La langue française

Accueil > Linguistique > Palindrome : définition, origine et exemples

Palindrome : définition, origine et exemples

Sommaire

  • Qu'est-ce qu'un palindrome ?
  • Exemples de palindromes

Quel plaisir de découvrir au milieu d'un texte, un petit bijou de langue tel que le palindrome ! Cette figure de style est maniée avec finesse par les plus grands littérateurs. Découvrez dans cet article ce qu'est un palindrome, ainsi que de nombreux exemples. N'hésitez pas à partager en commentaire vos propres palindromes.

Qu'est-ce qu'un palindrome ?

Selon la définition des principaux dictionnaires, un palindrome est un mot, un nombre ou une phrase « que l'on peut lire indifféremment de gauche à droite et de droite à gauche. » En d'autres termes, la succession des lettres ou des chiffres du palindrome est identique quand on la parcourt de gauche à droite ou de droite à gauche. Le palindrome est considéré comme une figure de style, et est apprécié de nombreux littérateurs ou de verbicrucistes.

Attention de ne pas confondre les palindromes, qui doivent avoir la même signification qu'on les lise de gauche à droite ou dans l'autre sens, avec l’anacyclique qui peut se lire dans les deux sens mais ne conserve pas la même signification.

De plus, l'auteur du Gradus, Bernard Dupriez, distingue les « demi-palindromes », qui contiennent des néologismes, et les « faux-palindromes » qui procèdent mot par mot comme par exemple « Un pour tous, tous pour un. »

Quel est le plus long palindrome de la langue française ? Georges Perec, du mouvement Oulipo, a écrit un texte formé d'un palindrome à lui tout seul, composé de 1247 mots, qui débute et termine comme suit :

Trace l'inégal palindrome. Neige. Bagatelle, dira Hercule. Le brut repentir, cet écrit né Perec. L'arc lu pèse trop, lis…
[...]
S'il porte, sépulcral, ce repentir, cet écrit ne perturbe le lucre : Haridelle, ta gabegie ne mord ni la plage ni l'écart.

Georges Perec, Grand palindrome

Vous pouvez acquérir cet ouvrage unique, alors qu'il a fait l'objet d'une nouvelle édition à l'occasion des cinquante ans de sa création en 2019. Son titre original « 9691, EDNA D'NILU 0, MÛ, ACERE, PSEG ROEG » n'est autre que le palindrome de la mention finale du texte : Georges Perec. Au moulin d'Andé, 1969.

Étymologie de « palindrome »

L'étymologie du mot « palindrome » vient du grec ancien παλίνδρομος, palíndromos (« qui court en sens inverse »), composé de πάλιν, pálin (« en sens inverse ») et de δρόμος, drómos (« course »).

Origines des premiers palindromes

Sotadès, poète grec du IIIe siècle av. J.-C., est considéré comme l'inventeur des palindromes, donnant lieu à la pratique dite « sotadique. » C'est finalement beaucoup plus tard que le palindrome est popularisé, grâce à la reprise de cette figure de style par le groupe littéraire Oulipo (« L'Ouvroir de littérature potentielle »), fondé en 1960, et qui a pour but de découvrir de nouvelles potentialités du langage et de moderniser l’expression à travers des jeux d’écriture.

Les poètes latins donnent les premiers véritables exemples de palindromes en latin. Par exemple, In girum imus nocte et consumimur igni est un palindrome attribué à Virgile. Quintilien (35 - 96), rhéteur et pédagogue latin, aurait également créé le palindrome suivant : Roma tibi subito motibus ibit amor. Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont, cite dans un de ses ouvrages publiés au Ve siècle un autre palindrome qui lui est attribué : Signa te, signa ; temere me tangis et angis ?

Exemples de palindromes

Mots palindromes

  • Ressasser (le plus long de la langue française)
  • Tôt
  • Eté
  • Erre
  • Kayak
  • Rêver
  • Gag
  • Ici
  • Radar
  • Selles
  • Sèves
  • Stats
  • Retâter
  • Réifier

Vous pouvez trouver une liste complète qui répertorie différents palindromes français sur le Wiktionnaire.

Villes palindromes

  • Ana - Togo
  • Callac – France
  • Ede - Pays-bas
  • Ellemelle – Belgique
  • Esse - France
  • Laval – France / Belgique / Canada
  • Noyon – France
  • Qaanaaq – Groenland
  • Sarras – France
  • Senones – France
  • Serres - France
  • Sées - France

Palindromes célèbres de la littérature francophone

Alain Damasio, dans La Horde du Contrevent écrit un dialogue fait entièrement de palindromes :

Sélème : Engage le jeu que je le gagne !
Caracole : L'âme sûre ruse mal !
Sélème : L'âme sœur, elle, rue, ose mal… Erg immigré ! Erg en nègre ! Vos Sov ! Le traceur à la rue : cartel !
Caracole : En nos repères, n'insère personne !
Sélème : Le sert-on ici, notre sel ?
Caracole : Tâte l'état ! C'est sec.
Sélème : Léger regel ?
Caracole : Saper ses repas…
Sélème : Semi-auteur, ô male ! La morue tu aimes.
Caracole : Euh… Hue !
Sélème : Eh, ça va la vache ?
Caracole : Rat ! Avatar !
Sélème : C'est sec… Ta bête te bat !
Caracole : Et si l'arôme des bottes révèle madame, le verset t'obsède, moraliste !
Sélème : L'arôme moral ? Ému, ce destin rêve, il part natter ce secret tantra plié, vernissé d'écume.
Caracole : Et tu te démêles, Sélème de lutte ?
Sélème : Ici ? Non. Tu l'as, ressac, avalé ? Crac ! Car cela va casser… Salut !
Caracole : Sniff ! À l'affin S !
Sélème : Élu, aimé, jeté, ô poète ! Je miaule !
Caracole : Ah Élu, ça ! Je trace l'écart, éjacule, ha !
Sélème : Rupture de lien : un arc élève le reste et se relève à l'écran, une île de rut pur.
Caracole : Mon nom…
Sélème : Hola Caracole, va à vélo caracal, oh !
Caracole : Mon nom… Mon nom…
Sélème : Ressasser, "Carac", ressasser ! Oh, cela te perd répéta l'écho !

Alain Damasio, La Horde du Contrevent

Rions noir.

Jacques Bens

Ésope reste ici et se repose.

Jacques Capelovici

Dans le palindrome suivant, Éric/ciré peut être remplacé par « Luc » et « cul » :

Éric notre valet alla te laver ton ciré

Jacques Capelovici

À révéler mon nom, mon nom relèvera

Cyrano de Bergerac, Histoire comique des États et Empires du Soleil

Et la marine va, papa, venir à Malte.

Victor Hugo (attribution non confirmée)

Ce satrape repart à sec.

Pierre Bailly

Élu par cette crapule.

Charles Cros

In girum imus nocte et consumimur igni

Attribué à Virgile

À Laval, elle l'avala.

Michel Laclos

Eh ! ça va la vache ?

Louise de Vilmorin, L'alphabet des aveux

L'ami naturel ? Le rut animal.

Louise de Vilmorin, L'alphabet des aveux

À l'étape, épate-la !

Louise de Vilmorin
Sujets :  figure de style

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager