La langue française

Sucré

Définitions du mot « sucré »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUCRÉ, -ÉE, adj.

A. − [Corresp. à sucre1A 1]
1. Qui renferme du sucre.
a) Qui contient naturellement du sucre. Fruit, jus sucré; plante sucrée. Les fourmis de nos climats, pour la plupart incapables de faire du miel, satisfont au besoin qu'elles en ont en léchant ou trayant une sorte de miellée sur les pucerons (...) qui (...) tirent des liquides sucrés de toutes sortes de plantes (Michelet, Insecte, 1857, p. 261).Cette tige [un morceau d'angélique], quand on y mordait, se rompait en fibres sucrées d'un goût vraiment agréable et plus fin que tout ce que j'avais goûté alors (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 32).
b) Qui a un goût de sucre, qui semble imprégné de sucre. Lèvres sucrées. Les profondeurs d'un cellier où la saveur sucrée des raisins foulés se changeait en odeur de vin (Fromentin, Dominique, 1863, p. 13).La petite lagune douceâtre, salée de mer, sucrée de racines et d'herbe (Colette, Naiss. jour, 1928, p. 27).
c) Additionné de sucre, adouci avec du sucre. Café, lait, vin sucré; eau sucrée; entremets, gâteau, pâtisserie sucré(e); manger, boire sucré. Nab lui faisait de bons petits plats sucrés que le malade dégustait avec sensualité, car, s'il avait un défaut mignon, c'était d'être un tantinet gourmand (Verne, Île myst., 1874, p. 328).Les beignets furent, après quelques essais, prêts à être livrés ponctuellement juteux, dorés et sucrés à ravir (Céline, Voyage, 1932, p. 64).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre
Ce qui est sucré, ensemble d'aliments sucrés. Les demi-teintes ne me vont pasaussi j'aime l'épicé, le poivré ou le sucré, le fondant aussi, mais le délicat point − (Flaub., Souv., 1841, p. 106).Ah, dit-il s'étirant, quand il ne resta plus rien sur la table, je vais faire un petit tour, tout ce sucré m'a donné soif (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 134).
PSYCHOL. ,,Une des quatre saveurs ou sensations gustatives fondamentales`` (Adr.-Legr. 1981). Si la cocaïne abolit toutes les saveurs, elle le fait dans un certain ordre, l'amer d'abord, puis le sucré, et, plus tardivement le salé, et enfin l'acide, de fragilité moindre (Piéron, Sensation, 1945, p. 196).
d) P. anal. Dont l'odeur a l'agrément des saveurs sucrées. Les jardins, d'où montait l'odeur sucrée des haies de chèvrefeuille (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 210).
2. Au fig. [En parlant d'une pers., de ses actes, de son comportement] Qui affecte, manifeste une douceur exagérée, hypocrite. Synon. doucereux, mielleux.Mots, propos sucrés; voix sucrée. Entendu un capucin sucré dont l'unique préoccupation paraît être de plaire aux dames (Bloy, Journal, 1902, p. 96):
...Kervazec me fit un cours mondain sur le péché de gourmandise. Un cours à l'usage d'enfants gâtés, où revenait sans cesse le mot « vilain ». Cette gronderie sucrée m'écœura (...). Folcoche (...) le comprit aussitôt. Elle reprit à son compte, non sans la vinaigrer, cette mièvrerie agaçante: − Allez, vilain! H. Bazin, Vipère, 1948, p. 91.
Empl. subst. Cette sucrée de Foedora t'a trompé. Toutes les femmes sont filles d'Ève (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 186).Vous me ferez cent lignes, vous, le petit sucré là-bas! (Loti, Rom. enf., 1890, p. 215).
Faire le (la) sucré(e). Affecter un comportement excessivement aimable, doux, réservé. Synon. être tout sucre (tout miel*).Ricaner, chuchoter, ou faire la sucrée, ciller, battre des paupières (...) se tortiller le cou, se dandiner les hanches, et hocher le croupion, comme une bergeronnette, quel est le fils d'Adam qui ne se laisserait prendre aux petites manigances de la fille du serpent? (Rolland, C. Breugnon, 1919, p. 117).
B. − BIOCHIM. [Corresp. à sucre1B 3] Relatif au glucose contenu dans l'organisme. N. Fiessinger, s'est (...) attaché à l'étude de l'exploration fonctionnelle du foie en interrogeant (...) le métabolisme sucré (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 232).
Diabète* sucré. L'histoire du diabète sucré diffère notablement de celle des autres affections endocriniennes (Bariéty, Coury, Hist. méd.1963, p. 760).
Prononc. et Orth.: [sykʀe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1478-80 succrée « (femme) d'une douceur affectée » (G. Coquillart, Le Plaidoié, 545 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 37); ca 1480 faire la succrée ([Id.], Monologue du Puys, 263, ibid., p. 312); 1623 propos sucrez « propos d'une douceur hypocrite » (P. Fr. Garasse, La Doctrine curieuse des beaux-esprits de ce temps, p. 975); 2. 1549 sucré « d'une douceur agréable » (Du Bellay, Vers lyriques, Chant triumphal, 153 ds Œuvres, éd. H. Chamard, t. 3, p. 83: Les vers sucrez du luc melodieux); 3. ca 1350 « rendu doux au goût par adjonction de sucre » (B. N. ms. fr. 2001, 162 voa d'apr. R. Arveiller ds Z. rom. Philol. t. 107, p. 367); 1623 « qui contient du sucre; dont la saveur est sucrée » (J. Auvray, Le banquet des muses, p. 229: Le grand mangeur de poix sucrez); 4. 1895 méd. diabète sucré (Trousseau, Hôtel-Dieu, p. 23). Dér. de sucre1*; suff. *. Fréq. abs. littér.: 519. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 458, b) 857; xxes.: a) 954, b) 782. Bbg. Quem. DDL t. 32.

Trésor de la Langue Française informatisé

SUCRÉ, -ÉE, adj.

A. − [Corresp. à sucre1A 1]
1. Qui renferme du sucre.
a) Qui contient naturellement du sucre. Fruit, jus sucré; plante sucrée. Les fourmis de nos climats, pour la plupart incapables de faire du miel, satisfont au besoin qu'elles en ont en léchant ou trayant une sorte de miellée sur les pucerons (...) qui (...) tirent des liquides sucrés de toutes sortes de plantes (Michelet, Insecte, 1857, p. 261).Cette tige [un morceau d'angélique], quand on y mordait, se rompait en fibres sucrées d'un goût vraiment agréable et plus fin que tout ce que j'avais goûté alors (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 32).
b) Qui a un goût de sucre, qui semble imprégné de sucre. Lèvres sucrées. Les profondeurs d'un cellier où la saveur sucrée des raisins foulés se changeait en odeur de vin (Fromentin, Dominique, 1863, p. 13).La petite lagune douceâtre, salée de mer, sucrée de racines et d'herbe (Colette, Naiss. jour, 1928, p. 27).
c) Additionné de sucre, adouci avec du sucre. Café, lait, vin sucré; eau sucrée; entremets, gâteau, pâtisserie sucré(e); manger, boire sucré. Nab lui faisait de bons petits plats sucrés que le malade dégustait avec sensualité, car, s'il avait un défaut mignon, c'était d'être un tantinet gourmand (Verne, Île myst., 1874, p. 328).Les beignets furent, après quelques essais, prêts à être livrés ponctuellement juteux, dorés et sucrés à ravir (Céline, Voyage, 1932, p. 64).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre
Ce qui est sucré, ensemble d'aliments sucrés. Les demi-teintes ne me vont pasaussi j'aime l'épicé, le poivré ou le sucré, le fondant aussi, mais le délicat point − (Flaub., Souv., 1841, p. 106).Ah, dit-il s'étirant, quand il ne resta plus rien sur la table, je vais faire un petit tour, tout ce sucré m'a donné soif (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 134).
PSYCHOL. ,,Une des quatre saveurs ou sensations gustatives fondamentales`` (Adr.-Legr. 1981). Si la cocaïne abolit toutes les saveurs, elle le fait dans un certain ordre, l'amer d'abord, puis le sucré, et, plus tardivement le salé, et enfin l'acide, de fragilité moindre (Piéron, Sensation, 1945, p. 196).
d) P. anal. Dont l'odeur a l'agrément des saveurs sucrées. Les jardins, d'où montait l'odeur sucrée des haies de chèvrefeuille (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 210).
2. Au fig. [En parlant d'une pers., de ses actes, de son comportement] Qui affecte, manifeste une douceur exagérée, hypocrite. Synon. doucereux, mielleux.Mots, propos sucrés; voix sucrée. Entendu un capucin sucré dont l'unique préoccupation paraît être de plaire aux dames (Bloy, Journal, 1902, p. 96):
...Kervazec me fit un cours mondain sur le péché de gourmandise. Un cours à l'usage d'enfants gâtés, où revenait sans cesse le mot « vilain ». Cette gronderie sucrée m'écœura (...). Folcoche (...) le comprit aussitôt. Elle reprit à son compte, non sans la vinaigrer, cette mièvrerie agaçante: − Allez, vilain! H. Bazin, Vipère, 1948, p. 91.
Empl. subst. Cette sucrée de Foedora t'a trompé. Toutes les femmes sont filles d'Ève (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 186).Vous me ferez cent lignes, vous, le petit sucré là-bas! (Loti, Rom. enf., 1890, p. 215).
Faire le (la) sucré(e). Affecter un comportement excessivement aimable, doux, réservé. Synon. être tout sucre (tout miel*).Ricaner, chuchoter, ou faire la sucrée, ciller, battre des paupières (...) se tortiller le cou, se dandiner les hanches, et hocher le croupion, comme une bergeronnette, quel est le fils d'Adam qui ne se laisserait prendre aux petites manigances de la fille du serpent? (Rolland, C. Breugnon, 1919, p. 117).
B. − BIOCHIM. [Corresp. à sucre1B 3] Relatif au glucose contenu dans l'organisme. N. Fiessinger, s'est (...) attaché à l'étude de l'exploration fonctionnelle du foie en interrogeant (...) le métabolisme sucré (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 232).
Diabète* sucré. L'histoire du diabète sucré diffère notablement de celle des autres affections endocriniennes (Bariéty, Coury, Hist. méd.1963, p. 760).
Prononc. et Orth.: [sykʀe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1478-80 succrée « (femme) d'une douceur affectée » (G. Coquillart, Le Plaidoié, 545 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 37); ca 1480 faire la succrée ([Id.], Monologue du Puys, 263, ibid., p. 312); 1623 propos sucrez « propos d'une douceur hypocrite » (P. Fr. Garasse, La Doctrine curieuse des beaux-esprits de ce temps, p. 975); 2. 1549 sucré « d'une douceur agréable » (Du Bellay, Vers lyriques, Chant triumphal, 153 ds Œuvres, éd. H. Chamard, t. 3, p. 83: Les vers sucrez du luc melodieux); 3. ca 1350 « rendu doux au goût par adjonction de sucre » (B. N. ms. fr. 2001, 162 voa d'apr. R. Arveiller ds Z. rom. Philol. t. 107, p. 367); 1623 « qui contient du sucre; dont la saveur est sucrée » (J. Auvray, Le banquet des muses, p. 229: Le grand mangeur de poix sucrez); 4. 1895 méd. diabète sucré (Trousseau, Hôtel-Dieu, p. 23). Dér. de sucre1*; suff. *. Fréq. abs. littér.: 519. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 458, b) 857; xxes.: a) 954, b) 782. Bbg. Quem. DDL t. 32.

Wiktionnaire

Adjectif

sucré \sy.kʁe\

  1. Qui contient du sucre.
    • En effet, ces aliments sont très riches en calories car ils sont à la fois gras et sucrés : un pain au chocolat ou un croissant vous apportent plus de calories qu’une demi-baguette ; […]. — (Jacques Fricker, Simple comme maigrir, éd. Odile Jacob, 2008)
    • Dans les DOM-TOM, certains aliments, notamment les sodas et les produits laitiers, sont beaucoup plus sucrés que dans l'Hexagone.— (Surdose de sucre dans les DOM-TOM, Le Parisien 27 mars 2013)
  2. Qui a un goût de sucre.
    • Le sucre de raisin que l'on appelle aussi glucose, se rencontre dans les fruits sucrés qui présentent en même temps une saveur acide, comme les raisins, les groseilles, etc. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 120)
  3. (Figuré) Faussement aimable ; doucereux.
    • Un air sucré.
    • Elle fait la ou sa sucrée : Elle affecte un air doucereux, innocent, modeste.
    • « — Fais donc attention ! — Et toi, fais donc pas tant ta sucrée ! on t’a assez remarquée depuis ce matin !» — (Willy [Henry Gauthier-Villars] et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, Le Livre de Poche, 1900, p. 234)

Nom commun

sucré \sy.kʁe\ masculin singulier

  1. Aliment sucré.
    • Celle des musiciens «un peu bourrachos» qui ne veulent pas choisir entre le dîner et le petit déj, le jour et la nuit, le salé et le sucré, le croustillant et le moelleux.— (Guillaume Gendron, Cuisine afro : un goût de blues, Libération, 1er septembre 2017)

Forme de verbe

sucré \sy.kʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de sucrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUCRER. v. tr.
Mettre du sucre dans quelque chose. Sucrer du café. Sucrer des fraises. Un verre d'eau sucrée. Ces confitures sont trop sucrées. Le participe passé

SUCRÉ s'emploie adjectivement et se dit des Fruits, des légumes qui ont un goût de sucre. Ces poires sont sucrées Melons sucrés. Pois sucrés. Il s'emploie figurément et signifie Qui est doucereux. Un air sucré.

SUCRÉE s'emploie comme nom féminin dans cette expression figurée et familière, en parlant d'une Femme : Elle fait la sucrée, Elle affecte un air doucereux, innocent, modeste.

Littré (1872-1877)

SUCRÉ (su-kré, krée) part. passé de sucrer
  • 1Rendu doux avec du sucre. Votre café est sucré. Un verre d'eau sucrée.
  • 2Il se dit des fruits, des légumes qui sont fort doux, qui ont le goût du sucre. Ces fruits sont très sucrés.
  • 3 Par extension, il se dit des personnes qui aiment beaucoup les sucreries. Il partageait dans ce paisible lieu Tous les sirops dont le cher père en Dieu, Grâce aux bienfaits des nonnettes sucrées, Réconfortait ses entrailles sacrées, Gresset, Ver-vert, 1.

    Fig. Une personne sucrée, une personne dont on compare le moral au goût des sucreries, chattemite. Hier je mis chez Cloris en train de discourir Sur le fait des romans Alison la sucrée, La Fontaine, Ball. sur les romans, en 1667. C'est à Minerve et pédante et sucrée Que ces conseils devraient être adressés, Voltaire, Poés. mêlées, 205.

    Faire la sucrée, avoir des manières affectées, jouer la modestie, l'innocence, le scrupule. Faites moins la sucrée et changez de langage, Corneille, le Ment. IV, 9. Elle fait la sucrée et veut passer pour prude, Molière, l'Ét. III, 2. …j'en crois plus encor que vous n'en sauriez dire, Et n'en fais point ici la sucrée avec vous, Th. Corneille, l'Amour à la mode, II, 5. Tu danseras, madame la sucrée, Voltaire, Prude, IV, 5.

    On dit de même : un langage, un air sucré, un langage, un air mielleux, d'une douceur affectée. Cet air pincé de la bouche lui donne un petit air sucré, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 204, dans POUGENS.

