La langue française

Topique

Sommaire

  • Définitions du mot topique
  • Étymologie de « topique »
  • Phonétique de « topique »
  • Citations contenant le mot « topique »
  • Images d'illustration du mot « topique »
  • Traductions du mot « topique »
  • Synonymes de « topique »

Définitions du mot « topique »

Trésor de la Langue Française informatisé

TOPIQUE, adj. et subst.

A. − Adjectif
1. ANTIQ. [En parlant d'une divinité] Qui règne sur un lieu et le protège. Avant de donner un assaut ils [les Romains] avaient soin d'adjurer solennellement les dieux topiques de la ville assiégée, de quitter leur ancienne demeure (Mérimée, Conjur. Catilina, 1844, p. 251).Un de ces tout petits dieux topiques comme il y en avait tant et tant dans les Gaules (Arène, Vers la calanque, 1896, p. 183).
Surnom topique. Surnom donné à une divinité en fonction du nom du lieu qu'elle protège. Cythérée était le surnom topique d'Aphrodite (Lar. Lang. fr.).
2. Qui convient parfaitement, qui se rapporte exactement au sujet dont on parle. Argument, détail, exemple, fait topique. On entend répéter de toutes parts: « C'est tel document qu'il nous faudrait. Nous l'aurions déjà si nos agents étaient habiles. Ah! si nous avions la preuvemais là, topiquede la culpabilité de Dreyfus, avec son nom en toutes lettres, nous la payerions un bon prix, n'est-ce pas? » (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 281).Les citations qu'il fait pourraient être mieux choisies, plus topiques (Gide, Journal, 1922, p. 741).
B. − Adj. et subst. masc.
1. PHARM., vieilli. [En parlant d'un traitement ou d'un de ses moyens] Que l'on applique sur une partie déterminée du corps. Remède, médicament topique. Cependant l'abattement et la fréquence (...) de la respiration (...) laissent l'inquiétude que l'affection pelliculaire n'ait encore cédé ni au traitement général (...), ni au traitement topique mercuriel, qui n'a pas été continué régulièrement (Bretonneau, Inflamm. tissu muqueux, 1826, p. 318).
Empl. subst. masc. On aura soin de mêler aux différens topiques, qu'exigera l'état de la plaie, soit l'onguent de styrax, soit les teintures de myrrhe et d'aloës (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 325).
P. plaisant. Hélas! monsieur le juge, il n'est élixir, baume (...) topique, électuaire (...) pour guérir chez la femme l'intempérance de la glotte (A. France, Com. femme muette, 1912, II, 4, p. 471).
P. métaph. Il me parle de mon Journal et veut bien me faire ce compliment que, dans ce temps, mes livres sont les seuls qui apportent aux vrais lettrés un topique, un cordial (Goncourt, Journal, 1896, p. 992).
2. LINGUISTIQUE
a) Espace topique. Lieu où se manifeste syntaxiquement une transformation, eu égard à un programme narratif donné, défini comme une transformation entre deux états narratifs stables (d'apr. Greimas-Courtés 1979).
b) Subst. masc. ,,Sujet du discours défini comme « ce dont on dit quelque chose », ce qui est donné comme thème, par la question de l'interlocuteur ou par la situation, par opposition au commentaire, qui est « ce qui est dit de la personne ou de la chose »`` (Ling. 1972). Dans les langues indo-européennes le topique est souvent identifié au sujet de la phrase assertive, mais il peut être différent (Ling.1972).
C. − Adj. et subst.
1. LOG., RHÉT. (tradition aristotélicienne). Lieu topique et, subst. masc., un topique. Lieu commun. Les topiques d'Aristote. Traité d'Aristote sur les lieux communs. (Dict. xixeet xxes.).
P. ext. Cliché, stéréotype. Il y avait pour ces sortes de récits (...) des espèces de lieux communs, toujours les mêmes, des topiques de pieuses inventions (Renan, Église chrét., 1879, p. 511).Il serait (...) intéressant de grouper les topiques, proverbes, dictons, adages, maximes ou sentences morales accumulés au cours des siècles, par les chrétiens, contre l'Évangile (Bloy, Journal, 1900, p. 381).
Subst. fém. La topique. Théorie des « lieux » ou « lieux communs », c'est-à-dire des classes générales dans lesquelles peuvent être rangés tous les arguments ou développements dont la connaissance forme par suite une sorte de répertoire facilitant l'invention (d'apr. Lal. 1968).
2. PSYCHANAL., subst. fém. ,,Système théorique d'organisation du psychisme en fonctions hiérarchisées, de caractères différents, du type: inconscient, préconscient, conscient, ou: ça, moi, surmoi, envisageant la personnalité et la conduite sous l'angle de ces trois groupes de motivations et d'actions, en général opposées dans le conflit`` (Carr.-Dess. Psych. 1976).
Empl. adj. Qui est en rapport avec ce système théorique. Nous devons plutôt nous former de cet inconscient [du malade] une représentation topique, le rechercher dans ses souvenirs là même où il a pu se former à la suite d'un refoulement (Freud, Introd. psychanal., trad. par S. Jankélévitch, 1959 [1922], p. 467).
REM. 1.
Topicalisation, subst. fém.,ling. ,,Opération linguistique consistant à faire d'un constituant de la phrase le topique, c'est-à-dire le thème, dont le reste de la phrase sera le commentaire`` (Ling. 1974). Dans l'assertion, la topicalisation fait du syntagme nominal sujet le topique de la phrase. Mais il peut y avoir topicalisation d'un autre constituant, comme le syntagme nominal objet ou le syntagme prépositionnel, constituant du syntagme verbal (Ling. 1974).
2.
Topicaliser, verbe trans.,ling. Transformer en topique l'un des constituants de la phrase. (Ds Lexis 1975, GDEL, Rob. 1985).
3.
Topiquement, adv.[Corresp. à supra A 2] De manière topique. La consultation sur une question de droit relative aux pigeons voyageurs ne devint criminelle que du jour où Picquart, interrogé sur l'affaire Dreyfus, eut dit la vérité. Il sera répondu topiquement à tout ce fatras de sottises. Passons (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 483).
Prononc. et Orth.: [tɔpik]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Subst. masc. 1. a) 1372-74 plur. titre de la partie de la logique aristotélicienne qui traite des lieux communs dont on tire des arguments (Oresme, Politique d'Aristote, éd. A. D. Menut, p. 71); b) 1546 « lieux communs de la rhétorique » (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, p. 196); 2. 1512 « remèdes qu'on applique sur la partie malade » (G. Cretin, Œuvres, éd. K. Chesney, p. 269); 3. 1972 ling. (Ling.). B. Subst. fém. 1. 1642 « la doctrine des lieux topiques, l'art de les trouver » (La Mothe le Vayer, Vertu des païens, II, Pyrrhon ds Littré); 2. 1940 psychanal. topique psychique (Freud, Métapsychol., L'Inconscient, p. 77 [trad. de Das Unbewusste, 1915]). C. Adj. 1. 1539 remedes topiques (J. Canappe, Le XIII. Livre de la Thérapeutique de Claude Galien, p. 125); 2. a) 1694 logique topique (Ac.); b) 1868 « qui se rapporte exactement à ce dont il s'agit » (Le Temps, 22 mars ds Littré); 3. 1697 divinité topique « divinité qui présidait à un lieu » (Bayle, Dict., art. Mâcon, ibid.). Empr. au gr. τ ο π ι κ ο ́ ς « qui concerne le lieu » att. au sens de « établi en un lieu, local », en méd. à propos de remèdes « qu'on applique à l'endroit malade » et, en rhét., « qui concerne les lieux communs ou τ ο ́ π ο ι »; le titre du traité d'Aristote τ α ̀ Τ ο π ι κ α ́ a été adopté sous la forme Topica, -orum par Cicéron qui le traduisit en latin. Fréq. abs. littér.: 37. Bbg. Gohin 1903, p. 365. − Toposforschung. Eine Dokumentation. Hrsg. von Peter Jehn. Frankfurt, 1972, 348 p.

Wiktionnaire

Adjectif

topique \tɔ.pik\ masculin et féminin identiques

  1. (Médecine) Qualifie un médicament qu’on applique sur la partie malade.
    • L'effet placebo varie considérablement en fonction de sa forme, orale, topique (crème ou pommade) ou intra-articulaire..— (Stéphane DemorandSanté-Les vrais effets du placebo- Le Point N°2248- 8 octobre 2015)
  2. (Figuré) Qui se rapporte exactement à la chose dont il s’agit.
    • Leurs arguments étaient topiques et les Slovaques ont reconnu eux-mêmes les inconvénients de leur nouvelle stratégie. — (Ernest Denis, La Question d’Autriche ; Les Slovaques, Paris, Delagrave, 1917, in-6, page 164)
  3. (Psychologie) Relatif aux topiques de Sigmund Freud.
    • Ce que nous avons appelé les visions « topiques » de la conscience […] qui postulent l'existence d'une relative étanchéité entre des secteurs du système nerveux dont l'activité sous-tendrait exclusivement notre pensée consciente et d'autres secteurs abandonnés aux cogitations inconscientes. — (Lionel Naccache, Le Nouvel Inconscient : Freud, le Christophe Colomb des neurosciences, Odile Jacob, 2009, page 214)

Nom commun 1

topique \tɔ.pik\ masculin

  1. (Par substantivation de l’adjectif) (Médecine) Ce médicament lui-même.
    • Un topique des plus efficaces dans la curation d’un grand nombre de plaies, est l’emplâtre appelée de Nuremberg. — (L’Agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787)
  2. (Psychologie) Modèle psychique inventé par Sigmund Freud.
    • Les deux topiques de Sigmund Freud.

Nom commun 2

topique \tɔ.pik\ féminin

  1. (Didactique) Sujet d’une activité, d’un exposé, d’un livre, etc.
    • Le présent ouvrage, par conséquent, en plus d’introduire à cette topique, s’efforce d’approfondir le sujet. — (David M. Armstrong, Les Universaux, traduit de l’anglais par Stéphane Dunand, Bruno Langlet et Jean-Maurice Monnoyer, Ithaque, 2010, page 11)
    • L’invention comporte plusieurs rubriques que l’on peut ainsi résumer : une topique, des arguments, un mode de raisonnement, tous choisis en fonction de considérations sur l’ethos et le pathos. — (Joëlle Gardes-Tamine, Pour une nouvelle théorie des figures, PUF, 2015)
    • En un troisième temps, nous dresserons la topique des notions que le structuralisme comme science pose et élabore : la structure elle-même, mais aussi le signe, le symbole et le Symbolique, le signifiant, le texte et le champ. — (Olivier Dekens, Le structuralisme, Armand Colin, coll. « 128 », Paris, 2015, page 25)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TOPIQUE. adj. des deux genres
. T. de Médecine. Il ne s'emploie guère que dans cette locution : Remède topique, Médicament qu'on applique sur la partie malade. Substantivement, C'est un excellent topique pour cette maladie. Il se dit figurément de Ce qui se rapporte exactement à la chose dont il s'agit. Un argument topique.

Littré (1872-1877)

TOPIQUE (to-pi-k') adj.
  • 1Qui a rapport aux lieux. Dans vos travaux de physique et d'histoire naturelle, vous ne sauriez mieux faire que d'insister le plus qu'il vous sera possible sur les curiosités topiques du diocèse [de Béziers] et de la province, Lett. inédite de Mairan, 13 août 1739, dans Bull. de la soc. arch. de Béziers, 2e série, t. I, p. 69.

    Divinité topique, divinité qui présidait à un lieu. Si un schisme s'élevait entre les sectes protestantes, aucun des partis ne trouverait à détruire dans l'autre aucun objet sensuel des superstitions ; point de divinités topiques ni de saints tutélaires à briser ou à monnoyer, Bayle, Dict. art. Mâcon.

  • 2 Terme de médecine. Il se dit des médicaments qu'on emploie à l'extérieur. Noailles prit le fer à la main, retrancha les chairs inutiles, et appliqua quelques remèdes topiques, Montesquieu, Lett. pers. 138.

    S. m. Les emplâtres, les onguents, les cataplasmes sont des topiques.

  • 3Fièvres topiques ou locales, variété de fièvres intermittentes anomales.
  • 4 Fig. Qui se rapporte exactement à ce dont il s'agit. Il résume, dans un langage éminemment substantiel et topique, les réformes que demande encore l'institution, U. Ladet, le Temps, 22 mars 1868.
  • 5 Terme de rhétorique. Lieux topiques, synonyme de lieux communs.
  • 6 S. f. La topique, la doctrine des lieux topiques, l'art de les trouver. Les sceptiques ont inventé une topique particulière, et se sont servis de dix moyens avec lesquels ils examinent tout ce qu'on leur propose, La Mothe le Vayer, Vertu des païens. II, Pyrrhon.
  • 7 S. m. pl. Les topiques, certains chefs généraux d'où l'on peut tirer de quoi s'étendre dans un discours.

    Traité sur les lieux communs. Les Topiques d'Aristote. Les Topiques de Cicéron contiennent la méthode de trouver les arguments par le moyen de certains termes qui les caractérisent, et qu'on appelle lieux de rhétorique ou lieux de logique, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. XI, 2e part. p. 689, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. Il nous faut descrire les remedes locaux, ou particuliers… et premierement noteras, que les remedes topiques apportent…, Paré, XXI, 20.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOPIQUE, adj. terme de Rhétorique ; c’est un argument probable qui se tire de plusieurs lieux & circonstances d’un fait, &c. Voyez Lieu, &c.

Topique se dit aussi de l’art ou de la maniere d’inventer & de tourner toutes sortes d’argumentations probables. Voyez Invention.

Ce mot est formé du grec topicos, de τόπος, lieu, comme ayant pour objet les lieux communs qu’Aristote appelle les sieges des argumens.

Aristote a traité des topiques, & Cicéron les a commentés pour les envoyer à son ami Trebatius, qui apparemment ne les entendoit point.

Mais les critiques observent que les topiques de Cicéron quadrent si mal avec les huit livres des topiques qui passent sous le nom d’Aristote, qu’il s’ensuit nécessairement, ou que Cicéron ne s’est point entendu lui-même, ce qui n’est guere probable, ou que les livres des topiques attribués à Aristote, ne sont point tous de ce dernier.

Cicéron définit le topique, l’art d’inventer des argumens : Disciplina inveniendorum argumentorum.

La Rhétorique se divise aussi quelquefois en deux parties, qui sont le jugement, appellé dialectique, & l’invention, appellée topique. Voyez Rhétorique.

Voici ce qu’en dit pour & contre le pere Lami de l’oratoire, dans sa rhétorique, liv. V. ch. v. pag. 3. & suivantes.

« On ne peut douter que les avis que donne cette méthode, n’aient quelqu’utilité. Ils font prendre garde à plusieurs choses, dont on peut tourner un sujet de tous côtés, & l’envisager par toutes ses faces. Ainsi, ceux qui entendent bien la topique, peuvent trouver beaucoup de matiere pour grossir leur discours. Il n’y a donc rien de stérile pour eux : ils peuvent parler sur ce qui se présente, autant de tems qu’ils le voudront.

» Ceux qui méprisent la topique, ne contestent point sa fécondité. Ils demeurent d’accord qu’elle fournit une infinité de choses : mais ils soutiennent que cette fécondité est mauvaise, que ces choses sont triviales, & par conséquent que la topique ne fournit que ce qu’il ne faudroit pas dire. Si un orateur, disent-ils, connoît à fond le sujet qu’il traite… il ne sera pas nécessaire qu’il consulte la topique, qu’il aille de porte en porte frapper à chacun des lieux communs, où il ne pourroit trouver les connoissances nécessaires pour décider la question dont il s’agit. Si un orateur ignore le fond de la matiere qu’il traite, il ne peut atteindre que la surface des choses, il ne touchera point le nœud de l’affaire ; ensorte qu’après avoir parlé long-tems son adversaire aura sujet de lui dire ce que S. Augustin disoit à celui contre qui il écrivoit : laissez ces lieux communs qui ne disent rien, dites quelque chose, opposez des raisons à mes raisons, & venant au point de la difficulté établissez votre cause, & tâchez de renverser les fondemens sur lesquels je m’appuie. Separatis locorum communium magis, res cum re, ratio cum ratione, causa cum causâ confligat.

» Si l’on veut dire en faveur des lieux communs, qu’à la vérité ils n’enseignent pas tout ce qu’il faut dire, mais qu’ils aident à trouver une infinité de raisons qui se fortifient les unes les autres ; ceux qui prétendent qu’ils sont inutiles, répondent, que pour persuader il n’est besoin que d’une seule preuve qui soit forte & solide, & que l’éloquence consiste à étendre cette preuve, & à la mettre dans son jour, afin qu’elle soit apperçue. Car les preuves qui sont communes aux accusés & à ceux qui accusent, dont on peut se servir pour détruire & pour établir, sont foibles. Or celles qui se tirent des lieux communs sont de cette nature ».

D’où il conclut que la topique approche fort de cet art de Raymond Lulle, dont l’auteur de la logique de Port-Royal a dit, que c’étoit un art qui apprend à discourir sans jugement des choses qu’on ne sait point. Or il est bien préférable, dit Cicéron, d’être sage & ne pouvoir parler, que d’être parleur & être impertinent. Mallem indisertam sapientiam quam stultitiam loquacem.

La topique est reléguée dans les écoles, & les grands orateurs ne suivent pas cette route pour arriver à la belle éloquence.

Topique, (Médecine.) on appelle topiques, les remedes qu’on applique extérieurement sur diverses parties du corps pour la guérison des maladies ; ce mot vient de τόπος, lieu.

Les Médecins ont établi pour maxime, que les remedes peuvent devenir utiles ou pernicieux, suivant l’usage & l’application qu’on en fait ; & cette maxime est non-seulement vraie par rapport aux remedes internes, mais encore par rapport aux topiques ou applications externes, comme nous allons le voir.

On prescrit souvent les bains mêlés d’herbes céphaliques pour les maladies de la tête, sans songer qu’ils nuisent dans plusieurs cas, comme dans les foiblesses des nerfs, les achores, les catarrhes, &c.

Les emplâtres céphaliques dans les hémorrhagies, les apopléxies, les maux qui procedent de causes externes, sont plus nuisibles qu’utiles, parce qu’ils empêchent la transpiration de la partie, & qu’ils obstruent les pores de la tête. On croit aussi que les oignemens de baumes odoriférans sont fort efficaces contre les maux de tête, accompagnés d’un sentiment de pesanteur ; au contraire, ces sortes de topiques disposent à l’assoupissement par leur qualité sédative, anodine ; mais les linimens balsamiques préparés avec de l’esprit-de-vin rectifié, & des huiles de marjolaine, de lavande, &c. peuvent être à propos, parce qu’ils discutent & ouvrent les pores.

On commet beaucoup d’erreurs en fait de topiques pour les maladies des yeux. Dans leur inflammation les collyres incrassans, épaississans ne conviennent pas certainement ; il faut employer des substances, qui, sans acrimonie sont discussives ; tel est, par exemple, le camphre. Si l’inflammation est accompagnée d’une lymphe âcre & saline, il faut user d’un mucilage de graines de coings, mêlées avec du safran & du camphre. Quand l’inflammation est violente & dangereuse, l’esprit-de-vin camphré, appliqué tiede avec une addition de baume du Pérou, produit quelquefois d’excellens effets pour rétablir le ton des fibres.

Le vitriol à cause des parties de cuivre qu’il contient, passe chez plusieurs praticiens pour excellent dans les maux des yeux ; mais cela n’est que rarement vrai ; ce collyre, par exemple, est contraire dans toutes les inflammations, & dans toutes les fluxions chaudes & âcres ; il ne convient que quand les humeurs sont épaisses, sales & sordides, sans âcreté. Tout usage des collyres est déplacé dans la discrase de la lymphe & du sang, car il faut commencer par corriger les fluides viciés.

Dans les maladies d’oreilles, les topiques qu’on met intérieurement, ne conviennent que pour la dureté d’ouie qui vient de l’endurcissement de la cire. Les abscès dans l’oreille interne demandent un traitement particulier ; c’est de tâcher de les empêcher de dégénérer en ulceres par des injections balsamiques tiedes, tels que les essences de myrrhe.

Les topiques pour les hémorrhagies du nez sont rarement utiles, à-moins qu’on ne commence par des saignées, des frictions, l’immersion des piés dans l’eau tiéde, & quelquefois en employant le secours des doux diaphorétiques.

La plûpart des topiques recommandés pour les maux de dents, font plus de mal que de bien, outre que le mal de dents vient souvent de rhumatisme ou d’une fluxion âcre qui se jette sur une dent cariée, & conséquemment c’est la fluxion qu’il faut guérir.

Tous les topiques externes dans les maladies cutanées du visage & de la tête, doivent être administrés avec prudence, en y joignant les remedes internes pour corriger & dériver les humeurs peccantes. C’est une malheureuse pratique, que d’user pour les boutons ou les pustules au visage, du mercure sublimé ou d’une solution foible de mercure précipité, parce que de telles substances reçûes dans les pores produisent de grands maux de tête, & la perte des dents.

Dans le décharnement des gencives, on prescrit presque toujours l’usage des astringens ; mais si ce désordre procede du défaut de suc nourricier, ou de l’obstruction des fines arteres des gencives, elles perdront de plus en plus leur suc nourricier par les remedes astringens ; en ce cas, il faut laver la bouche & les gencives avec des décoctions de vin, imprégnées de sauge & d’une petite quantité de sel ammoniac.

On emploie souvent les topiques dans les maladies du thorax, c’est-à-dire pleurésie ou péripneumonie ; mais le meilleur dans ces sortes de cas, est de s’abstenir de tout topique ; que si on en juge quelques-uns nécessaires, il faut les composer d’esprit-de-vin camphré, mitigé, & rendu anodin par une addition de safran.

Dans les douleurs d’estomac, les topiques ne sont bienfaisans qu’appliqués convenablement ; ce n’est point alors sur le creux de l’estomac qu’il faut les porter, comme on fait ordinairement dans la cardialgie ; mais il faut les appliquer sur le dos, vers la huitieme ou la neuvieme vertebre. Si c’est l’orifice droit qui est affecté, on appliquera les remedes sur l’estomac vers le côté droit.

Si la douleur violente, causée par une pierre arrêtée dans les ureteres, demande l’usage des topiques, c’est du-moins dans la direction des ureteres qui est depuis les reins jusqu’aux aînes ; & c’est avec bien de la prudence qu’ils doivent être administrés ; car si la douleur est accompagnée de spasmes, & qu’on applique des substances chaudes & spiritueuses, on augmente la douleur, & l’on occasionne de terribles symptomes ; il faut au contraire baigner le malade pour relâcher les parties irritées.

Dans le flux excessif des regles, la plus sûre méthode est de s’abstenir des topiques, sur-tout des topiques narcotiques, & de leur substituer l’usage d’autres remedes.

Les Médecins & les Chirurgiens ont imaginé une infinité de topiques dans les tumeurs des veines hémorrhoïdales ; mais l’art consiste à appliquer ces différens remedes suivant les circonstances ; par exemple, si la douleur est excessive, les substances anodines & émollientes seront les plus salutaires ; si la tumeur incommode par son volume, les fomentations de vin préparées avec les balaustes & les fleurs de rose, peuvent être bonnes.

Quant au désordre des articulations, les topiques sont toujours mal employés dans les douleurs arthritiques & dans la goutte ; c’est ce dont tous les habiles médecins conviennent ; si cependant la douleur est accompagnée d’une certaine insensibilité, comme il arrive souvent aux vieillards, alors on peut fortifier les nerfs par des linimens balsamiques, & tâcher d’attirer le fluide nerveux sur les parties affoiblies.

La plûpart des topiques nuisent dans l’érésipele ; il faut traiter cette maladie par des remedes internes, laisser libre la transpiration dans les parties affectées, en appliquant seulement quelquefois sur la partie des sachets pleins d’herbes parégoriques, qui par leur douce influence, tiennent les pores ouverts, & les relâchent s’ils sont resserrés.

Dans les bubons malins & critiques, les topiques sont d’une pratique dangereuse : mais si le bubon tend à suppuration ; on doit appliquer l’emplâtre de diachylon avec les gommes.

Pendant l’éruption & la suppuration de la petite vérole, il faut s’abstenir de tous linimens topiques ; ce n’est que dans le déclin & vers le tems du desséchement des pustules, qu’il est permis d’user d’huile d’amandes-douces, mêlée avec le camphre & le blanc de baleine, pour tempérer l’acrimonie des boutons.

La cure de toutes les maladies cutanées doit commencer & finir par les remedes internes, capables de corriger la matiere peccante, de la disposer à l’excrétion, & en même-tems de la chasser. A cette classe de remedes appartiennent les diaphorétiques émolliens, les infusions laxatives, les préparations de mercure & d’antimoine.

Les topiques qui conviennent le mieux sur les parties paralytiques, sont des onguens faits de graisse d’animaux & d’huiles distillées, telles que celles de riz, de romarin, de lavande, de marjolaine, de genievre, &c. car il est question de rétablir le ton des parties nerveuses dans leur état naturel ; ensorte qu’il n’y ait ni trop de relâchement, ni trop de constriction, ni trop d’humidité, ni trop de sécheresse.

Dans les tumeurs édémateuses des piés, la plûpart des topiques sont contraires ; le meilleur est de faire le soir autour du pié un bandage convenable pour renforcer les fibres ; il est bon d’user en même-tems des fomentations de vinaigre fort, mêlé avec de l’essence d’ambre, & versé sur des briques rougies au feu.

Ces détails suffisent sur l’utilité ou le mal que peuvent faire les topiques dans leur usage & leur application. (Le chevalier de Jaucourt.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « topique »

Du grec ancien τοπικός, topikós (« local »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Τοπιϰὸς, de τόπος, lieu, et, au sens de lieux communs, τὰ τοπιϰά.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « topique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
topique tɔpik

Citations contenant le mot « topique »

  • Cette technologie à base de liquide ionique permet de délivrer sous la peau un ARN thérapeutique qui bloque localement les gènes associés au psoriasis. Testée chez la souris par cette équipe du Wyss Institute à Harvard, cette technique optimise le principe d’un traitement topique et fait sa preuve de concept en réduisant, chez la souris modèle, les niveaux de cytokines inflammatoires et les symptômes du psoriasis sans effets secondaires systémiques. Une recherche présentée dans la revue Science Advances qui ouvre une nouvelle option thérapeutique pour cette condition handicapante. santé log, PSORIASIS : Les liquides ioniques pour traiter topique | santé log
  • Le rapport de recherche sur le marché mondial des adhésifs topiques pour la peau est considéré comme présentant une description approfondie des tendances géopolitiques essentielles, une inspection des principaux facteurs et des différentes stratégies réglementaires menant à la dynamique potentielle du marché des adhésifs topiques pour la peau, y compris les moteurs du marché des adhésifs topiques pour la peau, les contraintes , défis et opportunités disponibles sur le marché mondial des adhésifs topiques pour la peau. Le rapport d’étude se concentre en particulier sur les techniques de recherche méthodiques distinctes sur chacun des segments et sur l’ensemble de son impact sur le marché mondial des Adhésifs topiques pour la peau. Thesneaklife, Recherche sur le marché des adhésifs topiques pour la peau (impact du COVID-19) 2020-2026: J&J, Medtronic, Medline, B.Braun – Thesneaklife
  • Soulagement de la douleur Gel topique Volume et valeur du marché au niveau mondial, régional et au niveau de l’entreprise. Dans une perspective mondiale, ce rapport représente la taille globale du marché Soulagement de la douleur Gel topique en analysant les données historiques et les perspectives futures. Au niveau régional, ce rapport se concentre sur plusieurs régions clés: Amérique du Nord, Europe, Chine et Japon, etc. Le marché Soulagement de la douleur Gel topique comprend des segments spécifiques par fabricants, type et application. Une analyse régionale du marché Soulagement de la douleur Gel topique est analysée et des informations sur la taille du marché sont fournies par régions (pays). Le rapport comprend la taille du marché par pays et par région pour la période 2020-2026. , Croissance, taille, tendances, fabricants, types, applications et prévisions du marché de Soulagement de la douleur Gel topique jusqu’en 2026 – Commune Magazine
  • Le rapport sur le marché Soulagement de la douleur Gel topique fournit un calcul analytique des principaux défis auxquels ce marché est confronté actuellement et dans les années à venir, ce qui aide les participants au marché à comprendre les problèmes auxquels ils peuvent être confrontés lorsqu’ils opèrent sur ce marché sur une période plus longue. , Marché Soulagement de la douleur Gel topique 2020 par production, revenus, estimation de la taille et prévisions jusqu’en 2026 – La Tribune de Tours
  • Le rapport d’étude de marché mondial Soulagement de la douleur Gel topique 2015-2025 est un aperçu historique et une étude approfondie du marché actuel et futur de l’industrie Soulagement de la douleur Gel topique. Le rapport représente un aperçu de base de la part de marché de Soulagement de la douleur Gel topique, du statut, du segment des concurrents avec une introduction de base des principaux fournisseurs, des principales régions, des types de produits et des industries finales. Ce rapport donne un aperçu historique des tendances du marché Soulagement de la douleur Gel topique, de la croissance, des revenus, de la capacité, de la structure des coûts et de l’analyse des principaux moteurs. , Taille et prévisions du marché Soulagement de la douleur Gel topique 2020-2026 par tendances mondiales de l’industrie, croissance future, aperçu régional, estimation de la part, revenus et perspectives, indique Industry Research Biz – MillauJournal
  • Selon un rapport publié par Healthcare Intelligence Markets, «Les principales tailles de gel anti-douleur, partage et analyse de l’industrie, par composant (matériel, logiciel, contenu), par application (conception et développement de produits, sécurité et formation, maintenance et réparation) Communication et collaboration) et prévisions régionales pour 2019-2026 «La réalité virtuelle est l’un des concepts qui aident à surmonter certaines des erreurs qui ont d’abord existé dans l’industrie manufacturière. Au début, l’utilisation de gels anti-douleur topiques, qui effectuaient des tâches répétitives nécessitant un travail manuel constant, était la plus importante. , Qu’est-ce qui motive la croissance du marché du gel anti-douleur topique? Essayez avec des joueurs de premier plan et des taux CAGR élevés – Pêche Alliance

Images d'illustration du mot « topique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « topique »

Langue Traduction
Anglais topical
Espagnol actual
Italien attuale
Allemand aktuell
Chinois 局部的
Arabe موضعي
Portugais tópico
Russe актуальный
Japonais 局所
Basque gaurkotasun
Corse attuale
Source : Google Translate API

Synonymes de « topique »

Source : synonymes de topique sur lebonsynonyme.fr
Partager