La langue française

Félibre

Sommaire

  • Définitions du mot félibre
  • Étymologie de « félibre »
  • Phonétique de « félibre »
  • Évolution historique de l’usage du mot « félibre »
  • Citations contenant le mot « félibre »
  • Images d'illustration du mot « félibre »
  • Traductions du mot « félibre »
  • Synonymes de « félibre »

Définitions du mot félibre

Trésor de la Langue Française informatisé

FÉLIBRE, subst. masc. et adj.

A.− Subst. masc. Auteur, poète de langue provençale moderne. Cazalis arrive samedi soir à Avignon, se figurant que le château des Papes appartient aux félibres et qu'ils portent de longues robes de soie avec des lyres dans la rue (Mallarmé, Corresp.,1868, p. 282).Dès que j'ai une minute, quelques vers provençaux brouillonnés à la hâte, car il ne faut pas que les fonctions officielles tuent le Félibre en moi (A. Daudet, Port-Tarascon,1890, p. 146):
Un autre jour, j'allais rejoindre mes amis les poètes provençaux, les Félibres. À cette époque, le Félibrige n'était pas encore érigé en institution académique. A. Daudet, Trente ans Paris,1888, p. 171.
B.− Subst. masc. et adj., p. ext. (Personne) qui est membre d'une association félibréenne (infra dér.); (personne) qui contribue à maintenir et développer la langue provençale, les dialectes d'oc. Jaurès : « Vous voilà félibre, je vous croyais lorrain, Monsieur Barrès » (Barrès, Cahiers,t. 9, 1911, p. 62).Il dit avec un peu d'ironie : « (...) quand je vois un brave garçon qui a montré de la bonne volonté, je lui écris une gentille lettre et en fais un bon félibre de plus » (...). Mistral est un homme qui connaît très bien sa langue (Barrès, Cahiers,t. 9, 1911p. 85).Jean Carrère, qui, installé à Rome, vibrant et perspicace − il était félibre et mistralisant (L. Daudet, Brév. journ.,1936, p. 58).
REM.
Félibrique, adj.,hapax. Synon. plais. de félibréen (infra dér.).Si l'on veut être initié tout à fait au cénacle même qu'anime et qu'inspire cette fièvre félibrique, (...) il faut absolument voir le recueil des Parpaioun Blu (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 10, 1865, p. 172).
Prononc. et Orth. : [feli:bʀ ̥]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1868 félibre (Mallarmé, supra). Mot prov., empr. en 1854 à une poésie pop. par les promoteurs de la renaissance littér. de la lang. d'oc.; d'orig. inc., aucune des hyp. proposées ne paraissant satisfaisante : b. lat. fellibris « nourrisson » var. de fellebris, dér. du lat. class. fellare « sucer », les poètes étant les nourrissons des muses (Mistral); combinaison des deux termes désignant le livre : hébreu sefer et prov. libre (Ronjat ds R. Lang. rom. t. 57, p. 525; R. Lafont, ibid. v. Bbg.; H. E. Keller; v. aussi FEW t. 20, p. 27b) ou esp. feligres « paroissien » (Jeanroy ds Romania t. 23, pp. 463-465), v. aussi FEW t. 3, pp. 446-447 et t. 20, p. 27b. Fréq. abs. littér. : 16.
DÉR.
Félibréen, enne, adj.Relatif aux félibres, au félibrige. Association, organisation félibréenne. En elle se trouve un mystère, un trésor. Ayons foi dans le paysan (Îles d'Or). La coupe félibréenne, la coupe sainte d'enthousiasme, mêle les espérances avec les souvenirs (Barrès, Cahiers,t. 13, 1921, p. 120).Cette vie félibréenne ressemblait beaucoup à celle de la Pléiade, le Rhône remplaçant la Loire (L. Daudet, Qd vivait mon père,1940, p. 8).La manie des vers provençaux, les traditions félibréennes incrustées (Arnoux, Rhône,1944, p. 346). [felibʀeε ̃], fém. [-εn]. 1reattest. 1878 (Mistral, s.v. felibren); adaptation du prov. mod. felibren de même sens, dér. de felibre, v. félibre d'apr. la série des adj. élyséen, marmoréen. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Gazay (J.). Du mot félibre. Fr. mod. 1958, t. 26, pp. 211-221. − Hirsch (E.). Félibre als Gergowort. Z. fr. Spr. Lit. 1965, t. 75, pp. 164-165. − Keller (H.-E.). Félibre et le félibrige. Neophilologus. 1964, t. 48, pp. 1-28. − Lafont (R.). Réflexions à propos de l'Oraison Saint-Anselme et du mot félibre. Fr. mod. 1959, t. 27, pp. 267-271.

Wiktionnaire

Nom commun

félibre \fe.libʁ\ masculin et féminin identiques ou masculin (pour une femme on dit : félibresse)

  1. (Provence) (Languedoc-Roussillon) Poète ou prosateur qui écrit dans un des dialectes du midi de la France.
    • C'est à ces sentiments nettement latins et fédéralistes tout ensemble de l’École de Marseille qu'il faut rattacher la manifestation à laquelle se livrèrent quelques Félibres, qui, par une déclaration solennelle, publiée le 22 février 1892, se déclaraient partisans de l'autonomie et de la fédération des provinces françaises. — (Émile Ripert, Le Félibrige, Armand Collin, 1924, p.142)
    • A ce titre, j'allai à Eguilles, où je rencontrai une félibre provençale très appréciée, Marie Gasquet. — (Henry d'Humières, J'avais vingt ans en 1940, 2000)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FÉLIBRE. n. m.
Poète ou prosateur qui écrit dans un des dialectes du midi de la France.

Littré (1872-1877)

FÉLIBRE (fé-li-br') s. m.
  • Proprement, poëte en langue d'oc, de l'école de Roumanille et de Mistral.

    En général, tout homme contribuant par ses œuvres, soit en vers, soit en prose, au succès de la renaissance provençale.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « félibre »

On raconte que Mistral, récitant une poésie populaire où félibre se trouve au sens de docteur, ce mot plut aux convives, qui l'adoptèrent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1868) De l’occitan felibre d’origine inconnue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « félibre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
félibre felibr

Évolution historique de l’usage du mot « félibre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « félibre »

  • Sous la responsabilité du capoulié (président), Jacques Mouttet, le Félibrige est une association. Ses adhérents, les félibres, sont membres d’associations ou d’écoles de langue d’Oc, lesquelles sont regroupées au sein de maintenances régionales, avec à leur tête, un syndic. midilibre.fr, L’écrivain poète Robert Faure a été épinglé de l’insigne de félibre - midilibre.fr
  • Il veut ainsi par cet acte solidaire « prouver à la Capitale l’attachement des félibres à la patrie, contrer les accusations de séparatisme dont ils font l’objet […] et ne veut pas prendre le risque que ses idéaux fédéralistes soient mal interprétés ». , Patrimoine en Lauragais : Auguste Fourès, poète félibre de Castelnaudary et défenseur de l'occitan | Voix du Midi Lauragais
  • Cette année, le grand rassemblement de tous les félibres avait lieu à Pertuis, aux portes du Luberon. C’est à la fois un congrès de travail mais aussi la fête du Félibrige. L’idée étant de toucher un public plus large pour promouvoir la langue et la culture provençale et occitane. France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, VAQUI à Pertuis, dans le Vaucluse : la Santo-Estello, une grande fête pour la langue et la culture d’Oc
  • Félibrige : Qu’es aco ? Le Félibrige est une société savante fondée le 21 mai 1854 par sept jeunes poètes provençaux : Frédéric Mistral (1830-1914), Joseph Roumanille (1818-1891), Théodore Aubanel (1829-1886), Jean Brunet (1823-1894), Paul Giera (1816-1861), Anselme Mathieu (1828-1895) et Alphonse Tavan (1833-1905). Le plus illustre, Frédéric Mistral, fut prix Nobel de littérature en 1904. La philosophie du Félibrige s’inscrit dans une volonté commune de défense, sauvegarde et promotion de la langue, de la culture et de tout ce qui constitue l’identité des pays de langue d’Oc depuis Nice jusqu’à Bordeaux (soit 32 départements d’expression de langue d’Oc). Cette fondation s’organise autour d’un président nommé « le capoulié », de félibres mainteneurs (adhérents de l’association) répartis en six maintenances (Aquitaine, Auvergne, Gascogne – Haut-Languedoc, Languedoc-Roussillon, Limousin, Provence) et de 50 félibres majoraux détenteurs de la cigale d’or qui composent le consistoire qui est le gardien de la philosophie de l’association.Source documentaire annexe : felibrige.org , Patrimoine en Lauragais : Danton Cazelles et Joseph Gayssot, poètes félibres de Castanet-Tolosan | Voix du Midi Lauragais
  • Avec le poète Joseph Niel, Marguerite Dechaumont et la chorale du "Castet de Garono", Muret fut à la charnière du XXe siècle une vraie "terre des félibres", dans le sillage du mouvement de renaissance de la langue d’Oc, lancé par Fréderic Mistral. Sous la houlette de son directeur Christophe Marquez, le musée Clément Ader a voulu redonner de la visibilité à cette période de l’histoire muretaine, un peu tombée dans l’oubli. Le pari est gagné, les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’exposition au musée, inaugurée en présence des représentants du félibrige provençal, a vu passer 1200 visiteurs, venus de Haute-Garonne, du Tarn, de l’Aveyron, des Hautes-Pyrénées, de l’Ariège…. Pour faire face à la demande, une visite guidée a dû être rajoutée au programme initial. Il est vrai que, serrées dans les travées du musée, 120 pièces étaient exposées, dont la cigale d’or de Mistra présentée pour la première fois, grâce au partenariat avec le musée du vieux Toulouse, le musée Salies de Bagnères-de-Bigorre, le diocèse de Tarbes, l’académie des jeux floraux, le château de Mauvezin et des collections privées. Cette remarquable exposition a favorisé les dons au musée et aux archives (documents, médailles, photographies). Elle devrait faire l’objet de la publication d’un catalogue. Il est à signaler que trois conférences données au théâtre municipal ont permis de découvrir des acteurs hors du commun du félibrige, comme la poétesse Philadelphe de Gerde, ou "l’inventeur de la Camargue" Folco de Baroncelli. ladepeche.fr, Exposition au Musée : Muret, à nouveau "terre des félibres" - ladepeche.fr
  • Gajan accueille ce samedi 22 septembre un rassemblement de félibres, ces défenseurs  de la langue provençale.  midilibre.fr, Gard : les félibres et les traditions provençales à l'honneur ce samedi à Gajan - midilibre.fr
  • Alors qu’on vient de commémorer le 150e anniversaire de la naissance du célèbre félibre Joseph Anglade, il est temps de sortir de l’oubli un autre poète amoureux du patois occitan. À savoir Charles Bassoua (1876-1969) qui fut maire de Castelnau-d’Aude, secrétaire du député Léon Castel et qui tenait un commerce de bois et charbon rue Renan à Lézignan-Corbières. C’est son petit-fils, Max Bassoua, qui nous parle de cette figure de la cité lézignanaise. "Charles Bassoua est né à Portel-des-Corbières mais a très vite rejoint Lézignan. Il a épousé ma grand-mère qui fut institutrice pendant plus de 30 ans à Lézignan. Il était aussi un proche ami de Joseph Anglade. Charles Bassoua était un autodidacte qui a peu fréquenté l’école et qui n’avait que son certificat d’études. Malgré tout, il était un vrai poète ! Enfant, il nous lisait ses poèmes en patois... que nous ne comprenions pas. Il se faisait souvent prêter des livres et il nous écrivait à la plume des contes et des pièces humoristiques". À savoir que Charles Bassoua a eu les honneurs des Jeux floraux pour une de ses pièces de théâtre. Il est également l’auteur d’une ode en occitan écrite en 1913 pour l’inauguration du théâtre des Variétés de Lézignan (ancien cinéma théâtre de la rue Diderot, détruit par un incendie en 1930). Charles Bassoua a en outre été diplômé d’argent du Théâtre d’Oc en 1963, officier de l’instruction publique et chevalier de la légion d’honneur ! "C’était un homme avenant qui aimait le contact et avait beaucoup d’amis. Il était un bon vivant qui aimait boire, fumer et manger bien, mais des aliments sains", ajoute Max Bassoua. À lui et ses autres petits enfants, Charles Bassoua a dédié un texte intitulé "M’amours é répoutégados", inscrivant ces mots sympathiques en couverture : "Pour vous qui cultivez avec soin le français dédaignant la langue occitane, mes vers seront des coq-à-l’âne. Pourtant vous les lirez quand même je le sais, afin de me connaître... et je serai joyeux si je vous entends dire “Grand père était un bon vivant, s’il n’était pas un grand savant il sut bien nous chérir et nous a fait bien rire”". lindependant.fr, Charles Bassoua, l’autre félibre de la capitale des Corbières - lindependant.fr

Images d'illustration du mot « félibre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « félibre »

Langue Traduction
Anglais happy
Espagnol contento
Italien contento
Allemand glücklich
Chinois 快乐
Arabe سعيدة
Portugais feliz
Russe счастливый
Japonais ハッピー
Basque zoriontsu
Corse felice
Source : Google Translate API

Synonymes de « félibre »

Source : synonymes de félibre sur lebonsynonyme.fr
Partager