La langue française

Écouté

Définitions du mot « écouté »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCOUTÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de écouter*.
II.− Adjectif
A.− [En parlant d'une pers.] Que l'on écoute volontiers, dont la parole fait autorité. Jockey-club dont il [Swann] était l'un des membres les plus anciens et les plus écoutés (Proust, Prisonn.,1922, p. 199).Un chef politique des plus écoutés (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 123).
B.− Rare, ÉQUIT. Mouvement, pas écouté. Mouvement, pas du cheval exécuté avec justesse et précision en le surveillant (ou comme si on le surveillait) à l'oreille.
Rem. Attesté notamment ds Ac. 1798-1878.
Fréq. abs. littér. : 1 349. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1878, b) 1 841; xxes. : a) 1 915, b) 1 995.

Wiktionnaire

Forme de verbe

écouté \e.ku.te\

  1. Participe passé masculin singulier de écouter.
    • Je dois me tromper, dis-je à Cambacérès un jour après avoir écouté pendant une demi-heure plus de balourdises qu’un homme n’en peut dire. — (Laure Junot Abrantès, Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès, 1835)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCOUTER. v. tr.
Faire attention, prêter l'oreille pour entendre. Ne parlez pas si haut, on nous écoute. Il était à la porte pour écouter ce qu'on disait. Absolument, Je suis venu ici pour écouter. Dans la compagnie d'un tel homme il vaut mieux écouter que parler. En termes de Théâtre, Cet acteur sait écouter, il écoute bien. Écoute, écoutez, à l'impératif, s'emploient souvent pour appeler quelqu'un, ou pour éveiller fortement son attention. Écoutez, j'ai quelque chose à vous dire. Un écoute s'il pleut s'est dit d'un Moulin qui n'allait que par des écluses. Fig., C'est un écoute s'il pleut se dit d'un Homme faible qui se laisse arrêter par les moindres obstacles, ou qui attend toujours pour agir une aide incertaine. Fig. et fam., N'écouter que d'une oreille, Ne prêter qu'une faible attention aux choses qu'on nous dit. J'ai beau lui faire des remontrances, il ne m'écoute que d'une oreille. Fig. et fam., Écouter aux portes, Être d'une curiosité indiscrète, chercher à surprendre les secrets des autres. Il signifie aussi Prêter l'oreille, prêter attention avec plus ou moins de bienveillance. Parlez, je vous écoute. On les renvoya sans les écouter. On dit dans un sens analogue Écouter la défense, les raisons de quelqu'un. On dit aussi Écouter la prière, les vœux de quelqu'un, Les exaucer. Le Ciel écouta nos vœux. Il signifie encore Donner quelque croyance, quelque consentement à ce qu'une personne propose ou Prendre plaisir à l'entendre. On ne voulait pas écouter la proposition de paix qu'il faisait. S'il me propose cela, je l'écouterai volontiers. Il parla d'accommodement, mais il ne fut pas écouté. Écoutez la voix, les inspirations de Dieu. Écouter les conseils, les avis de quelqu'un. Il signifie encore Obtempérer, obéir à quelqu'un. Cet enfant ne veut écouter personne. Ces soldats indisciplinés n'écoutèrent pas leur chef. Fig., Écouter la raison. Écouter la voix de la nature. N'écouter que sa passion, sa colère, son désespoir. N'écouter que soi-même, Ne consulter que ses propres inspirations, bonnes ou mauvaises.

S'ÉCOUTER s'emploie dans les phrases familières qui suivent : Il s'écoute parler, ou, absolument, Il s'écoute, se dit d'un Homme qui parle lentement, avec apprêt et croit bien dire. Il s'écoute trop, Il s'inquiète trop de sa santé. On dit dans le même sens, Il écoute trop son mal.

Littré (1872-1877)

ÉCOUTÉ (é-kou-té, tée) part. passé.
  • 1À qui on prête l'oreille. Écouté d'une nombreuse assemblée.
  • 2 Fig. Pour qui on a déférence, attention. Un homme fort écouté. Du monarque lui-même il est fort écouté, Constant, Walstein, I, 1.

    À quoi on cède, on se rend. N'importe, si ta flamme en est mieux écoutée, Corneille, Théodore, IV, 6. Une loi de rigueur Contre vous après tout serait-elle écoutée ? Voltaire, Tancr. II, 1.

  • 3 Terme de manége. Des mouvements écoutés, mouvements faits avec beaucoup de précision.

    Pas écouté, un pas d'école, un pas raccourci, qui écoute les talons, c'est-à-dire qui ne se jette ni sur l'un ni sur l'autre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « écouté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écouté ekute

Citations contenant le mot « écouté »

  • - Savez-vous que c'est fort mal d'écouter ?- C'est pourtant tout ce qu'il y a de mieux pour bien entendre. Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Barbier de Séville, II, 10
  • C'est sagement fait que d'écouter tout le monde, et de ne croire entièrement ceux qui nous approchent, ni sur leurs ennemis, hors le bien qu'ils sont contraints d'y reconnaître, ni sur leurs amis, hors le mal qu'ils tâchent d'y excuser. Louis XIV, Mémoires
  • Sachez écouter, et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science. Napoléon Ier, Instructions pour le prince Eugène, 7 juin 1805
  • Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État. Armand Jean du Plessis, cardinal de Richelieu, Maximes d'État

Traductions du mot « écouté »

Langue Traduction
Anglais listen
Espagnol escucha
Italien ascolta
Allemand hör mal zu
Chinois
Arabe استمع
Portugais ouço
Russe слушать
Japonais 聴く
Basque entzun
Corse ascolta
Source : Google Translate API

Antonymes de « écouté »

Écouté

Retour au sommaire ➦

Partager