La langue française

Catarrhe

Sommaire

  • Définitions du mot catarrhe
  • Étymologie de « catarrhe »
  • Phonétique de « catarrhe »
  • Évolution historique de l’usage du mot « catarrhe »
  • Citations contenant le mot « catarrhe »
  • Traductions du mot « catarrhe »
  • Synonymes de « catarrhe »

Définitions du mot catarrhe

Trésor de la Langue Française informatisé

CATARRHE, subst. masc.

Vx. Inflammation et hypersécrétion des muqueuses, particulièrement des voies respiratoires. Catarrhe bronchique, chronique; souffrir d'un catarrhe :
... il avait les bronches faibles, et respirait avec peine. Asthme, catarrhe, bronchite, s'acharnaient après lui : et la trace des luttes qu'il lui fallait subir − bien des nuits, (...) − était gravée dans les plis douloureux de sa longue figure, maigre et rasée. R. Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 552.
Fam. en emploi abs. Gros rhume.
Prononc. et Orth. : [kata:ʀ]. Prononc. avec ,,r forte`` recommandée ds Fér. 1768 et Gattel 1841. Ds Ac. 1694-1932; ds Ac. 1694-1762 sous la forme catarre. Pour Fér. 1768 qui donne la forme mod. : ,,L'étymologie demande une h; [alors que] le grand nombre la supprime et écrit catarre.`` Fér. Crit. t. 1 1787 enregistre catârre (accent pour marquer la durée longue) et note : ,,L'étymologie demanderait qu'on écrivît cathârre et cathârreux [donc avec -th-].`` Homon. cathare(s). Étymol. et Hist. Ca 1370 (La Gde Chirurgie de Guy de Chauliac d'apr. G. Sigurs ds Fr. mod., t. 33, 1965, p. 203); fin xives. cathar (Livre des secrez de nature d'apr. J. André ds Fr. mod., t. 39, 1971, p. 154). Empr. au b. lat.de même sens catarrhus attesté dep. fin ives.-ves. (Théodore Priscien ds TLL s.v., 597, 4), lui-même empr. au gr. κ α τ α ́ ρ ρ ο υ ς attesté au même sens dep. Hippocrate (ds Liddell-Scott, s.v. κ α τ α ρ ρ ο ι ́ ξ ο μ α ι). Fréq. abs. littér. : 47.
DÉR.
Catarrhal, ale, aux, adj.Relatif au catarrhe; qui est dû à un catarrhe. Affection, fièvre, humeur, inflammation catarrhale. Leurs maladies sont catarrhales et muqueuses (Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme,t. 1, 1808, p. 42).Synon. de catarrheux.On y [à l'office du salut] célébrait, avec des raclures de maîtrise, avec une basse catarrhale et un ou deux enfants qui reniflaient, les chants liturgiques (Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 153). [kataʀal], plur. [-o]. Ds Ac. 1798-1932. 1503 (Le Guidon en françoys, 243 a, éd. 1534 d'apr. Vaganay ds Rom. Forsch., t. 32, p. 27); de catarrhe, suff. -al*. Fréq. abs. littér. : 14. Rem. On rencontre ds la docum. l'adv. catarrhalement. De manière à provoquer un catarrhe. La cour de la maison (...) humide et catarrhalement mortelle (Balzac, Ferragus, 1833, p. 40).
BBG. − Badia Margarit (A.M.). Les Dénominations catalanes de la coqueluche. Mél. Wartburg (W. von) 1958, t. 1, pp. 43-58 [Cr. Goosse (A.). R. belge Philol. Hist. 1964, t. 42, p. 215; Orr (J.). Z. rom. Philol. 1963, t. 79, no1/2, p. 2]. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 3, 17.

Wiktionnaire

Nom commun

catarrhe \ka.taʁ\ masculin

  1. (Médecine) Terme générique par lequel les anciens médecins ont désigné tout écoulement d’un liquide, plus ou moins clair ou épais, par une membrane muqueuse, quelle qu’en soit d’ailleurs la cause.
    • Catarrhe pulmonaire. Catarrhe de la vessie, etc.
    • À vingt pas de la porte, vous sentez je ne sais quelle odeur glaciale et fade d’eau bénite et de caveau sépulcral que vous apporte un courant d’air chargé de pleurésies et de catarrhes. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  2. (Communément) Gros rhume.
    • Avant que de finir au plat sur ce granit
      Étais-tu préposé au catarrhe au prurit
      Ou bien à résoudre une quinte.
      — (Léo Ferré, Le crachat)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CATARRHE. n. m.
T. de Médecine. Terme générique par lequel les anciens médecins ont désigné Tout écoulement d'un liquide, plus ou moins clair ou épais, par une membrane muqueuse, quelle qu'en soit d'ailleurs la cause. Catarrhe pulmonaire. Catarrhe de la vessie, etc. Il signifie communément Gros rhume.