  • 4Sucré vert, ou sucrin vert, voy. SUCRIN.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUCRÉ. Ajoutez :
5 S. f. En Touraine, une sucrée de neige, une chute de neige, ainsi dite par assimilation de la neige à du sucre blanc en poudre. Il est tombé une sucrée de neige, A. Theuriet, la Poésie populaire en France et la vie rustique, dans Rev. des Deux-Mondes, 1er mai 1877.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sucré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sucré sykre

Citations contenant le mot « sucré »

  • Le bon miel est plus sucré que le sucre. De Bernardin de Saint-Pierre / Harmonies de la nature
  • Le sucre est omniprésent dans notre alimentation. Les fabricants l'intègrent à environ 80% des aliments emballés vendus dans les supermarchés, qu'ils soient sucrés (sodas, yaourts, céréales, bonbons, etc.) ou salés (pizzas, sauces, soupes, saucissons, etc.), afin de créer une forte addiction car, quand il est absorbé, le produit sucré - faux sucre et édulcorants compris - monte au cerveau et active l'hormone du plaisir, la dopa­mine. , Magazine Lifestyle | Aliments industriels et sucres cachés : les astuces pour les traquer
  • Tout est parti d’une simple question : est-ce que la stévia peut pousser dans nos terres du sud-ouest ? Cette plante originaire d’Amérique du Sud est utilisée comme alternative au sucre traditionnel. Grâce à son goût sucré, elle permet d’agrémenter les plats sans n’apporter aucune calorie. Depuis 2013, Estillac abrite la seule filière de production de stévia française, et biologique. Pour son directeur Philippe Boutie, l’intérêt est de "mettre à disposition des produits pour réduire la consommation de saccharose et donc les maladies liées à l’excès de sucre". ladepeche.fr, Le bon goût sucré de la stévia - ladepeche.fr
  • On le sait : les sodas, les fruits, les biscuits... sont un concentré de sucre. Mais, certains aliments en apparence non sucrés aussi. Démasquez ces sucres cachés ! Topsante.com, Combien de sucres se cachent dans vos aliments préférés ?... - Top Santé
  • Si la pizza, le cheeseburger ou la baguette font notre bonheur, ils sont en réalité beaucoup trop sucrés ! On vous explique tout. Biba Magazine, Quelle quantité de sucre se cache dans les plats que l'on adore manger ?
  • Le matin : troquez la formule jus de fruit, thé sucré, pain blanc-confiture par une formule à indice glycémique (IG) bas : 1 thé ou café nature + 1 à 2  tranches de pain au levain + 1 tranche de jambon blanc + 1 fromage blanc avec un peu de miel d’acacia + 1 c. à soupe de fruits frais. NotreTemps.com, Je reprends ma santé en main: je suis devenu accro au sucre
  • Le meilleur pour la fin (de la semaine) ? Des brunchs sont servis le samedi et le dimanche. Trois formules sont proposées : un brunch sucré à 20€, un brunch salé à 25€ et enfin le « big brunch », un mix des deux pour 30€. , À Lille, Bec à Sucre propose des desserts pour le goûter, et aussi du salé pour le déjeuner | Lille Actu
  • Le rapport d’étude intitulé Global Le maïs sucré Market propose une analyse approfondie de ce marché à travers le monde. L’étude visait à fournir aux acteurs actuels et potentiels de ce marché des informations précises afin de prendre l’avantage sur leurs concurrents. Le rapport le fait en fournissant un résumé comprenant tous les chiffres de marché précieux et en explorant les facteurs favorables qui devraient conduire le taux de croissance du marché, en plus de prendre en compte les facteurs restrictifs. Le rapport met également en évidence les nouvelles tendances du marché mondial. , Facteurs de croissance sur le marché du maïs à sucre 2020 – Pêche Alliance

Images d'illustration du mot « sucré »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sucré »

Langue Traduction
Anglais sugar
Espagnol azúcar
Italien zucchero
Allemand zucker
Chinois
Arabe السكر
Portugais açúcar
Russe сахар
Japonais シュガー
Basque azukre
Corse zuccheru
Source : Google Translate API

Synonymes de « sucré »

Source : synonymes de sucré sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sucré »

Sucré

Retour au sommaire ➦

Partager