La langue française

Accueil > Expressions françaises > Nul n’est prophète en son pays : définition et origine de l’expression

Nul n’est prophète en son pays : définition et origine de l’expression

L’expression française « nul n’est prophète en son pays » trouve son origine dans la Bible. Cette information ne constituera pas forcément une surprise ; le mot « prophète » étant incontestablement chargé d’une connotation religieuse. Pour autant, la genèse exacte de cette locution demeure souvent méconnue.

Aussi, dans cet article, nous revenons sur cet adage séculaire, qui a traversé les âges pour nous rappeler combien il peut être difficile de formuler (et de faire accepter) de nouvelles idées. Explorons, dans ces lignes, la définition et l’origine de l’expression « nul n’est prophète en son pays ».

Définition de l’expression « nul n’est prophète en son pays »

L’expression « nul n’est prophète en son pays » a deux significations principales, qui se complètent l’une et l’autre :

  • Dans son milieu d’origine, une personne a souvent moins de chances d’être prise au sérieux ou d’imposer son autorité. Plus précisément, il est compliqué d’énoncer une opinion, et de la faire entendre par les siens ; surtout lorsqu’elle est contraire aux principes du groupe ou de la société dont on est issu.
  • Le talent ou les compétences d’un individu sont souvent mieux perçus ailleurs que dans son propre environnement. Autrement dit, l’appréciation de nos qualités ou la rencontre du succès sont parfois plus aisées auprès d’étrangers, qu’avec ceux qui nous ont vu grandir ou évoluer — généralement en raison d’une trop grande familiarité, ou de préjugés ancrés trop profondément.

Origine de l’expression « nul n’est prophète en son pays »

L’expression « nul n’est prophète en son pays » reprend les paroles de Jésus-Christ, telles qu’elles sont relatées dans les Évangiles. Revenant à Nazareth, sa ville natale, Jésus est confronté au scepticisme et à l’incrédulité de ses concitoyens, qui le voient simplement comme le fils d’un charpentier, tandis qu’il affirme être le fils de Dieu.

Face à ce rejet de la part de son propre peuple, Jésus énonce une maxime, rapportée en ces termes par saint Luc et par saint Matthieu :

  •  « Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie. » (Luc, 4, 24) 
  • « Un prophète n’est méprisé que dans son pays et dans sa propre maison. » (Matthieu, 13, 57).

Le « prophète », en tant que messager de Dieu, se voit confier la lourde tâche de rappeler les peuples à l’ordre, en relevant leurs erreurs et leurs péchés, et en les redirigeant vers les préceptes divins. En proclamant ces vérités dérangeantes, il se heurte régulièrement à l’hostilité ou à l’indifférence, notamment de la part de sa propre communauté.

Au fil du temps, l’expression « nul n’est prophète en son pays » a transcendé son contexte religieux initial. L’adage souligne combien il est délicat de faire entendre son point de vue auprès de ses proches ou de ses semblables, particulièrement si celui-ci est controversé, ou qu’il bouscule les normes et les codes établis préalablement.

D’ailleurs, toujours selon les Évangiles, Jésus aurait rencontré bien des difficultés à accomplir des miracles à Nazareth, en raison du scepticisme et du manque de foi de ses concitoyens. De la même manière, quelqu’un qui n’est pas cru, voire pas entendu par ses pairs, peut être contraint à renoncer à ses idéaux, ou tout du moins à leur application, faute d’un soutien suffisant.

Formation Culture Express - Romain Treffel

Exemples de l’usage de l’expression « nul n’est prophète en son pays »

De même qu’ils n’ont pas cru jadis au génie de Cambrinus, ils ne croiront point aujourd’hui à sa gloire, et quand celui qui a écrit ces lignes ira boire une pinte à la ducasse de Fresnes, on ne se gênera mie pour le traiter d’imposteur, tant il est vrai que nul n’est prophète en son pays !

Charles Deulin, Cambrinus

Nul n’est prophète, non seulement chez lui, mais en son pays ; voilà ce que nous apprend l’histoire. […] Dans mon pays de Gascogne, on trouve amusant que je sois imprimé ; plus on est loin de chez moi quand on me découvre, plus ma réputation est grande.

Montaigne, Essais

La preuve : le triomphe de la baguette, au détriment du bâtard qui a eu son heure de gloire, ce qu’on ignore parce que nous ne connaissons rien au pain. Ici, on a beau lever les yeux au ciel, ailleurs, on est plus admiratif ! Enfin, nul n’est prophète en son pays.

François-Marie Banier, Balthazar, fils de famille

Parlons d’abord d’Henri Matisse, un des peintres les plus décriés du moment. N’a-t-on pas vu récemment la presse tout entière (y compris ce journal) le combattre avec une rare violence ? Nul n’est prophète en son pays et tandis que l’acclamant l’étranger acclame la France, celle-ci se prépare à lapider un des artistes les plus séduisants de la plastique contemporaine.

Guillaume Apollinaire, Œuvres en prose complètes

Je voulus lui parler du Clos Joli et de Marcellin Duprat, quelque chose me disait que l’avenir était de ce côté-là, mais nul n’est prophète dans son pays et on était alors encore loin de compte. Le retour d’Ambroise Fleury fut célébré comme une fête nationale, et ce fut un peu pour chacun comme si la France avait retrouvé son vrai visage.

Romain Gary, Les cerfs-volants
Partager :
ou Nous soutenir

Nicolas Lafarge-Debeaupuis

Nicolas Lafarge-Debeaupuis

Nicolas Lafarge-Debeaupuis est rédacteur indépendant, et prête ses mots à différents médias et entreprises. Se décrivant volontiers comme « un geek avec une plume », il se sent dans son élément naturel lorsqu’il écrit sur des sites web tels que La langue française.

Tous les articles de Nicolas Lafarge-Debeaupuis >

Découvrez chaque semaine une expression ou proverbe par courriel

Chaque mercredi, on vous fait découvrir la signification et l'origine d'une expression ou proverbe francophone.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire