Baguenauder : définition de baguenauder


Baguenauder : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BAGUENAUDER, verbe.

Familier
A.− Emploi intrans.
1. Passer son temps à des choses frivoles et sans importance. Synon. muser :
1. M. Gattel avait fait un fort bon dictionnaire où il avait osé noter la prononciation et dont je me suis toujours servi. Enfin, c'était un homme qui savait travailler cinq à six heures tous les jours, ce qui est énorme en province où l'on ne sait que baguenauder toute la journée. Stendhal, Vie de Henry Brulard,t. 1, 1836, p. 247.
2. ... nous ne songions qu'à nous divertir, qu'à baguenauder... L. Daudet, Salons et journaux,1917, p. 177.
Baguenauder sur.Tenir des propos légers sur des sujets sérieux. Madame Prune (...) a plutôt marivaudé, (...) a plutôt baguenaudé sur la question si sérieuse du peuplement de l'empire, ... (Loti, La Troisième jeunesse de Madame Prune,1905, p. 147).
Aller baguenaudant. Aller musant et baguenaudant (Courier, Lettres de France et d'Italie,1811, p. 848);aller rêvant et baguenaudant (G. Sand, François le Champi,1850, p. 12).
2. P. ext. Se promener sans but précis, flâner :
3. Que peut souhaiter de plus l'élu des Dieux? Pourtant, quelle mélancolie, quel désarroi! Les jours lui paraissent longs, vaine sa méthodique activité; il bâille, cherche un but, baguenaude de Neuilly au Palais-Bourbon, entre chez son éditeur. Blanche, Mes modèles,1928, p. 48.
P. métaph. [Le suj. désigne les yeux, un cours d'eau] :
4. L'air narquois, ensommeillé, voluptueux, il restait indéfiniment à bayer aux corneilles. Ses yeux, qui baguenaudaient, faisaient tout le tour de la chambre d'Antoinette (...) − ils se promenaient sur le petit lit de fer, (...) − sur les portraits de son père et de sa mère, − sur une vieille photographie... R. Rolland, Jean-Christophe,Antoinette, 1908, p. 880.
5. À mes pieds est ma ville, que l'Yonne paresseuse et le Bouvron baguenaudant ceignent de leurs rubans. R. Rolland, Colas Breugnon,1919, p. 29.
Rem. Ce sens paraît auj. l'emporter sur le premier.
B.− Emploi pronom. à valeur subjective. Se baguenauder.Se promener sans but précis. Synon. se balader :
6. ... « allez, allez! ferme-moi tes bouquins, ce n'est pas tous les jours qu'on est ensemble! On va sortir, je t'invite. Tu connais bien un endroit rigolo? On va se baguenauder un peu. Oublie que je suis ton père... » Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 204.
Spéc. [Le suj. désigne un attribut de la pers.] Les pognes de la fille [harpiste] se baguenaudant sur les cordes (A. Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 224).
C.− Emploi trans. [Suj. et compl. désignent gén. des pers.] Baguenauder qqn.
1. Vx. Jouer, railler, moquer quelqu'un.
Rem. Attesté ds Lar. 19e(avec la mention ,,inus. aujourd'hui``), Guérin 1892, Nouv. Lar. ill. (,,vieux``).
2. Pop., rare. Promener quelqu'un. Je le baguenaude à travers les rues, ... (Céline, Mort à crédit,1936, p. 182; cf. affur(e), ex. 8).
Rem. Dans l'ex. qui suit, l'aut. a forgé le subst. verbal baguenaud, prob. p. anal. avec badaud : ,,Andoche. − Pardon, excuse, ej' suis là à discourir coumme un charlatan ed' foire qui vent l'appât aux puces pour amuser les baguenauds, ...`` (R. Martin du Gard, La Gonfle, 1928, II, 5, p. 1208).
PRONONC. : [bagnode] (Passy 1914 : [bagnoˑde]), je me baguenaude [ʒ əmbagno:d].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1466 intrans. « passer son temps à des frivolités » (J. de Bueil, Jouvencel, fo16a ds Gdf. Compl. : Aler baguenauder a la court); qualifié de ,,bas`` ou ,,familier`` par Ac. 1694 à 1878, de ,,vieux`` et ,,bas`` par Trév. 1704 à 1771, de ,,vieux`` par Rich. 1706; 2. [xviiies. « se promener » d'apr. Rob. Suppl.]; 1867 arg. (Delvau, Dict. de la lang. verte). Dér. de baguenaude1* étymol. 2; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 40.
BBG. − Delvau (A.). Dict. de la lang. verte. 2eéd. Paris, 1867. − Esn. 1966.

Baguenauder : définition du Wiktionnaire

Verbe

baguenauder \baɡ.no.de\ intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se baguenauder)

  1. S’amuser à des choses vaines et frivoles comme les enfants qui font claquer les baguenaudes en les crevant.
    • Allons, dit-il, entrez, puisque vous êtes venus… Entrez, ça vaudra mieux que de baguenauder devant des bêtises. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Tu baguenaudes dans les pâturages, Belle Des Champs. Dis, donne-nous un Peu de ton fromage, Belle des Champs… — (Richard Gotainer, Belle des champs)
    • Comme ce matin-là, il baguenaudait par la cuisine, traînant ses sabots sur les dalles pour faire du bruit, attendant sans impatience aucune l’heure de l’école, son père, revenant de l’étable, l’interpella à brûle-poil […]. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • D'ordinaire, l'un de nous ne pouvait s'absenter une journée sans que la classe in corpore n’allât aux nouvelles, prétexte à baguenauder une heure en famille, mais de Stevenin, personne ne se souciait, […]. — (Georges Reymond, Stevenin: sa mère et moi, Éditions Spès, 1935, p. 15)
    • Ils baguenaudaient dans la cour, essayaient de dégoter avec leurs frondes les moineaux sur les poteaux télégraphiques, ou bien Billy Bob jouait de l’ukulele et ils chantaient si fort, que l’oncle de Billy Bob qui est juge de ce comté disait que ça s’entendait jusqu’au tribunal. — (Truman Capote, Tels des enfants, au jour de leur anniversaire, 1949 ; traduit de l’anglais américain par Serge Doubrovsky, 1953, page 49)
  2. (Pronominal) (Familier) Se promener ; flâner sans but précis.
    • On s’est baguenaudé toute la journée.
    • L'exercice de l'effraction commande qu'on ne perde pas de temps, mais là, dans cette espèce de musée magnifique, je me suis offert la liberté de me baguenauder, en esthète, d'une œuvre à l’autre.. — (Franz Bartelt, Le Jardin du bossu, Gallimard, 2004)
    • Quoi de mieux, pour sentir battre le pouls du tuning, que de baguenauder, un samedi ou un dimanche après-midi, dans un meeting, ces rassemblements organisés pour désigner les voitures les mieux personnalisées ? — (Stéphanie Maurice, La passion du tuning, Seuil, 2015, coll. Raconter la vie, page 11)

Verbe

baguenauder \Prononciation ?\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe non normalisée du gallo)

  1. Flâner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Baguenauder : définition du Littré (1872-1877)

BAGUENAUDER (ba-gue-nô-dé) v. n.
  • S'amuser à des choses vaines et frivoles. Ton goût est de baguenauder en amour, Hamilton, Gramm. 4. Je m'en vais musant et baguenaudant jusqu'à Naples, Courier, Lett. II, 64.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVe s. Par quoy je conclus que mieulx vault nostre mestier et est plus convenable, que d'aler baguenauder à la court et regarder qui a les plus belles pointes, les plus gros bourrelets…, J. de Bueil, le Jouvencel, f° 16, recto.

XVIe s. Diogenes qui baguenaudoit à part soy roulant son tonneau, Montaigne, I, 378.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « baguenauder »

Étymologie de baguenauder - Littré

Baguenaude.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de baguenauder - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Probablement de baguenaude, en occitan baganaudo, fruit du baguenaudier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baguenauder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baguenauder bagnode play_arrow

Conjugaison du verbe « baguenauder »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe baguenauder

Évolution historique de l’usage du mot « baguenauder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baguenauder »

  • Quand les autorités politiques et scientifiques se sont rendu compte que les citoyens continuaient à savourer collectivement les premières chaleurs printanières au parc ou à la plage, ils se sont concertés pour trouver un nom plus crédible… alors ils ont rebaptisé le virus « Covid 19 ». Voilà qui fait plus sérieux… mais pourquoi 19, qui était Covid deux, sept ou douze ? Mystère. Nous, nous avons droit à Corona-nom-de-code-Covid . Le virus c’est un peu un agent secret, on ne sait pas de qui, toutes les rumeurs circulent allègrement sur la toile. Mais tout comme James Bond007, Covid19 flaire bon l’espion polymorphe insaisissable, le type sournois voire l’agent double. Mais le français, un peu magouilleur par nature, a toujours aimé les agents doubles, alors, après un bon mois de confinement, il a recommencé à baguenauder au parc ou à la plage. Fallait-il murer les parcs et poser des mines antipersonnelles sur les plages? Il était urgent, une fois de plus, de lui trouver un nouveau patronyme plus anxiogène : on l’a retoqué en Sarskov2… là ça fait peur, on est en pleine psychose style guerre froide, on nous ressort le  bon vieux péril Soviétique ; c’est une valeur sûre. Sarkov2, l’espion venu de l’Est, péril jaune et rouge réunis en une seule bestiole terrifiante, fils  présumé de Sarskov1, Sarskov2 va nous foutre tellement les jetons qu’on va réclamer quinze jours de confinement supplémentaire pour être certain de ne jamais le croiser à la supérette. , Imparfait viral - Tongue Rider7
  • C’est un Parisien de l’ancien temps, André Warnod. Le genre de gars qui a passé sa vie à baguenauder, le nez au vent, passant des ateliers d’artistes aux salons des demeures bourgeoises, des bistrots enfumés aux trottoirs de Pigalle, des pavés de Montparnasse aux chemins creux du maquis derrière le Sacré-Coeur. Dans « Fils de Montmartre », à 70 ans, en 1955, il évoque ses années de goguette avec émotion, donnant au passage quelques portraits de copains et un inoubliable panorama de ce que fut ce Paris de rapins, de glandeurs, de musardiers, de traîne-savates, de dépendeurs d’andouille, de rossards, de vernisseurs de crottes de chien. Bref, d’artistes. L'Obs, Quand Picasso, Modigliani et Mac Orlan traînaient à Montmartre
  • Des snobinards n’ont prêché que mépris pour la culture populaire, celle qui remporte succès auprès du grand public. Cette fatuité, en voie de disparition, avait poussé jusqu’à étiqueter sous-culture les variétés et déviation à les arts nouveaux tel le tag. En continuant à baguenauder à travers le net, des occasions prêtent à croiser ici des pépites d’art, là d’excellents faiseurs. En fouillant les archives des chansons d’antan on se laisse séduire par le merveilleux exotisme du bà-gasy (rythmique singulière) qui mériterait bonne cote à la bourse internationale de musique : des bijoux tel cette petite perle d’ado prénommée Voara. Pareillement dans la faune des variétés que l’on a tendance à considérer banalité tant le milieu est dense, nombreuses créations et autant d’artistes retiennent l’attention en raison de l’intérêt que présentent et œuvres et auteurs et compositeurs. Le confinement m’a donné l’occasion de faire la connaissance entre autres d’une artiste populaire qui n’est pas devenue star. Ne l’ayant jamais rencontrée en dehors du net j’ignore où elle se trouve même s’il m’arrivait de vouloir l’interviewer. Inutile, la rencontre virtuelle à travers la belle ouvrage de l’ensemble de ses œuvres campe suffisamment l’image de cette belle artiste. , Mercredi ! École buissonnière : Délices du confinement | NewsMada
  • En suivant les flèches. Pas question de baguenauder, il faut suivre le sens de circulation imposé pour éviter que les gens ne se croisent. ladepeche.fr, Albi. La cathédrale Sainte-Cécile retrouve ses visiteurs - ladepeche.fr
  • Rendez-vous est donc donné pour ce début d’été 2020 sur les hauteurs… de la ville. Au parc de la Cure d’Air. Face à l’une des plus belles vues de Nancy sur… Nancy, autour de la guinguette fraîchement restaurée. Avec l’énorme avantage de pouvoir profiter du parc dans son intégralité pour baguenauder. , Musique | La Terrasse, 2e édition, établit ses quartiers à la Cure d’Air
  • « Votre temps d’écran a augmenté de 17 % cette semaine », annonçait ma tablette dimanche dernier. Devant une tasse de thé, je venais de lire les journaux du week-end, visionner une vidéo sur la bonne façon de tailler une haie de thuyas, acheter des capsules de café, suivre les dernières nouvelles du séjour de ma nièce en Australie. Sans compter un moment passé à baguenauder sur les réseaux sociaux ; pour en retenir quoi, je ne saurais le dire avec certitude. Redoutable servitude que celle qui sait se rendre utile (souvent), futile (trop fréquemment) et addictive. Nous sommes captivés par nos écrans et nous aimons ça. Grâce à eux, que de découvertes et de savoirs disponibles : le monde semble à portée de clic ! L’expérience se révèle en partie illusoire : le plus souvent, les algorithmes nous enferment dans des bulles de relations et d’opinions proches des nôtres. La Croix, Temps d’écran

Images d'illustration du mot « baguenauder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « baguenauder »

Langue Traduction
Corse divagazione
Basque rambling
Japonais とりとめのない
Russe бессвязный
Portugais devagar
Arabe متعرش
Chinois 乱逛
Allemand wandern
Italien vagante
Espagnol trepador
Anglais rambling
Source : Google Translate API

Synonymes de « baguenauder »

Source : synonymes de baguenauder sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires