La langue française

Savetier

Définitions du mot « savetier »

Trésor de la Langue Française informatisé

SAVETIER, subst. masc.

A. −
1. Vx. Artisan qui répare les chaussures. Synon. mod. cordonnier (v. ce mot B).Si j'avais le choix des aïeux, j'aimerais mieux avoir pour ancêtre un savetier laborieux qu'un roi fainéant (Hugo, Corresp., 1867, p. 18).En tricot sans manches, le boulanger sort de son fournil, appelle un paysan, celui qui lui vend ses fagots. Derrière les vitres vertes, on voit le savetier qui, tout en poissant le ligneul, cause avec un vieux de son ancien village (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 219).
2. P. anal., fam. Celui qui manque de créativité, d'originalité, de talent dans l'exercice de son métier, de son art. C'est un savetier en littérature (Raymond1832).Le malheureux [Zola] qui eût pu être un honnête savetier de plume et que son élévation prodigieuse a complètement soûlé (Bloy, Journal, 1896, p. 227).
Loc. Comme un savetier. Très mal. Là-dessus, tous les autres maçons se sont mis à gueuler dans les corridors (...) depuis le maître maçon, qui chante du Donizetti comme un savetier, jusqu'au goujat, qui imite assez bien le chant du cochon (Sand, Corresp., t. 3, 1850, p. 225).
B. − ICHTYOL., région. (dans différentes provinces). Épinoche. (Ds Roll. Faune t. 3 1967, p. 173).
Prononc. et Orth.: [sav̭tje]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1213 çavetier (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 536, 29); ca 1250 chavettier (G. Espinas, La Vie urbaine de Douai, t. 3, p. 228 ds Fonds Barbier); 1260 çavatier (Étienne Boileau, Métiers, éd. R. de Lespinasse et F. Bonnardot, titre LXXXVI, p. 187); ca 1325 savetier (H. Bordier, Les Églises et monastères de Paris, p. 30 ds Gdf. Compl.); ca 1330 [date ms.] savetier (Du Prestre qui fu mis au lardier ds Rec. gén. des fabliaux, éd. Montaiglon-Raynaud, t. 2, p. 24). Dér. de savate*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér.: 110.
DÉR.
Savaterie, subst. fém.,vx. Lieu où l'on vend de vieilles chaussures. Se fournir de souliers à la savaterie (Ac. 1798-1878). Le fils d'un cordonnier peut, s'il le juge bon, Se dire à tout venant noble comme un Bourbon. J'en connais qui l'ont fait, et dont la seigneurie Sent bien fort le vieux cuir et la savaterie (Pommier, Colères, 1844, p. 50). [savatʀi]. Att. ds Ac. 1694-1878. 1resattest. a) ca 1250 chavetrie, chavetterie « métier du savetier » (G. Espinas, La Vie urbaine de Douai, t. 3, p. 232 ds Fonds Barbier), 1260 çavaterie (Étienne Boileau, Métiers, éd. R. de Lespinasse et F. Bonnardot, titre LXXXVI, p. 188), 1486 saveterie (Ordonn. des Rois de France, t. 19, p. 659), 1582 savaterie (F. Bretin, trad. Lucien, Cercheur de repue franche, 1 ds Hug.), b) fin xiiies. Chaveterie « lieu où l'on vend des savates (ici, nom d'une rue de Paris) » (Guillot, Dit des rues de Paris ds Fabliaux et contes, éd. Barbazan-Méon, t. 2, p. 250), 1392 savaterie (Registre criminel du Châtelet, éd. Sté des Bibliophiles fr., t. 2, p. 469: un frepier demourant près la Savaterie [à Paris]), 1545 (A. Le Maçon, trad. Boccace, Décaméron, 8ejournée, 5enouvelle ds Hug.: gens ... sortiz d'une savaterie); de savetier, suff. -erie*.

Wiktionnaire

Nom commun

savetier \sav.tje\ masculin

  1. (Vieilli) Celui dont le métier est de raccommoder de vieux souliers.
    • Il n’y a par ici ni savetiers ni cordonniers, répondit l’autre. Nous sommes tous sabotiers de père en fils et, de notre vie vivante, nous n’avons porté de souliers. — (Charles Deulin, Manneken-Pis)
    • […] : les docteurs du Talmud ne donnaient-ils pas eux-mêmes l’exemple en exerçant, pour assurer leur gagne-pain, les métiers les plus humbles, tels que forgerons, ou savetier, ou fabricant d’épingles, etc. ? — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Figuré) (Populaire) Mauvais ouvrier en quelque métier que ce soit.
  3. (Ichtyologie) Synonyme de épinoche, épinoche à trois épines dorsales (Gasterosteus aculeatus).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SAVETIER. n. m.
Celui dont le métier est de raccommoder de vieux souliers. La boutique d'un savetier. Le savetier du coin de la rue. Fig. et pop., C'est un savetier, ce n'est qu'un savetier se dit d'un Mauvais ouvrier en quelque métier que ce soit.

Littré (1872-1877)

SAVETIER (sa-ve-tié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des sa-ve-tié-z adroits) s. m.
  • 1Ouvrier qui raccommode de vieux souliers. Un savetier chantait du matin jusqu'au soir, La Fontaine, Fabl. VIII, 2. Je veux pour espion qui soit d'exacte vue, Prendre le savetier du coin de notre rue, Molière, Éc. des fem. IV, 5. Ce pape [Jean XXII] est un grand exemple de ce que peut le simple mérite dans l'Église ; car il faut sans doute en avoir beaucoup pour parvenir de la profession de savetier au rang dans lequel on se fait baiser les pieds, Voltaire, Mœurs, 68.

    Fig. Je ne sais s'il faut intituler la pièce le Triumvirat ; le titre me ferait soupçonner ; on dirait que je suis le savetier qui raccommode toujours les vieux cothurnes de Crébillon, Voltaire, Lett. d'Argental, 27 sept. 1763.

    Fig. et populairement. C'est un savetier, ce n'est qu'un savetier, c'est un mauvais ouvrier.

  • 2Marchand de vieux souliers.
  • 3Épinoche.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nus [nul] ne puet estre cavatiers à Paris, se il n'achate le mestier du roy, Liv. des mét. 233.

XIVe s. Là [devant Dieu] tendra on aussi grant compte D'un savettier comme d'un conte, J. Bruyant, dans Ménagier, t. II, p. 31.

XVe s. Les quarreleurs et savetiers ne feront aucun ouvraige de cuir neuf, mais le tout de vieil cuir, Ordonn. juin 1486. …savetier, chien Suy appellez, chascun m'injure, Deschamps, Poés. mss. f° 324.

XVIe s. Les ames des empereurs et des savatiers sont jectées à mesme moule, Montaigne, II, 191.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SAVETIER. Ajoutez :
4 Savetier, nom d'un capricorne, cerambyx sutor, H. Pelletier, Petit dict. d'entom. p. 34, Blois, 1868.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SAVETIER, s. m. (Jurande d’artisans.) artisan qui raccommode les vieilles chaussures, souliers, bottes, pantoufles, &c. Dans les anciens statuts de la communauté des Savetiers de la ville, faubourgs, banlieue, prevôté & vicomté de Paris, ils sont appellés maîtres Savetiers, Bobelineurs, Carreleurs de souliers. Leurs premiers statuts sont du mois de Janvier 1443, dressés, accordés, autorisés par lettres-patentes de Charles VII. depuis réformés & de nouveau confirmés par Louis XI. au mois de Juin 1467 ; par François I. au mois d’Octobre 1516 ; par Charles IX. en Janvier 1566, & par Henri IV. en Juillet 1598. Leurs dernieres lettres-patentes de réformation & confirmation sont du mois de Mars 1659, sous le regne de Louis XIV. enregistrées en parlement les même mois & an. Savary. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « savetier »

(Siècle à préciser) → voir savate et -ier
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Savate ; wallon, savtî ; picard, chavetier ; en Savoie, Chavoutier, nom propre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « savetier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
savetier savtje

Citations contenant le mot « savetier »

  • En l’occurrence, l’argent est une source de misère s’il empêche l’homme de profiter vraiment de la vie. Ce thème que l’argent est un obstacle au bonheur fut évoqué par Jean de La Fontaine au XVIIe siècle dans sa fable Le Savetier et le Financier. Pour rappel, un pauvre savetier vivait sereinement. Il chantait gaiement du matin jusqu’au soir. Par contre, son voisin le financier était un homme anxieux qui dormait peu les nuits. Ses rares moments de sommeillement durant la journée étaient perturbés pas les chants impromptus et importuns du savetier. Alors le financier convoqua le savetier et lui donna cent écus d’or pour s’en servir au besoin. En prenant cet argent, le savetier devint anxieux à son tour et donc perdit sa voix, sa joie et son sommeil. Finalement, le savetier réalisa l’absurdité de la situation. Il voulut se libérer de cette contrainte. Il courut donc chez le financier pour lui dire : « Rendez-moi mes chansons et mon somme, et reprenez vos cent écus. » L'Orient-Le Jour, Keynes et la conception de l’argent - L'Orient-Le Jour
  • L’histoire. Il y a bien longtemps à Thanjavur vivait Janardan, le meilleur savetier du royaume. Un jour, le Raja lui commande une paire de pantoufles pour sa future reine. Afin qu’elles soient d’une beauté inégalée, le vizir lui laisse une bourse des pierres les plus précieuses. Janardan a sept jours pour s’acquitter de sa tâche. S’il réussit, il sera richement récompensé. S’il échoue, sa tête sera tranchée et sa fille vendue comme esclave. Durant la nuit, un voleur subtilise les pierres précieuses. C’est ainsi que Janardan et son apprenti Sajiv se lancent dans une quête incertaine à travers l’Inde du Sud. , Le savetier de Thanjavur, un conte musical à voir en famille samedi 14 décembre 2019 à L'Aigle | Le Réveil Normand

Images d'illustration du mot « savetier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « savetier »

Langue Traduction
Anglais cobbler
Espagnol zapatero
Italien ciabattino
Allemand schuster
Chinois 皮匠
Arabe شراب مسكر
Portugais sapateiro
Russe сапожник
Japonais コブラー
Basque zapatari
Corse cobbler
Source : Google Translate API

Synonymes de « savetier »

Source : synonymes de savetier sur lebonsynonyme.fr

Savetier

Retour au sommaire ➦

Partager