La langue française

Toison

Définitions du mot « toison »

Trésor de la Langue Française informatisé

TOISON, subst. fém.

A. −
1. Pelage frisé et laineux des ovidés; ensemble des poils (laine et jarre) mêlés de suint qui couvrent le corps de ces animaux. Toison des moutons; toison épaisse, dense, tassée. Le vent des montagnes, qui fait frissonner là-bas les longues toisons des brebis (Flaub., Tentation, 1849, p. 380).Une toison est dite « fermée » lorsqu'elle est constituée de mèches d'égale longueur, à peu près cylindriques; elle est dite « ouverte » quand les mèches sont inégales, coniques et effilées (Lar. agric.1981).
P. méton. Pelage enlevé par la tonte du mouton et qui donnera la laine; peau de mouton préparée avec ses poils. Il importe, pour la vente, d'assortir dans un même lot les toisons de même qualité. Il ne faut jamais mêler les unes avec les autres celles des agneaux, (...) des moutons et des brebis qui ont porté et nourri (Privat-Foc.1870).
2. P. anal. Pelage épais qui couvre le corps d'un animal. Toison de chèvre. Elle est à demi allongée sur un canapé de crin noir et sa main plonge dans la toison blanche de son caniche (Green, Journal, 1932, p. 84).
B. − (Ordre de) la Toison (d'or). [P. réf. au mythe de la toison du bélier de la légende, trésor fabuleux à la conquête duquel s'attachèrent Jason et les Argonautes] Ordre de chevalerie fondé à Bruges en 1429 par Philippe le Bon. Chevalier de l'ordre de la toison d'or (Ac.). V. or1A 1 ex. de Dupuis.
P. méton. Décoration figurant un bélier d'or suspendu à une chaîne et que portent les membres de l'Ordre. Il a la plume blanche au chapeau et la toison d'or au cou (Hugo, Ruy Blas, 1838, III, 1, p. 394).
C. −
1. Chevelure épaisse et laineuse. Synon. péj. tignasse.Toison blonde, fauve, hérissée. Delphine, sa rivale, en ses longs cheveux d'or Triomphe, poëtesse à la toison vermeille (Banville, Cariat., 1842, p. 42).C'était M. Bricart, figure bien réjouie, teinte au vin rouge sous une toison brune et crépue qui dessinait sur le front un fer de lance (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 83).
2. Poils abondants sur le torse de l'homme. Sa chemise ouverte laissait voir sa poitrine velue d'une toison grise (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Âne, 1883, p. 374).
3. Toison (pubienne). Poils du pubis (surtout à propos d'une femme). (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [twazɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Déb. xiies. tuison « pelage laineux du mouton » (Benoît, St Brendan, 388 ds T.-L.); 2. spéc. a) ca 1140 myth. (Geffrei Gaimar, Histoire des Anglais, éd. A. Bell, 6524); ca 1265 la toison d'or (Brunet Latin, Trésor, 32, éd. F. J. Carmody, p. 41); b) ca 1450 la Toison d'or « ordre de chevalerie » (Monstrelet, Chron., éd. L. Douët d'Arcq, t. V, 1, p. 81); 3. 1271-78 « couche de poils qui revêt le corps d'un animal » toison a chien (Rutebeuf, Les Plaies du monde, 87, éd. E. Faral et J. Bastin, t. 1, p. 380); 4. 1erquart xves. « poils pubiens » (Eustache Deschamps, Balade, éd. De Queux de Saint Hilaire, t. 8, p. 140); 5. id. taison « chevelure » (Id., ibid., t. 4, p. 288). Du lat. tardif to(n)sionem, acc. de to(n)sio « action de tondre; tonte », dér. de tondere « tondre, raser ». Fréq. abs. littér.: 375. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 667, b) 516; xxes.: a) 678, b) 340.
DÉR.
Toisonner, verbe trans.,rare. Couvrir comme d'une toison. Part. passé adj. Un torse nu, bossué de muscles, toisonné de poils, sali de charbon (Mille, Barnavaux, 1908, p. 70). [twazɔne], (il) toisonne [-zɔn]. 1resattest. 1584 belier toisonné (Du Bartas, 2esem., Magnificence, p. 373 ds Hug.), 1915, 18 nov. (Apollinaire, Chevaux de Frise, éd. La Pléiade, p. 302: La neige met de pâles fleurs sur les arbres Et toisonne d'hermine les chevaux de frise); de toison, dés. -er.

Wiktionnaire

Nom commun

toison \twa.zɔ̃\ féminin

  1. Ensemble de la laine qui recouvre une brebis, un mouton.
    • […], et l'on y voit de grands troupeaux de mérinos, remarquables par leur bonne conformation et l'abondance et la finesse de leurs toisons […]. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 103)
    • La laine est une matière textile fournie par la toison du mouton. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. (Par analogie) Poils pubiens, chez la femme.
    • Au sujet de la toison sexuelle, je suis tentée de croire que le sieur de Brantôme a voulu faire de la fantaisie dans son livre : Des dames galantes. S'attacher les poils pubiques autour des cuisses me paraît absolument invraisemblable. — (Marcelle Gauvreau, Lettre à Marie-Victorin, 24 mai 1940, dans Lettres au frère Marie-Victorin, éditions Boréal, Montréal, 2019, page 196)
    • Je n’en avais pas moins l’impression bizarre que c’était sa toison intime que Thérèse exhibait aussi ostensiblement aux yeux du promeneur ! — (José Pierre, Qu’est-ce que Thérèse ?, Har/Po, 1985, p. 78)
  3. (Par analogie) Poils du torse, chez l'homme.
    • Abondante, sa toison pileuse bouffe jusqu'à mi-cou, faisant comme un col roulé. — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, p. 403)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TOISON. n. f.
Laine d'une brebis, d'un mouton. Ce mouton a une belle toison. Abattre la toison. Laver les toisons. Il a vendu tant de toisons de ses bêtes à laine. La toison d'or, La toison du bélier sur lequel les poètes de l'antiquité content que Phrixus et Hellé passèrent la mer. Jason alla avec les Argonautes à la conquête de la toison d'or. C'est aussi le Nom d'un ordre de chevalerie institué par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, et dont l'insigne est un mouton d'or. Chevalier de l'ordre de la Toison, de la Toison d'or. L'insigne de la Toison d'or.

Littré (1872-1877)

TOISON (toi-zon) s. f.
  • 1Fourrure du mouton, ou ensemble de tous les brins de laine qui recouvrent son corps. Alors, pour se couvrir durant l'âpre saison, Il fallut aux brebis dérober leur toison, Boileau, Épît. III. Chaque mouton était enveloppé d'une couverture de peau ; cette pratique, empruntée des Mégariens, garantit la toison des ordures qui la saliraient, et la défend contre les haies qui pourraient la déchirer, Barthélemy, Anach. ch. 59. Il y a des personnes qui enlèvent les toisons, avant d'avoir lavé les moutons ; mais cette méthode est fort mauvaise, Genlis, Maison rust. t. I, p. 252, dans POUGENS. La toison enlevée doit être exposée à l'air, afin qu'elle sèche, Genlis, ib. p. 254. Et tu vois tes brebis, sur le jeune gazon, Épaissir le tissu de leur blanche toison, Chénier, Hymne à la France. On peut stipuler que le colon délaissera au bailleur sa part de la toison à un prix inférieur à la valeur ordinaire, Code civ. art. 1828.

    Terme de blason. Peau de mouton garnie de sa laine.

