La langue française

Banlieue

Sommaire

  • Définitions du mot banlieue
  • Étymologie de « banlieue »
  • Phonétique de « banlieue »
  • Évolution historique de l’usage du mot « banlieue »
  • Citations contenant le mot « banlieue »
  • Images d'illustration du mot « banlieue »
  • Traductions du mot « banlieue »
  • Synonymes de « banlieue »
  • Antonymes de « banlieue »

Définitions du mot « banlieue »

Trésor de la Langue Française informatisé

BANLIEUE, subst. fém.

A.− Vx. Circonscription territoriale qui s'étendait à une lieue hors de la ville et dans laquelle un juge pouvait exercer sa juridiction.
B.− P. ext., cour.
1. Territoire et ensemble des localités qui environnent une grande ville. Banlieue industrielle; banlieue de Paris; la population des banlieues :
1. La campagne, le faubourg et la banlieue se mêlaient sur les deux rives. Des lignes de peupliers se montraient entre les maisons espacées comme au bout d'une ville qui finit. E. et J. de Goncourt, Renée Mauperin,1864, p. 11.
2. ... une cendre crépusculaire, noyant les façades, semblait tomber déjà sur l'éventail élargi des voies (...) au lointain, se croisaient sans cesse les départs et les arrivées de la banlieue et de la ceinture. Zola, La Bête humaine,1890, p. 16.
3. Le train passa les immédiates banlieues, prit la demi-vitesse qui avait si longtemps signifié la libération des voyages, et tentait de la signifier encore, mêlée au frais de la nuit. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 372.
4. Les banlieues sont aménagées sans plan et sans liaison normale avec la ville. Les banlieues sont les descendantes dégénérées des faubourgs. Le Corbusier, La Charte d'Athènes,1957, p. 24.
SYNT. Banlieue ouvrière, résidentielle; la banlieue rouge; la banlieue parisienne; la banlieue de Rouen (Ac. 1798-1932).
La grande, l'extrême banlieue. La banlieue éloignée :
5. Ils avaient été en avril, en mai, le reconnaître loin de Paris, dans ces départements pacifiques de la grande banlieue où les saisons éclatent et s'effondrent librement. Nizan, La Conspiration,1938, p. 130.
Train de banlieue. Train qui dessert les localités de la banlieue :
6. Nous prenons un train de banlieue Qui nous brouette à quèques lieu's Dans le vrai pays du petit bleu, ... Verlaine, Premiers vers,1858-66, p. 12.
P. métaph.
a) [L'idée dominante est celle de proximité] La petite banlieue de la terre (Guilb. Aviat.1965).
b) [L'idée dominante est celle de situation périphérique] :
7. Il faut qu'on me répète vingt fois (...) comment M. Alfred Cohen s'est installé, par alliance, dans l'extrême banlieue de la famille. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Notaire du Havre, 1933, p. 21.
2. P. méton. Une banlieue. Une localité de la banlieue :
8. Il traversait maintenant une petite banlieue ouvrière, avec des manufactures ici et là. L'une d'elles était éclairée, il y ronronnait des machines. Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 179.
C.− Emploi adj., fam., péj. Dépourvu de la distinction, du bon goût prêté à ce qui vient de la ville. Synon. banlieusard.Un accent tout à fait banlieue (L. Paillet, Voleurs et volés,1855, p. 70):
9. − Martin, disais-je à l'un, vous avez là un pantalon qui est légèrement banlieue; tâchez de vous culotter autrement à la prochaine garde, mon camarade. Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 174.
PRONONC. : [bɑ ̃ljø].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1185 dr. féod. « espace (d'environ une lieue) autour d'une ville, dans lequel l'autorité faisait proclamer les bans et avait juridiction » (Beauvillé, Recueil de doc. inédits concernant la Picardie, 1860-82, t. 4, p. 21 : Dedens le banlieue n'estra rechus campions loueis contre home de le kemuigne); 2. 1710 empl. fig. et iron. (La Fontaine, La Coupe enchantée, sc. 17 dans DG : L'on approche votre domaine [votre femme] de plus près que de la banlieue), très rare; 1718 au propre « campagne qui forme les alentours d'une ville » (Ac.). Composé de ban* étymol. 1 b et 2, et de lieue* sur le modèle du lat. médiév. : dès 1069 lat. médiév. bannileuga au sens 1, attesté à Toul (Waitz, Urk. deutsch. Verf. gesch. no2 dans Nierm.), puis en territoire fr., en 1080 (Métais, Cart. de la Trinité de Vendôme, I, no295, ibid.) et qui est encore fréquemment attesté aux xie-xiiies. sous les formes bannileuca, banleuca, banleugium (Du Cange, s.v. bannum 3); cf. m. h. all. banmile, composé de l'a. h. all. ban (ban*) et mile (all. Meile « lieue »).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 666. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 154, b) 968; xxes. : a) 1 251, b) 1 429.

Wiktionnaire

Nom commun

banlieue \bɑ̃.ljø\ féminin

  1. (Géographie) Étendue de pays qui entoure une ville et qui en est souvent une dépendance.
    • C’était la vilaine limite où l’on commence, par la laideur de la banlieue, à entrer dans l’activité du tourbillon de Paris. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 188)
    • Nous rencontrons dans la banlieue de pauvres jardinets où les indigènes cultivent quelques légumes, et qu’ils ornent de saules, de sureaux et de groseilliers ; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 35)
    • L’opposition souvent faite entre banlieues françaises, réputées populaires et terres d’exclusion, et les banlieues anglo-saxonnes, réputées pavillonnaires et peuplées par les classes moyennes ou riches, est largement fausse. À Paris, la banlieue qui s’est d’abord développée, dans la première moitié du 19e siècle, est la banlieue bourgeoise (Maisons-Laffitte, Le Vésinet…), et c’est pour la desservir que le chemin de fer est apparu (ligne de Paris à Saint-Germain-en-Laye). — (techno-science.net)
    • De l’autre, ce sont les conflits autour de la définition et du contrôle (c’est-à-dire de l’appropriation) d’espaces d’appartenance collective – ce qu’on appelle de plus en plus, sans précision, « les banlieues », ou « les quartiers » (le pluriel sert à distinguer implicitement cette notion, purement politique, du concept spatial qu’est la banlieue ou le quartier…). — (Joseph Morsel avec la collaboration de Christine Ducourtieux, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)
    • L’autre jour, un ado, dans les clichés de la mode débile des banlieues, parlait à base de « yo » et de « wesh », ne sachant exprimer sa douleur abdominale : le nouveau beauf en quelque sorte ! — (Patrick Pelloux, On ne vit qu'une fois, Le Cherche Midi, 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BANLIEUE. n. f.
Étendue de pays qui entoure une ville et qui en est souvent une dépendance. La banlieue de Paris, de Rouen. Ce village est dans la banlieue de Paris. Les villages de la banlieue. Un train de banlieue.

Littré (1872-1877)

BANLIEUE (ban-lieue) s. f.
  • Territoire dans le voisinage et sous la dépendance d'une ville. Les trois derniers rois d'Espagne n'étaient jamais sortis de la banlieue de Madrid, Saint-Simon, 101, 76. Il y avait dans Autun et dans sa banlieue 25000 chefs de famille, Voltaire, Mœurs, 17.

HISTORIQUE

XIIIe s. À Beauvais en Beauvoisis et en la banlieue d'icelui…, Beaumanoir, XIV, 27. Bani hors de la vile et de la banlliue, Bibl. des Chartes, 2e série, t. III, p. 425.

XVIe s. La banlieue [circonscription banale] est estimée à deux mille pas, chacun valant cinq pieds, Loysel, 261.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BANLIEUE. Ajoutez :
2Se dit, dans le nord et l'est de la France, du territoire, ou finage, ou district d'une commune quelconque.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BANLIEUE, terme de Jurispr. est une lieue à l’entour de la ville, au-dedans de laquelle se peut faire le ban, c’est-à-dire, les proclamations de la ville, & jusqu’où s’étend l’échevinage & justice d’icelle. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « banlieue »

De l’ancien français banlieue, issu du latin médiéval banleuca (« espace d’environ une lieue autour d’une ville, sur lequel s’étendait le ban dans la société féodale »). Banlieue est ainsi apparenté à banal, abandon, aubaine, bande, bannir, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(1185)[1]. Composé de ban et de lieue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ban et lieue, lieue du ban, c'est-à-dire distance à laquelle s'étendait le ban seigneurial.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « banlieue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
banlieue bɑ̃ljø

Évolution historique de l’usage du mot « banlieue »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « banlieue »

  • En banlieue, soi tu as la force, soi tu as la tchache. De Jamel Debbouze / Les Inrocks - 31 Juillet 2002
  • Enfants de banlieue, on grandit dans la peur, celle qu’on inspire et celle qu’on éprouve. De Abd al Malik / Télérama, 18 février 2015
  • Il ne faut pas laisser la critique du gouvernement israélien et de la culture dite « de banlieue » aux racistes patentés. De Nicolas Bedos / 10 janvier 2015
  • La banlieue est un paysage qui a de la gueule, il y a des perspectives, des lignes de fuite. L’œil a de quoi être nourri. De Pierre Jolivet / Figaro, 8 avril 2015
  • L'humour est une manière de parler à côté du sujet, de viser exactement, non la cible, mais sa banlieue, de plaider le faux pour dire le vrai. De Jacques Audiberti
  • Au pôle Nord, au pôle Sud, à l'équateur, l'homme s'acclimate partout, il n'y a qu'en banlieue qu'il ne s'acclimate pas. De Jean-Marie Gourio / Brèves de comptoir - 1996
  • On dit le malaise des banlieues. Mais si c'étaient les banlieues, le malaise. De Jean-Jacques Peroni / Les carnets d'un malfaisant
  • Il y aura chaque hiver le scandale des sans-logis et chaque été la violence des banlieues. De Abbé Pierre
  • Le problème n'est pas de savoir s'il faut ou s'il ne faut pas parler des banlieues à la télévision, mais comment. De Noël Mamère / Ma république
  • Dans la nuit de mardi à ce mercredi, l'écart de température entre Paris et sa proche banlieue d'une part et la grande banlieue d'autre part a atteint jusqu'à une douzaine de degrés. Ce tableau fourni par La chaîne météo permet de comparer les températures à quatre endroits différents. Il a ainsi fait près de 12°C de plus dans certains endroits de Paris que dans certaines zones du Val-d'Oise. leparisien.fr, Pic de chaleur : pourquoi il a fait 12°C de plus à Paris qu’en banlieue cette nuit - Le Parisien
  • Enfant blessé par une moto dans la banlieue de Lyon : un... LaProvence.com, Faits divers - Justice | Enfant blessé par une moto dans la banlieue de Lyon : un suspect se livre à la police | La Provence

Images d'illustration du mot « banlieue »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « banlieue »

Langue Traduction
Anglais suburb
Espagnol afueras
Italien periferia
Allemand vorort
Portugais subúrbio
Source : Google Translate API

Synonymes de « banlieue »

Source : synonymes de banlieue sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « banlieue »

Partager