La langue française

Gnaf, gniaf

Sommaire

  • Définitions du mot gnaf, gniaf
  • Phonétique de « gnaf »
  • Citations contenant le mot « gnaf »
  • Traductions du mot « gnaf »
  • Synonymes de « gnaf »

Définitions du mot « gnaf, gniaf »

Trésor de la Langue Française informatisé

GNAF, GNIAF, subst. masc.

A. − Vieilli et pop. Cordonnier, savetier. Les gniafs empoissés, qui dansaient en faisant claquer leurs tire-pieds, autour de saint Crépin (Rolland, C. Breugnon,1919, p. 242).
B. − P. ext. Celui qui gâche son travail, effectue de mauvaises réparations. C'est un gniaf, c'est un gâcheur, un maladroit (Littré). Bande de gniafs! (Carco, Équipe,1919, p. 223) :
Bien qu'ils [les vitraux] eussent été réparés par de vrais gnafs, ils n'en avaient pas moins gardé une grâce barbare, une naïveté vraiment touchante. Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 52.
Prononc. et Orth. : [ɳaf]. Var. gnaf (Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr., DG, Rob.), gnaff (Lar. Lang. fr.), gniaf (Lar. 19e, Lar. encyclop., Lar. Lang. fr., Besch. 1845, Littré, Guérin 1892, Rob.), gniaffe (Lar. 19e, Lar. encyclop., Lar. Lang. fr.), niaffe (Humbert 1820). Étymol. et Hist. 1. 1691 « ouvrier cordonnier » (W. Challemel, Tailleurs et cordonniers de Domfront, Flers-de-l'Orne, impr. de Folloppe, 1909, 10); 2. p. ext. 1839 « homme maladroit, qui gâche tout ce qu'il fait » (Flaub., Corresp., p. 54 : maintenant je déclame plus pitoyablement que le dernier gnaffe). Forme expressive d'une base onomatopéique naff-, dont la 1reattest. dire gnaf de qqn loc. exprimant le mépris pour quelqu'un, serait du xiiies. (Poésies mss avant 1300, t. IV, p. 130 ds La Curne), base ayant donné dans de nombreux dial. des verbes au sens péj. de « manger avec bruit », « mordre », « bégayer » (FEW t. 7, p. 1 s.v. naff, no2), et des subst. en rapport avec le sens « d'ouvrier cordonnier » d'où « ouvrier maladroit » (ibid., no3). Pour d'éventuels rapports avec Gnafron le savetier ivrogne compère de Guignol, v. B. Müller ds R. Ling. rom. t. 38, p. 385. Fréq. abs. littér. : 10. Bbg. Müller (B.). Mots région. et syst. phonémique du fr. contemp. R. Ling. rom. 1974, t. 38, p. 378, 381, 384, 385. - Weil (A.). En marge d'un nouv. dict. R. de Philol. fr. 1932, t. 45, p. 22.

Wiktionnaire

Nom commun

gnaf \njaf\ masculin

  1. (Vieilli) Autrefois, cordonnier, savetier.
    • C'est-à-dire que je donnerais quelque chose pour le voir tout de suite, cet apprenti gnaf. — (Lucien Biart, Pile et face, 2008)
  2. (Vieilli) Homme maladroit, qui gâche tout ce qu'il fait.
    • Le quinzième et le seizième avaient créé l’abside, le sanctuaire, quelques-uns même des vitraux ouverts au sommet du chœur et, bien qu’ils eussent été réparés par de vrais gnafs, ils n’en avaient pas moins gardé une grâce barbare, une naïveté vraiment touchante. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)

Nom commun

gniaf \njaf\ masculin

  1. (Vieilli) Autre nom du gnaf.
    • Le peintre qui dit : mon rapin, le notaire qui dit : mon saute-ruisseau, le perruquier qui dit : mon commis, le savetier qui dit : mon gniaf, parlent argot. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
    • Ce savetier, lui, ce gniaf, a trouvé : grandiose. Grandiose, en effet, une ville comme Paris donnant le spectacle presque d'une ville vide et morte. — (Paul Léautaud, Journal littéraire: Juin 1928-Février 1940, 1986)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gnaf »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gnaf njaf

Citations contenant le mot « gnaf »

  • ‘KILIFEU »,  magg keneu douko GNAFF wakhoumala ak diko gnaf thia khathie Mak, deskoy sagal ak soutoural. Xibaaru, Marche de Nio Lank : Kilifeu insulte Wade
  • Ainsi, un panneau demande : "qu'est-ce qu'un gniaf ?". La réponse est un porte-monnaie, en bon français. ladepeche.fr, A Villars, station de ski suisse, on apprend le patois sur le télésiège - ladepeche.fr
  • Le pignouf est un individu grossier, mal élevé et rustre. Si aujourd'hui l'injure n'est plus beaucoup usitée, sachez que Gustave Flaubert en était très friand. « Ce n'était guère la peine d'employer tant d'art à laisser tout dans le vague, pour qu'un pignouf vienne démolir mon rêve par sa précision inepte », peut-on lire dans ses « Correspondances »  (1862). L'écrivain est même allé jusqu'à décliner le terme en « pignouferie » et « pignouflisme » ! A première vue, l'origine de ce mot aux sonorités cocasses est brumeuse. L'insulte fait son apparition en 1858. Elle descend du verbe dialectal « pigner », qui signifie « pleurer, pleurnicher ». Par extension, le pignouf est devenu un individu butor, dépourvu de toute finesse. Par ailleurs, dans l'argot des cordonniers du XIXe siècle, le pignouf désignait l'apprenti. Le maître s'appelait pontif, et l'ouvrier gniaf. leparisien.fr, Pignouf - Le Parisien

Traductions du mot « gnaf »

Langue Traduction
Anglais gnaf
Espagnol gnaf
Italien gnaf
Allemand gnaf
Chinois gna
Arabe الغناف
Portugais roer
Russe gnaf
Japonais gnaf
Basque gnaf
Corse gnaf
Source : Google Translate API

Synonymes de « gnaf »

Source : synonymes de gnaf sur lebonsynonyme.fr
Partager