La langue française

Carrer

Sommaire

  • Définitions du mot carrer
  • Étymologie de « carrer »
  • Phonétique de « carrer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « carrer »
  • Citations contenant le mot « carrer »
  • Traductions du mot « carrer »
  • Synonymes de « carrer »

Définitions du mot « carrer »

Trésor de la Langue Française informatisé

CARRER, verbe trans.

I.− Emploi (surtout) trans.
A.−
1. ARITHM. [P. réf. au calcul de la surface d'un carré] Élever un nombre au carré, le multiplier par lui-même.
Au fig. Rendre plus intense. L'opium absorbe toutes les forces humaines, (...) il les prend, les carre ou les cube (Balzac, Œuvres diverses,t. 2, 1850, p. 576).
[Au jeu de la bouillotte] Se carrer. S'assurer la priorité sur un adversaire en doublant sa mise.
2. GÉOM., vx. Convertir une surface en un carré équivalent. On pourrait faire usage du calcul des probabilités, pour rectifier les courbes ou carrer leurs surfaces (P. Laplace, Théorie analytique des probabilités,1812, p. 359).
B.− Rendre carré, donner une forme carrée (à quelque chose). Carrer un bloc de marbre (Ac. 1798-1932) :
1. ... elle [la princesse] nous raconte la création successive de cette propriété, les 18 arpents primitifs devenus 82 arpents, l'acquisition de Catinat, les 9 arpents à conquérir pour la carrer. E. et J. de Goncourt, Journal,1866, p. 292.
Spécialement
1. HIST. MILIT., vx. Former (un bataillon, une troupe) en carré.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. du xixes. ainsi que ds Rob.
2. Carrer les épaules, le buste :
2. ... il carrait les épaules, redressait et dilatait le buste, (...); il s'imaginait toujours que sa structure physique avait la même apparence de vigueur que l'expression voulue de ses traits. R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 969.
II.− Au fig.
A.− Usuel. Se carrer.
1. Développer toute sa carrure physique, et/ou se donner toute son importance morale :
3. ... elle [Brulette] mettait Charlot sur les genoux du grand-père, et me faisait danser avec elle, en chantant, riant et se carrant comme si toute la paroissée eût été encore là pour la regarder... G. Sand, Les Maîtres sonneurs,1853, p. 240.
4. Il y avait encore Barrada, le canonnier, (...). Et puis le Hello, Barazère, six autres du grand mât et quatre du beaupré, − tous se carrant, avec des airs superbes, dans des robes asiatiques. Loti, Mon frère Yves,1883, p. 122.
P. anal. S'étaler largement. Un potager de briques se carrait devant la fenêtre (Pourrat, Gaspard des Montagnes,À la belle bergère, 1925, p. 176).
2. S'installer dans toute sa largeur, s'enfoncer confortablement dans un large siège. Se carrer dans un fauteuil. Il [le dominicain] ne se carrait pas dans les fauteuils; il s'y posait droit (Druon, Les Grandes familles,t. 2, 1948, p. 168).
P. métaph. :
5. ... il [Andoche] semble se carrer, s'installer dans son bavardage, sans grand souci des auditeurs et comme s'il ne cherchait, (...) qu'à satisfaire une volupté personnelle. R. Martin du Gard, La Gonfle,1928, I, 1, p. 1172.
Emploi trans. [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Planter confortablement. Il [Matelot] avait carré ses coudes d'aplomb sur la table (Giono, Le Chant du monde,1934, p. 244).
B.− Emplois arg. ou fam.
1. Emploi trans. Placer, enfoncer solidement. Les deux frangins lui carrèrent leurs rapières dans le bidonnard (L. Stollé, Contes,Barbe-bleue, 1947, p. 2).
En partic.
a) Mettre de l'argent de côté, économiser. Carre donc pour ne pas tomber dans le lac (Hogier-Grison, Les Hommes de proie,Le Monde où l'on vole, 1887, p. 302).
b) Cacher, dissimuler. Les viocs y ont carré des ronds (Marcus, 15 fables célèbres,1947, p. 6).
Emploi pronom. On s'carre à l'abri (Barbusse, Le Feu,1916, p. 140).
c) Voler à la carre (infra carre dér. 2), par escamotage :
6. Ils vont un ou deux pour changer de l'argent contre de l'or ou de l'or pour de l'argent, et pendant le change ils carrent quelques pièces. J.-J. Clémens, Écrits composés au bagne de Rochefort, t. 1, 1876, p. 410.
2. Emploi pronom. Se carrer, se carrer à toutes pompes. Se mettre à l'abri en s'enfuyant. Il a fallu qu'on se carre en trombe (Céline, Mort à crédit,1936, p. 530).
Au fig. Se carrer de qqc ou de qqn. Éviter quelque chose ou quelqu'un, s'en méfier. Mais carre-toi du Pass'Lacet / Y t'accroch'rait à son bidet (Hogier-Grison, Les Hommes de proie,Le Monde où l'on flibuste, 1887, p. 326).
Prononc. et Orth. : [kaʀe] ou [kɑ-], (je) carre [ka(ɑ):ʀ]. [a] ant. ds Dub. et Lar. Lang. fr., cf. aussi Nod. 1844 et Littré; [ɑ] post. ds Warn. 1968, cf. aussi Fér. Crit. t. 1 1787 (qui recommande de prononcer r forte), Land. 1834, Gattel 1841 (r forte également), Fél. 1851 et DG; [a] ou [ɑ] ds Passy 1914 et Pt Rob. Ac. 1694-1740 : quarrer; Ac. 1762-1878 : carrer mais consacrent encore une vedette de renvoi à quarrer. Pour le terme d'arg. : s'écrit avec 1 ou 2 r. Pour la graph. avec 2 r cf. supra. Pour la graph. avec 1 seul r cf. F. Vidocq, Les Voleurs, 1836, p. 56; Bruant 1901, p. 291, 331; cf. encore L. Larchey, Dict. hist. d'arg., 2eSuppl., 1883, p. 29 qui, s.v. carer, renvoie à carrer. Étymol. et Hist. 1. 1180-1200 « donner une section carrée » (Aliscans, éd. Guessard et A. de Montaiglon, 102 ds T.-L.); 1504 carrer (J. Bouchet, Regnars traversans, fo41a ds Gdf. Compl.); 2. 1549 math. (J. Peletier, L'Aritmetique, fo54 rods Quem. Fichier); cf. aussi 1765 (Encyclop. t. 13, s.v. quarrer); 3. a) 1606 se quarer « prendre une attitude d'importance et de satisfaction » (Nicot); b) 1831 se carrer dans qqc. « s'installer confortablement dans quelque chose » ici fig. (Balzac, Maître Cornélius, p. 236 : Le grand-prévôt qui se promenait de long en large dans la cour, vint à pas lents, comme un chien qui se carre dans sa fidélité); cf. 1833 se carrer dans un fauteuil (Mérimée, Mosaïque, p. 119); c) 1803 jeux (Wailly Vocab. : Carrer (se) ... au jeu de bouillotte, ouvrir le jeu avant d'avoir vu ses cartes, en mettant devant soi un enjeu qui excède la mise générale); 4. a) 1835 arg. « cacher » (Raspail ds Le Réformateur ds Esn. : [Une fille :] J'ai carré dans mon faux-derrière); 1844 se carrer « se cacher » (Dict. de l'arg. mod., p. 26); b) 1866 se carrer « se sauver » (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, p. 63 : Se carrer de la débine, se tirer de la misère). Du lat. quadrare au sens 1 (Col. ds Gaffiot); à rapprocher de 3 : carre* étymol. 3 « carrure »; 4 est prob. dér. de carre* étymol. 1 « cachette », issu du sens de « coin », lui-même déverbal de carrer au sens 1. Fréq. abs. littér. : 78.
DÉR. 1.
Carrement, subst. masc.[Correspond à carrer II A] Région. Mouvement qui ramène deux couples face à face en dansant la bourrée. Il [l'étranger] ne dansait pas de la même manière que nous autres encore qu'il s'accordât très-bien à nos carrements et à notre mesure (G. Sand, Les Maîtres sonneurs,1853, p. 92).Rem. Guérin 1892 enregistre un subst. région. de sens voisin : ,,pause en musique``. 1reattest. 1853 supra; de (se) carrer au sens dial. (Centre, Jaub. et G. Sand, La Petite Fadette, p. 125) de « (dans la bourrée) changer de place avec sa danseuse », suff. -ement (-ment1*).
2.
Carre, care, subst. fém.[Correspond à carrer II B] Arg. Cachette. Pour les diams, Paulo avait trouvé une carre increvable (A. Simonin, Le Pt Simonin ill.,1957, p. 73).P. ext. Vol à la carre,p. ell. carre (vx). Vol par escamotage dans les magasins. Les Romanichels (...) ont exercé avec beaucoup d'habileté le vol à la carre (F. Vidocq, Les Voleurs,1836, p. 68). Ds Ac. 1835 et 1878, s.v. carre mais avec également un renvoi à quarre. Ds Ac. 1932 s.v. carre uniquement. Le terme d'arg. s'écrit aussi bien avec 1 ou 2 r (cf. Nouguier, Notes manuscrites interfoliées au Dict. de Delesalle, 1900, p. 58 et Bruant 1901 qui admettent les 2 graph.). 1reattest. 1835 (Raspail, Le Réformateur ds Esn.); déverbal de carrer.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 93, 124, 253, 338. − Guiraud (P.). Le Jargon de la Coquille. Cah. Lexicol. 1967, t. 11, no2, p. 47 (s.v. carre). − Quem. 2es. t. 4 1972, p. 46. − Rigaud (A.). La Vraie cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 21 (s.v. cachette). − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 157, 188.

Wiktionnaire

Verbe 1

carrer \ka.ʁe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Donner une figure carrée, rendre carré.
    • Carrer un bloc de marbre.
    • (Figuré) […] toutefois personne ne se dérangea pour lui faire place. Au contraire, au fur et à mesure qu’il passait derrière les convives […], les domestiques saxons carraient leurs épaules et continuaient à dévorer leur souper avec acharnement […] — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Géométrie) Trouver un carré équivalent à une surface terminée par des lignes d’une courbure quelconque, en faire la quadrature.
    • Carrer le cercle est impossible. → voir quadrature du cercle
  3. (Arithmétique) Former le carré d’un nombre en multipliant ce nombre par lui-même.
  4. (Pronominal) Marcher avec un maintien qui annonce de la prétention, de l’arrogance.
    • Se carrer en marchant. Voyez comme il se carre. Il se carre dans sa dignité.
  5. (Pronominal) (Figuré) S'installer quelque part.
    • Saccard se carrait, se mettait chez lui, et réellement, par sa verve, par sa rondeur, il gagnait peu à peu l’amitié de tout le monde. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Carrée dans son fauteuil de paille, ma mère moulait le café embaumé, qu’elle torréfiait elle-même. — (Colette, La maison de Claudine, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 122)
    • Mme Silencemoï, en tournant la tête, l’apercevait-elle, carré insolemment sur son volant de jupe, elle le chassait d’un coup d’ombrelle. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 138.)
    • Il allait quand même pas attendre qu'elle pionce au troisième degré pour se carrer dans son coin de pageot. — (Jean-Louis Degaudenzi, La lamentable épopée de Doris et Alexandre, Éditions Fixot, 1990)
    • Pour le premier rendez-vous, elle s’est carrée dans son fauteuil, encadrée par deux collaboratrices, comme le font certains grands patrons qui débarquent en interview bardés d’avocats. — (Raphaëlle Bacqué, Sibeth Ndiaye, langue de bois et paroles cash au service du macronisme, Le Monde. Mis en ligne le 7 juin 2019)
  6. (Pronominal) Développer toute sa carrure.
    • Il se carre d'aplomb, les pieds à l'équerre, les jambes mi-fléchies et bien ouvertes. D'un coup d'un seul, il s'agit d'égobeler ce hêtre, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  7. (Pronominal) (Vieilli) (Au jeu de la bouillotte) Ouvrir le jeu, et faire une forte mise avant d’avoir vu ses cartes.

Verbe 2

carrer \ka.ʁe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se carrer)

  1. (Occitanie) (Familier) Mettre, placer, disposer.
    • Il a qu’à se carrer une plume dans le cul.
    • Où il est allé se carrer encore ?
    • Certes, on ne voit pas bien en quoi les astres peuvent avoir quoi que ce soit à carrer de ce qui peut m'arriver, étant donné que justement, ce sont des astres, c'est-à-dire soit de grosses pierres dénuées de la moindre intelligence, […]. — (Gilles Vervisch, Comment ai-je pu croire au Père Noël ? : Philosopher au quotidien, Max Milo, 2009, chap.14)

Nom commun

carrer masculin

  1. Rue.
    • Jo m’en venia
      viu fort pelea
      dins una aldea,
      en un carrer:
      marit, muller
      viu emplaçar,
      fort acusar
      que adulterava.
      — (Jaume Roig, Espill, 2ème livre, 2ème partie)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CARRER. v. tr.
Donner une figure carrée. Carrer un bloc de marbre. En termes de Géométrie, il signifie Trouver un carré équivalent à une surface terminée par des lignes d'une courbure quelconque. En termes d'Arithmétique, il signifie Former le carré d'un nombre en multipliant ce nombre par lui-même.

SE CARRER signifie Marcher avec un maintien qui annonce de la prétention, de l'arrogance. Se carrer en marchant. Voyez comme il se carre. Il se carre dans sa dignité. On dit dans un sens analogue. Se carrer dans son fauteuil, se carrer dans sa voiture, S'y installer confortablement.

Littré (1872-1877)

CARRER (ka-ré) v. a.
  • 1Donner une figure carrée. Carrer un bloc de marbre.
  • 2 Terme de géométrie. Trouver le carré équivalent à une surface terminée par des lignes courbes. Le mathématicien qui carre une courbe à double courbure, Voltaire, Dial. XXIX, 11. J'aime mieux votre Anti-Machiavel que toutes ces courbes qu'on carre ou qu'on ne carre pas, Voltaire, Lett. Pruss. 94.

    Terme d'arithmétique et d'algèbre. Former le carré d'un nombre, d'une quantité, en les multipliant par eux-mêmes.

  • 3 Terme d'art militaire. Former une troupe en carré.
  • 4Se carrer, v. réfl. Se tenir d'une façon qui annonce la satisfaction de soi, l'arrogance. Montrer ses belles dents, se carrer sur un pied, Régnier, Sat. VIII. Cependant l'un des jeunes gens vêtit sa soutane et commença à se carrer avec, Francion, IV, 155. Dans ce penser il se carrait, Recevant comme siens l'encens et les cantiques, La Fontaine, Fabl. V, 14. Un jour que je me promenais et me carrais dans les appartements, Lesage, Gil Blas, VII, 13. On l'a mille fois fustigé, Il se carre encor dans la boue, Voltaire, Ép. 86. Sur un trône l'ennui se carre, Fier d'être encensé par des sots, Béranger, Math. Bruneau.
  • 5À la bouillotte, un joueur se carre, quand il s'assure de la priorité en doublant sa mise.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CARRER.
3Ajoutez : Je sais mieux ranger les soldats que les paroles, et mieux carrer les bataillons que les périodes, Scudéry, Ligdamon, préface.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « carrer »

1 : Du latin quadrare.
2 : Probablement de l’occitan carrar.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin carrarius.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. cairar ; catal. quadrar ; espagn. cuadrar ; ital. quadrare ; du latin quadrare, où le radical quadr est une forme de quatuor, quatre (voy. QUATRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « carrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carrer kare

Évolution historique de l’usage du mot « carrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « carrer »

  • C’était une alternative, à la base, soit tu es un menteur pathologique, soit tu es un manipulateur professionnel, un troll à gages, si tu veux. Je t’ai dit que ton idée que « je fasse mes devoirs » tu pouvais te la carrer dans le fion, chacun est capable, en-dessous d’un article donné, de voir par lui-même qui ment et qui est objectif. Eh oui, les lecteurs d’Avox ne sont pas forcément des lapins de la semaine. AgoraVox, Tout ça pour ça ? - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « carrer »

Langue Traduction
Anglais ensconce
Espagnol calle
Italien carrer
Allemand carrer
Portugais podem enfiar
Source : Google Translate API

Synonymes de « carrer »

Source : synonymes de carrer sur lebonsynonyme.fr
Partager