Littré (1872-1877)

CATARRHE (ka-ta-r') s. m.
  • Terme de médecine. Flux morbide par une membrane muqueuse. Catarrhe pulmonaire, vésical, utérin.

    Dans le langage ordinaire, gros rhume.

HISTORIQUE

XVe s. Le mal du Roy [Charles VIII] fut un caterre ou apoplexie, Commines, VIII, 20.

XVIe s. Le mauldissez, comme Cain filz d'Adam, Et rengregez d'ung si rudde caterre, Que abismé soit au centre de la terre, Marot, J. V, 64. Ceux du chasteau si lourdement tiroient, Qu'il n'estoit tour qui ne vensist par terre : Lors Genevoys, doubtans que ce quaterre Tumbast sur eulx, tindrent leur consistoire, Marot, J. V, 29. Apostemes, catherres, fluxions, Paré, IX, 2e disc. Aucuns l'appellent descente, rhume ou catarre, parce que le nom de goute est odieux, Paré, XXI, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CATARRHE, s. m. (Med.) fluxion ou distillation qui, selon Hippocrate, se fait de la tête dans la bouche, & delà sur la trachée-artere & le poumon. Le siége de cette maladie est dans les sinus de la base du crâne, & les glandes de la membrane pituitaire qui tapisse ces sinus. Cette humeur étant en plus grande quantité qu’elle ne doit être, & devenant acre, occasionne les symptomes suivans : une chaleur & une sécheresse insupportables dans le gosier & le nez, dans la bouche & la gorge ; l’engorgement des vaisseaux de ces parties, d’où naissent la roideur dans les muscles du cou, la tension des tégumens, l’enchifrenement, l’écoulement involontaire d’une humeur séreuse & acre par les narines ; ce qui caractérise ce que l’on appelle vulgairement rhûme de cerveau.

Lorsque cette humeur ne se fixe pas sur ces parties, & qu’elle occupe les glandes du poumon, elle irrite les parties nerveuses des bronches, & occasionne l’enrouement & la toux : lorsque ces parties par l’irritation qu’elles ont essuyée se trouvent engorgées, il s’ensuit oppression, râllement, & autres accidens funestes : lorsque l’humeur bronchiale est retenue long-tems dans ces glandes par le resserrement qui y a été occasionné, on doit craindre l’inflammation du poumon & la fievre. Un rhûme léger d’abord peut devenir en le négligeant très-dangereux pour le malade ; car alors les vaisseaux capillaires du poumon cedent à la force de la toux, se rompent, d’où suit le crachement de sang ; accident que Hippocrate a regardé comme décisif pour le malade, puisqu’il s’est expliqué ainsi à ce sujet : à sanguinis sputo, puris sputum ; à puris sputo tabes ; à tabe mors.

Les causes éloignées du catarrhe sont tout ce qui peut occasionner la surabondance de l’humeur des glandes dont j’ai parlé ci-dessus ; comme la suppression ou la diminution de la transpiration ; en sortant d’un endroit chaud & passant subitement dans un lieu froid ; en s’exposant à un vent violent, soit à pié, soit à cheval ; en chantant ou en criant dans un lieu exposé au grand air.

Le traitement de cette maladie consiste dans le rétablissement de la transpiration, par les boissons abondantes d’infusions ou de décoctions de plantes légerement sudorifiques. La boisson abondante d’eau tiede suffit quelquefois pour parvenir à ce but : on y mêle cependant quelques cuillerées de sirop, comme celui de capillaire, de guimauve, & autres de cette espece.

Lorsqu’il y a fievre & inflammation considérable, la saignée est très-bien indiquée ; car par ce moyen l’on vient à bout de faire cesser l’engorgement actuel & d’en prévenir un plus grand ; & c’est très-mal-à-propos que la plûpart des gens enrhûmés, & qui sont dans le cas dont il est question ici, craignent la saignée, dans l’idée que le rhûme leur tomberoit sur la poitrine : ils penseroient autrement, s’ils savoient d’où vient la toux ; & que c’est le seul moyen de la diminuer & d’en prevenir les mauvais effets. Voyez Péripneumonie & Toux.

