La langue française

Charre

Définitions du mot « charre »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAR2, CHARR(E),(CHARR, CHARRE) subst. masc.

A.− Blague, bluff. Quand je voulais un peu l'humilier : « Sans char! que je lui faisais, Mireille! t'as un vrai nez d'homme!... » (Céline, Mort à crédit,1936, p. 21).
Faire un char à qqn. Lui faire une blague. L'équipe des mignards gambergea que leur dabe leur avait fait un char [en parlant d'argent enfoui] (Marcus, 15 fables célèbres,1947, p. 6).
B.− Infidélité (en amour). [Le cardinal au Roi :] y faut rouscailler, la Reine vous fait des chars (L. Stollé, Douze récits hist. racontés en arg.,1947, p. 4).
Prononc. et Orth. : [ʃa:ʀ]. Orthographes char (supra), charr (cf. étymol. 1, Esn. et Nouguier), charre (cf. F. Carco, L'Équipe, 1919, p. 12, et étymol. 2, Stéphane). Étymol. et Hist. 1. 1881 charr « charriage, vol à l'américaine » (vocab. des escrocs d'apr. Esn.); 1900 « vol, tricherie aux cartes » (Nouguier, Notes manuscrites interfoliées au dict. de Delesalle, p. 64 ds IGLF); 2. 1901 char « plaisanterie » (Bruant, p. 422 : sans char); 1953 charre (A. Simonin, Touchez pas au grisbi, p. 212); 3. 1922 charr « infidélité en amour » (vocab. des voyous d'apr. Esn. : faire des charr); 1928 faire des charres (M. Stéphane, Ceux du Trimard, p. 52). Apocope de charriage* au sens arg.; peut-être aussi en relation directe avec charrer « jaser, plaisanter » (v. le verbe charrier).
STAT. − Char1 et 2. Fréq. abs. littér. : 1 729. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 850, b) 3 032; xxes. : a) 1 590, b) 2 339.
BBG. − Guiraud (P.). Mél. d'étymol. arg. Cah. Lexicol. 1970, t. 16, p. 69.

Wiktionnaire

Nom commun

charre \ʃaʁ\ masculin

  1. (Populaire) Mensonge, contre-vérité, tromperie[2].
    • J’m’appelle Loupé, continua-t-il, sans sourire. Voui. L’môme Loupé, et d’mandez-y aux feignants d’la Roquette qui c’est que c’est que mézigue. Pas du charre, ajouta-t-il, en se balançant sur ses petites jambes. — (Francis Carco, Jésus-la-Caille, Troisième partie, ch. III, Le Mercure de France, Paris, 1914)
    • La langue me collait au palais, et je restais à frimer cette souris, fixement, en me répétant intérieurement, dans l’espoir qu’elle entraverait... « Marco est mort!... Marco est mort! »
      C'est un vrai charre, la transmission de pensée!
      — (Albert Simonin, Touchez pas au grisbi !, Gallimard, 1953)
    • Arrête ton charre. Cesse de m’embourber de niaiseries. — (Pierre Jourde, Le Maréchal absolu, Gallimard, 2012)
    • Arrête ton charre, Ben Hur, on goudronne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « charre »

(XIXe siècle) Déverbal de charrier, verbe alors utilisé en argot pour exprimer une technique particulière de vol ; par extension, le verbe a pris ensuite le sens de duper, mystifier[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « charre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
charre ʃar

Évolution historique de l’usage du mot « charre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « charre »

  • Dans une salle comble composée de citoyens et personnalités invitées, des corps constitués et des élus de la communauté de communes, Gislène Beltran-charre entourée de son conseil municipal, a pris la parole pour sa dernière cérémonie des vœux. lindependant.fr, Corneilla-la-Rivière : Gislène Beltran-Charre ne sera pas candidate à sa succession - lindependant.fr

Traductions du mot « charre »

Langue Traduction
Anglais charre
Italien fica
Source : Google Translate API

Synonymes de « charre »

Source : synonymes de charre sur lebonsynonyme.fr

Charre

Retour au sommaire ➦

Partager