n’avons vû que M. le marechal de Saxe qui en ait renouvellé l’usage dans la derniere guerre, mais seulement pour les dragons volontaires de son nom, qui portoient sur le sommet de leurs casques des aigrettes de crin de cheval, flottantes au gré des vents. Le cimier n’est aujourd’hui qu’un ornement de blason de quelques particuliers. Le lecteur trouvera dans le P. Menestrier, homme consommé dans l’art Héraldique, tous les détails possibles sur ce sujet. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Cimier, (Boucherie.) c’est ainsi qu’on appelle une portion de la cuisse de bœuf. Cette portion se divise en plusieurs tranches ; & chaque tranche contient trois morceaux, dont le premier s’appelle la piece ronde, le second la semelle, & le troisieme le tendre. On donne le nom de culotte au cimier, à le prendre depuis les tranches jusqu’à la queue.

Cimier, (Vénerie.) c’est la croupe du cerf, du daim, & du chevreuil, qui dans la curée se donne au maître de l’équipage.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cimier »

Étymologie de cimier - Littré

Espagn. cimera ; ital. cimiero ; bas-lat. cimeria, cimerium, dans des textes du XIVe siècle ; de cima, cime, à cause de la place que cet ornement occupait dans l'écu du blason ou sur le casque.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de cimier - Wiktionnaire

 Dérivé de cime avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cimier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cimier simje play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « cimier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cimier »

  • Parmi les masques, statues, cimiers, coupes, céramiques… provenant d’Afrique, du Pérou, de Chine, du Japon, d’Océanie ou encore du Népal, citons un masque Dan (Côte d’Ivoire) de danse « Gunye ge » ; des masques dits « de course » portés par des jeunes gens lors de compétitions entre des groupes de plusieurs villages voisins. Provenant de la galerie Olivier Le Corneur, ce masque est estimé 3 000 à 4 000 euros.  Le Journal Des Arts, Online : une vente d’arts d’Afrique à Orléans le 30 avril - 29 avril 2020 - lejournaldesarts.fr
  • Les blessures à la tête étaient devenues l'une des premières causes des pertes sur le champ de bataille et ce casque léger, incapable d'arrêter directement une balle de fusil ou de mitraillette, était équipé d'un cimier, une pièce de métal fixée sur le sommet du casque destinée à amortir des chocs venant par le dessus. Sciences et Avenir, Un casque Adrian protège mieux que les casques modernes - Sciences et Avenir
  • « Le cimier de cette association initiatique, dont le nom signifie “tête de petit animal” et que l’on trouve chez les Bamana occidentaux et les Malinké, utilise, comme le ciwara, la figure de l’antilope sous une forme géométrisée, avec la même relation de fertilisation du sol. Oreilles très pointues, double paire de cornes, museau de fourmilier, corps de caméléon aux pattes fléchies traduisant la rapidité de la course – cet être fabuleux composite tend vers une stylisation surréaliste qui a immédiatement séduit les collectionneurs. » ARMAN TRUST, CORICE ARMAN TRUSTEE / COLLECTION HELENA RUBINSTEIN / MUSÉE DU QUAI BRANLY, 2019 Le Monde.fr, Collection Helena Rubinstein au Quai Branly : des masques et statuettes énigmatiques
  • Les cheveux, comme les autres poils, sont les seuls éléments corporels (avec ces autres phanères que sont les ongles) que l’on peut modifier sans grand risque biologique. On peut les couper, les raser, en modifier la forme et le volume, les friser, les défriser, les crêper, les dresser en crête, les tresser, les natter, les tisser, les exhausser à l’aide d’un cimier comme dans certaines coiffures africaines, les oindre et les modeler avec des corps gras, les teindre, les déteindre, etc. Ces manipulations, ces « bricolages » sont d’autant plus loisibles que la pilosité ne sert plus biologiquement et physiologiquement à grand-chose : sa fonction de thermorégulation a complètement disparu chez Homo au fil de l’évolution depuis Homo ergaster il y a 1,7 million d’années. The Conversation, Salons de coiffure : pourquoi ils vous manquent tant
  • J'ai mis sur le cimier doré du gentilhomme Une plume de fer qui n'est pas sans beauté. Alfred, comte de Vigny, Les Destinées, l'Esprit pur

Traductions du mot « cimier »

Langue Traduction
Portugais elmo
Italien cimiero
Espagnol cimera
Anglais crest
Source : Google Translate API

Synonymes de « cimier »

Source : synonymes de cimier sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires