La langue française

Able

Sommaire

  • Définitions du mot able
  • Étymologie de « able »
  • Phonétique de « able »
  • Évolution historique de l’usage du mot « able »
  • Citations contenant le mot « able »
  • Images d'illustration du mot « able »
  • Traductions du mot « able »
  • Synonymes de « able »

Définitions du mot « able »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABLE, subst. masc.

A.− ICHTYOL. Terme générique désignant une variété de poissons d'eau douce (cyprinidés) et de couleur claire.
B.− Poisson confondu avec l'ablette dont il serait une espèce, voir ablette :
1. Able ou ablette. Sorte de petit poisson de rivière. Gattel1797.
2. Quelques-uns de ces phénomènes linguistiques sont moins obscurs; c'est quand l'objet nommé ou surnommé est très caractéristique de forme ou de couleur : ainsi l'able ou ablette (albula) est dite poisson blanc par les hollandais, les anglais, les polonais : witfisch, white bait, bialoryb; ... R. de Gourmont, Esthétique de la langue française,1899, p. 171.
C.− Espèce de saumon, par analogie de couleur (Besch. 1845 et Lar. 19e).
Stylistique − En tant que terme de la lang. cour., able est considéré à l'époque mod. comme vieilli, au profit de son synon. ablette. Sens précis seulement dans des traités spécialisés (zool. ichtyol.).
Prononc. − 1. Forme phon. : [abl̥.]. 2. Homon. : hâble (s, ent) du verbe hâbler. 3. Dér. et composés : ableret ablerette, ablet, ablette, ablettier, ablier, ablière.
Étymol. − Corresp. rom. : ital. àvolo; cat. able. 1393 « poisson blanc du genre des cyprinidés » terme, ichtyol. (Le Ménagier de Paris, éd. société des Bibliophiles françois II, 100 : Quart mets. Gelee, escrevices, plais en l'eaue, ables et froide, sauge, nomblès à la sausse chaude, pastés de vache et talemouses); xves. « id. » (empl. pour exprimer une valeur infime) (Martyre de S. Denis ds Gdf. Compl. : Qui nos diex ne prises, II. ables). Du lat. albula, subst. fém. (substantivation de albulus, adj., dimin. de albus « blanc ») au sens de « petit poisson » dep. Varron, Res Rustic., 3, 14 ds TLL s.v.; cf. Corp. Gloss., éd. Götz, III, 355, 76 : de piscibus... albula : ι κ τ α ρ [α]. La forme a- repose sur un type dissimilé* ab(u)la, cf. 1239, Compte ms. ds Du Cange s.v. abula : Decano Turon, ille, qui capit Abulas, de dono ad unum batellum emendum, xl. sol. Tur. Cf. avec forme au-, s.v. ablette. HIST. − 1. Vx mot de la lang. commune apparu au xives. (cf. étymol.) et mentionné sans changement dans la lexicogr. jusqu'au xixes. A son orig. il signifie simplement « blanchaille »; il s'emploie aussi comme synon. de ablette (cf. ce mot, hist.); il est toujours recensé comme tel, sauf ds Cotgr. 2. À partir de Cuvier, Hist. du règne animal, le mot désigne en outre un genre de poissons de la famille des cyprins et devient ainsi le synon. sav. des désignations vulg. « poissons blancs » ou « blanchaille ». Dès lors, et surtout au xxes. s'établit la distinction entre ablette et able, le 1erdevenant une variété du second et celui-ci, tout en restant synon. de ablette dans la lang. commune, fonctionne davantage, dans la lang. de l'ichtyol., comme terme générique des poissons de la famille des cyprinidés. − Rem. Au xixes. on rencontre un emploi très partic. de able pour désigner une espèce de saumon des lacs de Suède et d'Allemagne (cf. Lar. 19e), dit le saumon albe (cf. Besch.), sans doute p. anal. de couleur.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 14.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Baudr. Pêches 1827. − Bouillet 1859. − Brard 1838. − Comm. t. 1 1837. − Dumas 1965. − Littré-Robin 1865. − Mont. 1967. − Privat-Foc. 1870.

Wiktionnaire

Nom commun

able \abl\ masculin

  1. (Ichtyologie) Une des espèces de petits poissons osseux d’eau douce comestibles d’Europe, dont les écailles servent à la fabrication des fausses perles.
    • L’able est un poisson grégaire dont la densité des bancs fluctue selon les conditions offertes par le milieu. — (Collectif, Poissons d’eau douce, 1999)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ABLE (a-bl' ou a-blè-t') s. m. ou s. f.
  • Petit poisson blanc bon à manger, dont les écailles servent à la fabrication de l'essence d'Orient.

HISTORIQUE

XVe s. Es-tu le fol vieillart gregeois Qui nos dieux ne prise deux ables ? Mart. de St Denys.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABLE, s. m. ou ABLETTE, s. s. poisson de riviere de la longueur du doigt : il a les yeux grands pour sa grosseur, & de couleur rouge, le dos verd, & le ventre blanc ; sa tête est petite ; son corps est large & plat : on y voit deux lignes de chaque côté, dont l’une est au milieu du corps, depuis les ouies jusques à la queue, & l’autre un peu plus bas ; elle commence à la nageoire qui est au-dessous des ouies, & elle disparoît avant que d’arriver jusqu’à la queue. Ce poisson n’a point de fiel ; sa chair est fort mollasse : on le prend aisément à l’hameçon, parce qu’il est fort goulu. Rondelet. L’Ablette ressemble à un Éperlan : mais ses écailles sont plus argentées & plus brillantes.

On tire de l’Able la matiere avec laquelle on colore les fausses perles. Voyez fausses Perles. C’est cette matiere préparée que l’on appelle essence d’Orient. Pour la faire, on écaille le poisson à l’ordinaire, on met les écailles dans un bassin plein d’eau claire, & on les frotte comme si on vouloit les broyer. Lorsque l’eau a pris une couleur argentée, on la transverse dans un verre, & ensuite on en verse de nouvelle sur les écailles, & on réitere la même opération tant que l’eau se colore : après dix ou douze heures, la matiere qui coloroit l’eau se dépose au fond du verre, l’eau devient claire ; alors on la verse par inclination jusqu’à ce qu’il ne reste plus dans le verre qu’une liqueur épaisse à peu près comme de l’huile, & d’une couleur approchante de celle des perles : c’est l’essence d’Orient. Les particules de matiere qui viennent des écailles sont sensibles dans cette liqueur au moyen du microscope, ou même de la loupe. On y voit des lames, dont la plûpart sont de figure rectangulaire, & ont quatre fois plus de longueur que de largeur : il y en a aussi dont les extrémités sont arrondies, & d’autres qui sont terminées en pointe ; mais toutes sont extrèmement minces ; toutes sont plates & brillantes. Cette matiere vient de la surface intérieure de l’écaille où elle est rangée régulierement & recouverte par des membranes ; de sorte que si on veut en enlever avec la pointe d’une épingle, on enleve en même temps tout ce qui vernit l’écaille, ou au moins la plus grande partie, parce qu’on arrache la membrane qui l’enveloppe. Cette matiere brillante ne se trouve pas seulement sur les écailles du poisson, il est encore brillant après avoir été écaillé, parce qu’immédiatement au-dessous de la peau que touchent les écailles, il y a aussi une membrane qui recouvre des lames argentées. La membrane qui enveloppe l’estomac & les intestins en est toute brillante. Cette matiere est molle & souple dans les intestins, & elle a toute sa consistance & sa perfection sur les écailles. Ces observations, & plusieurs autres, ont fait conjecturer que la matiere argentée se forme dans les intestins, qu’elle passe dans des vaisseaux pour arriver à la peau & aux écailles, & que les écailles sont composées de ces lames qui sont arrangées comme autant de petites briques, soit les unes contre les autres, soit les unes au-dessus des autres, ainsi qu’on peut le reconnoître à l’inspection de l’écaille. Si les écailles de l’Able se forment de cette façon, celles des autres poissons pourroient avoir aussi la même formation. M. de Réaumur, Mém. de l’Acad. Roy. des Sc. année 1716. V. Ecaille, Poisson. (I)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « able »

(XIVe siècle) Du latin albula, substantivation de l’adjectif albulus, diminutif de l’adjectif albus (« blanc »). Le mot s’est formé par perte du premier « l », puis par perte de la voyelle « u » : albulaabulaablaable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. abula, de albula qui se trouve dans les gloses pour désigner une sorte de poisson, de albus, blanc (voy. AUBE). Ablette est le diminutif de able.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « able »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
able abl

Évolution historique de l’usage du mot « able »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « able »

  • Cinq ans d’existence, cinq ans de croissance. Le cabinet de conseil en transformation et en performance enchaîne les exercices à deux chiffres de croissance. De 1,5 M€ en 2016 à la création, Willing & Able a affiché un chiffre d’affaires de 7,6 M€ l’an dernier et table sur 11,5 M€ en 2020 soit encore + 51,3 % de hausse. "C’est notre stratégie qui est validée. Nous sommes devenus des spécialistes de l’accompagnement du changement à un moment où entreprises et collectivités vivaient des bouleversements" analyse Benjamin Provost, le cofondateur. ladepeche.fr, Toulouse. Willing & Able va franchir la barre des 100 salariés - ladepeche.fr
  • Première spécialité du jeune cabinet, les collectivités territoriales en pleine transformation qui, sous la double injonction du contexte économique et de la révolution digitale, se sont attelées à repenser leurs processus, leurs modes de fonctionnement, leurs pratiques managériales et finalement leur culture d'entreprise. Exemple avec Toulouse Métropole que le cabinet accompagne dans sa modernisation autour de projets de dématérialisation du flux documentaire, d'un outil de gestion de photothèque ou encore de la dématérialisation du ticket de stationnement. C'est le projet Smart Park qui, à l'horizon juillet 2018, enverra des voitures équipées de systèmes embarqués capables d'effectuer une vérification de masse en un seul passage. Willing & Able conseille d'autres collectivités, d'Albi à Vesoul. La Tribune, Willing & Able, le cabinet de conseil qui monte, qui monte
  • À côté des grands noms anglo-saxons du conseil, un Toulousain est parvenu à se faire une réputation et même une place au soleil. Willing & Able (prêt et capable en français) a été fondé en janvier 2016 à Toulouse par Benjamin Provost et son associé Cyril Végni. Le premier est diplômé de l'Insa Toulouse (lire encadré) alors que le second est sorti de Sciences Po Paris avec un diplôme de sociologie du changement. ladepeche.fr, Willing & Able, le conseil aux entreprises made in Toulouse - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « able »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « able »

Langue Traduction
Anglais able
Espagnol capaz
Italien bile
Allemand able
Portugais ável
Source : Google Translate API

Synonymes de « able »

Source : synonymes de able sur lebonsynonyme.fr
Partager