Soude : définition de soude

chevron_left
chevron_right

Soude : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SOUDE, subst. fém.

A. − Plante de la famille des Salsolacées, poussant le long des rivages marins des pays tempérés, dont les cendres sont riches en carbonate de sodium. Le kali est une espèce de soude (Ac.).Des langues de sable avec des touffes de soude (Goncourt,Man. Salomon, 1867, p. 396).
Cendre de soude. Cendre de cette plante utilisée pour laver le linge. Et ce ne sera pas dans leurs cendres de soude que nous irons laver nos pâles jalousies (Péguy,Éve, 1913, p. 898).
Soude de varech. Cendre de varech riche en carbonate de sodium et en iode. (Dict. xixeet xxes.).
B. − CHIM. Carbonate ou hydroxyde de sodium. Fabrication, préparation de la soude; solution de soude.
1. Soude (du commerce)/soude (Solvay). Carbonate de sodium (Na2CO3); substance riche en carbonate de sodium. Synon. vx. alcali.Les soudes commerciales sont des carbonates de soude plus ou moins impurs (Ch. Durand,Industr. minér. Lorr., 1893, p. 35).Ma robe blanche (...) souillée d'une telle souillure Que ni la soude, ni l'herbe à foulon, ne suffiront à l'effacer (Claudel,J. d'Arc, 1939, ii, p. 1202).
Cristaux de soude. V. cristal.Marc de soude. V. marc2.
2. Soude (caustique). Hydroxyde de sodium (Na OH). La soude caustique avec laquelle on débouche les lavabos (Quillet Méd.1965, p. 136).De la liqueur de Fehling, versée dans le second prélèvement neutralisé par de la soude, fait apparaître, après chauffage, un précipité rouge brique indiquant la formation d'un sucre réducteur (Camefort, Gama,Sc. nat., 1960, p. 126).V. alumine ex. 2, électrolytique B ex. de Ch. Durand.
Lessive* de soude.
C. − CHIM. ANC., AGRIC., PHARM. Synon. de sodium.Borate, chlorate, citrate, muriate, nitrate, phosphate, silicate de soude. Préparer (...) le sulfate de soude pour la consommation véritable (Duhamel,Maîtres, 1937, p. 48).V. arséniate ex. 1, carbonate ex. et hyposulfite ex. de Prinet.
Bicarbonate* de soude.
Prononc. et Orth.: [sud]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1527 soulde « substance alcaline obtenue en brûlant certaines plantes marines » (Déclaration, 20 sept. ds Littré: soulde à faire verres); 1544 soudre (Péage de Carcassonne ds Du Cange, s.v. sodanum: pegue, soudre [...] ne paie droit de leude); 1640 soute (Oudin Ital.-Fr.: soda, de la soute); 1642 soude (Oudin Fr.-Ital.); 2. 1793 soude du commerce (Vauquelin ds Ann. chim., t. 18, p. 76); [1806 soude artificielle « carbonate de sodium obtenu par divers procédés industriels » (s. réf. ds Rob.)] 1838 soude artificielle (Brard); 3. 1787 soude caustique (Guyton de Morveau, Méthode d'une nomencl. chim., Paris, Cruchet, p. 223). B. 1542 bot. sode (Gesner, Catalogus plantarum, f o16 r o: De la sode, salicot); 1578 soulde (B. de Vigenère, Les Images ou tableaux de platte peinture des deux Philostrate, f o240 r o: une herbe appellee Soulde ou Salicor); 1587 soude (J. Molinaeus, Historia generalis plantarum d'apr. Roll. Flore t. 9, p. 165). Empr. à l'ital.soda « soude » (bot.) (xive-xves. d'apr. A. Steiger et J. J. Hess ds Vox rom. t. 2 1937, p. 57), et celui-ci à l'ar. suwwād, même sens (Id., ibid., pp. 53-76). Cf. l'a. prov. solda (1397, Gabelle d'Avignon, éd. P. Pansier ds Ann. d'Avignon, 1926, p. 53: solda per far veyre). Fréq. abs. littér.: 101. Bbg. Quem. DDL t. 3, 21. − Steiger (A.), Hess (J.J.). Soda. Vox. rom. 1937, t. 2, pp. 53-76.

Soude : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

soude \sud\ féminin

  1. (Chimie) Oxyde de sodium hydraté, de formule NaOH.
    • Plantes utiles à l’industrie, car elles donnent une soude excellente par l’incinération et le lavage de leurs cendres.  — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
    • Chaque lame, en déferlant sur le rivage, laisse sa trace en une ligne ondulée de végétations marines, goémon ou varech. […] On les recueille par lourdes gerbes et on les amoncelle sur la côte en meules sombres, violacées, gardant toutes les teintes du flot, avec des irisements bizarres de poisson qui meurt ou de plante qui se fane. Quand la meule est sèche, on la brûle et on en tire de la soude. — (Alphonse Daudet, La moisson au bord de la mer, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 215.)
    • Pour obtenir une attaque rapide de la cellulose, il est nécessaire de la transformer en hydrocellulose par un mercerisage préalable dans la soude caustique. — (Francis J.G. Beltzer, Les soies artificielles, dans La Revue scientifique, 2e sem. 1910)
    • Pour fabriquer le savon proprement dit utilisé dans la toilette et en blanchisserie, on traite une huile ou une graisse par la soude ou la potasse. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, 1924, page 157)
  2. (Chimie) (Vieilli) Le sodium (Na) lui-même.
    • On a employé aussi comme bain oxydant des phosphates de potasse, de soude, de chaux ou d'alumine en proportion variable. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  3. Carbonate neutre de sodium, de formule Na2CO3.
    • Soude du commerce.
    • Cristaux de soude.

Nom commun 2

soude \sud\ féminin

  1. (Botanique) Une des espèces de plantes halophiles qui croissent en bord de mer et dont les cendres fournissent du carbonate de sodium.
    • Le kali est une espèce de soude.
  2. (Botanique) Synonyme de soude brûlée (espèce de plantes).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Soude : définition du Littré (1872-1877)

SOUDE (sou-d') s. f.
  • 1Genre de la famille des salsolées, où l'on distingue la soude commune, dite vulgairement soude, salsola soda, L. dont les cendres fournissent un sel alcali.
  • 2Plus souvent, le sel alcali, dit aussi alcali minéral, qu'on tire de cette plante et aussi des varecs (en chimie, oxyde de sodium). La soude est employée dans la fabrication du verre et du savon. Hierne découvrit la soude, qu'on nommait nitre, en 1682 ; Hoffmann et Boulduc ont confirmé cette découverte, Fourcroy, Connaiss. chim. t. IV, p. 292. La plus estimée est celle d'Espagne ; elle est connue sous les noms de soude d'Alicante, de Carthagène, de Malaga ; on l'extrait de plusieurs plantes, mais particulièrement de la barille, que l'on cultive avec soin sur les côtes d'Espagne, Thenard, Traité de chim. t. II, p. 375.

    Soude de Normandie, celle qu'on obtient par l'incinération des varecs.

    Soude caustique, celle qui entre dans les savons, dans les lessives.

    Soude pure, celle que l'on obtient en traitant la soude du commerce par la chaux vive, puis par l'alcool. La soude pure sert de réactif dans les laboratoires.

REMARQUE

On a écrit soultes. Pour le regard des soultes que l'on employe, qui est une cendre nouvellement en usage pour les lessives, et qui tient lieu de cendres ordinaires, Arrêt du Conseil d'État, 31 août 1634.

HISTORIQUE

XVIe s. Soulde à faire verres, Décl. 20 sept. 1527. Pegue [poix], soudre, Du Cange, sodanum.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Soude : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOUDE, ou Sel de soude, (Chimie & Médec.) on appelle soude le sel lixiviel, ou les cendres de plusieurs plantes qui contiennent du sel marin, & qui croissent pour la plûpart sur les côtes maritimes des pays chauds, quoique on en trouve quelques-unes au milieu des terres, comme le kali geniculatum que Henkel a cueilli en Saxe. Les botanistes n’ont éclairé jusqu’à présent qu’imparfaitement cette partie, & nous trouvons si peu d’ordre & de clarté dans les noms & les descriptions qu’ils donnent des plantes dont on a coutume de tirer la soude, que nous n’osons en présenter un tableau complet ; on les a presque toutes confondues sous le nom de kali, tandis que plusieurs sont de différens genres. M. de Jussieu, mémoires de l’académie 1717, nomme kali d’Espagne annuel couché sur terre, à feuilles courtes, & de sedum, celui dont on retire principalement à Alicant la soude dite de barille. On prépare la soude dans plusieurs autres contrées. Les marchands distinguent ces différentes soudes par le nom que la plante dont on les tire a dans chaque endroit. Ainsi ils appellent la soude préparée à Cherbourg, soude de varech ; ainsi ils divisent celle d’Alicant en soude de barille & soude de bourdine. C’est du kali geniculatum de Caspard Bauhin, du kali majus cochleato semine, & du salsola sativa du même auteur, qu’on retire les soudes communes. Pour y parvenir, voici la méthode qu’on suit dans tous les pays où le travail s’exécute en grand, en Egypte, près d’Alexandrie, à Carthagene, à Alicant, à Cherbourg, & en d’autres endroits.

On cueille cette plante qui a crû sans art, ou qu’on a semée pour la multiplier ; on la coupe lorsqu’elle est dans sa plus grande force, on la fait sécher au soleil comme le foin ; on la met en gerbes, après en avoir ramassé le fruit, si on souhaite ; on la brûle ensuite sur des grils de fer, d’où les cendres tombent dans une fosse, ou par un procédé plus suivi, dans un grand creux ; on jette d’abord une botte de kali séchée & enflammée, qui réduit successivement en cendres toutes celles dont on la couvre peu-à-peu. Le feu éteint naturellement, on tire du creux les cendres qui contiennent une très-grande quantité de sel alkali fixe marin (voyez Sel), auquel on a donné les noms de soude, soude en pierre, salicore, salicote, la marie, alun catin, dont Pline dit que que la découverte est dûe à des marchands qui jettés par la tempête à l’embouchure du fleuve Bélus en Syrie, firent cuire leurs alimens avec le kali, dont la cendre unie au sable sur lequel elle tomboit, forma du verre par la fusion de l’un & de l’autre.

On préférera la soude des pays chauds à celle des pays froids ; la soude de barille est la plus estimée de toutes. On la choisira seche, sonnante, d’un gris bleuâtre, garnie de petits trous, n’ayant aucune odeur de marécage ; on rejettera celle qui a une croûte verdâtre, qui est noirâtre, puante, ou qui contient des pierres. Pour être sûr de son choix dans l’achat de la soude, il faut la dissoudre dans l’eau, la filtrer, comparer le poids que l’eau a acquis avec celui de la soude, ou-bien faire évaporer jusqu’à siccité ; elle sera d’autant meilleure, qu’elle contiendra une plus grande quantité de sel alkali auquel elle doit toute sa vertu.

Le sel de la soude est un vrai sel lixiviel alkalin marin, c’est lui qui sert de base au sel commun ; mais cet alkali est mêlé de sel de Glauber, de tartre vitriolé, & d’une assez grande quantité de sel marin que le feu n’a pu décomposer. Ce sel marin constitue le sel essentiel du kali de la plûpart des plantes maritimes, & de toutes celles qui fournissent la soude ; ce qu’il est aisé de démontrer par la décoction, l’expression, la filtration & l’évaporation du suc de ces plantes. Voyez le supplément au Flora saturnisans de Henkel, voyez Sel essentiel. Ce sel neutre est détruit par l’incinération, le feu dégage l’acide marin de sa base alkaline ; cet acide se dissipe, & l’alkali reste mêlé avec la terre, & une portion des sels qui n’ont pu être décomposés, voyez Sel lixiviel. La putréfaction est un autre moyen de décomposer le sel marin ; le kali donne en se pourrissant une odeur extrèmement fétide, sémblable à celle des excrémens humains, ou des parties animales putréfiées : elle est dûe à un alkali volatil qu’on peut ramasser sous forme concrete par la distillation. Voyez Henkel à l’endroit cité. C’est ici évidemment une transmutation de l’alkali fixe en volatil.

M. Henkel ayant versé les différens acides minéraux sur un sel grossier qui s’étoit précipité de la lessive & sur la soude, trouva après une sorte effervescence, & après avoir laissé reposer la dissolution, une poudre semblable au bleu de Prusse, en très-petite quantité, voyez le supplément au Flora saturnisans déja cité. M. Geoffroy répéta les expériences de M. Henkel, obtint à peu-près les mêmes produits, & observa que la fécule bleue qui varioit beaucoup, dépendoit principalement de la quantité de charbon contenu dans la soude. Voyez son mémoire parmi ceux de l’académie, 1725. Il attribua cette couleur bleue à la portion ferrugineuse du charbon, développée par le savon tartareux formé de soufre, ou de l’huile concentrée du même charbon unie avec le sel alkali qui est ici abondant.

La soude est d’un très-grand usage pour blanchir le linge dans les pays où on ne brûle que du bois flotté, comme à Paris, dont les cendres ne contiennent point d’alkali fixe ; les blanchisseuses ne pouvant faire usage de ces cendres pour leurs lessives, emploient la soude à leur place ; elle sert aussi à dégraisser les étoffes : mais sa plus grande consommation est dans les fabriques de savon noir, gris ou blanc, & dans les verreries. Voyez Savon, Verre, Email & Fritte. Pour ces derniers usages on ne devroit l’employer que lorsqu’elle est purifiée par la lessive de sa partie terreuse surabondante. Le sel marin qu’elle contient lui est nécessaire pour que le savon prenne de la consistence.

