La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « braie »

Braie

Variantes Singulier Pluriel
Féminin braie braies

Définitions de « braie »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRAIE, subst. fém.

A.− Le plus souv. au sing., vx, rare. Couche, lange d'enfant (cf. brague) :
1. Ce petit Amour, un pied demi-levé sur un serpent que l'autre écrase − les courtes jambes encore alourdies, déformées par des braies mal nouées, qui tombent et le découvrent à demi, la ceinture lui restant au ventre − comme pour une complication ornementale... Gide, Feuilles de route,1895, p. 61.
2. Ce qui était à faire, un enfant encore dans l'braie l'aurait pigé. M. Stéphane, Ceux du trimard,1928, p. 97.
Emplois spéc. [P. anal. de fonction]
1. [P. allus. à la fonction de protection de la braie]
a) FORTIF. ,,Ceinture de fortes palissades ou de maçonnerie que les ingénieurs du xviesiècle construisaient en avant de l'enceinte d'une place pour en couvrir le pied contre les batteries de l'ennemi`` (Lar. 19e).
Fausse-braie. ,,Lorsque l'artillerie à feu fut employée à l'attaque des places fortes, on éleva autour des courtines, des boulevards ou bastions, des murs peu élevés, des parapets au niveau de la crête de la contrescarpe des fosses, pour y placer des arquebusiers`` (Viollet 1875).
Rem. 1. Attesté dans la plupart des dict. 2. Certains dict. écrivent fausses-braies. 3. Selon Nouv. Lar. ill. ,,on semble avoir dit indifféremment braies et fausses-braies``. 4. Lar. 20eprécise : ,,(Les braies servaient à protéger un front d'arbalétriers. Les fausses braies en étaient une variété formant un petit rempart; au xveet au xviesiècle, elles comportaient une terrasse pour l'artillerie légère)``.
b) MAR. ,,Morceau de cuir ou de toile goudronnée qui recouvre les coins des étambrais des mâts et des pompes, pour empêcher le passage de l'eau`` (Soé-Dup. 1906).
Rem. Attesté dans la plupart des dictionnaires.
c) MEUN. Traverse de bois placée sur le pailler d'un moulin à vent, servant à soulager les meules.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. du xixes. ainsi que dans Lar. 20eet Quillet 1965.
d) TECHNOL. Garniture en fer fixée sur le manche d'un marteau de forge.
Rem. Le plus souvent cette accept. est donnée sous la vedette brée (Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, Lar. 20e, Littré, Guérin 1892, Ac. 1932). DG la donne sous braie après un renvoi sous brée et Quillet 1965 la donne sous les 2 vedettes.
e) TYPOGR. Morceau de papier fort, découpé de façon à protéger les blancs en laissant à découvert les parties à imprimer, faisant office de frisquette pour le tirage des épreuves.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. du xixes. ainsi que dans Lar. 20eet Quillet 1965.
2. [P. allus. à la fonction d'enveloppe de la braie] PÊCHE. Filet ayant la forme d'un chalut, fixe et maintenu ouvert par des perches, dont l'entrée est dirigée vers la côte (d'apr. Gruss 1952).
Rem. Attesté dans la plupart des dict. du xixes. ainsi que dans Quillet 1965.
B.− Gén. au plur. Vêtement en forme de culotte ou de caleçon, ajusté ou flottant, porté par plusieurs peuples de l'Antiquité et encore en usage dans les campagnes au Moyen Âge :
3. Le Gaulois chevelu du nord, que venaient voir par curiosité, au troisième siècle, le Gaulois à toge de Milan et le Gaulois à braies de Lyon, le Gaulois chevelu fut dompté. Hugo, Le Rhin,1842, p. 114.
4. Le petit paysan avait pris ses habits des dimanches, sa veste bleue à boutons de cuivre, ses brayes de toile fine, son chapeau à large bord garni d'un ruban de velours. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 591.
Au sing., rare :
5. Ils étaient suivis d'un concours formidable surtout de cudjos de Marroon town, vêtus d'une braye et d'une veste de grosse toile que le gouvernement leur donnait chaque année... P. Borel, Champavert,Three Fingered Jack, l'Obi, 1833, p. 106.
Rem. La forme braille, même sens, est attestée dans la docum. Une ficelle serrait ses brailles (Giono, Colline, 1929, p. 14).
Loc., au fig. Porter les braies. Diriger le ménage. Synon. porter la culotte*.
Vx. S'en sortir les braies nettes. Se tirer d'une mauvaise affaire sans encombre.
Rem. Attesté dans la plupart des dictionnaires.
PRONONC. ET ORTH. : [bʀ ε]. Homon. brai1, 2, 3; brait et braient (de braire). Les dict. donnent la forme braie au sing. en mentionnant que braies au plur. ,,s'est dit anciennement pour culotte, caleçon`` (Ac. 1835). Néanmoins Littré et Pt Rob. enregistrent la vedette au plur. Fér. Crit. t. 1 1787 rappelle : ,,On écrivait autrefois braye`` et recommande de prononcer ,,bra-ie et non pas bré-ie; c'est pourquoi [il trouve] l'i plus convenable que l'y``. Pour cette prononc. cf. aussi Land. 1834, Gattel 1841 et Besch. 1845; pour la préserver, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834 et Gattel 1841 écrivent braïe avec tréma (la prononc. mod. est déjà notée par Nod. 1844 puis régulièrement à partir de Littré). La forme braye paraît à titre hist. dans Ac. Compl. 1842, dans Lar. 19eavec la précision : ,,On a dit aussi brayel, brayer et brayet`` (cf. encore Guérin 1892, s.v. braieul). On la trouve encore dans F.-R. de Chateaubriand, Études hist., 1831, p. 277. On relève encore la forme braïe (cf. Giono, Regain, 1930, p. 134) et brailles (cf. supra Id., Colline, 1929, p. 14).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1172-74 « pantalon » antiq. (G. de Pont Ste Maxence, St Thomas, 3936 dans T.-L.); 2. spéc. 1680 « lange d'enfant » (Rich.); 3. emplois techn. 1694 « traverse de bois qu'on met sur le palier d'un moulin à vent » (Corneille); 1771 « papier fort dont les typographes garnissent la frisquette de leur presse » (Trév.); 1803 « garniture de fer qui entoure le manche du marteau de forge » brée (Boiste). Du lat. braca, -ae usité surtout au plur. bracae, avec un doublet braces (Lucilius, 409 [éd. Marx] dans TLL s.v., 2154, 37) empr. au gaul.; (cf. Diodore 5, 30, 1, ibid., 32 et Hesychius, ibid., 20) ce n'est en effet que par les Gaulois que les Romains apprirent à connaître le pantalon; le mot s'est déjà répandu dans toutes les lang. rom., REW3, no1252 (v. aussi Dottin, Manuel de l'Antiquité Celtique, 1915, p. 70; Thurneysen, pp. 47-48).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 20.

Wiktionnaire

Nom commun - français

braie \bʁɛ\ féminin

  1. (Pluriel) Large pantalon, serré par le bas, que portaient plusieurs peuples de l’Antiquité.[1&2]
    • Le Gaulois chevelu du nord, que venaient voir par curiosité, au troisième siècle, le Gaulois à toge de Milan et le Gaulois à braies de Lyon, le Gaulois chevelu fut dompté.
    • Pendant que l’enfant s’habille, Lory plie soigneusement l’uniforme, la petite veste, les grandes braies rouges, et, le paquet fait, il se passe autour du cou l’étui de fer-blanc où tient la feuille de route… — (Alphonse Daudet, Le mauvais zouave, dans Contes du lundi, 1873, réédition Le Livre de Poche, page 51)
    • VANNES[…] Pour les hommes, veste noire, pantalon noir et énorme chapeau noir. — L’effet est d’une gravité funèbre. Quelquefois les coins du gilet sont rouges et le pantalon est la braie rayée bleue et brune des anciens Gaulois. — (Hippolyte Taine, Carnets de voyage : Notes sur la province, 1863-1865, Hachette, 1897)
    • Il a posé sur ses genoux un panier d’un très beau travail de vannerie qui contient des œufs durs, porte des sandales de paille et des braies de paysans toutes reprisées auxquelles les lessives ont donné une belle teinte aubergine. — (Nicolas Bouvier, Le vide et le plein (Carnets du Japon, 1964-1970), Folio, page 22)
    • Derrière cette jeune personne amplement enjuponnée, j’aperçois les hardies filles en braies rayées qui suivaient leurs hommes en Macédoine ou sur les pentes du Capitole, et celles qui furent vendues à l’encan après les campagnes de César. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 295)
  2. (Par analogie) Garniture de fer du manche d’un marteau de forge.
  3. (Par analogie) Garniture en toile du trou du gouvernail sur un bateau.[1][2]
  4. (Vieilli) (Désuet) Linge pour le derrière d’un enfant.[2]
    • Ce qui était à faire, un enfant encore dans l'braie l'aurait pigé.
  5. (Vieilli) (Désuet) Outil de cirier pour écraser la cire.[2]
  6. (Imprimerie) (Vieilli) (Désuet) Morceau de papier découpé de façon à protéger les blancs, en laissant à découvert les parties à imprimer. Peau sur le tympan, frisquette non montée.[2]
  7. (Meunerie) (Vieilli) (Désuet) Pièce montée par deux pour soulager les meules d'un moulin à vent. [2]
  8. (Architecture) Ceinture de fortes palissades ou de maçonnerie que les ingénieurs du XVIe siècle construisaient en avant de l’enceinte d’une place pour en couvrir le pied contre les batteries de l’ennemi.
  9. (Marine) Morceau de cuir ou de toile goudronnée qui recouvre les coins des étambrais des mâts et des pompes, pour empêcher le passage de l’eau.
  10. (Pêche) Filet ayant la forme d’un chalut, fixe et maintenu ouvert par des perches, dont l’entrée est dirigée vers la côte.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BRAIE, s. f. (Marinc.) c’est ainsi qu’on nomme des morceaux de toile poissée ou de cuir goudronné qu’on applique autour d’un trou pratiqué dans le tillac pour passer le mât ; ce qui empêche que l’eau de la pluie ou des coups de vagues ne tombent à fond de cale. On applique aussi des braies à l’ouverture par où passe la barre du gouvernail ; parce que de gros tems, & sur-tout de vent arriere, les vagues qui sautent souvent par-dessus la dunette, rempliroient la sainte-barbe, ou il n’y a ni dalots ni maugeres pour la faire écouler. Voyez Dalot & Maugere. (Z)

Braie, (Corderie.) Voyez Broye.

Braie, en terme de Cirier, est un instrument sur lequel on écache la cire. Voy. Ecacher. Il est composé d’un banc garni d’un anneau dans lequel est retenue la braie proprement dite ; c’est-à-dire, une planche de bouis joüant dans cet anneau, sous laquelle on pétrit la cire.

Braie, chez les Imprimeurs, c’est une peau ou parchemin préparé pour l’usage de l’Imprimerie, qui sert à recouvrir le grand tympan.

On appelle encore braie une feuille de papier gris ou une maculature découpée en frisquette, qui sert à faire des épreuves. V. Epreuve, Maculature, Tympan, Frisquette.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « braie »

(1172-74) Du latin braca, issu du gaulois braca / bracca.
(1680) (« lange d'enfant »).
(1694) (« traverse de bois qu'on met sur le palier d'un moulin à vent »).
(1771) (« papier fort dont les typographes garnissent la frisquette de leur presse »)
(1803) (« garniture de fer qui entoure le manche du marteau de forge »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « braie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
braie bʀɛ

Citations contenant le mot « braie »

  • On sait déjà (ou, à tout le moins, on croit savoir) beaucoup de choses sur le Nord, comme le fait, par exemple, que din ch’Nord, on braie (pleure, Bdlr) deux fois : une fois quand on arrive et une fois quand on repart... Mais il est encore des choses que l’on ignore comme la recette de la fricadelle (personne ne sait ce qu’il y a dedans !) ou encore les goûts des acquéreurs ch’timis en matière de logements. Pour ce qui est de la composition de la fricadelle, là, désolé, on sèche... en revanche, pour ce qui est des biens que recherchent les habitants du Nord-Pas-de-Calais, on en sait plus ! D’après les données qu’a récoltées l’Observatoire du Moral Immobilier SeLoger en mai dernier, dans le Nord de la France, les maisons arrivent en tête de la wishlist des futurs acquéreurs immobiliers. Jugez plutôt, l’étude réalisée par l’OMI SeLoger nous apprend que, dans le Nord-Pas-de-Calais, 45 % des projets immobiliers portent sur des maisons et 20 % sur des appartements. À ce titre, il est d’ailleurs intéressant de noter que c’est vraisemblablement le confinement qui a boosté l'appétence des Nordistes pour les maisons car avant la crise du Covid-19 et l’assignation à résidence de millions de Français qui s’est ensuivie, maisons et appartements étaient au coude-à-coude... « Depuis le confinement » précise Séverine Amate, Porte-Parole chez SeLoger, « les ⅔ des recherches effectuées en France, sur nos sites SeLoger et Logic-Immo concernent des maisons ». Seloger, Immobilier : Qui achète quoi ? Et où dans le Nord-Pas-de-Calais ? | Seloger

Traductions du mot « braie »

Langue Traduction
Anglais bray
Espagnol rebuznar
Italien ragliare
Allemand schreien
Chinois 嘶叫
Arabe نهيق
Portugais zurro
Russe кричать
Japonais ブレイ
Basque txalotu
Corse raghjò
Source : Google Translate API

Synonymes de « braie »

Source : synonymes de braie sur lebonsynonyme.fr

Braie

Retour au sommaire ➦

Partager