La langue française

Baudrier

Définitions du mot « baudrier »

Trésor de la Langue Française informatisé

BAUDRIER, subst. masc.

Bande de cuir ou d'étoffe qui se porte en écharpe de l'épaule droite à la hanche gauche et qui sert à soutenir le sabre ou l'épée :
1. Une lisière de drap de frise lui servait de ceinture et de baudrier, et soutenait en guise d'épée un fleuret démoucheté dont la pointe, comme un soc de charrue, creusait le pavé derrière lui. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 296.
2. ... tous messieurs étincelants de baudriers et de francisques, le cuivre des ceinturons bien astiqué, sanglés dans des uniformes impeccables, gras, repus, bien portants, bien pensants, et la gorge toute roucoulante de « Vive Pétain! » et de « Vive Scapini! » Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 154.
Spécialement
CONSTR. Ceinture de sécurité que les ouvriers portent en écharpe et autour de la taille et qui est reliée à un point fixe de la construction pour empêcher les chutes dans le vide. SP. Double anneau de corde fixé autour de la ceinture et de l'épaule de l'alpiniste, par un système de deux mousquetons, permettant de s'encorder et de se décorder rapidement.
ASTRON. Baudrier d'Orion. Les trois étoiles en ligne diagonale dans la constellation d'Orion :
3. Les feux de la ville se mêlaient aux étoiles. Au sud brillaient les trois clous d'or du baudrier d'Orion. A. France, Le Lys rouge,1894, p. 75.
P. anal., BOT. Baudrier de Neptune. Espèce de varech qui croît dans les mers de l'Europe :
4. ... et, à mesure qu'ils descendaient en suivant le flot, ils rencontraient des espèces de taille plus grande et d'aspect plus étrange, les laminaires, surtout le baudrier de Neptune, cette ceinture de cuir verdâtre, aux bords frisés, qui semble taillée pour la poitrine d'un géant. Zola, La Joie de vivre,1884, p. 862.
PRONONC. : [bodʀije]. Le [j] de passage n'est pas noté dans Passy 1914 et est noté facultatif dans Barbeau-Rodhe 1930.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1387 « lanières de cuir » (Fondat. de la chap. de Vincennes, 1387, Félib., Pr. de l'H. de P., I, 189 dans Gdf. : Querir cordes pour les cloches, tresses, baudriers et autres choses necessaires pour la sonnerie); xves. « bande de cuir ou d'étoffe passée en écharpe et servant à porter une épée ou un sabre » (Coquillart, Droits nouv. dans Gdf. Compl. : De baudriers de velours couvers); 2. 1690 astron. baudrier d'Orion (Fur. : Une des plus belles étoiles est celle qui est au milieu du baudrier d'Orion); 1834 bot. (Land.). Prob. altération par substitution de suff. de l'a. fr. baldrei, baudré « large bande de cuir supportant l'épée » ca 1160 (Roman d'Alexandre [Ms. de l'Arsenal] éd. P. Meyer 300 dans T.-L.); ca 1150 « ceinture de femme » (Thèbes, éd. L. Constans, 3814 [leçon isolée du ms. A], ibid.). Baudré, baldrei, de même que l'a.prov. baldrei (2emoitié du xiies. dans Levy Prov.), baudrat (ca 1170 dans Rayn.) est d'orig. obsc. Il n'est pas improbable que l'a. castillan baldrés (xiiies., Cor.), l'a. port. baldreu (1253, ibid.) de même que le m. angl. baudry (1300, NED) soient empruntés au domaine gallo-roman. Le mot se rattache peut-être au lat. balteus « baudrier » passé dans le domaine germ. où il aurait été altéré. Un empr. de l'a.fr. à l'a.b.frq. *balterâd (Gam. Rom. 2 t. 1, pp. 287-288 et EWFS2) lui-même emprunté au lat. balteus passé dans le domaine germ. prob. av. l'invasion franque (d'où les empr. a. nord. belti, ags. belt, a. h. all. belz, De Vries Anord.) joint à l'élément -râd, cf. all. Vorrat Hausrat, ne peut expliquer le -d- de baudré. L'hyp. d'un empr. de l'a.fr. à l'a.h.all. balderich (Diez5, DG), attesté sous la forme palderich dès le xiies. (Graff t. 3, col. 113) semble à écarter, l'all. étant plus vraisemblablement empr. à l'a.fr. (REW3, EWFS2, Bl.-W.5).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 95.
BBG. − Brüch (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, p. 302. − Gamillscheg (E.). Französische Etymologien. Boletin de filologia. Lisbonne. 1949, t. 10, pp. 190-191.

Wiktionnaire

Nom commun

baudrier \bo.dʁi.je\ ou \bɔ.dʁi.je\ masculin

  1. Bande de buffle, de cuir ou d’étoffe qui se porte en écharpe et qui sert à soutenir le sabre ou l’épée.
    • Ils étaient armés de sabres recourbés ayant la poignée et le baudrier incrustés d’or. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Par extension) (Alpinisme) Équipement permettant de s’attacher ; harnais de sécurité.
  3. (Vieilli) Cuir de vache pour les escarpins.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BAUDRIER. n. m.
Bande de buffle, de cuir ou d'étoffe qui se porte en écharpe et qui sert à soutenir le sabre ou l'épée.

Littré (1872-1877)

BAUDRIER (bô-dri-é) s. m.
  • Bande de buffle ou d'étoffe qui, mise en écharpe, sert à porter un sabre, une épée.

    Baudrier d'Orion, les trois étoiles qui sont en ligne droite au milieu de la constellation d'Orion.

HISTORIQUE

XIIe s. Li cuens Reynaus en monte le degré, Gros par espaules, greles par le baudré, Romancero, p. 50. Et jo te dunasse vint sicles d'argent e un baldrei, Rois, 187.

XIIIe s. Cuir à faire coroies et baudrés, Liv. des mét. 300. Si come un baudré que on apele couverture à sele de cheval ou de roncin, ib. 210. De la maisnie estoient dant Pieron le barbé, Celui qui ot la barbe dusqu'au neu du baudré, Ch. d'Ant. V, 882.

XVe s. On dit que plus vous ne daignez Porter tissus, ne gris, ne vers, Mais seulement vous vous ceignez De baudiers de velours couvers, Coquillart, Droits nouv.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BAUDRIER, s. m. c’est chez les Ceinturiers, une bande de cuir large de quatre ou cinq doigts, le plus souvent enjolivée, qui prend depuis l’épaule droite & se vient rendre au côté gauche, & qui est composée de la bande & de deux pendans, au-travers desquels on passe l’épée.

Le Baudrier (Hist. anc.) est une partie de l’habillement des gens de guerre qui, sert à porter leur épée. Les militaires qui étoient admis aux festins de l’empereur ou des généraux d’armées, avoient coûtume de quitter leurs baudriers ou ceinturons avant que de se mettre à table. Trebellius Pollion rapporte, que dans un repas que l’empereur Gallien donnoit à plusieurs officiers, le jeune Salonin, fils de ce prince, leur enleva leurs baudriers dorés & constellés, auratos constellatosque balteos. M. Baudelot dans les Mémoires de l’Académie des Belles-Lettres, croit que ces baudriers constellés étoient des ceinturons chargés de pierres précieuses & de lames d’or & d’argent, sur lesquelles étoient gravées quelques figures mystérieuses de signes célestes, suivant les idées superstitieuses de la théologie payenne, ou qui avoient été fabriquées sous l’aspect de quelques constellations. Tertullien en décrivant quelques ceintures semble vouloir parler de ces talismans, latent in cingulis smaragdi. Or Pline & Marcellus Empiricus attribuent beaucoup de vertus aux figures d’aigles & de scarabées qu’on gravoit sur ces pierres, smaragdi. Les gens de guerre aussi superstitieux que d’autres, pouvoient avoir d’autant plus de foi à ces pierres constellées, dont leurs baudriers étoient enrichis, qu’on croyoit communément que c’étoit par la vertu d’un semblable amulete que Milon de Crotone avoit été invincible dans les combats ; & que l’hématite autre espece de pierre précieuse, n’étoit pas moins salutaire pour repousser les ennemis & les vaincre ; recherches que cet académicien appuie des témoignages de plusieurs anciens auteurs. Sans prétendre diminuer le mérite de toutes ces découvertes ingénieuses, j’hasarderai que comme dans le passage de Trebellius Pollion, auratos balteos signifie des baudriers ornés ou enrichis de dorure ; constellatos y signifie tout simplement qu’ils étoient parsemés d’étoiles en broderie, & qu’apparemment Casaubon qui n’y a point entendu de mystere, a crû que ce sens se présentoit de lui-même & n’avoit pas besoin d’explication. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « baudrier »

(Date à préciser) Du latin balteus (même sens).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. baudrat ; portug. boldrié ; ital. budriere. Dans le vieux français, plusieurs formes sont confondues, baldrei, baldré ou baudré, et baudrier. Baldrei vient de l'anc. haut-allem. balderich, anc. angl. baldrick, baudrick ; baldré, baudrat est un participe passif formé d'un bas-latin balteratus, et signifie l'endroit du corps ceint par le baudrier ; enfin baudrier dérive d'un bas-lat. balterarius, de balteus, baudrier. L'ancien haut-allemand dérive de l'anglo-saxon belt, anglais belt, ancien nord belti, sans doute emprunté au latin balteus. Le portugais et l'italien proviennent du français. Baudrier ou baudroier était, non le baudrier, mais celui qui préparait les baudriers, ou du moins celui qui préparait les cuirs, et ce nom aura par abus passé de l'ouvrier à la chose ouvrée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « baudrier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baudrier bɔdrije

Évolution historique de l’usage du mot « baudrier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baudrier »

  • J'ai eu le privilège de recevoir dans le cadre des tests privés le baudrier FLY de chez Petzl. skipass.com, Test Petzl Fly
  • Pour le skieur, le baudrier ne va servir à rien la plupart du temps. Il va le porter sur lui sans que rien n'y soit attaché, juste au cas où. Sur glacier, le plus probable est que le baudrier ne sera jamais mis en tension, un peu comme un DVA qu'on porte chaque jour sans qu'il ne soit jamais utile, et heureusement. skipass.com, Pourquoi et comment porter un baudrier en ski?
  •   Ax-les-Thermes Une activité nature pour tousPassez un baudrier et venez découvrir l’univers magique des arbres. Vous évolurez de branche en branche à la découverte de la canopée. 1h30 d’activités sur réservation… Unidivers, Grimpe d’arbres avec Haut Perché Ax-les-Thermes vendredi 10 juillet 2020
  • La via ferrata est une pratique sportive qui date de 1843. Depuis, elle n’a cessé d’évoluer pour devenir un sport incontournable des beaux jours. En quelques mots : il s’agit de progresser à travers un itinéraire aménagé sur des parois rocheuses à l’aide d’un équipement de sécurité. Vous aurez donc un baudrier, et des longes, qu’il faut fixer sur une corde tout au long de cet itinéraire variant entre la randonnée, l’escalade, et l’accrobranche. Alors, l’aventure vous tente ? On vous dit tout sur le parcours du Pont du Diable : le spot où faire de la via ferrata en Ardèche. GenerationVoyage, Pont du Diable : le spot où faire de la via ferrata en Ardèche
  • Dans cette discipline, le chien doit porter un harnais spécial, « qui ne crée pas de secousse sur son dos, par exemple, et évite une contrainte dans ses mouvements ». La longe qui le relie à son maître est élastique. Le coureur revêt un baudrier, lui assurant aussi un bon maintien. Des équipements qui restent accessibles : « Le harnais de Max coûte 10 €, la longe 15 et mon baudrier 20 € », témoigne Vanessa. leparisien.fr, Val-de-Marne : et si vous courriez et pédaliez avec votre chien ? - Le Parisien
  • L’escalade sur structures artificielles a beaucoup évolué. Elle comprend aujourd’hui quatre disciplines. Le bloc qui se pratique sur des structures ne dépassant pas les 4 m de haut. Les pratiquants y grimpent sans corde ni baudrier, leurs chutes éventuelles étant sécurisées par des matelas de réception. En compétition, chaque bloc présenté est équipé de prises agencées pour former un itinéraire plus ou moins difficile. L’objectif est de réaliser les blocs proposés, en atteignant la prise finale, avec le moins d’essais possible et en un temps donné. L’escalade de difficulté est la plus ancienne des disciplines. Elle se pratique sur un mur de 15 m de haut en moyenne. Les grimpeurs sont équipés de baudriers et assurés avec une corde par un membre de l’organisation. L’objectif est d’aller au sommet de la voie proposée, ou du moins d’aller le plus haut possible. La vitesse est à l’escalade ce que le sprint est à l’athlétisme. Les grimpeurs doivent réaliser le plus rapidement possible une voie normée et tracée sur un mur très vertical de 15 m de haut, et équipée d’une plaque de touche au sommet. Une voie officielle est homologuée. Invariable d’une compétition à l’autre, elle permet aux grimpeurs de se mesurer et d’établir des records. Le combiné est un format qui associe les trois disciplines. C’est ce dernier qui a été choisi pour représenter l’escalade aux Jeux olympiques[…] acteursdusport.fr, L’escalade trace sa voie vers les sommets - Acteurs du sport
  • Le baudrier est en quelque sorte la partie supérieure de la ceinture. Ce dispositif offre plus de confort et de liberté au propriétaire. Il peut ainsi courir sur une longue distance avec son animal sans avoir à sentir le poids de la fatigue due à une traction de trop longue durée. Pour un meilleur confort de course, il est important de connaitre le rythme, l’intensité et l’endurance de votre chien afin de choisir le type de baudrier à utiliser. Cela permet de mieux se préparer lorsqu’il s’agit des chiens un peu plus grands et plus puissants. Vous pouvez ainsi choisir votre baudrier en fonction de sa taille. SixActualités.fr, Quels sont les accessoires indispensables pour le Canicross ? - SixActualités.fr

Traductions du mot « baudrier »

Langue Traduction
Anglais harness
Espagnol tahalí
Italien imbracatura
Allemand gurt
Portugais arnês
Source : Google Translate API

Synonymes de « baudrier »

Source : synonymes de baudrier sur lebonsynonyme.fr

Baudrier

Retour au sommaire ➦

Partager