Il y a encore une espece de catarrhe que l’on appelle suffoquant ; parce que tout-à-coup la maladie se jette sur le larynx & l’épiglotte, & que le malade est en danger de suffoquer, s’il n’est promptement secouru. Ces parties sont dans un si grand resserrement, que l’air a très-grande peine à entrer & sortir. Il est donc question de procurer à l’instant même, par les saignées copieuses & réitérées, quelque relâchement ; de détourner par les lavemens, les vésicatoires, & autres remedes de cette espece l’humeur qui est la cause de ce mal, auquel le malade succomberoit en très-peu de tems. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « catarrhe »

Du latin catarrhus (« catarrhe, rhume »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, caterre ; provenç. catar ; espagn. et ital. catarro ; de catarrhus, du grec ϰατάῤῥοος, de ϰατὰ, en bas, et ῥεῖν, couler (voy. RHUME) ; tout le XVIIe siècle a prononcé caterre ; Bouhours en fait la remarque expresse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « catarrhe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
catarrhe katar

Évolution historique de l’usage du mot « catarrhe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « catarrhe »

  • «Le tableau clinique […] est tout à fait banal, écrit-il: il est celui de la plus ordinaire des grippes saisonnières. Le sujet grippé se plaint d’un catarrhe des voies respiratoires supérieures avec une fièvre qui peut présenter deux ou trois accès à 39 ou 40 degrés; il souffre de courbatures, de maux de tête, de manque d’appétit. Le stade aigu dure au maximum huit jours. Dans les cas les plus sévères, le malade présentera des vomissements, des accès de diarrhée, des douleurs articulaires et musculaires.» Le Temps, Les 12 pires fléaux de santé publique - Le Temps
  • Le catarrhe tubaire peut avoir différentes causes : Futura, Définition | Catarrhe tubaire | Futura Santé
  • L'arrivée à la crèche n'est pas sans risque pour la santé des tout-petits, dont le système immunitaire est encore fragile. Habitué au cocon familial, il n'est pas préparé à être confronté aux multitudes de virus et de bactéries qui peuvent proliférer en crèche. Le catarrhe peut ainsi facilement se déclarer. La pédiatre Anne Piollet, qui exerce à Chamalières dans le Puy-de-Dôme, nous décrit cette maladie commune. LCI, VIDÉO - Votre bébé a le nez qui coule et les yeux qui pleurent ? C'est peut-être un catarrhe | LCI
  • Xavier de Bayser : « Ma première réflexion, c’est de savoir comment je pourrai utiliser la plante artemisia pour soigner cette pandémie. Grâce à ses actions antifongiques, antiparasitaires et antibactériennes, cette médication naturelle présente la faculté de traiter les différentes infestations de parasites, telles que l’infection urinaire, le catarrhe nasal ou l’inflammation des voies aériennes, ainsi que l’infection bronchique, le paludisme... En faisant des recherches, je me suis aperçu que les Chinois l’avaient déjà largement utilisée pour diminuer les effets du coronavirus. Mais nous vivons une époque où la science est toute puissante et où les plantes n’ont pas forcément bonne presse. Notre association – la maison de l’artémisia –, a répondu à un appel à projets de l’armée. On est les seuls en France à avoir des stocks, on les met à disposition gratuitement pour permettre au corps médical de se protéger ». www.paris-normandie.fr, Xavier de Bayser, économiste et auteur, livre sa vision de la pandémie de coronavirus
  • Les symptômes ont changé. Au début, on ne jurait que par la toux sèche et la fièvre. Pas de fièvre, pas de Covid. Ce matin, sur 14 testés, 12 n’en ont pas. Puis il y a eu ces terribles maux de tête, les nausées, les vomissements, la diarrhée. Soit. Et, voilà deux semaines à peine, l’anosmie et l’agueusie, en clair la perte de l’odorat et du goût, qui signent le nouveau Covid. Ou la «catarrhe oculaire», les yeux et la tête en feu. Les derniers patients, eux, s’affaissent sur la chaise de test avec une tachycardie, un cœur qui bat la chamade. Libération.fr, «Cette saleté change sans arrêt de visage» - Libération
  • Le catarrhe LCI, Gastro, otite, varicelle, pieds-mains-bouche, roséole : ces maladies que peut attraper votre enfant à la crèche | LCI
  • 3 Quels sont les premiers symptômes qui doivent faire penser à la rougeole ? Fièvre élevée, malaise général, asthénie, anorexie, catarrhe oculo-respiratoire (rhinite, toux, conjonctivite, photophobie), signe de Koplik (petites taches blanc bleuâtre reposant sur un fond érythémateux et apparaissant à la face interne des joues avant l’éruption) ; puis éruption qui débute derrière les oreilles, au niveau de la face, s’étend ensuite vers le bas du corps sans atteindre les paumes ni les plantes. En cas de suspicion de rougeole, il faut éviter le contact avec d’autres personnes ; appeler son médecin traitant ou les urgences pour organiser une consultation si c’est nécessaire. Si la rougeole est confirmée, il faut savoir qu’on est contagieux cinq jours avant le début de l’éruption et cinq jours après. Cette période doit entraîner l’éviction de la collectivité. , La rougeole, ce qu’il faut savoir en cinq points | La Dépêche de Tahiti

Traductions du mot « catarrhe »

Langue Traduction
Anglais catarrh
Espagnol catarro
Italien catarro
Allemand katarrh
Portugais catarro
Source : Google Translate API

Synonymes de « catarrhe »

Source : synonymes de catarrhe sur lebonsynonyme.fr
Partager