La langue française

Brasse

Sommaire

  • Définitions du mot brasse
  • Étymologie de « brasse »
  • Phonétique de « brasse »
  • Évolution historique de l’usage du mot « brasse »
  • Citations contenant le mot « brasse »
  • Traductions du mot « brasse »
  • Synonymes de « brasse »

Définitions du mot « brasse »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRASSE, subst. fém.

A.− MÉTROL. Ancienne mesure de longueur correspondant au développement maximum des deux bras étendus (1,60 m environ). Petite brasse, grande brasse, demi-brasse, avoir dix brasses de longueur. Elle tira d'une de ses poches une cordelette de crin (...) mesurant de sept à huit brasses (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 389).
En partic., MAR. Unité pour mesurer la longueur des cordages et la profondeur de l'eau. Vingt brasses de corde (Ac. 1798); mesurer des cordes, des cordages à la brasse (Ac. 1835) :
1. La sonde ne marquait plus que quatre brasses sur un banc de sable qui traversait le chenal; ... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 358.
SYNT. Avoir cinquante brasses de profondeur; laisser tomber l'ancre par vingt brasses d'eau, l'ancre chasse quelques brasses; le navire mouille par vingt brasses.
Loc. Être sur les brasses. Toucher le fond avec la ligne de sonde divisée en brasses.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixes. ainsi que dans Lar. 20e.
Au bout du câble faut la brasse :
2. Mais, comme dit le marin, au bout du câble faut la brasse, et si dans deux autres années d'ici nous n'avions pas entendu parler de Robert, il serait forcé de risquer le tout pour le tout, et d'aller le chercher d'île en île, certain que je suis de te le ramener, ... Nodier, La Fée aux miettes,1831, p. 72.
Rem. À rapprocher du proverbe au bout de l'aune faut le drap, c'est-à-dire ,,à force d'auner, on arrive au bout de [faut] la pièce de drap``, ce qui signifierait au fig. ,,toutes choses ont leur fin`` (Littré, s.v. faillir).
B.− SPORTS
1. Mouvement du nageur qui consiste à étendre les deux bras à la fois. En quelques brasses, la petite dame atteint la berge, ramasse son peignoir (Fargue, Le Piéton de Paris,1939, p. 80).
P. méton. Nage sur le ventre qui consiste à déployer les bras et les jambes sans les sortir de l'eau. Nager à la brasse (Ac. 1932), brasse coulée, brasse sur le dos, brasse papillon, cent mètres brasse. Il nageait à la brasse et assez mal (Camus, L'Étranger,1942, p. 1160).
Rem. Rob., Quillet 1965, Dub. enregistrent le syntagme nager la brasse.
P. compar. :
3. Il tira, l'homme fit un drôle de bond sur le ventre en jetant les bras en avant : il avait l'air d'apprendre à nager. Amusé, Mathieu tira encore et le pauvre gars fit deux ou trois brasses en lâchant sa grenade qui roula sur la chaussée sans éclater. Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 186.
Loc. S'allonger sur la brasse. Synon. de s'allonger sur la brassée (cf. brassée A 2) :
4. Ma seule distraction (et mon seul exercice) est, tous les jours, avant mon dîner, de m'allonger sur la brasse dans les ondes de la Séquane. Flaubert, Correspondance,1876, p. 331.
2. Distance parcourue par un nageur à chaque mouvement de ce type de nage. Atteindre le bord en quelques brasses. Faites un effort, nous ne sommes plus qu'à quelques brasses d'une masse noire (Ponson du Terrail, Rocambole,t. 4, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 18).
C.− Synon. de brassée (cf. brassée I).T' vas t'en aller n'au bûcher, querir un' brasse ed' bois sec! Je r'vins! (R. Martin du Gard, La Gonfle,1928, I, 6, p. 1193).
Au fig. :
5. ... inlassablement, il [l'intellectuel] doit tenir les deux bouts de la chaîne : d'un côté rappeler sans fléchir les exigences de la vérité, luttant à pleines brasses contre le mensonge et l'exploitation utilitaire des valeurs spirituelles : sauver, et encore sauver, au moment où les combats ne songent qu'à confondre, haïr et détruire; en même temps, choisir et sacrifier. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 677.
Loc. fam. À brasse-corps. Synon. de à bras-le-corps :
6. Quelquefois je la prends mon enfant, je la tiens à brasse-corps contre moi pour la réchauffer. Je lui crie : « Mais je n'ai que toi, mon enfant chérie ». A. Daudet, L'Évangéliste,1883, p. 283.
Rem. La plupart des dict. du xixes. ainsi que Lar. 20eenregistrent le syntagme pain de brasse qui désigne un pain de vingt à vingt-cinq livres, si gros qu'on ne peut l'entourer qu'avec les deux bras.
Arch. Les deux bras :
7. ... et cette foule confuse, dirigée par un homme en fer qui, de toutes ses épaules et de ses reins arc-boutés, elle tire! Elle pousse tant qu'elle peut! Tout l'effort populeux de par-dessous (sans parler de ce sage en rouge, il est de toute sa brasse déployée venu se mesurer à cette œuvre qui cherche à s'implanter sur la chair humaine), n'aboutit qu'à quelque chose de branlant et de suspendu. Claudel, Un Poète regarde la Croix,1938, p. 211.
Travail fourni par la force des bras. L'ouvrier civilisé qui donne sa brasse pour un morceau de pain (...) n'est pas libre (Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?1840, p. 228).
PRONONC. : [bʀas]. Warn. 1968 est le seul dict. à proposer [ɑ] post. ou [a] ant. pour Kamm. 1964, p. 93, ,,a est ouvert et long (= ɑ) dans passe, casse, classe, déclasse, reclasse, lasse, trépasse, amasse, (parfois ramasse), sasse et ressasse, brasse, prélasse, tasse et entasse``. Pour Rouss.-Lacl. 1927 la voyelle est moyenne (cf. p. 121). Les transcr. par [ɑ] peuvent s'expliquer p. anal. avec bras (à ce sujet cf. G. Straka, Syst. des voyelles du fr. mod., Strasbourg, Inst. de Phonét., 1950, p. 21).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1080 brace « les deux bras » (Roland, éd. J. Bédier, 3939) − 1582 brasse (F. Bretin, Trad. de Lucien, la Vie de Lucien, p. 3 dans Hug.); 2. 1409 mes. (Le Livre des faicts du bon messire Jean le Maingre, dit mareschal Boucicaut, I, VI dans Littré); 3. 1835 sp. nager à la brasse (Ac.); 1928 « nage » (Lar. 20e). Dér. du lat. brachia, plur. neutre de brachium (bras*), empl. comme coll. féminin.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 265. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 887, b) 317; xxes. : a) 127, b) 119.
BBG. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 38. − Goug. Mots t. 2 1966, p. 14.

Wiktionnaire

Nom commun

brasse \bʁas\ féminin

  1. (Métrologie) (Vieilli) Ancienne mesure de la longueur des deux bras étendus, qui variait selon les régions.
    • BRASSE. Mesure de longueur. La brasse en usage en Italie est généralement une mesure d’aunage, qui dérive vraisemblablement de la longueur du bras, d’où le nom de braccio. Dans d’autres pays, la brasse, servant principalement au toisé et à l’arpentage, est d’une longueur beaucoup plus considérable et doit sans doute son origine à la mesure naturelle représentée par les deux bras étendus. Telle est la braça portugaise et la braza espagnole. Telle est aussi la brasse marine. (Voyez ce mot). Telle est encore la toise, mesure qui se divise assez généralement en 6 pieds, et à laquelle on donne aussi le nom de brasse ; en allemand faden ou klafter, en danois favn, en suédois famn, en hollandais vadem ou vaam, en flamand vaem, en anglais fathom, etc. Voyez Toise.
      La brasse des anciens Grecs était l’
      orgyie, celle des Romains le pas, celle des Hindous le danda, etc. Voyez ces mots. — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
    • La brasse est d’environ 1,62 m (cinq pieds de Paris).
  2. (Marine) (Métrologie) Unité de mesure de la profondeur de la mer, de valeur variable selon les nations.
    • L’ancre de veille de tribord, empennelée d’une ancre à jet, fut mouillée par bâbord-arrière pour servir d’ancre d’évitage ; elle avait une biture de 80 brasses. — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 156)
    • […] j’avais près de cent brasses de chaîne et mon ancre à ramener à bord, une tâche énorme pour un homme seul qui me prit près de quatre heures et demie […] — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  3. (Natation) Espace parcouru dans l’eau par le nageur à chaque déploiement des bras et coup de jarret.
  4. (Natation) (Par ellipse) Style de nage se pratiquant sur le ventre avec des actions successives, coordonnées et symétriques des jambes et des bras.
    • L’instructeur américain, M. Griser, a obtenu là des résultats absolument remarquables qui démontrent, une fois de plus, la facilité avec laquelle on peut enseigner le crawl américain aux débutants qui n’ont jamais pratiqué de nages désuètes comme la brasse ou le trudgeon. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  5. (Métallurgie) (Vieilli) (Désuet) Brasque.
  6. (Argot des Gadz’Arts) Discours.
    • Le Jack’s a encore fait une brasse creuse à la ren’k’le [rencale].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRASSE. n. f.
T. de Marine. Unité de mesure de la profondeur de la mer. La brasse marine est de 1 m. 62. Les lignes de sonde qui servent à indiquer la profondeur de l'eau sont divisées en brasses. La sonde donnait vingt brasses d'eau. En termes de Natation, il désigne l'Espace parcouru dans l'eau par le nageur à chaque déploiement des bras et coup de jarret. Nager à la brasse, Nager en étendant, au-dessus de l'eau, les bras l'un après l'autre.

Littré (1872-1877)

BRASSE (bra-s') s. f.
  • 1Mesure qu'on prend avec les deux bras étendus, c'est-à-dire d'un bout à l'autre, et qui passe à peu près pour celle de cinq pieds anciens ou 1m 62 ; on l'appelait aussi pas géométrique, valant deux pas ordinaires. Un chapelet… Long d'une brasse et gros outre mesure, La Fontaine, Herm. Combien de brasses doit avoir notre ligne ? Rousseau, Ém. II.

    Terme de marine. Mesure de cinq pieds. Nous donnâmes fond par six brasses, Chateaubriand, Itin. II, 18. On vient mouiller à telle brasse que l'on veut, Chateaubriand, ib. III, 111. Les plus grandes profondeurs où les plongeurs puissent descendre, qui sont de vingt brasses, Buffon, Théor. de la terre, 2e discours.

    Être sur les brasses, être sûr d'avoir fond.

  • 2Pain de brasse, fort grand pain de 20 à 25 livres.
  • 3Brasse, d'après l'Académie, manière de nager dans laquelle on tire les bras alternativement hors de l'eau, les ramenant, alternativement aussi, auprès du corps ; mais, d'après plusieurs gymnastes, manière de nager qui consiste à mettre les mains réunies sous le menton, les coudes près du corps, les jambes repliées et les pieds placés de manière à pouvoir être lancés à droite et à gauche ; puis allonger vigoureusement les bras en avant, en donnant simultanément deux forts coups de pieds à droite et à gauche ; et, finalement, ramener les pieds et les mains à la première position ; dans ce dernier sens, on dit : faire une brasse. Il sait à peine nager, il ne fait que deux ou trois brasses. Dans le sens de l'Académie, on dit, à Paris : la coupe ; nager à la coupe.

HISTORIQUE

XIe s. Li reis a pris Tierri entre sa brace, Ch. de Rol. CCLXXXIX. Sanglant [il] en a et l'haubert et la brace, ib. CIII.

XIIe s. Des champions chascuns a brace fiere ; Bien s'entrefierent et devant et derriere, R. de Cambrai, 198.

XIIIe s. Mes une grant borse pesans, Toute farsie de besans, Se la veoit saillir en place, Tost i corroit à plaine brace, la Rose, 8390. Calabre vint encontre sa mere la senée ; Contre le roi [elle] ala lie, brace levée, Ch. d'Ant. I, 654.

XIVe s. Li rois de Bel-Marin li fait belle assemblée, Et li baille son filz à la brace quarrée, Guesclin. 15507.

XVe s. Si deux parois de plastre fussent à une brasse l'une près de l'autre, à force de bras et de jambes il monteit tout au plus hault, sans cheoir au monter ne au devaler, Bouciq. I, ch. VI.

XVIe s. Jà de la mer la fureur à grans brasses Avoit couvert et mottes et terrasses, Marot, IV, 28. Un puits profond de cent brasses, Paré, XXIV, 3. Le monarchique loge le roy quelques brasses au dessus de dieu, Montaigne, IV, 30.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BRASSE, s. f. La Marine a trois sortes de brasses ; la grande brasse, dont on se sert pour les vaisseaux de guerre est de six piés ; la moyenne, qui est celle des vaisseaux marchands, est de cinq piés & demi ; & la petite n’est que de cinq piés ; elle n’est en usage que parmi les patrons de barques & autres petits bâtimens qui servent à la pêche.

Tous les cordages se mesurent par brasses. Les cables des plus grands vaisseaux ont 120 brasses ou 720 piés. Le Roi entretient dans ses ports un officier nommé maître d’équipage, dont la principale fonction est de couper les manœuvres suivant le rang des vaisseaux, c’est-à-dire, de donner aux cordages la longueur qu’il leur convient à chacun. (Z)

Brasse, (Commerce.) mesure de la longueur des deux bras étendus, & qui est ordinairement de cinq piés. M. Savari la fait de six piés de roi, & équivalente à la toise. Voyez Toise.

Brasse, est aussi une espece d’aune ou de mesure de longueur, qui sert à mesurer les draps, toiles, rubans & autre, pareilles marchandises.

On s’en sert dans presque toute l’Italie : mais sa mesure varie suivant les lieux. A Venise la brasse contient un pié trois pouces trois lignes, qui font huit quinziemes de l’aune de Paris, & ainsi quinze brasses de Venise font huit aunes de Paris.

La brasse de Bologne, Modene, Mantoue, est semblable à celle de Venise.

À Luques la brasse est d’un pié neuf pouces dix lignes. ce qui fait demi-aune de Paris : à Florence elle contient un pié neuf pouces quatre lignes, qui font quarante-neuf centiemes d’aunes de Paris, & par conséquent un peu moins d’une demi-aune.

À Milan la brasse pour mesurer les soies, n’est pas la même que celle avec laquelle on mesure les draps de laine : la premiere ne contenant qu’un pié sept pouces quatre lignes, & la seconde deux piés onze lignes.

À Bergame la brasse contient un pié sept pouces six lignes, qui font cinq neuviemes d’aune de Paris ; ainsi neuf aunes de Bergame n’en font que cinq de Paris.

Brasse, se dit aussi de la chose mesurée avec la brasse ; une brasse de drap, une brasse de corde. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « brasse »

(Date à préciser) Du latin brachia (« bras »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, brache ; provenç. brassa ; espagn. braza ; portug. braça. L'étymologie est brachia, pluriel de brachium, brasse signifiant proprement, dans l'ancien français, les deux bras ; les pluriels neutres ont donné au vieux français plusieurs noms collectifs du féminin, par exemple aumaille, d'animalia, merveille, de mirabilia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « brasse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brasse bras

Évolution historique de l’usage du mot « brasse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brasse »

  • La brasseuse réalise toutes les étapes de la production, de la cuisson de l’orge à la double fermentation. « Il faut deux mois en tout pour obtenir une bonne bière artisanale » ajoute Frédérique Adam. www.paris-normandie.fr, À Auquemesnil, Frédérique Adam brasse sa bière qu’elle vend sur les marchés de Dieppe et Longueville
  • Une vertu du service militaire est qu'il brasse des gens de toutes catégories sociales. De Jean-Pierre Chevènement / Le Figaro, 31 janvier 2015
  • Plus tu brasses la merde, plus elle pue. De Proverbe québécois
  • En adaptant ses horaires et son organisation, la brasserie Heineken de La Pilaterie a pu continuer à assurer un important volume de production tout au long de la crise sanitaire. Et elle a repris son « rythme estival » depuis la réouverture des cafés-restaurants, comme l’indique son directeur, Antoine Clément. La Voix du Nord, Mons/Marcq : comment Heineken a brassé les cartes du Covid
  • Nager dans le bonheur, c’est faire des brasses dans sa propre piscine. De Michèle Bernier / Le Petit Livre de Michèle Bernier
  • Une politique qui se borne à brasser des rêves les trompe tous. Une politique qui les ignore se trompe sur la nature de ceux qu'elle prétend conduire. De François Mitterrand / France-Soir - 23 Novembre 1970
  • Pour sa préparation, Hugo Lapalus va conserver sa façon de faire. « Je brasse tout le temps. Je m’entraîne avec sérieux mais j’ai besoin aussi de voir mes copains, de manger une pizza quand j’en ai envie. Certains se l’interdisent, pas moi ; ça fait partie de mon équilibre. Je vais continuer à me professionnaliser mais à mon rythme. » , SkiChrono | Hugo Lapalus, nouveau venu chez les Bleus : "Je brasse tout le temps"
  • Le pilote de l’Écureuil se rapproche encore, à moins de dix mètres du pont, quasiment à portée de main, et brasse des embruns à tout vent. La victime repêchée dans l’eau touche enfin le pont arrière, un sauveteur le décroche. Mission réussie, l’hélicoptère prend le large. , REPORTAGE. Sauvetages côtiers : les gendarmes révisent leurs gammes - Pontivy.maville.com
  • Pour illustrer sa rapide progression, Noan Ekedy a pris la troisième place en brasse du championnat de France de sa catégorie. Mais c’est l’année suivante que le brasseur a impressionné la galerie. Loin de figurer parmi les principaux favoris des championnats de France jeunes, il a obtenu l’or sur 100 mètres et 200 mètres, l’argent sur 50 mètres. « C’était totalement inattendu. »  , Les pépites du sport à Caen (1/5). Noan Ekedy, la tête et les brasses | Sport à Caen

Traductions du mot « brasse »

Langue Traduction
Anglais breaststroke
Espagnol braza
Italien rana
Allemand brustschwimmen
Portugais bruços
Source : Google Translate API

Synonymes de « brasse »

Source : synonymes de brasse sur lebonsynonyme.fr
Partager