La langue française

Airain

Définitions du mot « airain »

Trésor de la Langue Française informatisé

AIRAIN, subst. masc.

A.− Vx, littér. (style noble)
1. Alliage à base de cuivre et de différents métaux, en particulier d'étain, désigné aujourd'hui sous le nom de bronze :
1. Deux mers apportent à nos rivages les trésors du monde. L'airain, l'argent et l'or coulent en ruisseaux dans les entrailles de cette terre sacrée. F.-R. de Chateaubriand, Les Martyrs,t. 3, 1810, p. 196.
2. Anastase, (...) dans la Vie d'Honorius 1er, dit qu'en 626 ce pape couvrit la basilique du père des apôtres avec des tables d'airain qu'il enleva au temple de Vénus ... A. Lenoir, Architecture monastique,t. 1, 1852, p. 151.
3. Et des heures se passèrent; et le jour apparut. Vers cinq heures du matin, il ne restait plus qu'un tas de cendres. Les parents les recueillirent, en jetèrent une partie au vent, une partie à la mer, et en gardèrent un peu dans un vase d'airain qu'ils rapporteront aux Indes. Ils se retirèrent ensuite pour pousser des gémissements dans leur demeure. G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Bûcher, 1884, p. 1306.
4. ... une plaine brusquement s'ouvrait, faite d'un sable brun consistant, dont le sol plat trompe l'œil : et là on galopait de front, comme un peloton, botte à botte, tandis que les cors jetaient des notes allègres, pareilles au chant martial des trompettes d'airain. J. de Pesquidoux, Chez nous,t. 1, 1921, p. 98.
5. ... je me revoyais (...) troquant notre camelote contre des antiquités (...), des aiguières et des plats en argent repoussé (...), des mors de cheval, des éperons, des étriers, des heaumes en bronze, en airain, en un alliage d'or, en argent bleuté à l'antimoine, des harnachements et des troussequins enrichis de pierres de lune, topazes et turquoises, des tissus, des voiles arachnéens de Boukhara, de l'essence de jasmin et de rose ... B. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 381.
ANTIQ. Airain de Corinthe :
6. Airain de Corinthe (ant.), Mélange de métaux fort estimé des anciens, et dans lequel entrait une certaine quantité d'or ou d'argent. Ac. Compl.1842.
7. Airain de Corinthe (...) composé de cuivre, d'or et d'argent ... M.-A. Muller, M.-P. Roger, Évolution de la fonderie du cuivre,1903, p. 5.
MÉD. Bruit d'airain :
8. Bruit d'airain. Bruit analogue à celui qu'on obtiendrait en frappant sur un vase de bronze. Dans les vastes pneumothorax, on peut l'entendre en auscultant la paroi postérieure du thorax tandis qu'un aide frappe une pièce de monnaie appliquée sur la paroi antérieure. Garnier-Del.1958.
MYTH. Siècle, âge d'airain. Le siècle intermédiaire entre le siècle d'argent et le siècle de fer :
9. Il y a aussi quatre âges successifs et perpétuellement alternés, les âges d'or, d'airain, de fer et d'argent, qui marquent les étapes de l'évolution du temps à travers l'espace. Ce sont ces retours, conclut mon oncle, qui constituent la vraie quadrature du cercle, le vrai secret des philosophes... R. Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 208.
Régional :
10. Airain, s.m. − Laiton, cuivre jaune. Chaudron d'airain, − ch. à confitures. Verr.-On. t. 1 1908, p. 26.
2. P. ext., littér. Objet fait d'airain, cloche, canon :
11. Le silence est-il plus poétique que cet air animé du son de l'airain, et devenu tout sensible dans le vague de ses espaces? Considérée seulement comme harmonie, la cloche a indubitablement une beauté de la première sorte; celle que les artistes appellent le grand. F.-R. de Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 280.
12. Quiberon vit jadis, sur son bord solitaire, Des Français assaillis s'apprêter à mourir, Puis, devant les deux chefs, l'airain fumant se taire Et les rangs désarmés s'ouvrir. V. Hugo, Odes et ballades,1828, p. 63.
Rem. 1. Airain, désignant un métal, se rencontre avec des mots tels que fer, bronze, acier, cuivre, ambre. 2. Il s'emploie le plus fréquemment sous la forme du syntagme d'airain. 3. Il s'applique surtout à des objets du monde antique profane ou relig. : armes (ex. 5) (casque, bouclier, glaive, cuirasse, lance, épée, armure d'airain), instruments de mus. (ex. 4) (trompette, cloche, trompe, cymbales, clochettes d'airain), représentations d'animaux (bélier, serpent, taureau, ailes, griffes, etc.), ustensiles (ex. 3) (vase, urne, amphore, chaudron d'airain), constructions, monuments (ex. 2), (autel, table, colonne, porte, tour, tombe, trône d'airain).
B.− Fig., littér. (Subst. +) d'airain.Qui a l'aspect ou la dureté de l'airain.
1. [En parlant d'un être hum. hors du commun ou d'un de ses attributs] :
13. − Poète! dit le jeune homme au forçat, dis-moi où ton âme d'airain a pris la force de supporter les premiers jours d'une semblable existence? G. Sand, Lélia,1833, pp. 38-39.
14. Là, toujours vêtus de leurs armes, Comme en la tour de mes combats, D'airain seront tous mes soldats, D'airain leurs yeux, d'airain leurs larmes, D'airain le front des généraux, D'airain les pieds de leurs chevaux. S'ils ont faim du pain des héros, Ils mangeront l'épi de gloire Qui croît dans mon sillon de fer; Et, s'ils ont soif, ils viendront boire Au bord de la nue en hiver. E. Quinet, Napoléon,1836, p. 240.
15. Revenu et dîné au coin du feu. − Fini les Mémoires de Fouché, habile homme d'état, sans personnalité, sans chaleur de sang, − grandeur lymphatique et pâle, homme de marbre bien plutôt que cet Italien incestueux, colère, vindicatif, superstitieux, tout en instincts, et que les poëtes ont peint de travers dans leurs poésies menteuses en le donnant pour un dieu d'airain. J. Barbey d'Aurevilly, Deuxième Memorandum,1838, p. 347.
16. ... sur un trône d'or vert, était assis un géant d'airain qui était vivant. Ce géant était Nemrod. V. Hugo, Le Rhin,1842p. 216.
17. Il parle de Victor Hugo avec une hauteur un peu dédaigneuse qui n'est du reste qu'un jeu; il dit lui préférer Lamartine et récite de celui-ci des vers qui, choisis ainsi et réchauffés par cette belle voix d'airain, paraissent en effet pleins d'ambroisie. A. Gide, Journal,1906, pp. 210-211.
Rem. Syntagmes rencontrés colosse, dieux, monstre, géant, titan d'airain.
2. Péjoratif
a) [Avec une idée de dureté implacable] :
18. Démodocus attend avec impatience le retour de la lumière. « Ma fille, disoit-il à Cymodocée qu'une puissance inconnue privoit aussi du sommeil, malheur à ceux que la pitié ou une vive reconnoissance n'arracha jamais au pouvoir de Morphée. Il n'est pas permis d'entrer dans les temples des dieux avec du fer : on n'entrera point dans l'élysée avec un cœur d'airain. » F.-R. de Chateaubriand, Les Martyrs,t. 1, 1810, p. 153.
19. Ô siècle d'airain! s'écrioit-il; hommes haïs de Jupiter pour votre dureté; quoi! vous restez insensibles à la douleur d'un père! F.-R. de Chateaubriand, Les Martyrs,t. 3, 1810, p. 156.
ÉCON. POL. Loi d'airain. Nom donné par Lassalle à la loi qui, en régime capitaliste, réduit le salaire de l'ouvrier au minimum vital.
b) Vx. Front d'airain. Front sans pudeur, qui ne rougit pas :
20. Un front d'airain, Une extrême impudence. Cet homme a un front d'airain. Il faut avoir un front d'airain pour oser soutenir une pareille fausseté. Ac.1835.
Prononc. : [ε ʀ ε ̃]. Barbeau-Rodhe 1930 signale également, pour la 1resyllabe, la possibilité d'une prononc. avec [ε:] ouvert mi-long. Pt Lar. 1968 transcrit cette syllabe avec [e] fermé. − Rem. Fér. 1768 transcrit la 1resyllabe avec é fermé (cf. aussi Gattel 1841). Fér. Crit. t. 1 1787, au contraire, note è (cf. aussi Land. 1834, Nod. 1844, Fél. 1851, Littré, DG).
Étymol. ET HIST. − Mil. xiies. araim « alliage de cuivre et d'étain » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, 106, 16 ds T.-L. : contribla les portes d'araim [contrivit portas aereas]); xiies. arain « id. » (Ronc. 78 ds Littré : Sonent buisines d'arain et de metal). Dér. du b. lat. aeramenid. » dep. iiies., Comm., Apol., 750 ds TLL s.v., 1053, 10) devenu régulièrement *ē̖rame puis *arame par assimilation régressive d'où arain, Fouché t. 2, p. 453; forme étymologisante aerin, airin (D'Aubigné ds Hug.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 896. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 2 147, b) 2 183; xxes. : a) 904, b) 263.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Baudhuin 1968. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bible 1912. − Boiss.8. − Bouillet 1859. − Brard 1838. − Chabat t. 1 1875. − Chesn. 1857. − Comm. t. 1 1837. − Cost. 1899. − Daire 1759. − Duval 1959. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Gay t. 1 1967 [1887]. − Gottsch. Redens. 1930, p. 135. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 23; pp. 25-26. − Le Roux 1752. − Littré-Robin 1865. − N'aviez-vous pas oublié? ... Vie Lang. 1955, p. 130. − Nysten 1824. − Prév. 1755. − Romeuf t. 1 1956.

airain « bronze »

Wiktionnaire

Nom commun

airain \ɛ.ʁɛ̃\ masculin

  1. (Fontainerie) (Vieilli) Métal rouge connu sous le nom de cuivre rouge, que l'on mélange avec la calamine pour faire le cuivre jaune, et avec l'étain pour faire le bronze ou la fonte.
  2. (Vieilli) ou (Littéraire) (Chimie) Alliage de différents métaux dont le cuivre est la base ; bronze.
    • Pendant longtemps l’airain satisfit à toutes les exigences de la civilisation ; il servait aux arts de la paix comme à ceux de la guerre, et si quelques autres métaux comme l’or, l’argent, le plomb, le mercure, étaient déjà connus des anciens, on ne les appliquait qu'à des usages très limités. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 177)
    • Et, frappant du doigt une cloche sombre et nue, qui rendit un son grêle :
      — Celle-ci, reprit-elle, est une sainte villageoise du Ve siècle. C’est une fille spirituelle de saint Paulin de Nole, qui le premier fit chanter le ciel sur nos têtes. Elle est d’un métal rare, qu’on a nommé airain de Campanie.
      — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 119)
    • Dans l’airain de Corinthe entrait une certaine quantité d’or et d’argent.
  3. (Littéraire) Objet de ce métal.
    • Comme ils parlaient de la sorte, la lourde cloche de l’église de Saint-Michel de Templestowe […] vint couper court à leur contestation. Leurs oreilles furent successivement frappées par ces mornes vibrations, […] avant que l’oreille se sentît remplie de nouveau par la répercussion du glas de l’airain. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  4. (Figuré) Symbole de la dureté.
    • Sa vitalité était prodigieuse ; avec son poumon abîmé il vivait, au fond, en bravant toutes les lois de la médecine, mais une formidable volonté de vivre, un sentiment d’airain du devoir à accomplir le maintenait debout. — (Stefan Zweig, trad. Dominique Tassel, Le Monde d’hier, Gallimard, 2013, page 443)
    • Les injures s’écrivent sur l’airain et les bienfaits sur le sable, on se souvient longtemps des injures et on oublie vite les bienfaits.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AIRAIN. n. m.
On donne ce nom surtout dans le style poétique à un Alliage de différents métaux dont le cuivre est la base. Statue d'airain. Graver sur l'airain. Plaque d'airain. On dit aujourd'hui le bronze. En termes d'Antiquité, Airain de Corinthe, Alliage fort estimé des anciens; l'airain en faisait la base et il y entrait une certaine quantité d'or et d'argent. En termes de Mythologie, Le siècle d'airain, l'âge d'airain, Le temps qu'on suppose avoir existé entre le siècle d'argent et le siècle de fer. Fig., Un siècle d'airain, Un temps malheureux et dur. Fig., En termes d'Écriture sainte, Un ciel d'airain, Un temps sec et aride, pendant lequel il ne tombe ni pluie ni rosée. Fig., Un front d'airain, Une extrême impudence. Cet homme a un front d'airain. Il faut avoir un front d'airain pour oser soutenir une pareille fausseté. Fig., Avoir un cœur d'airain, Être dur et impitoyable. Loi d'airain, Loi impitoyable. Prov. et fig., Les injures s'écrivent sur l'airain et les bienfaits sur le sable, On se souvient longtemps des injures et on oublie vite les bienfaits.

Littré (1872-1877)

AIRAIN (è-rin) s. m.
  • 1Alliage de cuivre et d'étain, plus sonore et plus fusible que le cuivre. Statue, vase d'airain. Le fer et l'airain, n'étant plus polis par les Cyclopes, commençaient à se rouiller, Fénelon, Tel. II. Aussitôt on assembla des ouvriers pour travailler sur le fer, sur l'acier, sur l'airain, Fénelon, ib. XI. Tandis que l'ennemi, par ma fuite trompé, Tenait après son char un vain peuple occupé, Et, gravant en airain ses frêles avantages, De mes États conquis enchaînait les images…, Racine, Mithr. III, 1. La campagne autour est couverte d'hommes qui taillent et qui coupent, qui roulent et qui charrient le bois du Liban, l'airain et le porphyre, La Bruyère, 6.
  • 2Un ciel d'airain, sécheresse excessive. Les cieux par lui fermés et devenus d'airain, Racine, Athal. I, 1. Le ciel est d'airain sur sa tête, Bossuet, Pass. I, 3. L'Égypte, ce climat si fertile sous un ciel d'airain, Rousseau, Sciences.
  • 3Un front d'airain, un front sans pudeur qui ne rougit jamais. Ce sont des monstres [ces femmes] qui ont un front d'airain, Sévigné, 452. Pour le nier il faut avoir un front d'airain, Bossuet, Avert. 1. S'étant fait un front d'airain, il fit semblant de ne pas le reconnaître, Hamilton, Gramm. 11.

    Un front d'airain signifie aussi une attitude inébranlable. À ces adversités oppose un front d'airain ; Reçois d'un visage serein La nouvelle de ta défaite, Chaulieu, La vie champ.

  • 4Avoir un cœur d'airain, être impitoyable.
  • 5 En termes de mythologie, le siècle d'airain, le siècle intermédiaire entre le siècle d'argent et le siècle de fer.

    Un siècle d'airain, un temps de calamité.

  • 6Un mur d'airain, une barrière infranchissable.
  • 7 Fig. et poétiquement, canon. J'entends l'airain tonnant de ce peuple barbare, Voltaire, Alz. II, 6.
  • 8Cloche. Les pontifes saints autour de mon cercueil, Appelés aux accents de l'airain lent et sombre, Chénier, 90. Ou l'airain gémissant, dont les sons éperdus Annoncent aux mortels qu'un malheureux n'est plus, Lamartine, Médit. I, 5. Écoutez… l'airain sonne, il m'appelle, il vous crie Que l'instant est venu de sauver la patrie, Delavigne, Vêpr. Sicil. IV, 4.
  • 9Dans le langage de l'Écriture, l'airain sonnant, un vain bruit. Les vérités les plus terribles ne sont pour eux qu'un airain sonnant et une cymbale retentissante, Massillon, Parole. Nous ne sommes plus pour vous qu'un airain sonnant, Massillon, Car. Inconst.
  • 10 En termes d'antiquité, airain de Corinthe. C'était un composé d'or ou d'argent et de cuivre, dont on coulait des statuettes et des vases fort recherchés.

    PROVERBE

    Les injures s'écrivent sur l'airain et les bienfaits sur le sable ; on se souvient des unes, et on oublie facilement les autres.

HISTORIQUE

XIIe s. Sonent buisines d'arain et de metal, Ronc. p. 78. E areim mult de grant maniere prist de dous citez Adadezer, Bethe e Beroth, Rois, 147.

XIIIe s. Ne keuvres [cuivre], ne arains, ne estains, ne fiers, Tailliar, Recueil, p. 25. Arains, coivres et tout autre maniere de metal hors mis or et argent, monneé et à monoier, chascun fès à home, soit petis soit grans, doit obole de rivage, Liv. des Mét. 304. Par devers destre [il y] a un oisel ; D'arain est trestous trejetés ; Onques mais ne fu veüs tes [tel], Fl. et Bl. 1986.

XIVe s. Li marissaus [le maréchal] a bien tout che fait acordé : Il a un cor d'arain grailloët et sonné, Baud. de Seb. X, 748.

XVIe s. Œil d'airein, quand l'œil est rous, fier et estincelant comme un lion : ainsi les ont les ladres, Paré, XV, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « airain »

Provenç. aram, eram ; portug. arame ; espagn. arambre, alambre ; ital. rame, cuivre ; de æramen, airain, de æs, airain, cuivre. Comp. l'allem. eisen, fer ; angl. iron ; goth. eisarn ; celt. iarunn ; sanscr. ayas, fer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin aeramen dérivé de aero (« travailler le cuivre »), lui-même de aes, aeris (« airain, cuivre, bronze »). Aeramen est devenu régulièrement *ē̖rame puis *arame par assimilation régressive d’où arain, on note aussi la forme étymologisante aeren en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « airain »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
airain ɛrɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « airain »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « airain »

  • Oh ! La muse se doit aux peuples sans défense. J'oublie alors l'amour, la famille, l'enfance, Et les molles chansons et le loisir serein, Et j'ajoute à ma lyre une corde d'airain ! Victor Hugo, Les Feuilles d'automne, Amis, un dernier mot !
  • Il avait autour du cœur une cuirasse de chêne et un triple airain Horace en latin Quintus Horatius Flaccus, Odes, I, III, 9-10
  • Les injures s'écrivent sur l'airain et les bienfaits sur le sable. De Proverbe français
  • L’importance de l’engagement personnel du chef d’État ou de gouvernement envers la candidature de son pays est une loi d’airain du milieu. Force est de constater que le premier ministre doit porter personnellement la responsabilité de cet échec. Au moins trois manquements d’importance le démontrent. Le Devoir, Justin Trudeau doit assumer l’échec du Canada à l’ONU | Le Devoir
  • La rénovation de la chapelle permettra donc aux habitants du Crêt (et de bien plus loin, au vu de la grosseur de la cloche !) d’entendre à nouveau son son d’airain. Qui sait même si on n’y célébrera pas à nouveau des offices religieux, au moment de sa fête le 5 août, anniversaire de la dédicace de la basilique romaine de Sainte-Marie Majeure. , Patrimoine culturel | Montriond : la cloche à nouveau au sommet de la chapelle du Crêt
  • Bien entendu je ne cite pas mes témoins, ce qui fait partie d’une loi d’airain du vrai journalisme. Mais mes lecteurs me connaissent, depuis 40 piges que je fais ce métier, ceux que je fais parler sont en général très bien informés…   , MotoGP 2020 : Chez Aprilia, Bradley Smith démarrera la saison en lieu et place de Iannone…
  • De prime abord, la gestion de la crise sanitaire par l’Union peut donner l’impression que là encore, nous n’avons pas échappé à cette loi d’airain. Mais cela vaut la peine de regarder dans le détail. Il apparaît alors qu’une chose majeure vient de se produire : le retour de la politique dans l’arène européenne. Un retour qui permet d’avancer fortement, sans catastrophe imminente. Le Monde.fr, « La résolution, historique, d’émettre une dette européenne mutualisée sur les marchés financiers est le signal que quelque chose a changé »
  • C’est sur le chantier de réfection de la chapelle de Cambous que s’est tenue mardi 9 juin une cérémonie peu habituelle. Le diacre Jean-Michel Varenne a béni la nouvelle cloche en airain, baptisée "Tiphaine" du nom d’une bienfaitrice du prieuré de Cambous au XVIe siècle. midilibre.fr, "Tiphaine", une nouvelle venue à la chapelle de Cambous - midilibre.fr
  • Tribune. La France est un pays exceptionnel. C’est une République laïque, une et indivisible, qui élit son président au suffrage universel, exclut le vote à la proportionnelle aux élections législatives, et admet que la règle d’airain du «fait majoritaire» transforme le Parlement en simple chambre d’enregistrement. En somme, un pays qui, à la différence de tous ses voisins européens, s’est enferré dans un système de représentation qui, depuis l’instauration du scrutin présidentiel en 1962, s’est peu à peu accoutumé à n’envisager la politique qu’à la lumière de cet événement qui, tous les cinq ans maintenant, attise les passions - bien que ce ne soit plus que celles des votants qui y croient encore. Libération.fr, Quand la rue s’empare des urnes - Libération

Traductions du mot « airain »

Langue Traduction
Anglais brass
Espagnol bronce
Italien rame
Allemand erz
Portugais bronze
Source : Google Translate API

Synonymes de « airain »

Source : synonymes de airain sur lebonsynonyme.fr

Airain

Retour au sommaire ➦

Partager