  • 2Pelage laineux de plusieurs mammifères. On chasse ces lamas sauvages pour en avoir la toison, Buffon, Quadrup. t. VI, p. 62.
  • 3 Ironiquement, grande quantité de cheveux. Quelle toison il a !
  • 4La toison d'or, la toison du bélier sur lequel, selon les anciens poëtes, Phryxus et Hellé passèrent la mer. Les Argonautes allèrent à la conquête de la toison d'or. La position d'Orchomène près de l'Hellespont, de la Propontide et du Pont-Euxin fait naturellement penser qu'elle tirait ses richesses d'un commerce sur les côtes de ces mers, qui avait donné lieu à la fable de la toison d'or, Montesquieu, Esp. XXI, 7. L'histoire de la toison d'or est bien moins fabuleuse et moins frivole qu'on ne pense.. il s'agissait d'ouvrir un commerce de la Grèce aux extrémités de la mer Noire, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Toison d'or, Préf.

    Terme d'alchimie. Toison d'or, matière par le moyen de laquelle on fait les ouvrages de la pierre philosophale.

  • 5La toison d'or, ou, absolument, la Toison (avec majuscule), ordre de chevalerie institué en 1420 par Philippe le Bon, duc de Bourgogne ; il fut composé d'abord de trente chevaliers, dont ce prince fut le chef, et dont l'objet était de défendre la foi, au péril de leur vie, comme les Argonautes exposèrent leur vie pour la conquête de la toison d'or ; ils portent au bas de leur collier la représentation d'un mouton ; le roi d'Espagne est demeuré chef de cet ordre, en sa qualité de duc de Bourgogne. Le roi trouve très bon, monseigneur, que le comte d'Ayen reçoive l'ordre de la Toison, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 3 mars 1706.
  • 6 Terme de tannerie. Plier une peau en toison, la plier régulièrement, de manière qu'elle ne forme qu'un carré d'un ou deux pieds.

HISTORIQUE

XIIe s. Resa li reis de Moab out mult pecunie, e rendeit cume treud par an al rei de Israel cent mille aignels e cent milie multuns od tutes les tuisuns, Rois, p. 351.

XIIIe s. Tu iez Rachel la desirée, Tu iez la droite Sarray, Tu iez la toison arouzée, Tu iez li bouchons Synay, Rutebeuf, II, 11. Avoir à clers, toison à chien, Ne pueent [peuvent] pas venir à bien, Rutebeuf, I, 229. En un bos [il] truva un mutun Cras e refet sous la toison, Marie de France, Fabl. 73.

XIVe s. Ansçois que [avant que] Troie fust assise [assiégée], Ne ains c'Iercules ne Jelzon Alaissent querre le [la] toizon, Jean de Condé, t. II, p. 98.

XVIe s. Le maistre ou le proprietaire peut faire abbatre le bois croissant et qui est sur son bien affermé, sans que le fermier y ait aucun droit ny à la toison ou aux branches, Nouv. coust. gén. t. I, p. 1034.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOISON, s. m. (Gram. Œcon. rustiq.) la peau de la brebis chargée de sa laine, & plus souvent la laine séparée de la peau.

Toison d’or, (Mytholog.) les enfans savent la fable de la conquête de la toison d’or, qui donna lieu au voyage des Argonautes ; mais les gens de lettres en cherchent encore l’explication.

Diodore de Sicile croyoit que c’étoit la peau d’un mouton que Phryxus avoit immolé, & qu’on gardoit très-soigneusement à cause qu’un oracle avoit prédit que le roi seroit tué par celui qui l’enleveroit.

Strabon & Justin pensoient que la fable de cette toison étoit fondée sur ce qu’il y avoit dans la Colchide des torrens qui rouloient sur un sable d’or qu’on ramassoit avec des peaux de mouton, ce qui se pratique encore aujourd’hui vers le fort Louis, où la poudre d’or se recueille avec de semblables toisons, lesquelles quand elles en sont bien remplies, peuvent être regardées comme des toisons d’or.

Varron & Pline prétendent que cette fable tire son origine des belles laines de ce pays, & que le voyage qu’avoient fait quelques marchands grecs pour en aller acheter, avoit donné lieu à la fiction.

Ajoutez que comme les Colcques faisoient un grand commerce de peaux de marte & d’autres pelleteries précieuses ; ce fut peut-être là le motif du voyage des Argonautes.

Paléphate a imaginé, on ne sait sur quel fondement, que sous l’emblème de la toison d’or, on avoit voulu parler d’une belle statue d’or que la mere de Pélops avoit fait faire, & que Phryxus avoit emportée avec lui dans la Colchide.

Enfin Suidas le lexicographe a songé que cette toison étoit un livre en parchemin qui contenoit le secret de faire de l’or, objet de la cupidité non seulement des Grecs, mais de toute la terre ; & cette opinion que Tollius a voulu faire revivre, est embrassée par les alchimistes.

Mais Bochart qui connoissoit le génie des langues de l’Orient, a cru trouver dans celle des Phéniciens le dénouement de la plûpart de ces fictions ; & comme il nous semble que personne n’a mieux réussi que lui dans l’explication de cette fable, ce sont des idées conjecturales que l’on va proposer.

Médée que Jason avoit promis d’épouser & d’emmener dans la Grece, sollicitée encore par Calciope sa sœur, veuve de Phryxus, qui voyoit ses enfans en proie à l’avarice d’un roi cruel, aida son amant à voler les trésors de son pere, soit en lui donnant une fausse clé ou de quelqu’autre maniere, & s’embarqua avec lui. Cette histoire étoit écrite en phénicien, que les poëtes qui sont venus long-tems après, n’entendoient que très-imparfaitement ; & les mots équivoques de cette langue donnerent lieu aux fables qu’on en a racontées. En effet, dans cette langue le mot syrien gaza signifie également un trésor ou une toison ; sam qui veut dire une muraille, désigne aussi un taureau ; & on exprime dans cette langue de l’airain, du fer & un dragon par le mot nachas ; ainsi au lieu de dire que Jason avoit enlevé un trésor que le roi de la Colchide tenoit dans un lieu bien fermé, & qu’il faisoit garder soigneusement, on a dit que pour enlever une toison d’or, il avoit fallu dompter des taureaux, tuer un dragon, &c.

L’amour de Médée pour Jason, ce grand ressort qu’Œlien croit avoir été inventé par Eurypide dans sa tragédie de Médée faite à la priere des Corinthiens n’a rien d’extraordinaire ; & cette princesse qui abandonna son pere & sa patrie pour suivre Jason, montre assez par sa conduite qu’elle en étoit amoureuse, sans qu’il soit besoin de faire intervenir Junon & Minerve dans cette intrigue qui fut l’ouvrage de Calciope. Cette femme pour venger la mort de son mari, & sauver ses enfans qu’Aëtès avoit résolu de faire mourir à leur retour de la guerre où il les avoit envoyés, favorisa de tout son pouvoir la passion que sa sœur avoit conçue pour Jason. On peut ajouter que les quatre jeunes princes que Jason avoit ramenés, & qui se voyoient exposés à la fureur de leur grand-pere, si les Grecs étoient vaincus, les secoururent de tout leur pouvoir.

Le même Bochart explique assez heureusement la circonstance de ces hommes armés qui sortirent de terre & s’entretuerent. Il devoit y avoir, selon lui, dans cette histoire une phrase composée à-peu-près des mots qui signifient : Jason assembla une armée de soldats armés de picques d’airain prêts à combattre, qu’on expliqua ainsi à l’aide des mots équivoques : il vit naître des dents de serpent une armée de soldats armés cinq à cinq, qui étoit la maniere ancienne, surtout chez les Egyptiens, de ranger & de faire marcher les troupes.

Il est permis de conjecturer que Jason, outre ses compagnons, avoit pris dans le pays quelques troupes auxiliaires, qu’on publia être sorties de terre, parce qu’elle étoient sujettes du roi de Colchide, & elles périrent toutes dans le combat qui fut donné, apparemment entre les Grecs & les Colcques ; car tout ce mystere poétique peut s’entendre d’un combat qui rendit les Grecs victorieux & maîtres de la personne & des trésors d’Aëtès. Cette explication semble préférable à celle de Diodore de Sicile, qui dit que le gardien de la toison d’or se nommoit Draco, & que les troupes qui le servoient, étoient venues de la Chersonnèse taurique, ce qui avoit donné lieu aux fables qu’on avoit débitées. (D. J.)

Toison, ordre de la, (Hist. des ordres.) ordre que confere le roi d’Espagne comme duc de Bourgogne. Ce fut en 1430 que Philippe le bon, duc de Bourgogne, après avoir épousé à Bruges en troisiemes noces Elisabeth de Portugal, institua l’ordre de la toison en l’honneur d’une de ses maîtresses. Il eut quinze bâtards qui eurent tous du mérite. L’amour des femmes, dit M. de Voltaire, ne doit passer pour un vice que quand il détourne les hommes de remplir leurs devoirs, & qu’il conduit à des actions blâmables. Anvers, Bruges & autres villes appartenantes à Philippe le bon, faisoient un grand commerce, & répandoient l’abondance dans ses états. La France dut à ce prince sa paix & sa grandeur.

Louis XI. qui ne lui ressembla point, eut d’abord intention de se rendre chef de l’ordre de la toison, & de le conférer à la mort de Charles le téméraire, comme étant aux droits de la maison de Bourgogne ; mais ensuite il le dédaigna, dit Brantôme, & ne crut pas qu’il lui convînt de se rendre chef de l’ordre de son vassal. Cet ordre a cependant continué de se soutenir jusqu’à ce jour, & se seroit soutenu bien davantage, si le nombre des chevaliers étoit borné comme au commencement à trente & un. Quoi qu’il en soit, il a fourni la matiere de trois volumes in-fol. publiés en 1756 par Julien de Pinedo y Salazar. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « toison »

Prov. tois, toisos ; anc. cat. tuso ; esp. tuson, toison ; du lat. tonsionem, action de tondre, de tondere, tondre ; le sens abstrait s'est changé en sens concret.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin tonsio (« tonte »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « toison »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
toison twazɔ̃

Citations contenant le mot « toison »

  • Dans la conquête de la toison d’or, il est bien difficile de s’agripper à la première mèche. De Alexandre Pothey / Le billet de mille
  • Le club champenois avait déjà, pour ses 80 ans (en 2010-2011) ressortit une toison orange. Journal L'Union, Stade de Reims (Ligue 1): un troisième maillot pour renouer avec l’histoire
  • Tom Davies étrennera la toison des Dracs ce dimanche, seize mois après sa terrible blessure à la cheville. Un retour très attendu pour celui dont tous les voyants sont au vert. lindependant.fr, Dragons catalans - Baptême du feu pour Tom Davies - lindependant.fr
  • Des Asiles, ou «mouches à toison», ont été aperçues sur la Côte d’Azur cet été. Cet insecte prédateur prolifère dans les espaces verts de la région mais ne représente pas de danger pour l’Homme. , Ce mystérieux insecte est aperçu sur la Côte d'Azur depuis le début de l'été - photo - Sputnik France
  • Dans ce parc de 7 hectares, les animaux possèdent une particularité étonnante, c’est la condition pour y être admis : moutons à 4 cornes, à tête de grenouille ou encore à tête de lapin ; canards pompon qui portent fièrement un superbe pompon blanc de plumes derrière la tête, zébus à cornes géantes, alpagas suris à bosse, yack d’Himalaya à longue toison, ânes albinos… , Région de Saint-Nazaire : des animaux étonnants à la Ferme extraordinaire | L'Écho de la Presqu'île

Images d'illustration du mot « toison »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « toison »

Langue Traduction
Anglais fleece
Espagnol lana
Italien vello
Allemand vlies
Chinois 羊毛
Arabe ابتزاز
Portugais
Russe руно
Japonais フリース
Basque polarra
Corse veste
Source : Google Translate API

Synonymes de « toison »

Source : synonymes de toison sur lebonsynonyme.fr

Toison

Retour au sommaire ➦

Partager