La langue française

Boy

Définitions du mot « boy »

Trésor de la Langue Française informatisé

BOY, subst. masc.

A.− Jeune garçon anglais :
1. ... en 1809, le roi George III d'Angleterre mit à la tête de l'aristocratique collège d'Eton le docteur Keate, petit homme terrible, qui considérait la bastonnade comme une station nécessaire sur le chemin de toute perfection morale, et qui terminait ses sermons en disant : « Soyez charitables, boys, ou je vous battrai jusqu'à ce que vous le deveniez ». Maurois, Ariel ou la Vie de Shelley,1923, p. 3.
B.− (Jeune) domestique indigène au service d'un Européen dans les pays coloniaux ou ex-coloniaux d'Afrique noire ou d'Asie :
2. Sa négresse, accroupie près de sa table, se tripotait les pieds et se les récurait avec un petit bout de bois. − Va-t'en boudin! lui lança son maître. Va me chercher le boy! Et puis de la glace en même temps! Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 161.
Rem. On trouve en ce sens le fém. boyesse.
P. ext. Domestique de couleur, serviteur :
3. ... des messieurs, le chapeau vissé sur la tête, y [dans les hôtels] fument, dès le matin, de gros cigares, répartissent leur salive dans tous les crachoirs des environs et s'expriment en sonnant du nez; il y a des téléphones sur toutes les tables et les boys circulent en criant à tue-tête des numéros de chambre. Morand, New York,1930, p. 140.
En partic. Palefrenier des chevaux de course. C'est un beau et bon cheval. Il tourne (...) au bout de la longe que tient le boy (Vialar, Clara et les méchants,1958, p. 250).
C.− Soldat américain. Vos braves boys américains et nos bons soldats français (De Gaulle, Mémoires de guerre,1956, p. 656).
Danseur faisant partie d'une troupe, d'un ensemble, dans les spectacles de music-hall. Ce n'étaient plus ici les rudes « poilus » (...) mais des « boys » comme dans une revue de music-hall (Vialar, Le Petit jour,1947, p. 342).
PRONONC. ET ORTH. : [bɔj]. Barbeau-Rodhe 1930 transcrit [bɔ:j] et propose : ,,ou à l'angl.`` Au plur. boys.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1672 « garçon qui nettoie les bateaux en Angleterre » (Seignelay, Marine d'Anglet. dans Bonn.), attest. isolée; 2. 1836 « jeune homme en Angleterre » (Chateaubriand, Ess. sur la litt. angl., Shakespeare, XI, 611, ibid.); 3. 1872 « jeune homme chargé du pansage des chevaux de course » (N. Pearson, Dict. du sport français d'apr. FEW t. 18, p. 35); 4. 1890 « jeune serviteur indigène dans certains pays d'Afrique noire ou d'Asie »; (P. Bourde, De Paris au Tonkin, Paris 2eéd. 1885 p. 134); 5. 1947 « danseur qui fait partie d'un ensemble dans les spectacles d'un music-hall », supra. Angl. boy attesté dans NED au sens gén. de « garçon » dep. ca 1300 m. angl. boy (Becket), au sens de « domestique, esclave » dep. ca 1350 plus particulièrement au sens 4 dep. 1609, d'orig. discutée; au sens 5 le mot a été employé de manière à servir de masc. à girl* terme de music-hall.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 165.
BBG. − Becker (K.). Sportanglizismen im modernen Französisch (auf Grund von Fachzeitschriften der Jahre 1965-1967). Meisenheim, 1970, p. 86, 326. − Behrens Engl. 1927, p. 182. − Benveniste (É). Mécanismes et transposition. In : [Mél. Frei (H.)]. Cah. F. Sauss. 1969, no25, pp. 56-57. − Bonn. 1920, pp. 16-17. − Tardel (H.). Das Englische Fremdwort in der modernen französischen Sprache. In : Festschrift 45. Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner, Bremen, 1899, p. 385.

Wiktionnaire

Nom commun

boy \bɔj\ masculin (pour une femme on dit : boyesse)

  1. Nom donné dans les colonies à un valet, un domestique.
    • Le boy, un bécon d'une douzaine d'années, attend patiemment, accroupi, la volonté du Céleste; seuls ses yeux de singe ont salué l'arrivée Wong-Truch d'un indéfinissable sourire. — (Émilien Soït, Orient, amour, poison et rêve, Éditions Art et travail, 1912, page 43)
    • Aucun luxe, au contraire, une bonhomie spécifiquement belge, un certain laisser-aller même et, à l'encontre du Soudan anglais, des boys familiers, vêtus de blanc, qui vous souriaient de toutes leurs dents. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VI, Gallimard, 1937)
  2. (Anglicisme) Jeune danseur de revue.
    • Déjà les boys et les danseuses faisaient la haie en chantant un chœur tonitruant et en tortillant des gambettes… — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. I, Série noire, Gallimard, 1956, p. 12)
  3. Jeune garçon anglais.
    • Toutes les dix minutes un boy, crieur de journaux, s’introduit furtivement dans la salle et offre les dernières éditions des feuilles du soir. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, L’Agent secret, 1911, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 1, page 1138)
  4. (Canada) (Anglicisme) Ami, gars.
  5. (Chimie) Support élévateur (Sorte de cric utilisé en laboratoire pour ajuster la hauteur de ce qui est posé dessus).

Nom commun

boy \bɔɪ\

  1. Garçon.
  2. (Affectueux) Fils.
  3. (Affectueux) Homme plus jeune que le locuteur.
  4. (Vieilli) Serviteur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « boy »

De l’anglais boy.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Siècle à préciser) Du moyen néerlandais boye (« serviteur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « boy »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
boy bɔj

Évolution historique de l’usage du mot « boy »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « boy »

  • Oh boy. https://t.co/Cb1iuLSX9i We Love Tennis, ATP > Kyrgios : "Oh boy" - We Love Tennis
  • Les Sex Pistols, c’était un boy’s band, il faut quand même le préciser. De Jacno
  • On commence par un sex-toy et on finit avec un sex-boy. De Jérôme Touzalin / Le Passager clandestin
  • L’adolescence commence le jour où, lorsqu’il suit un western à la télévision, un enfant préfère voir le cow-boy embrasser l’héroïne plutôt que son cheval. De Myriam Elison
  • Les boys bands ont leur chemise ouverte pour qu’on puisse voir leur tablette de chocolat et un pantalon moulant pour qu’on puisse voir les noisettes ! De Laurent Ruquier / Le Mois par moi
  • Le grand-père de Jean-Michel Espitallier était cow-boy. Un vrai cow-boy d’Amérique, au bout du bout du Far West : en Californie. Dans sa jeunesse, il a quitté ses Alpes natales pour aller tenter la fortune dans ces contrées lointaines, qui concentraient alors toute l’espérance et tout l’or du monde. Et puis, pour une raison ignorée, il est revenu. Il a vécu le reste de son âge dans son coin de France, au milieu de montagnards taiseux dont il faisait partie, lui aussi. France Culture, "Cow-Boy" : la grande traversée familiale de Jean-Michel Espitallier
  • Popularisé par Buffalo Bill, figure de la conquête de l’Ouest, le chapeau de cow-boy façonne depuis le milieu du XIXe siècle l’image du bouvier solitaire chevauchant sa monture vers le soleil couchant. C’est après un séjour dans le Far West que John B. Stetson, fils d’un chapelier d’Orange, dans le New Jersey, a l’idée en 1865 de créer un chapeau à bord large et plat, doté d’une calotte haute protégeant des intempéries, de la poussière, des branches basses et même des insectes. Baptisé « Boss of the Plains », cet accessoire est capable de braver la rudesse de l’Ouest, quand il ne sert pas de verre à eau ou de fouet à cheval et à bétail. Très vite, la John B. Stetson Company – dont l’usine principale se situe à Saint Joseph, dans le Missouri – devient le plus grand fabricant de chapeaux au monde (plus de 2 millions de pièces en 1906). Au fil des décennies, il change légèrement de forme et devient celui qu’on connaît aujourd’hui : son bord pour ne pas gêner la course du lasso, et sur sa calotte apparaissent des creux et des bosses, permettant de le manipuler plus facilement. , Chapeau de cow-boy : le retour d’un grand héros

Images d'illustration du mot « boy »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « boy »

Langue Traduction
Anglais boy
Espagnol chico
Italien ragazzo
Allemand boy
Portugais rapaz
Source : Google Translate API

Synonymes de « boy »

Source : synonymes de boy sur lebonsynonyme.fr

Boy

Retour au sommaire ➦

Partager