La langue française

Biffe

Définitions du mot « biffe »

Trésor de la Langue Française informatisé

BIFFE1, subst. fém.

TEXT., vx. Drap à rayures horizontales.
Rem. Attesté dans Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop.
Pop. ,,Métier des chiffonniers; milieu, corporation des chiffonniers`` (Esn. 1966). C'est encore dans la Biffe, assurait Bijou, qu'on rencontre le moins de malfaiteurs (A. Bruant, Dict. fr.-arg.,1905, p. 106).
Arg. des casernes. Infanterie de ligne :
− Pourquoi que tu t'es engagé aussi, lui dit Lemoine, puisque t'étais réformé? ... surtout dans la biffe. − Le devoir, un emballement : des bêtises... Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 163.
Prononc. : [bif]. Étymol. et Hist. 1. Ca 1220 « tissu léger, en général rayé » (G. de Coincy, Miracles, éd. V.F. Kœnig, t. 3, p. 420, vers 2976); 2. 1878 arg. « métier de chiffonnier » (L. Rigaud, Dict. du jargon parisien, L'Arg. anc. et mod., p. 36); 3. 1898 « infanterie de ligne » (G. Esnault, Notes complétant le dict. de Delesalle, 1947). Orig. obsc. L'étymon lat. *bifĭlis pour *bifīlis « à double fil (en parlant de la chaîne ou de la trame du tissu) » dér. du lat. class. bĭfīlum « double fil » composé de bis et de filum (G. de Poerck dans Mél. Mario Roques, t. 4, 1952, p. 187 sqq.; EWFS2) vraisemblable du point de vue sém. fait cependant difficulté par les transformations phonét. qu'il suppose. À l'hyp. d'un rad. onomatopéique *biff- exprimant le gonflement des joues d'où la moquerie, la tromperie (Spitzer dans Neuphilol. Mitt., t. 24, 1923, pp. 154-157; t. 25, 1924, pp. 7-14; FEW 1rehyp.; Bl. W.5) s'oppose le fait que le tissu en question est léger, de texture lâche, mais non de qualité spécialement ordinaire (G. de Poerck, loc. cit., pp. 191-194) et que le sens de « tromperie » n'est pas attesté avant la fin du xvies. (Montaigne dans Hug.). 2 et 3 sont des dér. régr. de biffin*. Fréq. abs. littér. : 6.
BBG. − De Poerck (G.). Contribution à l'hist. de la racine *biff-. In : [Mél. Roques (M.)]. Paris, 1952, t. 4, pp. 187-213.

BIFFE2, subst. fém.

ADMIN., vx. Instrument employé pour annuler les timbres; l'empreinte de cet instrument.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén.
Prononc. : [bif]. Étymol. et Hist. 1877 (Littré Suppl.). Déverbal de biffer*.
BBG. − De Poerck (G.). L'Artill. à ressorts médiév. Notes lexicol. et étymol. Arch. Lat. Med. Aev. 1943/44, t. 18, pp. 35-49. − De Poerck (G.). Contribution à l'hist. de la racine *biff-. In : [Mél. Roques (M.)]. Paris, 1952, t. 4, pp. 187-213. − Sain. Lang. par. 1920, p. 256. − Spitzer (L.). Etymologische Miszellen. Neuphilol. Mitt. 1923, t. 24, pp. 154-157. − Spitzer (L.). Nochmals frz. biffe. Neuphilol. Mitt. 1924, t. 25, pp. 7-14.

Wiktionnaire

Nom commun

biffe \bif\ féminin

  1. (Populaire) Activité des chiffonniers, récupération d’objets jetés.
    • Théoriquement, la biffe est interdite aux éboueurs.
  2. (Argot militaire) Infanterie de ligne. → voir biffin.
    • Ça sait te manier les décisions et les contre-ordres, et la cavalerie, les tringlots, l’artillerie, le génie, les crapouillots, les avions, tout l’armement, quoi, et faire bousiller proprement la biffe à l’heure H, en quantité industrielle. La biffe boche, comme de juste! — (Gabriel Chevallier, La Peur, Le Livre de Poche, 2010, page 132.)
    • A preuve que les margis d'artillerie qui acceptent de passer dans la biffe, on les nomme tout de suite sous-lieutenants... — (Marcel-E. Grancher, 5 de campagne, Éditions Lugdunum, 1937, page 62.)
  3. (Argot militaire) (Par ellipse) Division d’infanterie.
    • Il était écrit dessus, à la plume sergent major pour remplir les blancs, que le colonel Durafour, commandant la 8e Région militaire l’invitait à rejoindre son corps. Son corps à Toul. 4e Biffe. Dans les plus brefs délais. — (Jean Vautrin, Le Voyage immobile (de Kléber Bourguignault), dans le recueil Baby Boom, 1985, p. 127)
  4. (Vieilli) Pierre précieuse contrefaite.

Forme de verbe

biffe \bif\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe biffer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe biffer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe biffer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe biffer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe biffer.

Nom commun

biffe féminin

  1. Fausse apparence, tromperie, duperie.
  2. Faux diamant.

((ext: "avoir la biffe"= avoir la honte, avoir été dupé, trompé.))

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIFFER. v. tr.
Effacer ce qui est écrit, spécialement Annuler en effaçant. On l'emploie fréquemment en termes de Procédure et de Comptabilité. Il fut ordonné par arrêt que ces mots seraient biffés de son écrit. Il a biffé cette clause de son testament. Cet article de compte a été biffé. Il faut biffer un nom, deux chiffres.

Littré (1872-1877)

BIFFE (bi-f') s. f.
  • Pierre précieuse contrefaite.

HISTORIQUE

XVIe s. Il achapta une fois un diament faux, fort grossierement faict ; quoy voyant, un sien ami lui dit : Vous n'avez gueres à faire de porter ceste biffe, les Contes du sieur Gaulard, p. 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « biffe »

Peut-être altération de l’italien beffa « tromperie, attrape ». Mais il y avait dans l’ancien français biffe, signifiant une sorte d’étoffe (voir aussi biffer).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Il est possible que biffe soit, en ce sens, une altération de l'italien beffa, tromperie, attrape. Mais il y avait dans l'ancien français, biffe, signifiant une sorte d'étoffe (voy. BIFFER, à l'étymologie).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « biffe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
biffe bif

Évolution historique de l’usage du mot « biffe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « biffe »

  • Sur le manuscrit de l'amour, l'homme surcharge, la femme biffe. De Paul Masson / Les Pensées d'un yoghi
  • Lourdement affecté par les restrictions dues à la crise sanitaire, le premier voyagiste helvétique biffe 170 postes sur 1181 en Suisse, où il fermera plus d’une dizaine de succursales. Une première annonce qui présage d’une succession de licenciements à venir dans le secteur, selon les experts Le Temps, Postes supprimés chez Hotelplan, «le début d’une série» - Le Temps
  • Surtout, ce marché « organisé » permet à 200 familles de vivre. Et d'expliquer que 80 % des biffins ne sont pas inscrits à Pôle emploi, 56 % sont mal logés ou sans logement et que 50 % n'ont pas d'autres ressources que la biffe. « Ce sont des professionnels, ils savent faire ce métier », défend le président d'Amelior. leparisien.fr, Montreuil : trouvailles et petits gains au marché de la biffe - Le Parisien

Images d'illustration du mot « biffe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « biffe »

Langue Traduction
Anglais junk trade
Espagnol tachará
Italien esercito
Portugais aliste-se
Source : Google Translate API

Synonymes de « biffe »

Source : synonymes de biffe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « biffe »

Biffe

Retour au sommaire ➦

Partager