Nous ne trouvons pas qu’on se soit servi de la soude pure ou lessive dans la Médecine, mais les vertus apéritives & fondantes des savons communs de Marseille, d’Alicant, de Venise, sont connues de tout le monde ; ils les doivent presque toutes au sel alkali de la soude : nous pouvons donc les attribuer à ce dernier. On pourroit en faire des pierres à cauteres, moins actives que celles qu’on prépare communément avec les cendres clavelées.

Soude blanche, (Minéralogie & Chimie.) Lemery donne ce nom au natrum des anciens. Voyez Natrum.

Soude, kali, s. f. (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur en rose composée de plusieurs pétales disposés en rond. Le pistil sort du milieu de cette fleur, & devient dans la suite un fruit presque rond & membraneux, qui renferme un fruit d’une forme singuliere ; car il est contourné comme un limaçon, & le plus souvent enveloppé par les pétales de la fleur. Tournefort, Inst. rei heib. Voyez Plante.

Soude de barille, (Commerce.) soude d’Alicant, ainsi nommée de l’herbe de barille qui se seme, se cul ? ve, se recueille & se brûle aux environs de cette ville d’Espagne. On la tire rarement toute pure d’Espagne, les Espagnols la mêlant souvent avec la soude de bourdine, qui est une autre herbe qui ressemble à la barille. C’est la véritable soude de barille qu’il faut employer pour la fabrication des glaces à miroirs, la bourdine n’y étant pas propre ; elle s’envoie en masse dans de grands cabats de jonc. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « soude »

Étymologie de soude - Littré

Esp. port. et ital. soda ; bas-lat. sodanum. Origine incertaine. On le tire de solida, solide ; cela est fort douteux. Du Cange a solda, lie de vin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de soude - Wiktionnaire

(XVIe siècle) De l’italien soda et plus avant, de l’arabe suwwad.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « soude »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
soude sud play_arrow

Citations contenant le mot « soude »

  • Alors que nos grands-parents le connaissaient surtout pour ses bienfaits digestifs, le bicarbonate de soude est aujourd’hui largement utilisé pour la fabrication de produits nettoyants et de cosmétiques naturels et faits maison. Ses avantages ? Écolo, multi-usage et bon pour le budget ! De plus, le bicarbonate de soude nous permet de prendre soin de nous efficacement et naturellement, de la tête aux pieds. La preuve dans notre article du jour où nous mettons le focus sur la tête. Voici donc comment utiliser le bicarbonate de soude sur le visage ! Des idées de l'intérieur, du jardin, de l'ameublement et de la décoration., Bicarbonate de soude visage - bienfaits et recettes beauté
  • 2. Manipuler les produits plus complexes (percarbonate de soude et cristaux de soude) en se protégeant avec des lunettes et des gants. rts.ch, Les produits ménagers "faits maison" - rts.ch - On en parle
  • De prime abord, le bicarbonate de soude se présente donc sous la forme d’une poudre. Cette poudre peut être utilisée telle quelle, auquel cas elle devra être saupoudrée ou simplement intégrée à une autre substance pour produire l’effet escompté. Parmi les applications possibles, on peut citer : , Cinq utilisations pratiques du bicarbonate de soude
  • - Vous êtes marié ? Vous ne vous êtes jamais disputé, vous ? - Oui, mais jamais à coups de fer à souder. - Ben, c'est parce que vous n'êtes pas bricoleur ! De Jean-Marie Poiré / Le Père Noël est une ordure
  • Le temps scinde tout ce que l'homme tente de souder. De Jean-Claude Clari / Catherine de I à V
  • Si l’on apprenait à penser comme on apprend à souder, nous connaîtrions le peuple roi. De Alain
  • Cette langue française qui nous fonde et nous soude. Les politiques devraient en priorité réfléchir à cette force-là. De Fabrice Luchini / l'interview du Figaro du 28 mars 2015
  • Quelques effets secondaires de l'amour humain : l'institut de beauté, le bicarbonate de soude, la famille. De Groucho Marx
  • C'est la mémoire qui soude les choses à sa façon. De Gilbert Larocque / Corridors
  • L’amour est la force qui enflamme les esprits et soude les équipes. De Phil Jackson / Sacred Hoops

Traductions du mot « soude »

Langue Traduction
Corse saldatu
Basque soldatua
Japonais 溶接
Russe сваренный
Portugais soldado
Arabe ملحومة
Chinois 焊接的
Allemand geschweißt
Italien saldato
Espagnol soldado
Anglais welded
Source : Google Translate API

Mots similaires