La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « suc »

Suc

Variantes Singulier Pluriel
Masculin suc sucs

Définitions de « suc »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUC, subst. masc.

A. −
1. Liquide organique qui imprègne certains tissus végétaux ou animaux.
a) [Chez certains végétaux]
α) Produit nourricier spécifique sécrété par les tissus de certaines espèces végétales. Suc des arbres, des plantes, des herbes; suc aqueux, non aqueux; suc acide; suc gommeux, huileux, mielleux, résineux; abreuvé, baigné, gonflé, gorgé, imprégné, inondé de suc; suc des fleurs. Éva, les sucs, le miel, la sève et les résines Coulent dans le soir clair pour parfumer ton cœur (Noailles, Cœur innombr., 1901, p. 33).La goutte d'ambre qui résume tous les sucs aromatiques de l'arbre (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 225).
En partic. Suc laiteux. Synon. de latex.C'est une gomme-résine qui découle, sous forme de suc laiteux, de la racine incisée du ferula assa fœtida (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 1, 1821, p. 103).
CYTOL. Suc (du tissu) cellulaire, suc vacuolaire. Suc contenu dans les cellules végétales et les vacuoles. Dans les grandes cellules différenciées des végétaux supérieurs, l'existence de vastes vacuoles, remplies de suc cellulaire, est une donnée familière à tous les botanistes (Biol., 1965, p. 145 [Encyclop. de la Pléiade]).Suc nucléaire. Solution colloïdale et protéique contenue dans la membrane nucléaire. Le suc nucléaire, ou nucléoplasma, représente volumétriquement la partie la plus importante du noyau (Policard, Histol. physiol., 1922, p. 16).
β) P. anal. Substance contenue dans le sol (terre, roche) et qu'absorbent les plantes et les arbres par osmose pour se nourrir. Sucs minéraux (synon. sels minéraux), sucs nutritifs. La racine est cet organe principal qui tire de la terre les sucs nourriciers nécessaires à la plante (Baudrillart, Nouv. manuel forest., t. 1, 1808, p. 38).Il m'est également apparu que mon erreur résidait en ce que je cherchais à expliquer l'arbre par les sucs minéraux, le silence par les pierres, la mélancolie par les lignes et la qualité d'âme par le cérémonial, renversant ainsi l'ordre naturel de la création (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 818).
b) Vieilli
α) Substance organique contenue dans la chair de certaines viandes, en particulier les viandes rouges. Suc animal, musculaire; suc de viande (synon. jus de viande). Un Omer astucieux rongeait l'os de veau avec science afin de détacher le vernis de graisse sublimée par la cuisson et collée en suc croustillant le long de la côtelette (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 8).
β) Littér. Venin de certaines espèces animales. Lorsqu'un serpent s'est empoisonné lui-même avec les sucs mortels dont il compose son venin, le reptile (...) s'agite à peine sur la poussière, ses paupières sont à demi fermées (Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p. 174).
γ) Poét. Lait de la mère. L'aimer, mais pour l'aimer étais-je un autre qu'elle? N'étais-je pas nourri du suc de sa mamelle, Éclos de son amour, réchauffé dans son flanc (...)? (Lamart., Jocelyn, 1836, p. 718).
2.
a) Jus comestible contenu en abondance dans certains fruits ou certaines plantes et que l'on recueille facilement, soit par simple pression (fruits), soit en pratiquant une entaille (arbres ou fruit de l'arbre). Exprimer, recueillir le suc (de); suc d'airelle, de citron, de framboise, d'orange. Le suc de la fraise et de l'ananas, liqueurs délicieuses, préparations divines, qui font couler dans les veines une fraîcheur ravissante (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 184).L'érable plein d'un doux suc s'élève dans toute sa grâce, et se joue de son fardeau (Nerval, Sec. Faust, Hélène, 1840, p. 255).
b) PHARMACOL. Solution obtenue par pression, broyage, distillation, fermentation de plantes, d'herbes, de fruits, pour en exprimer le jus en vue d'un usage thérapeutique. Suc d'herbes, de pavot; suc antiscorbutique, dépuratif, diurétique, purgatif. On pourra employer quelques astringens les plus doux, comme les sucs d'ortie, de bugle, de sanicle, de pâquerette et autres plantes légèrement vulnéraires et astringentes (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 351).
3. PHYSIOL. Liquide sécrété par certaines muqueuses. Une sanguification entravée par l'abondance des sucs muqueux, telles sont les premières données d'un tempérament flegmatique (Stendhal, Hist. peint. Ital., t. 2, 1817, p. 50).
Sucs digestifs. Ensemble des substances sécrétées par certains organes sous l'influence d'enzymes, dont le rôle est de faciliter la digestion. Les aliments soumis à l'action des sucs digestifs subissent une transformation chimique. Grâce aux sucs digestifs ils sont décomposés au cours de réactions chimiques (Camefort, Gama, Sc. nat., 1960, p. 124).Suc gastrique. Liquide très acide sécrété par la muqueuse stomacale et dont l'enzyme spécifique, la pepsine, favorise les réactions chimiques de la digestion. Les aliments sont traités successivement par la salive, par le suc gastrique, par les sécrétions du pancréas, du foie, et de la muqueuse intestinale (Carrel, L'Homme, 1935, p. 99).Suc pancréatique. V. ce mot B.Suc duodénal. Suc sécrété par les glandes de la muqueuse duodénale. [Bénard] a noté (...) les variations pathologiques des pigments et de la cholestérine dans le suc duodénal (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 233).Suc intestinal. Suc élaboré dans l'intestin et complétant la digestion pancréatique. Au point de vue de la digestion comparée, le seul liquide fondamental paraît être le suc intestinal (mélange de bile et de suc pancréatique et de graisse) (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 41).Suc d'appétit. Synon. de salive.La vue de l'aliment aimé, le désir de le manger suffisent (...) à provoquer la sécrétion du suc d'appétit, dit suc psychique (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 203).
B. − P. métaph. ou au fig., littér. Ce qu'il y a d'essentiel, de meilleur, de plus substantiel dans une chose, une personne. Synon. moelle, nectar, quintessence, sève.Le suc de l'Évangile, des mots; exprimer, extraire le suc de qqn/qqc.; puiser son suc dans, être nourri du suc de. Je sens devant ces tableaux [de Rubens] ce mouvement intérieur, ce frisson (...) toujours le suc, la moëlle du sujet avec une exécution qui semble n'avoir rien coûté! (Delacroix, Journal, 1857, p. 119):
... si la résistance et le refus répondent à ce don total où l'être entier s'est engagé et a compromis déjà ses équilibres organiques, psychiques et sociaux, alors tout le miel de la promesse de délices extrêmes, tout le suc d'espérance d'amour dont les puissances surexcitaient la vitalité profonde, tourne en poison d'une violence incomparable. Valéry, Variété V, 1944, p. 194.
Prononc. et Orth.: [syk]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1488 « liquide substantiel répandu à l'intérieur d'un corps organique » (La Mer des Histoires, I, 158c, éd. 1491 ds Rom. Forsch. t. 32, p. 167); b) 1687 méd. anc. suc nerveux (B. Prost, Notes et doc. pour servir à l'histoire de la médecine en Franche Comté, p. 100); c) 1694 (Ac.: le suc acide qui est dans l'estomac sert à la digestion); 2. av. 1573 fig. suc proffitable (Jodelle, Œuvres, éd. Lemerre, t. 2, p. 299). Empr. au lat.sucus, succus « suc, sève, liquide substantiel (appliqué à l'homme ou aux végétaux) » et « goût, saveur », « force, bonne santé, vigueur ». Fréq. abs. littér.: 557. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 235, b) 841; xxes.: a) 409, b) 616. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 288. − Quem. DDL t. 33 (s.v. suc nerveux). − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 235.

Wiktionnaire

Nom commun - français

suc \syk\ masculin

  1. Liquide organique animal.
    • L'extrait stomacal est capable d'hydrolyser la lactoglobuline dénaturée, mais non la forme native. La pepstatin-A, inhibiteur spécifique de la pepsine, inhibe, complètement, les effets du suc gastrique, […]. — (Pierre Jouan, Lactoprotéines et lactopeptides: propriétés biologiques, 2002, page 33)
    • Le suc pancréatique.
    1. (Cuisine) (Vieilli) Jus de la viande.
      • Il y a beaucoup de suc dans cette viande.
      • Un suc nourrissant.
  2. Liquide organique végétal.
    • Le suc d’oignons de lis étoit tenace, gluant; il fallut pour en avoir un peu, le ramasser avec un couteau : il étoit couleur de café au lait; […]. — (Jean-Étienne Guettard, Mémoires sur différentes parties des sciences et arts, Paris : Laurent Prault, 1770, tome 2, page L)
    1. (En particulier) Sève ; latex.
      • Le suc d'une certaine plante appelée par les Caraïbes touloula, et par les Français herbes aux flèches, est, dit-on, le seul remède contre les plaies faites par les flèches empoisonnées avec le suc de mancenilier. — (R. P. Jean-Baptiste Labat, Voyages aux iles françaises de l'Amérique, nouvelle édition d'après celle de 1722, Paris : chez Lefebvre & chez A.-J. Ducollet, 1831, page 75)
  3. Liquide nourricier qui se trouve dans la terre.
    • À travers le froid qui venait, les premières gelées, les menaces de neige, l’on retardait pourtant et l’on remettait de jour en jour la moisson, pour permettre au pauvre grain de dérober encore un peu de force aux sucs de la terre et au tiède soleil. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • On avait cueilli autour de l'église et dans le cimetière. Maigrement fruités les arbres donnèrent moins d'une demi-hottée chacun ; mais quelle graine ! Nourrie du suc des Trépassés, ronde comme une prunelle. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les plantes absorbent les sucs de la terre.
  4. (Figuré) Quintessence, ce qu’il y a de substantiel dans une chose.
    • Il a bien profité de la lecture de ce livre, il en a tiré, il en a pris tout le suc.
  5. (Toponymie) (Velay) (Vivarais) Ancien volcan dont il ne reste que le dôme de lave ou un piton relativement isolé.
    • Le suc de Sara est un sommet d'origine volcanique culminant à 1 521 m d'altitude. Il possède une forme de piton (suc). — (Article Wikipédia Suc de Sara)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUC. n. m.
Liquide qui s'exprime de la viande, des plantes, des fruits, etc., et qui contient ce qu'elles ont de plus substantiel. Le suc de ce fruit est acide. Le suc de l'absinthe est amer. Tirer, exprimer le suc d'une herbe. Il y a beaucoup de suc dans cette viande. Un suc nourrissant. Il se dit aussi de Certains liquides qui se trouvent dans le corps des animaux ou dans la terre. Le suc gastrique. Le suc pancréatique. Les plantes absorbent les sucs de la terre. Il se dit figurément de Ce qu'il y a de bon, de substantiel dans une chose. Il a bien profité de la lecture de ce livre, il en a tiré, il en a pris tout le suc.

Littré (1872-1877)

SUC (suk) s. m.
  • 1Il se dit de certaines liqueurs qui se trouvent dans les végétaux et dans la viande. Les nerfs de la langue seront touchés et ébranlés par le suc exprimé des viandes, Bossuet, Connaiss. III, 6. Leurs flèches sont trempées dans le suc de certaines herbes venimeuses, Fénelon, Tél. x. De ces observations, M. de la Baisse conclut qu'il y a dans les plantes un suc ascendant et descendant ; un suc qui s'élève de la racine à l'extrémité supérieure de la tige, et qui descend de l'extrémité supérieure de la tige vers les racines, par les fibres de l'écorce, Bonnet, Us. feuilles, 5e mém. La mauve, le dictame ont, avec les pavots, Mêlé leurs sucs puissants qui donnent le repos, Chénier, Idylles, le Malade. Où, sur un mol amas de coussins fastueux, Le superbe Ottoman, triste et voluptueux, Enivré de ces sucs dont la vertu l'inspire, De ses rêves charmants entretient le délire, Delille, l'Imag. IV. On peut ranger à la suite de la séve et regarder même comme espèce de ce liquide ce qu'on nomme le suc des plantes, et qu'on extrait soit pour l'usage médicinal, soit comme matière utile aux arts, Fourcroy, Conn. chim. t. VII, p. 134.

    Fig. Engraisse-toi, mon fils, du suc des malheureux, Boileau, Sat. VIII. La liberté est un aliment de bon suc, mais de forte digestion, Rousseau, Gouvern. de Pol. 6.

    Suc d'herbes, vulgairement jus d'herbes, nom des sucs obtenus en pilant, dans un mortier de marbre, parties égales de feuilles fraîches de chicorée, de fumeterre, de bourrache et de cerfeuil.

    Sucs épaissis, sucs de plantes qu'on a soumis à l'évaporation par le feu.

    Suc de réglisse, voy. RÉGLISSE (JUS).

    Dans les sucreries, jus qui s'exprime de la betterave, et qui contient le sucre cristallisable.

  • 2Il se dit de certaines liqueurs qui se trouvent dans le corps des animaux et dans la terre. Par cette immense quantité d'eaux que Dieu amena sur la terre, et par le long séjour qu'elles y firent, les sucs qu'elle enfermait furent altérés, Bossuet, Hist. II, 1. L'arbre qui ne tire presque plus de suc de la terre, peut-il tarder de sécher et d'être jeté au feu ? Massillon, Carême, Tiéd. 2. Squelettes humains découverts à la Guadeloupe dans une roche formée de parcelles de madrépores rejetées par la mer et unies par un suc calcaire, Cuvier, Révol. p. 140.

    Terme de physiologie. Suc gastrique, liquide acide sécrété par la membrane muqueuse de l'estomac, et jouant dans la chymification le rôle de dissolvant.

    Suc pancréatique, liquide sécrété par le pancréas et servant à la digestion des substances grasses.

  • 3 Fig. Ce qu'il y a de substantiel dans un livre, dans une doctrine. Il a bien profité de la lecture de ce livre, il en a tiré tout le suc. L'esprit doit sur le corps prendre le pas devant ; Et notre plus grand soin, notre première instance Doit être à le nourrir du suc de la science, Molière, F. sav. II, 7. D'où venait au P. Bourgoing cette force d'éloquence ? c'est qu'il était plein de la doctrine céleste, c'est qu'il s'était nourri et rassasié du meilleur suc du christianisme, Bossuet, Bourgoing. Tantôt elle cultivait son esprit par la lecture des histories édifiantes, et nourrissait sa piété du suc et de la substance des saintes Écritures, Fléchier, Dauphine.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUC, on donne le nom de suc à tous les fluides ou humeurs du corps animal, ou du moins à la plus grande partie. Voyez Fluide, Humeur & Corps.

Le suc nerveux est une liqueur qui, suivant quelques médecins, se trouve dans les nerfs, d’où elle a tiré son nom.

Gliffon, Wharton & Willis sont les premiers qui ayent parlé du suc nerveux. Ils croient qu’il sert de véhicule aux esprits animaux, dont il empêche la trop grande dissipation, & que les parties du corps en sont nourries. Mais la plûpart des médecins modernes nient l’existence de ce suc. Voyez Nerf, Esprit &c.

Suc pancréatique, est une liqueur qui se sépare dans les glandes du pancréas. Voyez Pancréas & Pancréatique.

Suc gastrique, est une humeur ainsi nommée à cause qu’elle se sépare dans l’estomac ou ventricule, elle sert à la digestion.

Suc nourricier, est la matiere & l’étoffe de nos parties, il est différent, selon la qualité, la sécheresse des fibres & des humeurs. Dans les goutteux, il est goutteux ; dans les écrouelleux, il est écrouelleux ; dans les vérolés, il est vérolique ; dans les scorbutiques, il est scorbutique ; dans les galeux & dartreux, il est empreint d’un virus analogue à ces maladies : cela posé.

C’est la dépravation des sucs qui produit la cacochimie, la consomption & toutes les maladies lentes ; il n’y a pas de remede dans aucun des vices qui en proviennent sans changer auparavant la qualité vicieuse du suc nourricier. Et comme celle-ci est occasionnée par l’acrimonie de la lymphe, le vice des digestions de l’hématose & des secrétions, il faut, avant toutes choses, penser à remédier à toutes ces causes, ainsi la cure thérapeutique de la dépravation du suc nourricier consiste à changer les fonctions naturelles, animales & vitales, s’il est possible.

Suc, en Pharmacie, est une préparation faite avec des végétaux.

Le suc est une liqueur qu’on tire des végétaux par incision ou par expression ; on en tire aussi des animaux, mais on leur donne d’autres noms.

Le suc qui se tire par incision est meilleur que celui qu’on retire par expression, parce que la presse fait couler beaucoup de parties terrestres avec la liqueur.

Pour avoir cette espece de sucs, on fait des taillades à la plante ou à la racine ; il sort peu-à-peu par ces ouvertures une humeur qu’on fait évaporer au soleil, ou à une chaleur très-lente : c’est de cette maniere qu’on prépare l’aloës succotrin & le sang-dragon.

Les sucs se tirent par expression en pilant la plante, les feuilles ou la racine dans un mortier ; & l’exprimant fortement, il en sort un liqueur qu’on peut faire épaissir par la chaleur du soleil, ou par le feu : c’est ainsi que l’on prépare l’aloës caballin, le méconium, que nous appellons opium, l’acacia, l’hypocisse, l’elaterium.

On tire d’avantage de suc de la plante, si, avant que de l’exprimer, on la laisse en digestion pendant quelques heures.

Plusieurs plantes sont naturellement si peu succulentes, qu’on doit les arroser de quelques liqueur appropriée lorsqu’on veut en tirer le suc : telles sont la petite centaurée, la verge d’or, l’armoise, l’euphraise & plusieurs racines.

Lorsqu’on veut garder les sucs en liqueur, on les dépure, soit en les faisant bouillir, soit en les coulant, soit en les laissant reposer un jour ou deux au soleil, & en les séparant ensuite de leur sédiment, on en remplira des bouteilles, on y ajoutera de l’huile d’amandes douces à la hauteur de deux doigts, cela empêche l’action de l’air qui y occasionneroit la fermentation & la corruption.

Sucs arsénicaux, (Chimie.) les sucs arsénicaux, ou substances arsénicales, forment trois classes, qui sont l’orpiment, le réalgar, & l’arsenic proprement dit. Voyez ces trois mots.

Ces sortes de substances ont beaucoup d’affinité avec le soufre, aussi bien qu’avec les métaux. Elles conviennent avec le soufre, en ce qu’elles se dissolvent dans les huiles, qu’elles brûlent, s’enflamment, & que pendant ce tems, elles répandent une odeur de soufre plus forte, & souvent nuisible ; de plus, elles s’élevent entierement par la chaleur du feu en une légere fumée, ou comme les Chimistes l’appellent, en une fleur volatile, sans qu’il reste rien ou très-peu de matiere métallique. Elles participent des métaux, & sur-tout du mercure, puisqu’elles en ont l’éclat, ou qu’elles le reçoivent facilement ; qu’elles laissent souvent après l’évaporation un peu de métal, & que leurs exhalaisons blanchissent le cuivre, comme le font celles du mercure. (D. J.)

Sucs bitumineux, (Chimie.) Les Chimistes appellent sucs bitumineux, des corps minéraux inflammables, qui se dissolvent, & se mêlent dans l’huile ; on divise les sucs bitumineux, en bitumes proprement dits, qui sont liquides ou concrets, en soufre & en arsenic. Voyez Bitume, Soufre, Arsenic & Sucs arsénicaux. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « suc »

Picard, chuc ; prov. suc ; espag. suco ; portug. succo, sugo ; ital. succo ; du lat. succus, ou plutôt sucus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin sucus ou succus (« suc, sève »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suc »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suc syk

Citations contenant le mot « suc »

  • Quand une fois on a goûté au suc des mots, l'esprit ne peut plus s'en passer. On y boit la pensée. De Joseph Joubert / Pensées , 
  • Quand tu as bien sucé la cerise, ne regrette pas le noyau. De Proverbe provençal , 
  • Pourquoi s'embêter à faire cuire les plateaux-télé ? Je les suce congelés. De Woody Allen , 
  • Le léopard ne salue pas la gazelle, si ce n'est pour sucer son sang. De Proverbe araméen / Pensées d'Ahiqar , 
  • Une fois cuite, l’écrevisse se fout éperdument de savoir qui lui suce la queue. De José Artur , 
  • Prendre le taureau par les cornes est plus correct que de tirer le diable par la queue, mais plus fatigant que de sucer un esquimau. De José Artur , 
  • Les bonbons devraient avoir un noyau pour que l’on puisse les sucer plus longtemps. De Ylipe / Textes sans paroles , 
  • Pour lutter contre le mal de mer, sucez une noix de muscade (sans l'avaler, c'est toxique). Si vous n'avez pas de noix de muscade, allez-y en bicyclette. De Pierre Desproges / L’almanach , 
  • Je voulais vivre intensement et sucer la moelle de la vie. Et ne pas, quand je viendrai à mourir, découvrir que je n'aurai pas vécu. De Henry David Thoreau , 
  • "Durant le confinement, on n’a pas pu sortir, alors c’est bien de sortir avec les copains et les copines", résume une petite fille. Depuis lundi, une soixantaine d’enfants expérimentent le dispositif vacances apprenantes à l’école Cazalé de Pamiers. Un dispositif mis en place très rapidement et qui a obtenu un grand succès auprès des parents d’élèves. Un résultat lié à l’histoire particulière de cette école, où sont scolarisés les enfants de la Gloriette et du Foulon. Depuis plus d’une dizaine années, de nombreuses actions (orchestre à l’école, etc.) ont été mises en place et les enseignants travaillent avec les parents. Comme le rappelle la directrice : "les parents apaisés font des enfants sécurisés". ladepeche.fr, La "colo’" à Suc et Sentenac, ces vacances où l’on apprend - ladepeche.fr
  • @BronzeBomber I’m coming for you sucker! pic.twitter.com/n3mQKRnnah CNEWS, Vidéo : «J’arrive suc***», Tyson Fury provoque encore Deontay Wilder | CNEWS
  • Suc et gel n’ont pas vraiment les mêmes propriétés. Tandis que le gel contient des substances intéressantes en cosmétique et en alimentation, le suc renferme un composé très irritant pour la peau et les intestins, l’aloïne. En 2013, des travaux menés chez le rat ont montré que le suc pouvait être considéré comme un agent responsable de cancer du gros intestin. Par ailleurs, les effets bénéfiques du gel d’Aloe vera semblent parfois très exagérés. Aucune étude scientifique n’a par exemple confirmé l’intérêt du gel en application ponctuelle sur la peau. Santé sur le net, Aloe vera, une plante merveilleuse ou redoutable et à risques ?
  • Quand une fois on a goûté au suc des mots, l'esprit ne peut plus s'en passer. On y boit la pensée. De Joseph Joubert / Pensées , 
  • Quand tu as bien sucé la cerise, ne regrette pas le noyau. De Proverbe provençal , 
  • Pourquoi s'embêter à faire cuire les plateaux-télé ? Je les suce congelés. De Woody Allen , 
  • Le léopard ne salue pas la gazelle, si ce n'est pour sucer son sang. De Proverbe araméen / Pensées d'Ahiqar , 
  • Une fois cuite, l’écrevisse se fout éperdument de savoir qui lui suce la queue. De José Artur , 

Images d'illustration du mot « suc »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suc »

Langue Traduction
Anglais juice
Espagnol jugo
Italien succo
Allemand saft
Chinois 果汁
Arabe عصير
Portugais suco
Russe сок
Japonais ジュース
Basque zukua
Corse sucu
Source : Google Translate API

Synonymes de « suc »

Source : synonymes de suc sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot suc au Scrabble ?

Nombre de points du mot suc au scrabble : 5 points

Suc

Retour au sommaire ➦

Partager