La langue française

Animalité

Sommaire

  • Définitions du mot animalité
  • Étymologie de « animalité »
  • Phonétique de « animalité »
  • Évolution historique de l’usage du mot « animalité »
  • Citations contenant le mot « animalité »
  • Traductions du mot « animalité »
  • Synonymes de « animalité »
  • Antonymes de « animalité »

Définitions du mot « animalité »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANIMALITÉ, subst. fém.

A.− Ensemble des caractères qui font qu'un être appartient au règne animal :
1. ... pour découvrir des cas probables de conscience végétale, il faut descendre aussi bas que possible dans l'échelle des plantes, arriver aux zoospores des algues, par exemple, et plus généralement à ces organismes unicellulaires dont on peut dire qu'ils hésitent entre la forme végétale et l'animalité. Bergson, L'Évolution créatrice,1907, p. 113.
2. On dirait que Corneille a poursuivi avec une sorte de rancune certaines images du dessèchement par la vieillesse, de la sclérose du cœur. L'animalité même de l'amour maternel n'est pas épargnée. Brasillach, Pierre Corneille,1938, p. 285.
3. En me relisant, je m'avise que le rapprochement que je viens de faire peut avoir l'air désobligeant pour ma petite compagne. Dans mon esprit, il ne l'était pas. Ce que nous gardons d'animalité n'est pas forcément une tare. Dans l'animalité comme dans le reste, il faut choisir. Il y a ce qu'elle contient de vil, de cruel, de corrompu. Il y a ce qu'elle contient de vif et de charmant. Est-il même nécessaire de s'excuser de tels rapprochements, quand il s'agit de sentiments plus ou moins apparentés à l'amour? J. Romains, Les Hommes de bonne volonté,La Douceur de la vie, 1939, p. 120.
4. L'enfant devient adulte et peut-être que l'animal devient homme. C'est la continuité des stades de développement qui rend intelligible le passage des confins de l'animalité à l'humanité, puis des confins de l'enfance à l'humanité adulte. Ricœur, Philosophie de la volonté,1949, p. 401.
P. ext. Comportement animal :
5. Betty viennoise, selon la formule de Gozzi, mélancoliquement timide, et d'une mignonne gaucherie à la Schoorel, couvait Leonora de regards troublés, en une adoration qui la faisait lécher de baisers les mains de la princesse, avec une animalité douce dans la caresse. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 37.
Péj. [Pour désigner l'état de l'homme dégradé] :
6. − Allez, allez, mon enfant, − répétait l'oncle Augustin, − la multitude ne vaut rien. Sans chefs, la masse se désagrège et retourne vite à l'animalité. Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 397.
B.− P. méton., rare. Ensemble d'êtres appartenant au règne animal :
7. Dîner chez Daudet, en tout petit comité de famille; et le soir, avec Alphonse, une longue et captivante causerie sur la fin de terre touchant au pôle, où il n'y a plus d'humanité, d'animalité, de végétation, où plus rien n'est, que glace et nuit, − et sur l'effroi du silence qui règne dans ce monde glacé. E. et J. de Goncourt, Journal,1893, p. 344.
PRONONC. : [animalite]. Enq. : /animalite/.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Fin xiies. animaliteiz « ensemble des facultés qui caractérisent l'être vivant » (Epist. S. Bern. a Mont Deu, ms. Verdun 72, fo24 rods Gdf. Compl. : Li animaliteiz est une maniere de vie servanz a sanz del cors); xves. animalité « id. » (Lefranc, Champ. des Dam., Ars, fo148 d, ibid.) attest. isolées; b) 1814 « ensemble des qualités propres au règne animal (p. oppos. aux végétaux) » (Bernardin de St-Pierre, Harm., liv. V ds Littré : Les végétaux ne sont pas des animaux renversés, comme on l'a prétendu; car ils n'ont point les facultés ni les organes qui constituent l'animalité); 2. av. 1778 « ensemble des caractères de l'animal (p. oppos. à l'homme) » (J.-J. Rousseau, Orig. Notes, ibid. : Dans l'état d'animalité dont il s'agit ici ...); 3. av. 1788 « partie animale de l'homme » (Buffon ds Lar. 19e: Nous ne distinguons pas bien nettement les qualités que nous avons en vertu de notre animalité, de celles que nous avons en vertu de notre âme). Empr. au lat. animalitas : sens 1 attesté à l'époque carolingienne (Mythographi, 3, 6, 16 ds Quicherat, Dict. lat. fr., Paris, Hachette); puis 1248-56 (Albert Le Grand, Myst. théol., 5, 1 ds Mitellat. W. s.v., 663, 36); sens 1 b (Id., ibid., 21, 40, ibid., 663, 41); sens 3 début ves. (St Augustin, Spir. et an., 38 ds TLL s.v., 84, 4). Le sens 2, non attesté en lat., est plus prob. dér. de animal* (p. oppos. à l'homme).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 258. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 244, b) 436; xxes. : a) 409, b) 408.
BBG. − Foulq.-St-Jean 1962. − Lal. 1968. − Littré-Robin 1865. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Nysten 1824.

Wiktionnaire

Nom commun

animalité \a.ni.ma.li.te\ féminin

  1. (Didactique) Ensemble des attributs et des facultés qui distinguent l’animal, qui lui sont propres.
    • La nature physico-chimique et les degrés de l’animalité, de la végétabilité et de la sidéralité, qui forment le fond de la constitution organique, suborganique ou inorganique des trois principales sortes d’individualités naturelles, sont, jusqu’à ce jour, des mystères que la chimie et la physique organiques et inorganiques n’ont point encore pu parvenir à dévoiler. — (MM. Eydoux & Souleyet, Voyage autour du monde exécuté pendant les années 1836 et 1837 sur la corvette La Bonite : Zoologie, tome 1, page XXVI, Arthus Bertrand éditeur, 1841)
    • Dans l’espèce humaine, la Parthénogénèse n’a été vue que par les yeux de la foi ; il n'en est pas ainsi dans les rangs inférieurs de l’animalité, et même à ce degré, la chose est si extraordinaire qu’elle a dû, au début, être accueillie par les esprits prudents avec certaines réserves, sinon même avec incrédulité, […]. — (Yves Delage & Marie Goldsmith, La Parthénogénèse naturelle et expérimentale, Flammarion, 1913, p. 2)
  2. (Plus restreint) Ensemble des caractères de l’animal par opposition à l’être humain.
    • Aussi les taudis marseillais sont innombrables et recèlent des accumulations incroyables, des promiscuités qui ravalent l’espèce humaine au niveau de l’animalité ! — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Je percevais au tremblement de leur voix, au miel de leurs paroles, cette terrible servitude qui les liait à ce qu’on nomme l’amour, d’un mot trop doux parce qu’on ne veut pas lui donner son véritable visage de bestialité et d’animalité. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ANIMALITÉ. n. f.
T. didactique. Ensemble des attributs et des facultés qui distinguent l'animal, qui lui sont propres. Dans un sens plus restreint, il signifie Ensemble des caractères de l'animal par opposition à l'homme. L'état d'animalité.

Littré (1872-1877)

ANIMALITÉ (a-ni-ma-li-té) s. f.
  • 1Ensemble des qualités ou facultés qui sont les attributs des êtres composant le règne animal. Les végétaux ne sont pas des animaux renversés, comme on l'a prétendu ; car ils n'ont point les facultés ni les organes qui constituent l'animalité, Bernardin de Saint-Pierre, Harm. liv. V.
  • 2Les caractères de l'animal par opposition à l'homme. Dans l'état d'animalité dont il s'agit ici…, Rousseau, Orig. Notes.
  • 3Ensemble des animaux, par opposition à l'ensemble des végétaux.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « animalité »

 Dérivé de animal avec le suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « animalité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
animalité anɛ̃alite

Évolution historique de l’usage du mot « animalité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « animalité »

