La langue française

Allumeur

Sommaire

  • Définitions du mot allumeur
  • Étymologie de « allumeur »
  • Phonétique de « allumeur »
  • Évolution historique de l’usage du mot « allumeur »
  • Citations contenant le mot « allumeur »
  • Traductions du mot « allumeur »
  • Synonymes de « allumeur »

Définitions du mot allumeur

Trésor de la Langue Française informatisé

ALLUMEUR1, EUSE, subst.

Celui, celle qui allume.
A.− [Par réf. à la lumière; cf. allumer I A 2 et II A 2]
1. Subst. masc. ou fém. Personne chargée d'allumer les appareils d'éclairage, spécialement dans les lieux publics. Allumeur, allumeuse de becs de gaz, de lanternes, de réverbère(s), de théâtre :
1. ... nous étions salariés par le Gouvernement pour inspecter les routes et surveiller les allumeurs des phares... G. Flaubert, Par les champs et par les grèves,Touraine et Bretagne, 1848, p. 311.
2. Mais comme la rue était à peu près déserte l'allumeuse de réverbère avait entendu notre contestation, et, se tournant vers moi, elle me dit d'une voix cassée : « Prenez garde à moi, c'est moi qui ramasse les méchantes petites filles, et je les enferme dans mon réverbère toute la nuit. » G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 164.
3. Mais oui, nous arrivons devant que les chandelles... le marquis Ah! ne m'en parlez pas! Je suis dans une humeur... un autre Console-toi, marquis, car voici l'allumeur! la salle, saluant l'entrée de l'allumeur. Ah! ... (On se groupe autour des lustres qu'il allume. Quelques personnes ont pris place aux galeries...) E. Rostand, Cyrano de Bergerac,1898, I, 1, p. 18.
Rem. S'emploie except. comme adj. :
4. De la voûte jusqu'au bas de l'autel, une cascade ardente ruisselait sur les marches d'un escalier de cierges, derrière lesquels passaient et repassaient les soutanes rouges des sacristains allumeurs. E. et J. de Goncourt, Madame Gervaisais,1869, p. 89.
2. Au fig., arg. Juge d'instruction (parce qu'il porte la lumière sur l'affaire).
Rem. Attesté ds L. Rigaud, Dict. de l'argot moderne, 1881, p. 8 et ds La Rue 1954.
B.− Au fig. [Par réf. à la chaleur qui réchauffe et attire]
1. Subst. (gén.) masc.
a) Arg., fam., pop.
Compère chargé d'attirer le client. Allumeur de chalands.
Rem. Attesté ds Boucher 1835, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., La Rue 1954.
Compère chargé de faire monter les prix dans une vente aux enchères.
Rem. Attesté ds Larch. 1880, Esn. 1966.
Faux complice indicateur d'un coup à faire, agent provocateur.
Rem. Attesté ds Lar. encyclop., Esn. 1966.
b) Littér. Individu qui exalte l'enthousiasme du public :
5. Il ajoute qu'il est menteur, menteur, menteur..., qu'il a une très moyenne intelligence, mais une volonté enragée, avec le talent − un talent tout particulier − de parler à la corde sensible des gens auxquels il s'adresse et qu'il a très souvent la bonne fortune de mots qui enlèvent, qu'il est enfin un allumeur des foules. E. et J. de Goncourt, Journal,juill. 1889, p. 1016.
2. Subst. fém., arg., pop.
Prostituée ou femme chargée d'attirer des clients dans les maisons de prostitution.
Rem. Attesté ds Larch. 1880, Nouv. Lar. ill., France 1907, La Rue 1954.
Femme chargée de mettre de l'entrain dans les bals publics.
Rem. Attesté ds Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., La Rue 1954.
Fam. Femme qui excite le désir, se plaît à aguicher :
6. La femme est faite pour être arrivée, et rivée; l'homme est fait pour entreprendre, et se détacher : elle commence à aimer, quand, lui, il a fini; on parle d'allumeuses, que ne parle-t-on plus souvent d'allumeurs! L'homme prend et rejette; la femme se donne, et on ne reprend pas, ou on reprend mal, ce qu'on a une fois donné. H. de Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 1010.

ALLUMEUR2, subst. masc.

TECHNOL. (automob., industr. du gaz, pyrotechnique, etc.). Dispositif servant à déclencher ou faciliter l'allumage :
À la base de (...) [la] chambre [de l'étuve à gaz] sont disposées une prise d'air et plusieurs rampes à gaz munies chacune d'un petit jet d'allumage appelé allumeur. L. Ser, Traité de physique industrielle,t. 2, 1890, p. 453.
Rem. Attesté ds Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr., Quillet 1965, Dub., Rob. Suppl. 1970.
Prononc. : [alymœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Enq. : /alymø2 ʀ; -ø2z D/.
Étymol. ET HIST. − 1. 1374 subst. « celui qui allume » (Goulain, Ration., B.N., 437, fo66bds Gdf. Compl. : Alumeurs de cierges); 2. 1540 adj. au fig. « qui provoque » (G. Michel, Georgiques, 39 vods Quem. t. 1 1959 : L'aer mobil et souvent allumeur D'impressions). Dér de allumer* étymol. 1 fig.; suff. -eur2*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 59.
BBG. − Barb.-Cad. 1963. − Bél. 1957. − Boucher 1835. − Bruant 1901. − Esn. 1966. − France 1907. − Fromh.-King 1968. − Guerber 1967. − Lar. comm. 1930. − Larch. 1880. − La Rue 1954. − Soé-Dup. 1906 (s.v. allumage).

Wiktionnaire

Nom commun

allumeur \a.ly.mœʁ\ masculin (pour une femme : allumeuse)

  1. Celui qui était (autrefois) chargé d’allumer quelque chose.
    • La lucerne ou lanterne d’allumeur renferme , outre une lampe fixe , une petite lampe à main, qui tient lieu de bougie pour l'allumage des phares. — (Instruction pour le service des phares lenticulaires, n° DXVIII, 13 novembre 1835, dans les Annales des Ponts et Chaussées : Lois, décrets, arrêtés et autres actes concernant l'administration des Ponts et Chaussées, Paris : chez Carillan-Goeury, 1836, 1re série, p.92)
    • Nous étions salariés par le gouvernement pour inspecter les routes et surveiller les allumeurs des phares. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 59, 2012)
  2. (Argot) Agent provocateur.
  3. (Argot) Compère chargé de faire de fausses enchères dans une vente.
    • Dermon a été chaland allumeur dans les ventes au-dessous du cours. — (La Correctionnelle, journal.)
  4. (Mécanique) Dispositif du système d’allumage d’un moteur à explosion qui dirige le courant à haute tension produit par la bobine d’allumage vers les bougies d’allumage dans l’ordre correct d’explosion.
    • Nous vérifions d'abord la tête d’allumeur, apparemment en bon état, puis changeons la bobine et passons en revue tout le système d'allumage. — (Guy Fréquelin & ‎Philippe Séclier, Pilote de ma vie, Calmann-Lévy, 2009)
    • Ce qui signifie que la structure retenue pour contrôler le moteur réalise également les fonctions autrefois assurées par le carburateur, l’injection électronique analogique ou l’allumeur électromécanique. — (Henri Mazet, Moteur à allumage commandé : Composants et stratégie de contrôle, Techniques de l'Ingénieur, fiche BM 2 970, sans date, p. 2)
  5. (Populaire) Homme qui cherche à exciter le désir.
    • Pour la première fois depuis au moins une heure la boutique se trouvait vide ... à l’exception de Nick. Il plongea la cuillère dans sa coupe et la porta à sa bouche pour laisser fondre la glace sur sa langue. Avec un sourire démoniaque, de surcroît. Quel allumeur ! — (Megan Hart, L’Amant défendu, Toronto, Harlequin, 2010, p. 26).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALLUMEUR. n. m.
Celui qui est chargé d'allumer. Les allumeurs de réverbères, de gaz.

Littré (1872-1877)

ALLUMEUR (a-lu-meur) s. m.
  • Celui qui est chargé d'allumer régulièrement les réverbères, les becs de gaz.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « allumeur »

 Dérivé de allumer avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Allumer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « allumeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allumeur alymœr

Évolution historique de l’usage du mot « allumeur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « allumeur »

  • L'humour est à l'amour tel que l'âme à l'humeur Ombre sur l'abat-jour voilée par l'allumeur Et jour à contre-jour violée par l'amuseur. De Léon-Paul Fargue / Des dits cassés
  • «J’ai eu le privilège de côtoyer celui que je surnommais le pionnier de la motivation positive. Je me souviens de son franc-parler et son humour. Jean-Marc Chaput a eu une incidence sur la vie de milliers de personnes. Il a été et sera toujours pour moi, un allumeur de conscience qui nous rappelle que nous avons le pouvoir de changer les choses» a écrit l’animatrice Chantal Lacroix. L’actualité, Le conférencier Jean-Marc Chaput meurt du cancer à l'âge de 89 ans | L’actualité
  • J'ai envie de lui répondre qu'aux toilettes, j'ai erré, les mains dégoulinantes, sous les capteurs de cinq lavabos avant d'en trouver un qui, dans un grondement sinistre, lâche un jet rosâtre de savon. Ce ne serait pas une barrière aux gestes barrières, ça ? Mais que pourrait-elle me répondre ? « La consigne, c'est la consigne », comme l'allumeur de réverbère sur la cinquième planète, dans Le Petit Prince. Les génies qui les concoctent, les consignes, ont-ils pensé à la joue écrasée sur le poing refermé, quand la tête bascule, dans la somnolence du décollage ? Au filet de bave aux commissures des lèvres ? Le Point, À Athènes, un test et une nuit tous frais payés - Le Point
  •  M. Brossard, le béret basque vissé sur la tête, les traits tirés - « C'est loin tout cela, je ne me rappelle plus bien...» - s'efforce de mettre de l'ordre dans ses souvenirs, un peu surpris quand même que l'on puisse y trouver de l'intérêt. Pourtant... Le dernier allumeur de réverbères nous avait-on dit au journal, en nous soufflant une adresse : 9, rue des Saunières à Dijon. Cela méritait bien une interview. [...] , Dijon | Jean-Marie Brossard, dernier allumeur de réverbères à Dijon

Traductions du mot « allumeur »

Langue Traduction
Anglais igniter
Espagnol encendedor
Italien accenditore
Allemand zünder
Portugais isqueiro
Source : Google Translate API

Synonymes de « allumeur »

Source : synonymes de allumeur sur lebonsynonyme.fr
Partager