Bise : définition de bise


Bise : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BISE1, subst. fém.

Vent froid qui souffle du Nord ou du Nord-Est. Aujourd'hui boue, pluie, bise froide, jour d'hiver qui empêche le pèlerinage que vous savez (E. de Guérin, Lettres,1835, p. 75);l'âpre morsure de la bise (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 161)
Rem. En ornith., on rencontre un homographe désignant une espèce de canard sauvage des régions nordiques. Synon. macreuse noire. En bot., le mot désigne un champignon comestible. Synon. mousseron.
PRONONC. ET ORTH. : [bi:z]. Enq. : /biz/. Homon. et homogr. bise2.
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1130 (Pélerinage de Charlemagne, éd. E. Koschwitz, 354). Du fait que certains dial. gallo-rom. (wallon, lorr.; franco-prov.; v. FEW t. 15, 1, p. 117a et aussi Pat. Suisse rom.) de même que plusieurs formes du nord de l'Italie (FEW, loc. cit., REW3, no1120) supposent clairement un prototype *bisia, on peut supposer comme base commune un germ. *bîsjō « vent du nord-est », à rapprocher de l'a.sax. bīsa, a.h.all. bǐsa, m.h.all., n.h.all. bīse (Kluge20). Cette hyp. paraît préférable à celle d'un empr. à un a.b.frq. bîsa (EWFS2, Bl.-W.5). Un lat. médiév. biza « bise » est attesté dès 768 par Aetius Ister (ds Mittellat. W. s.v., 1486, 38), v. aussi Bambeck, no6.
BBG. − Alessio (G.). Sull' etimologia di brezza e di brisa. Bolletino dell' Atlante linguistico mediterraneo. 1963/64, t. 5/6, p. 29. − Alleyne (M.). Les Noms des vents en Gallo-rom. R. Ling. rom. 1961, t. 25, pp. 391-398. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 50. − Marshall (F.W.). Les Poésies de Blondel de Nesle. Une ét. du lex. d'après l'examen des mss, p. 47 (Thèse Univ. Paris, 1958). − Millepierres (F.). La Rose des vents. Vie Lang. 1961, pp. 118-119. − Millepierres (F.). Du nouveau sur les vents. Vie Lang. 1961, p. 379. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 181; t. 2 1972 [1925], pp. 293-294; t. 3 1972 [1930], pp. 437-438. − Sigurs 1963/64, p. 550.

BISE2, subst. fém.

Fam. Baiser. Faire, donner une bise :
Il faut accepter notre affection sans vouloir lui donner le visage le plus plaisant. Mille bises. À jeudi. J. Rivière, Correspondance[avec Alain-Fournier], 1911, p. 266.
Rem. On rencontre dans la docum. le dér. bisette, pop. et enfantin. Petit baiser. Une bise, maman Sou, une bisette. Et je trisse (A. Arnoux, Pour solde de tout compte, 1958, p. 21).
1reattest. 1911 supra; déverbal de biser* « baiser ». Cf. bise1. Homon. et homogr. bise1. Nouv. Lar. ill., Lar 20eet Lar. encyclop. admettent bise ou bize et signalent qu'on dit encore biseau.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 487. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 508, b) 1 143; xxes. : a) 735, b) 582.

Bise : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

bise \biz\ féminin

  1. Vent sec et froid qui souffle du Nord ou du Nord-Est.
    • Ce matin-là, dans le petit jour d’un hiver pluvieux, cinglé d’une bise aigre, à Chartres, Durtal, frissonnant, mal à l’aise, quitta la terrasse, se réfugia dans des allées mieux abritées, […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Le 14 octobre, le thermomètre accusa trois degrés Fahrenheit au-dessous de zéro (16° centigr. au-dessous de glace), rude température à supporter, d'autant plus que la bise était forte. L'air semblait fait d'aiguilles. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • La bise, passant sur les buttes Saint-Chaumont et de Belleville, sifflait à travers les maisons, ou plutôt les chaumières, semées dans ce vallon presque inhabité […]. — (Honoré de Balzac, Un épisode sous la Terreur, 1831)
    • Une bise froide passait de temps en temps, et glaçait tout à coup sur mon front la sueur que la fatigue y rappelait bientôt. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)
    • Si misérable que soit l'abri dont on dispose, il est encore préférable à la bise glacée. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La bise enfile l'étendue, houle dans les sapinières à longue et morne plainte. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Poésie) Vent d’hiver.
    • La cigale, ayant chanté tout l'été,
      Se trouva fort dépourvue
      Quand la bise fut venue.
      — (Jean de La Fontaine La Cigale et la Fourmi)

Nom commun 2

bise \biz\ féminin

  1. Baiser sur la joue.
    • La bise était toujours une source de stress ! Qui, quand, combien ? Je suis tellement contente que je n’aie plus aucune obligation de passer mon temps à faire la bise aux gens que je connais pas. — (Nicolas Lepeltier, La mort de la bise, le vélo de la discorde et des manchots au musée : une semaine dans nos vies (dé)confinées, Le Monde. Mis en ligne le 23 mai 2020)
    • Combien de bises fait-on pour se dire bonjour ? Normalement deux. Dans quelques régions trois à quatre.

Nom commun 3

bise \biz\ féminin

  1. (Zoologie) Nom vernaculaire de la macreuse noire (espèce de canard sauvage des régions nordiques).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bise : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BI ou, souvent devant une voyelle, BIS. Préfixe
qui indique l'action de doubler et à l'aide duquel un grand nombre de mots nouveaux ont été formés, notamment dans la langue spéciale des sciences physiques et naturelles. Bi-articulé, À deux articulations; Bibasique, T. de Chimie, À double base; Bicarbure, Composé de deux carbures; Bicarré, T. d'Algèbre, Qui est au carré du carré; Biconcave, À deux concavités; Biconvexe, À deux convexités; Bidenté, À deux dents; Bijugué, Bilabié, À deux lèvres; Bilobé, À deux lobes, etc. - Les plus usités figurent dans le Dictionnaire à leur ordre alphabétique.

Bise : définition du Littré (1872-1877)

BISE (bi-z') s. f.
  • 1Vent du nord en général, et, en particulier, vent du nord-nord-est, qui souffle très souvent en France, et qui est très sec. Sec comme bise. Nous avons une bise qui tue mes mains, Sévigné, 261. Comme tombe une fleur que la bise a séchée, Malherbe, VI, 20. Sous ses haillons où s'engouffre la bise, C'est du pain qu'elle attend de nous, Béranger, Pauvre femme.
  • 2 Poétiquement, l'hiver. [La cigale] … Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue, La Fontaine, Fab. I, 1.

HISTORIQUE

XIIIe s. Un vent qu'en apele byse, Villehardouin, CIV. Car si l'avoit ateinte et la pluie et la bise, Berte, XXX. Car mout [elle] doutoit la bise, qui ert [était] tranchans et fiere, ib. X. Pour bise ne pour autre affaire Ne laist son dout [doux] servise à faire La tresmontaigne [étoile polaire] clere et pure, Lais inédits, p. III. Mes meintes foiz az oï dire Qu'après grant joie vient grant ire Et après Noel vente bise, Ren. 13649. Harenz frès orent à planté, Que bise avoit auques venté Trestoute la semaine entiere, ib. 776. L'autre porte qui est assise à main senestre, devers bise, la Rose, 3892. Ahi ! prelat de sainte Yglise, Qui, por garder les cors de bise, Ne volez aler aus matines, Rutebeuf, 95.

XVe s. Après chault temps, vient vent de bise, Orléans, Rondeau.

XVIe s. Le vent de septentrion, dit communement la bize, est froid et sec, Paré, Introd. 13. Nous nous garderons d'entreprendre telle besongne, lorsque la bize souffle rudement, De Serres, 661.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Bise : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BISE, s. f. (Marine.) vent de nord-est ; c’est un vent sec & froid qui souffle dans l’hyver, entre l’est & le septentrion. (Z)

Bise, ou Bize, s. f. (Commerce.) est un poids qui sert dans le royaume de Pégu à peser les marchandises : il revient à deux livres cinq onces, poids de Venise, ou trois livres neuf onces du poids léger de la même ville. Chaque bise pese cent tecalis. Voyez Tecali. Au-dessous de la bise le plus petit poids est l’aboccho, qui ne pese que douze tecalis & demi ; l’agito pese deux abocchi, & deux agiti la demi-bise, c’est-à-dire cinquante tecalis. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bise »

