La langue française

Apostille

Sommaire

  • Définitions du mot apostille
  • Étymologie de « apostille »
  • Phonétique de « apostille »
  • Évolution historique de l’usage du mot « apostille »
  • Citations contenant le mot « apostille »
  • Traductions du mot « apostille »
  • Synonymes de « apostille »

Définitions du mot apostille

Trésor de la Langue Française informatisé

APOSTILLE, subst. fém.

Annotation ajoutée en bas ou en marge d'une lettre, d'un écrit :
1. J'insère ici la plupart de ces pièces, la lettre du comte Bertrand surtout, (...); et puis quelques-unes des pièces portent des apostilles de la main même de Napoléon, et sont trop remarquables pour être passées sous silence. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 597.
2. J'ai sous les yeux les petites remarques ou apostilles manuscrites que M. Le Roi s'était permis d'opposer, pour toute réponse, à la Lettre de Rancé. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 573.
3. Je découpe quelques lignes où il est dit que la conspiration du silence n'existe plus pour personne; je colle ce précieux fragment sur une feuille de papier blanc et je l'envoie au dit Bergerat avec l'apostille : « Ah! elle est bien bonne! Léon Bloy. » Bloy, Journal,1893, p. 90.
En partic.
1. Courte recommandation ajoutée à une requête :
4. En marge de cette pétition était une apostille signée De Moirod, et qui commençait par cette ligne : « J'ai eu l'honneur de parler yert du bon sujet qui fait cette demande », etc. Stendhal, Le Rouge et le Noir,1830, p. 112.
5. L'Anglais trouva facilement le dossier relatif à l'abbé Faria; mais il paraît que l'histoire que lui avait racontée M. de Boville l'avait vivement intéressé, car après avoir pris connaissance de ces premières pièces il continua de feuilleter jusqu'à ce qu'il fût arrivé à la liasse d'Edmond Dantès. Là, il retrouva chaque chose à sa place, dénonciation, interrogatoire, pétition de Morrel, apostille de M. de Villefort. A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 342.
2. Petite note marginale ajoutée à un écrit pour l'éclairer, le critiquer ou le rectifier. Synon. annotation.
3. DR. ,,I. Toute modification, addition, annotation, faite en marge d'un acte et faisant corps avec lui. Terme employé dans la pratique concurremment avec le mot renvoi (...). II. Se dit également du signe (le plus souvent une croix), qui est tracé dans le corps de l'acte, et qui, reproduit en marge, est suivi de la modification dont cet acte est l'objet.`` (Cap. 1936).
PRONONC. − 1. Forme phon. : [apɔstij]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la dernière syllabe du mot, Harrap's 1963 une durée longue. 2. Hist. − Excepté Land. 1834 et DG qui transcrivent yod, tous les dict. de Fér. 1768 à Littré donnent [λ].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1506 masc. « écrit » (J. Marot, La vray disant advocate des dames ds Gdf. Compl. : Qui fera un tel apostille Comme fist Sapho la subtille Qui composa de si beaux vers), attest. isolée; 1566 « annotation portée en marge d'un écrit » (H. Estienne, Apol. pour Her., Ristelhuber, ch. 33, II, 189 ds Hug. : La première impression de ce livre qui est en petite forme, avec des apostilles, ha ce titre); qualifié de vieilli par DG; remplacé par post-scriptum; 2. 1802 « note ajoutée à une pétition pour la recommander » (Ac. revue par Laveaux : Apostille. Petite note que l'on fait sur quelque chose ou sur quelqu'ouvrage, soit pour le critiquer ou l'éclaircir, soit pour se rappeler plus aisément ce qu'on a voulu y observer. Il a fait des apostilles sur tel ouvrage). Déverbal de apostiller* aux sens 1 et 2.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 23.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Blanche 1857. − Cap. 1936. − Comm. t. 1 1837. − Dupin-Lab. 1846. − Éd. 1913. − Lep. 1948. − Mots rares 1965. − Réau-Rond. 1951. − Spr. 1967. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

apostille \a.pɔs.tij\ féminin

  1. Addition faite à la marge d’un écrit ou au bas d’une lettre.
    • Il y avait deux lignes en apostille.
    • Après sa lettre écrite, il manda cette nouvelle par apostille.
    • Lʼauteur anonyme de lʼapostille au rapport Salvatierra cité plus haut et Alonso Gutiérrez se disputent la palme de cette sinistre idée. — (Jean-Paul Duviols, Annie Molinié-Bertrand, Bartolomé Bennassar, La violence en Espagne et en Amérique (XVe-XIXe siècles), 1997)
  2. (En particulier) Recommandations quʼon écrit à la marge ou au bas d’un mémoire, d’une pétition.
    • Demander une apostille à quelqu’un.
    • Donner, refuser une apostille.
    • Une apostille insignifiante.
  3. (Administration) Cachet officiel prouvant à destination d’une autorité étrangère qu’un autre cachet apposé sur un document a un caractère officiel.
  4. (Belgique) Instruction écrite d’enquête judiciaire envoyée par le parquet ou un juge d’instruction à la police (par exemple à un apostilleur) ou à un autre service d’enquête.
    • On appelle apostille, l’écrit qu’adressent les magistrats du ministère public et les juges d’instruction aux services de police et aux autres services d’enquête de l’État, telle l’inspection du travail, leur enjoignant d’accomplir un acte d’enquête appelé également devoir d’enquête. — (site Justice en ligne)

Forme de verbe

apostille \a.pɔs.tij\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de apostiller.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de apostiller.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de apostiller.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de apostiller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de apostiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APOSTILLE. n. f.
Addition faite à la marge d'un écrit ou au bas d'une lettre. Il y avait deux lignes en apostille. Après sa lettre écrite, il manda cette nouvelle par apostille. Dans ce dernier cas on dit aujourd'hui En post-scriptum. Il se dit particulièrement des Recommandations qu'on écrit à la marge ou au bas d'un mémoire, d'une pétition. Demander une apostille à quelqu'un. Donner, refuser une apostille. Une apostille insignifiante.

Littré (1872-1877)

APOSTILLE (a-po-sti-ll', ll mouillées, et non apo-sti-ye) s. f.
  • 1Annotation en marge ou au bas d'un écrit. Écrire en apostille. Ce que j'ai lu dans l'apostille de votre lettre ne m'a pas extrêmement plu, Guez de Balzac, liv. VIII, lett. 45. Luther, dans les apostilles qu'il fit sur la bulle, Bossuet, Var. 1.
  • 2Recommandation ajoutée à une pétition, à un mémoire.

HISTORIQUE

XVIe s. Firent si bien leur apostille [entreprise apostée], Que, sans faire aulcun desarroy, Le chasteau fut rendu au roy, Marot, J. V, 164. Qui fera ung tel apostille, Comme feist Sapho la subtille, Qui composa de si beaulx vers, Marot, J. V, 301.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

APOSTILLE. Ajoutez : - REM. Balzac faisait, comme Marot, apostille du masculin. Pourquoi ce très officieux et très obligeant laisse-t-il gronder contre moi à Rome ? ne pourrait-il pas prévenir toutes ces plaintes par un petit apostille ? Guez de Balzac, Lettr. inédites, CLIII, éd. Tamizey Larroque.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

APOSTILLE, s. f. (Droit, Commerc. Littérat.) annotation ou renvoi qu’on fait à la marge d’un écrit pour y ajoûter quelque chose qui manque dans le texte, ou pour l’éclaircir & l’interpréter.

Apostille, en matiere d’arbitrage, signifie un écrit succinct que des arbitres mettent à la marge d’un mémoire ou d’un compte, à côté des articles qui sont en dispute. Les apostilles doivent être écrites de la main des arbitres, & on doit les regarder comme autant de sentences arbitrales, puisqu’elles jugent les contestations qui sont entre les parties.

Celles qui sont faites en marge d’un acte passé par-devant notaire, doivent être paraphées par le notaire & par les parties.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « apostille »

À et postille ; postilla, dans le bas-latin, signifiant explication, note.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) De l’ancien français postille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « apostille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
apostille apɔstij

Évolution historique de l’usage du mot « apostille »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « apostille »

  • L’apostille apposée sur un acte de naissance établi en Inde qui n’authentifie pas la signature de l’officier de l’état civil ne peut pas produire effet en France faute de répondre aux exigences de l’article 5, alinéa 2, de la Convention de La Haye du 5 octobre 1961. , Acte de naissance établi à l’étranger : apostille - Droit international et communautaire | Dalloz Actualité
  • La commission rogatoire comporte une apostille de l’autorité judiciaire, laquelle « confirme seulement l’authenticité de la signature et du sceau […] et ne signifie pas […] que la République française approuve son contenu ». D’autres États, notamment d’Amérique du Sud, exigent même une « légalisation » en bonne et due forme. D’autres encore, ailleurs sur le globe, sont tellement tatillons sur le moindre coup de tampon que les demandes n’ont en pratique quasiment aucune chance d’aboutir. , Dans les coulisses de l’entraide judiciaire internationale | Dalloz Actualité
  • « Sauf lorsque soit les lois, règlements ou usages en vigueur dans l’État où l’acte est produit, soit une entente entre deux ou plusieurs États contractants l’écartent, la simplifient ou dispensent l’acte de légalisation, les actes publics qui ont été établis sur le territoire d’un État contractant et qui doivent être produits sur le territoire d’un autre État contractant, doivent être revêtus de l’apostille, délivrée par l’autorité compétente de l’État d’où émane le document. » , Acte de naissance établi à l’étranger : nécessité de l’apostille - Droit international et communautaire | Dalloz Actualité

Traductions du mot « apostille »

Langue Traduction
Anglais apostille
Espagnol apostilla
Italien apostille
Allemand apostille
Chinois 使徒
Arabe أبوستيل
Portugais apostilha
Russe апостиль
Japonais アポスティーユ
Basque oharrak jartzeko
Corse apostila
Source : Google Translate API

Synonymes de « apostille »

Source : synonymes de apostille sur lebonsynonyme.fr
Partager