La langue française

Stipendier

Sommaire

  • Définitions du mot stipendier
  • Étymologie de « stipendier »
  • Phonétique de « stipendier »
  • Citations contenant le mot « stipendier »
  • Traductions du mot « stipendier »
  • Synonymes de « stipendier »

Définitions du mot stipendier

Trésor de la Langue Française informatisé

STIPENDIER, verbe trans.

A. − Vieilli ou littér. Avoir à sa solde; payer quelqu'un pour accomplir une tâche. Stipendier des troupes. Qu'est-ce que cela fait à la claque que le public en soit ennuyé? Il la supporte, la stipendie et se persuade qu'elle est nécessaire, « au moins pour les comédiens » (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 84).Stipendiez des missionnaires pour prêcher des missions dans tous les villages (Renan, Avenir sc., 1890, p. 332).
B. − Littér., souvent péj. Payer quelqu'un pour accomplir une basse besogne. Stipendier des bandits. Les républicains accusaient la perfide Albion de stipendier la croisade contre-révolutionnaire pour satisfaire, en toute sûreté, son égoïste avidité (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 512).
Au passif. [P. méton. du suj.] Des chaires ont été créées, des récompenses proposées et décernées, des sophistes gagés, des journaux stipendiés, la justice corrompue, la religion invoquée (Proudhon, Syst. contrad. écon., t. 2, 1846, p. 12).
Prononc. et Orth.: [stipɑ ̃dje], (il) stipendie [-di]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. a) 1460 part. passé subst. « celui qui est à la solde de quelqu'un, qui touche un salaire » (Guillaume Coquillart [père], trad. Flavius Josèphe, Bellum judaicum ds G. Coquillart, Œuvres, éd. Ch. d'Héricault, t. 2, p. 320); 1790 empl. péj. (Marat, Pamphlets, Dénonc. Necker, p. 82: de pauvres bourgeois qu'une poignée de stipendiés mettait en fuite); b) 1479 en fonction verbale « payer, donner une solde, un salaire » (Ordonnances des rois de France, t. 18, éd. Pastoret, Paris, 1828, p. 538); 1812 péj. (Mozin-Biber: ces brigands sont stipendiés). Empr. au lat.stipendiari « toucher une solde », stipendiatus « qui est à la solde », le sens actif du verbe « prendre à sa solde » étant refait d'après celui du part. passé.

Wiktionnaire

Verbe

stipendier \sti.pɑ̃.dje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Avoir quelqu’un à sa solde.
    • Stipendier des troupes.
  2. (En particulier) Employer (des gens) à l’exécution de mauvais desseins.
    • Stipendier des bandits.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STIPENDIER. v. tr.
Avoir quelqu'un à sa solde. Stipendier des troupes. Il ne se dit plus guère qu'en parlant de Gens qu'on veut employer à l'exécution de mauvais desseins. Stipendier des bandits. Le participe passé

STIPENDIÉ s'emploie adjectivement. Des gens stipendiés. Substantivement, De vils stipendiés.

Littré (1872-1877)

STIPENDIER (sti-pan-di-é) v. a.
  • je stipendiais, nous stipendiions, vous stipendiiez ; que je stipendie, que nous stipendiions, que vous stipendiiez. Avoir à sa solde. Les alliés faisaient le grand nombre des troupes dans les deux républiques [Athènes et Sparte], et ils étaient stipendiés par les villes qui les envoyaient, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 562, dans POUGENS.

    Il ne se dit plus guère qu'en mauvaise part. Stipendier des assassins.

HISTORIQUE

XVIe s. Il n'y a cité, ville, bourgade ni chasteau, qui n'ait fait provision d'armes et autres munitions de guerre, nourry et stipendié plusieurs soldats, avec grands cousts de deniers, Froumenteau, Finances, liv. III, p. 386.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « stipendier »

Lat. stipendiari, de stipendium, qui vient de stips, petite monnaie (voy. STIPE 3), et pendere, payer : stipendium est pour stipipendium. On a attribué stipendier à Mirabeau ; mais, comme on voit, il est bien plus ancien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin stipendiari (« toucher une solde »), de stipendium.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « stipendier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
stipendier stipɑ̃dje

Citations contenant le mot « stipendier »

  • Ils ont un timbre étrange, une prononciation loufoque. Ainsi, leur emploi est rare. Quel dommage! N’y a-t-il plus exact que l’adjectif «oblatif» pour décrire une personne qui «satisfait les désirs des autres au détriment des siens»? Ou le charmant verbe «stipendier» qui signifie «donner de l’argent à quelqu’un en échange d’un petit service déplaisant»? Le Figaro.fr, Si vous reconnaissez ces mots improbables, vous êtes un amoureux de langue française
  • Mais Jean Rémy Yama n’est pas seulement contesté en raison de son maigre bilan. Le président de DU est régulièrement critiqué pour confondre action syndicale et militantisme politique. L’homme est d’ailleurs très proche de Jean Ping, qui est soupçonné de le stipendier. M. Yama est aussi pointé du doigt pour ses déclarations à l’emporte-pièce qui s’assimilent bien souvent à des fausses nouvelles. En juillet dernier, il n’avait pas hésité à déclarer sans rire : « Ali Bongo est mort ». Quelque six mois plus tard, le président gabonais est fermement aux commandes du pays. La Libreville, Gabon : Suite à la réélection de Jean Rémy Yama, des voix s'élèvent pour critiquer la « monarchisation » de Dynamique Unitaire - La Libreville
  • Il n’est pas question ici de stipendier les plus riches et de prêcher pour une redistribution plus large qui nivellerait les avoirs des plus nantis au profit des plus défavorisés. C’est une problématique politique qui se règle par l’élection, il me semble, et des choix sont faits de manière régulière et démocratique. Mais il existe une approche chrétienne de cette question, une approche spirituelle même qui transcende les religions ; l’aumône, l’attention portée aux plus pauvres est l’un des fondements des trois monothéismes, et être sensible au sujet du plus mal loti que soi relève d’une promesse personnelle et éthique pour qui se réclame de l’Amour universel. La Croix, Un vœu pour la classe moyenne
  • Dans les années 80, la crise économique aidant, le racisme anti-immigrés devient le carburant du Front National. Aux cantonales de 1982, aux municipales de 1983, le parti de Le Pen commence à tutoyer dans certains territoires des scores à deux chiffres qui font céder une partie de la droite républicaine à la tentation de s’allier avec lui, notamment à Dreux. Aux européennes de 1984, le FN obtient 11% des suffrages et le leader frontiste accède davantage aux médias où il vient régulièrement écumer contre les immigrés ou les homosexuels « sidaïques », pour le rétablissement de la peine de mort. La suite n’est qu’une succession de résultats électoraux encourageants pour l’extrême droite, aux élections régionales et aux élections législatives de 1986, le scrutin proportionnel départemental à un seul tour lui permettant de former un groupe de 35 députés. Aux régionales de 1998, il parvient avec ses voix à stipendier un certain nombre d’élus, venus essentiellement de l’UDF, et qui ont scellé leur réélection dans un pacte politique qui les discréditera durablement.  Licra - Antiraciste depuis 1927, 1, jour, 1 combat. 5 mai 2002 : Le Pen : un « non » franc et massif | Licra - Antiraciste depuis 1927

Traductions du mot « stipendier »

Langue Traduction
Anglais stipendier
Espagnol estipendio
Italien stipendier
Allemand stipendiat
Chinois tip
Arabe الراتب
Portugais estipêndio
Russe stipendier
Japonais 給付金
Basque stipendier
Corse stipendier
Source : Google Translate API

Synonymes de « stipendier »

Source : synonymes de stipendier sur lebonsynonyme.fr
Partager