Étymologie de bise - Littré

Provenç. bisa, biza. Il y a dans le haut-allemand bîsa, pîsa ; suisse, bise, beise, la bise ; dans le bas-breton, bîz, vent du nord-est ; mais on ne sait si ces mots viennent du roman ou si le roman en vient. Diez se demande d'autre part si la bise ne serait pas dite de l'adjectif bis, de couleur sombre, comme en latin aquilo, l'aquilon, vient de aquilus, de couleur foncée. L'origine, comme on voit, est douteuse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bise - Wiktionnaire

(Nom 1) D'origine germanique.
(Nom 2) De biser, variante dialectique de l'Ouest de baiser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bise »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bise biz play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bise »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bise »

  • Le respect des gestes barrières voudrait que la bise soit bannie mais au moment de se retrouver, la force de l'habitude prend parfois le pas sur l'enjeu sanitaire. Franceinfo, À la maison ou dans la rue, la bise est revenue... et pour certains, la gêne de se faire embrasser
  • Après deux mois de confinement et de sevrage, les adeptes de la bise, vont-ils renoncer à ce geste si populaire dans le sud? France Bleu, Coronavirus : les jours de la bise sont ils comptés ?
  • La crise sanitaire continue de bouleverser en profondeur nos rites d’interaction. Derrière la nécessité sanitaire de nous protéger, les contacts humains sont désormais proscrits ou presque. Les traditionnelles embrassades et autres poignées de main, ces gestes qui symbolisent bien plus qu’une simple marque de politesse, vont-elles disparaître ? Difficile d'y croire, d'autant ce n’est pas la première fois dans l’histoire que la bise s’éclipse momentanément à cause d’un virus.  LCI, Bise et poignée de main interdites ? Ce n'est pas la première fois dans l'histoire | LCI
  • Le coronavirus aura-t-il raison de la bise ? LaProvence.com, Société | Le coronavirus aura-t-il raison de la bise ? | La Provence
  • Les politiques ne voulaient faire de peine à personne et prudents s’interrogeaient : Cette bise là est-elle de droite ou de gauche ? Les élections étant très proches, ils préférèrent laisser les édiles s’en débrouiller. , Le temps des bises | lepetitjournal.com
  • De plus en plus de Français ne prennent par ailleurs plus autant de précautions : on l'a vu lors de la Fête de la Musique, de réunions entre amis dans les parcs, ou encore dans les transports en commun… De façon générale, on constate un relâchement de la population. Peut-on de nouveau faire la bise pour autant ?  Planet, Peut-on de nouveau faire la bise ?
  • Une, deux, trois ou parfois quatre… selon l’endroit d’où l’on vient le nombre de bises est un marqueur d’identité régionale en France. Des traditions si ancrées que des sites internet comme combiendebises.com, ont été créés pour aider à s’y retrouver. Ce nombre est cependant tombé à zéro partout depuis que le Covid-19 sévit dans l’Hexagone, et la tendance risque bien de durer. , Magazine Lifestyle | La bise, bientôt un lointain souvenir ?
  • Ainsi, 16% des Français ont recommencé à serrer des mains… et 26% ont déjà fait la bise. Des chiffres assez élevés, pas vraiment compatibles avec les gestes barrière. Surtout pour la bise, qui obtient un score important, mais pas illogique: le déconfinement progressif a surtout permis de voir sa famille et ses amis proches, avec qui il peut être plus courant de faire la bise. Le HuffPost, Avec le coronavirus, quand referez-vous la bise? On a interrogé 1000 Français | Le HuffPost
  • C’est l’abbé qui fait l’église ; C’est le roi qui fait la tour ; Qui fait l’hiver ? C’est la bise. Qui fait le nid ? C’est l’amour. De Victor Hugo / Chansons des rues et des bois
  • Les mondains sont des êtres solitaires perdus dans une abondance de connaissances floues. Ils se rassurent à coups de poignées de mains. Chaque nouvelle bise est un trophée. De Frédéric Beigbeder / L’Amour dure trois ans

Traductions du mot « bise »

Langue Traduction
Portugais beijo
Allemand kuss
Italien bacio
Espagnol beso
Anglais kiss
Source : Google Translate API

Synonymes de « bise »

Source : synonymes de bise sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires