La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « trogne »

Trogne

Définitions de « trogne »

Trésor de la Langue Française informatisé

TROGNE1, subst. fém.

I. − Fam. Visage grotesque ou comique; en partic., visage plein et rubicond qui révèle l'amour de la bonne chère et du vin. Trogne plaisante; trogne enluminée, rouge, violacée; avoir une drôle de trogne. Les trognes des vieux paysans gaillardement rougies par le vin (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 289).Un gros homme, encore vert, une bonne trogne lorraine bien nourrie, ayant dans tous ses gestes la décision de l'homme bien posé (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 42).
Trogne de + subst.Trogne d'assassin, de concierge. L'homme débonnaire et mastoc, une trogne de charpentier bon enfant et soûl (Huysmans, Sœurs Vatard, 1879, p. 301).
Faire fière trogne. Les tueurs de mon père, les dévastateurs de la maison, Qu'ils étaient braves sur leur trône et qu'ils y faisaient fière trogne! (Claudel, Choéphores, 1920, p. 942).
II. − ICHTYOL. Synon. de prêtre (v. ce mot II C). (Ds GDEL).
Prononc. et Orth.: [tʀ ɔ ɳ]. Homon. et homogr. trogne2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1403 trognes plur. « choses sans valeur » (Christine de Pisan, Le Livre de la Mutacion de Fortune, éd. S. Solente, 6093); 2. ca 1485 trongne « visage » (Mistere Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 43667); 3. 1624 « visage de ceux qui aiment trop le vin » (Le P. Garasse, Doctr. cur., p. 769 ds Livet Molière). Du gaul. *trugna, supposé d'apr. le gall. truyn « nez » (Dottin, p. 294; FEW t. 13, 2, p. 332a). Bbg. Bar (F.). Tête armée, trogne armée. Fr. mod. 1962, t. 30, pp. 287-289. − Renson 1962, pp. 475-479.

TROGNE2, subst. fém.

SYLVIC. Arbre de haie conduit en têtard dont les cultivateurs coupent les branches pour en retirer du bois de chauffage. Synon. têtard, trognard.La face creusée davantage, pareille à une trogne d'arbre (Zola, Terre, 1887, p. 291).
Prononc.: [tʀ ɔ ɳ]. Homon. et homogr. trogne1. Étymol. et Hist. 1842 (Ac. Compl.). Dér. régr. de trognon*.
STAT. Trogne1 et 2. Fréq. abs. littér.: 64.

Wiktionnaire

Nom commun - français

trogne \tʁɔɲ\ féminin

  1. (Familier) Visage plein et rubicond qui annonce l’amour de la bonne chère et du vin.
    • Son visage était courroucé, sa trogne rouge flamboyait ; il se promettait de lancer vertement l’intrus qui, si mal à propos, troublait sa conversation nocturne et quotidienne avec la dive bouteille. — (Paul Lafargue, Pie IX au Paradis - 1890)
    • — Et vous, monsieur Vence, que pensez-vous de Napoléon ?
      — Madame, j’ai peu de goût pour les « trognes à épée » ; et les conquérants me semblent tout bonnement des fous dangereux.
      — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 52)
    • Elle aimait le vin et en buvait avec excès. Ce goût augmenta tellement qu’en peu de mois elle eut l’air d’une trogne dans une outre. — (Anatole France, Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres contes merveilleux, 1909)
    • Des coteaux d’Arbois, de Poligny et de Salins, descendait, chaque automne, avec les cuves pleines, le beau vin couleur peau d’oignon, jailli des grappes de poulsard, et les vignerons à rouge trogne bénissaient le Seigneur dont le bon soleil gorgeait de vie les pampres vigoureux et emplissait leurs futailles. — (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […] et, puisant dans un pot une épaisseur de rouge, il s’enlumina la trogne à la manière d’un clown ou plutôt d’un ivrogne, […]. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Le destinataire du sulfatage ce jour-là est un général à la trogne taillée à coups de serpe habitant une villa cossue du Beau-Fraisier. — (Serge Kastell, Le maquis rouge: l'aspirant Maillot et la guerre d'Algérie, 1956, L'Harmattan, 1997, page 236)
    • […] ; l’autre, son barda sur l’épaule, les chausses lui dégringolant le long des jambes, la tête rejetée en arrière et s’envoyant un jet de sa gourde dans le gosier, a l’allure épaisse et la trogne truculente d’un rustaud des Flandres. — (Rachel Valentino, La formation de la peinture française: le génie celtique et les influences, éd. G.P. Maisonneuve, 1936, page 307)
  2. (Peinture) Portrait de genre, pas ou peu caricatural, ne représentant pas un personnage précis.
  3. (Familier) Nez de grande taille.
  4. (Botanique) Synonyme de troène commun.
  5. (Sylviculture) Arbre étêté et taillé de façon à ce qu’il forme une touffe épaisse au sommet du tronc.
    • La trogne est un arbre taillé périodiquement à la même hauteur pour produire durablement du bois, du fourrage ou des fruits. Ce n’est pas l’essence de l’arbre qui fait la trogne mais sa taille régulière.. — (Site maisonbotanique.com, Mais qu'est-ce qu'une trogne ?)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TROGNE. n. f.
Visage plein et rubicond qui annonce l'amour de la bonne chère et du vin. Il a une plaisante trogne, une bonne trogne. Il est familier. Fam., Trogne enluminée, Visage d'un ivrogne.

Littré (1872-1877)

TROGNE (tro-gn') s. f.
  • 1Terme familier et de moquerie. Visage. Et que son plus beau jeu ne gît rien qu'en sa trogne, Régnier, Sat. VI. Que je hais les amants et leurs mourantes trognes ! Scarron, Jodelet, I, 1. Ils [les rois] se sont accompagnés de gardes, de hallebardes : ces trognes armées qui n'ont de mains et de force que pour eux… font trembler les plus fermes, Pascal, Pens. III, 3, édit. HAVET. Tu veux, en combat singulier, Exposer ta petite trogne…, Bachaumont, Mém. secr. t. XXXI, p. 165.
  • 2 Particulièrement. Visage enluminé par l'habitude du vin et de la bonne chère. Que votre incomparable trogne, La vive image du bon temps, Ne sera plus qu'une charogne, Maître Adam, Œuv. p. 195, dans POUGENS. Dieu sait combien on vit d'ivrognes, Et tous aux différentes trognes, Scarron, Virg. I.

    Rouge trogne, trogne enluminée, le visage d'un ivrogne. Aux buveurs à rouge trogne Il dit : trinquons à grands coups, Béranger, Enfers.

  • 3Arbre mis en têtard, dans quelques pays.

HISTORIQUE

XVe s. Quant j'aurai beu, elle, voyant ma trongne, M'iroit disant : je ne vueil point d'ivrogne, Basselin, XLIX.

XVIe s. Quelle maniere de les y guider [les enfants à l'étude] d'une trogne effroyable et les mains armées de fouets ! Montaigne, I, 183.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « trogne »

Bourguig. trongne ; patois des Fourgs, trougne. Quelques-uns le tirent du celtique : cornique, trein ; gallois, trwyn, forme récente tron, museau, nez. Diez préfère le vieux scandinave triona, museau de cochon, danois tryna, qui d'ailleurs est voisin des formes celtiques. Toutefois en même temps il se demande s'il ne faudrait pas songer au latin truo, truonis, cormoran, mot qui a été employé figurément pour signifier un homme à grand nez ; mais ici, comme il le remarque, tous les intermédiaires manquent. Lacurne cite les Gesta comitum barcinonensium, cap. XIII, p. 544 du Marca hispanica, où il est parlé d'un Guillaume de Besauduns, qui cognominatur trunnum, eo quod nasum fictitium haberet. Ce texte paraît tout à fait parler en faveur de l'étymologie celtique ou germanique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du gaulois trugna (« nez, museau »), voir aussi le gallois trwyn (« nez, museau »), cornique troen (« nez »), breton stroen (« saleté, morve »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « trogne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trogne trɔɲ

Citations contenant le mot « trogne »

  • Il propose pendant toute l’année d’apprendre à reconnaître, entretenir et créer des trognes. , Les trognes, des arbres d’avenir. - Le journal du Gers
  • A la trogne connaît-on l'ivrogne ? De Claude de Pontoux / Sentences notables, adages et proverbes
  • Parmi les animations prévues ce dimanche au Légué, une vraie démonstration de poterie, ou comment créer « un pot à trogne ». © Ouest-France , Plérin. De nombreuses animations prévues au Légué dimanche - Saint-Brieuc.maville.com
  • Un tronc épais, tortueux, souvent fendu, tête monstrueuse coiffée, comme en guise de tignasse hirsute, d’une touffe de branchages. C’est la silhouette caractéristique de l’arbre « têtard », qu’on appelle aussi arbre « paysan » ou bien encore trogne. , Le Mag | Quand les arbres s'habillent en trognes
  • Mardi 28 juillet. De 9 heures à 12 h 30, masterclass "Les passages de la fécondité" ; de 10 heures à 13 heures, balade "Plantes sauvages comestibles" ; de 11 h 30 à 12 h 30, conférence "Une trogne, des paysages" ; de 15 heures à 17 heures, atelier "Gestion des trognes" ; de 17 h 30 à 19 h 30, débat sur "Le temps des arbres" ; de 20 heures à 22 heures, conférences "Des trognes pour le climat". ladepeche.fr, Paysages in Marciac également sur Youtube - ladepeche.fr
  • Ils ont tronc imposant, de nombreuses cavités, un air grimaçant et suscitent un regain d’intérêt. Les arbres trognes — des arbres taillés régulièrement — abritent surtout des nids de biodiversité et fournissent du bois de chauffage ou du fourrage. « C’est une énergie renouvelable par excellence », loue un paysan. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Noueux, biscornus et nids de biodiversité, les arbres trognes sont de retour

Images d'illustration du mot « trogne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « trogne »

Langue Traduction
Anglais trumpet
Espagnol trompeta
Italien tromba
Allemand trompete
Chinois 喇叭
Arabe بوق
Portugais trompete
Russe труба
Japonais トランペット
Basque tronpeta
Corse tromba
Source : Google Translate API

Synonymes de « trogne »

Source : synonymes de trogne sur lebonsynonyme.fr

Trogne

Retour au sommaire ➦

Partager