  • Bref, que nous disent toutes ces analogies sur les rapports qu’entretiennent l’humanité et l’animalité autour de la question du travail ? The Conversation, « Travailler comme un chien » : de la ménagerie au management
  • Dans ses romans à l'écriture puissamment charnelle ("Sang lié", Ed. Allia 2005, "Mourir et puis sauter sur son cheval", Ed. Verdier 2016), David Bosc explore volontiers l'émergence trouble et mystérieuse de l'animalité en nous. Une singularité qu'il étend tout naturellement à cette réflexion sur les motivations de l'écriture. A l'inspiration chère à l'âme romantique, le Lausannois substitue la figure d'un âne, "rusé, très fort, malcommode au possible" qui n'en fait qu'à sa tête, tout à sa quête du "sel". Et si son élan créateur le mène par le bout du nez, l'auteur se doit aussi d'agir à la manière d'un esprit frappeur, d'être "le poltergeist" qui envoie valser les meubles de la maison du langage. rts.ch, Pour David Bosc, l'écriture est un corps-à-corps avec le langage - rts.ch - Livres
  • Jésus est ressuscité aussi dans l'animalité de l'homme. De Françoise Dolto / L'Evangile au risque de la psychanalyse
  • Le sport, activité noble qui, à l'instar du rire, de la philatélie, de la cuisine au bain-marie et du cybersexe, permet à l'humain de dépasser son animalité. De Jean Dion / Le Devoir - 22 Avril 2000
  • L'intérêt personnel n'est que la prolongation en nous de l'animalité ; l'humanité ne commence dans l'homme qu'avec le désintéressement. De Henri-Frédéric Amiel / Journal intime
  • Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l'une vers Dieu, l'autre vers Satan. L'invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade ; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre. De Charles Baudelaire / Mon Coeur mis à nu
  • Nous sommes à la fois tentés par l'hominisation des animaux, qui révèle souvent nos projections fantasmatiques, et par la bestialisation des hommes, autre manière pour nous de figer l'autre dans une animalité indigne. De Antoine Spire / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • Le président de l'Assemblée provinciale de l'Ituri, Banga Tshombe Siméon, a condamné les tueries en répétition perpétrées par les miliciens de CODECO dans les territoires de Djugu et Mahagi. Il qualifie ces atrocités “d’animalité sauvage” à l’encontre des civils. Actualite.cd, Ituri : l'Assemblée provinciale dénonce une “animalité sauvage” perpétrée par les miliciens de CODECO à Djugu | Actualite.cd
  • Enfin, montrant que les écologistes ne sont pas encore des animalistes, elle souligne leurs différences par une approche historique et éthique qui revient notamment sur les différentes vagues de la philosophie de l’animalité. Nous devons admettre, écrit-elle, que notre politique est une « zoopolitique » : les animaux vivent avec nous, partagent nos territoires… une interdépendance soulignée par la crise actuelle du coronavirus, enclenchée notamment par l’envahissement du monde sauvage. France Culture, Comment réparer le monde ? - Ép. 2/5 - Penser l'après
  • Prédateur, Derek Chauvin a agi comme le lion chasseur d’hommes. De tout le poids de son corps qu’il concentre vers son genou, il écrase le cou de George Floyd. C’est un fauve ! En s’écriant « I can’t breathe » Je ne peux pas (ou plus) respirer, George Floyd ne dénonce rien d’autre que l’animalité absolue de Derek Chauvin, qui est pire qu’un animal qui ne tue que par nécessité. Derek Chauvin est un animal dont l’animalité est absolue. C’est un fauve en tenue de policier, un félin assermenté, au coeur de la ville de Minnesota. Sans bouger pour ne pas occasionner une déperdition de force, de son genou dont il fait une arme contondante semblable à la patte puissante d’un fauve, il broie tout l’appareil respiratoire de George Floyd. , George Floyd et Derek Chauvin : la proie et le fauve. Par P.F. Tavares
  • Phaune Radio est une radio dédiée à l’animalité et l’environnement portée par l’association FreqOut. Elle propose 24 heures sur 24 une programmation musicale éclectique qui mélange sons de la nature, pépites musicales, archives, documentaires et créations sonores. Nous travaillons avec des preneurs de sons et audionaturalistes en France et à l’étranger et des auteurs comme Alain Damasio. Chez nous, Deleuze peut dialoguer avec une reprise des Beatles interprétée par des chiens (oui, oui, ça existe en vrai) et des enregistrements de geysers en Islande. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Une radio dédiée à l’animalité et à l’environnement
  • Sélectionné pour le Prix France Musique des Muses 2020 " Le chant des bêtes, essai sur l'animalité à l'opéra " de Jean-François Lattarico est publié chez Classiques Garnier. Présentation : France Musique, " Le chant des bêtes, l'animalité à l'opéra " de J-F Lattarico-Sélection du Prix France Musique des Muses 2020

Traductions du mot « animalité »

Langue Traduction
Anglais animality
Espagnol animalidad
Italien animalità
Allemand animalität
Portugais animalidade
Source : Google Translate API

Synonymes de « animalité »

Source : synonymes de animalité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « animalité »

Partager