Rouiller : définition de rouiller


Rouiller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ROUILLER, verbe

A. − Empl. trans. Qqc.1rouille qqc.2, qqn1se rouille qqc.2.
1.
a) Provoquer l'oxydation d'un métal ferreux, d'un objet de fer. Synon. oxyder.L'humidité de la terre avait rouillé les vis et ce ne fut pas sans efforts que la bière s'ouvrit (Dumas fils, Dame Cam., 1848, p. 55).Je vais emmailloter mon fusil comme toi (...) la pluie a tout rouillé le mien (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 58).
b) P. anal., littér. Colorer en rouille un végétal, une végétation. Grands bois (...) Je vous verrai si fiers quand le triste novembre Vous aura meurtris et rouillés (Moréas, Stances, 1901, p. 103).V. feuillé II ex. de Huysmans.
2. PHYTOPATHOL. Produire la rouille sur une plante. Un temps humide et froid a rouillé nos blés (Littré).On a prétendu que la rosée rouillait les blés (Lar. 19e).
3. P. anal. ou au fig. [P. réf. au mauvais fonctionnement d'un mécanisme rouillé]
a) Affaiblir, engourdir faute d'exercice.
α) [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Rouiller les jambes (Quillet 1965).
Empl. pronom. réfl. indir. Profitons du jour qui reste pour nous disloquer un peu, ne nous rouillons pas les muscles (Malot, R. Kalbris, 1869, p. 123).Laisse-moi essayer, tiens, que je voie si je ne me suis pas trop rouillé les bras (Pourrat, Gaspard, 1931, p. 170).
β) [Le compl. désigne une faculté, une fonction] Synon. ankyloser, émousser, engourdir.L'oisiveté rouille l'esprit (Ac.).
Empl. pronom. réfl. indir. Tu n'as pas l'ombre d'un stimulant mâle et quotidien, d'un échange intellectuel sérieux, et fortifiant, et tu te rouilles de toutes les manières l'esprit (Amiel, Journal, 1866, p. 418).
b) Frapper quelqu'un d'inertie physique ou intellectuelle, le priver d'énergie; en partic., lui faire perdre de son entrain, de sa compétence dans la pratique d'un métier, l'exercice d'un art. Il ne se sentait plus le cœur à la besogne, les sept années de service l'avaient rouillé, dévoyé, dégoûté de la scie et du rabot (Zola, Terre, 1887, p. 96).Est-ce que ces années paresseuses à Bouville m'ont rouillé? Autrefois je ne l'aurais pas laissé sans lui avoir brisé les dents (Sartre, Nausée, 1938, p. 210).
B. − Empl. pronom. ou, plus rarement, intrans.
1. Qqc.2(se) rouille
a) [Le suj. désigne un métal ferreux, un objet de fer] Se couvrir de rouille. Synon. s'oxyder.Dans un coin, le poêle oublié du dernier hiver se rouillait, à côté d'un reste de coke (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 60).Le coutre rouillera à la pluie d'automne (Giono, Colline, 1929, p. 129).V. accidenté1ex. 5.
b) P. anal., littér. Prendre un ton de rouille. La Diane de marbre, au bois automnal, chasse; Tout octobre se rouille aux feuilles d'acajou (Montesquiou, P. Helleu, 1913, p. 74).
2. P. anal. ou au fig.
a) Qqc.2se rouille
α) [Le suj. désigne un instrument] Perdre de son efficacité, se détériorer en étant inemployé. Un millier d'épées qui coupent bien, sortiront des fourreaux où elles se rouillent (Dumas père, Henri III, 1829, II, 2, p. 146).Les arbalètes de la croisade commencent à se rouiller! (Druon, Louve Fr., 1959, p. 958).
P. anal. [Le suj. désigne une partie du corps] Perdre de sa souplesse, de son habileté; moins bien fonctionner faute d'exercice. Decraemer avait l'impression de voir, de sentir en lui son cerveau se rouiller et se détraquer sans remède (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 283).
β) [Le suj. désigne une faculté, une fonction] S'émousser faute d'exercice. La volonté chez la plupart des hommes est sujette à se rouiller, avec l'intelligence (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 8, 1864, p. 477).Des visages (...) brillent du désir de servir, d'employer des forces, des talents qui se rouillaient (Colette, Belles sais., Mes cahiers, 1941, p. 166).V. dérouiller1ex. de Bernanos.
b) Qqn2se rouille
α) Perdre sa vitalité physique ou intellectuelle, s'étioler dans l'inaction. Il y a longtemps que je me rouille en province (Gautier, Fracasse, 1863, p. 196).Je me meurs faute d'action et me rouille comme un sabre de Damas dans le fourreau d'un poltron (Maurois, Disraëli, 1927, p. 91).
β) Perdre la main dans l'exercice d'un métier ou d'un art par suite du manque de pratique. Une étude [celle du grec] (...) qui (...) doit être et rester jusqu'à la fin un exercice de tous les jours, de toutes les heures: sans quoi l'on se rouille (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 6, 1863, p. 94).Pour empêcher les enfants de chœur de se rouiller, il s'enfermait avec eux dans l'église et les examinait sur leur façon de servir la messe (Queffélec, Recteur, 1944, p. 181).
REM.
Rouillure, subst. fém.,rare. a) Altération d'un métal ferreux, un objet de fer attaqué par la rouille. Synon. oxydation.La rouillure finit par détruire le fer (Lar. 19e).b) P. anal., phytopathol. État d'un végétal atteint de la rouille. Rouillure du blé (Rob.). c) Au fig., littér. Étiolement physique, moral ou intellectuel d'une personne. Un grand esprit (...) à demi foudroyé par la mort d'un fils de onze ans, mais repoussant et reverdi, sans rouillure, ayant pris son parti de la vie (Goncourt, Journal, 1857, p. 388).
Prononc. et Orth.: [ʀuje], (il) rouille [ʀuj]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1180 rüillé adj. (Hue de Rotelande, Ipomedon, 7780 ds T.-L.: un'espee, Dunt li fers fu mut rüillé); déb. xiiies. (Chrétien de Troyes, Chevalier à la charrette, éd. W. Foerster, 5138, var. E: avoit [...] les chauces de fer chauciees, De la süor roilliees); b) ca 1195 intrans. « se couvrir de rouille » (Ambroise, Guerre sainte, 7643 ds T.-L.: haubers i röillerent); xves. réfl. (Traité de tribulacion, Bibl. nat. fr. 1009, fol. 16 v ods Gdf. Compl.); c) 1680 trans. « faire amasser de la rouille » (Rich.); 2. p. anal. a) 1225-30 adj. « (d'une personne) marquée de taches de couleur rouille; crasseuse » (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 149); b) 1715 trans. « produire la rouille des céréales sur » (La Quintinie, Instruction pour les jardins, I, 78 d'apr. FEW t. 10, p. 430a); 1755 adj. (Liger, Maison rustique, Paris, Saugrain, t. 1, p. 629: froment rouillé, c'est-à-dire qui est tout ridé, ratatiné et altéré). B. Fig. 1. « s'altérer sous l'influence du mal, de la passion » 1558 adj. (Du Bellay, Regrets, CLXXIX, 3 ds Œuvres poét., éd. H. Chamard, t. 2, 2, p. 194: La rancune, l'orgueil, le desir aveuglé, Dont cest aage de fer de vices tout rouglé A violé l'honneur de l'antique justice); 1578 réfl. se rouiller de rancune (Ronsard, Franciade, III ds Œuvres, éd. P. Laumonnier, t. 16, p. 187, en note); 1584-87 trans. (Id., Bergerie, 741, t. 13, p. 114); 2. av. 1577 « id. sous l'influence de l'inaction » intrans. laisser rouiller le soldat (Blaise de Monluc, Commentaires, VII, éd. P. Courteault, p. 820). Dér. de rouille*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 89. Bbg. Thomas (A.) Nouv. Essais 1904, p. 272.

Rouiller : définition du Wiktionnaire

Verbe

rouiller transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Produire de la rouille sur la surface d’un corps.
    • L’humidité rouille le fer.
    • Il a laissé rouiller ses armes.
  2. Se transformer en rouille (pour un objet en fer ou en acier).
  3. (Figuré) Qualifie des facultés qui s’altèrent, qui s’affaiblissent faute d’exercice.
    • L’oisiveté rouille l’esprit.
    • Cet homme-là s’est bien rouillé depuis qu'il a pris sa retraite.
  4. (Familier) Action de se perfectionner en répétant jusqu’à l'usure.
    • Le sujet du bac est tombé pile sur le thème qu’il avait rouillé pendant les révisions.
    • J’ai rouillé ce geste jusqu’à pouvoir le faire sans même y penser.

Verbe

rouiller \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de roeillier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rouiller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROUILLER. v. tr.
Produire de la rouille sur la surface d'un corps. L'humidité, l'eau rouille le fer. Le fer se rouille aisément. Avec ellipse du pronom, Il a laissé rouiller ses armes.

ROUILLER se dit figurément en parlant des Facultés qui s'altèrent, qui s'affaiblissent faute d'exercice. L'oisiveté rouille l'esprit. Cet homme-là s'est bien rouillé dans sa retraite. Le participe passé

ROUILLÉ s'emploie adjectivement. Des armes rouillées. Une clef rouillée. Fig., Je me suis remis au grec, j'étais un peu rouillé depuis le collège. Il se dit aussi des Plantes attaquées par la rouille. Orge rouillée. Avoine rouillée.

Rouiller : définition du Littré (1872-1877)

ROUILLER (rou-llé, ll mouillées, et non rou-yé) v. a.
  • 1Produire de la rouille sur un corps. L'humidité rouille le fer.

    Fig. Sur nos fers qu'il rouille Le temps écrit l'âge d'un vin si doux, Béranger, Escl. gaul.

  • 2Produire sur les végétaux la maladie dite rouille. Un temps humide et froid a rouillé nos blés. On dirait qu'en ces jours où l'automne décline, Le soleil et la pluie ont rouillé la forêt, Hugo, Orient. 36.
  • 3 Fig. En parlant des facultés de l'esprit, altérer, faute d'exercice. L'oisiveté rouille l'esprit. Je trouvai mon ami Florbel attristé et moins aimable ; le commerce d'une femme sans usage du monde, sans instruction et dépourvue d'esprit, l'avait rouillé, Genlis, Parvenus, t. III, p. 237, dans POUGENS.

    Absolument. Rien ne rouille promptement comme le vin, lorsqu'on s'y abandonne sans réserve, Genlis, Mères riv. t. II, p. 14, dans POUGENS.

  • 4Se rouiller, v. réfl. Contracter de la rouille. Le fer et l'airain, n'étant plus polis par les cyclopes, commençaient à se rouiller, Fénelon, Tél. II. Le fer… attire l'humide de l'air, s'en pénètre et se rouille, c'est-à-dire se convertit en une espèce de terre sans liaison, sans cohérence, Buffon, Hist. min. introd. Œuv. t. VII, p. 94.

    Par extension. Quelle peine a-t-on d'arracher une aumône à cet homme, dont l'argent, soigneusement accumulé, se rouille presque dans ses coffres ? Fléchier, Sermons, Pentecôte.

    Fig. Ces armes [des arguments] se rouillèrent quand on ne combattit plus, Voltaire, Louis XIV, 35.

    Avec ellipse du pronom personnel. [Mon bisaïeul] …Laissant rouiller sa cuirasse, Joua noblement tous les jeux, Béranger, Enf. de b. maison.

  • 5 Fig. Perdre son activité, sa force, oublier ce qu'on sait. Oisif en ta maison se rouille ton courage, Régnier, Épit. I. Quoique Bondin [un médecin] aimât son métier, il s'y rouilla tout à fait, parce qu'il ne prenait plus la peine de voir ses malades, Saint-Simon, 286, 143. Cette méthode [relire les bons livres] rafraîchit la mémoire, et empêche le goût de se rouiller, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 15 mars 1769 Dites moi si l'allemand [Voltaire écrit de Potsdam] a gâté mon français, et si je me suis rouillé comme Rousseau, Voltaire, Lett. d'Argental, 28 nov. 1750. Irais-je, accompagné d'une femme importune, Me rouiller dans ma terre et borner ma fortune ? Gresset, le Méch. II, 7. Lisons tant que nos yeux nous le permettront, et tâchons d'être au moins les égaux de nos enfants ; plutôt s'user que se rouiller, Diderot, Claude et Nér. II, 79.

    Avec ellipse du pronom personnel. Il n'est que trop commun de rencontrer dans le monde des personnes de trente ans qui ont laissé rouiller de beaux talents, Genlis, Emploi du temps, p. 29, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. … Cest aage de fer, de vices tout rouylé, Du Bellay, J. VI, 46, verso. Si on laisse le corps rouiller et durcir par le mal gouverner…, La Boétie, 335. Pour ce, estranger, la richesse mesprise, Ne rouille point ton cœur de convoitise, La Boétie, 626. Les armes se rouillent, si elles ne sont souvent nettoyées, Lanoue, 179. [Un homme] entré en desespoir, n'ayant aultre chose à se tuer, se saisit d'un vieux clou de charrette rouillé, Montaigne, II, 128.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « rouiller »

Étymologie de rouiller - Wiktionnaire

Dénominal de rouille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de rouiller - Littré

Rouille ; prov. roillar, roilhar, rouelar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rouiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rouiller ruje play_arrow

Conjugaison du verbe « rouiller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe rouiller

Citations contenant le mot « rouiller »

  • Les véhicules ne sont pas tous égaux face à la corrosion. Plus vous traitez votre auto tôt (quand elle est neuve), plus le traitement sera efficace. Cela dit, un traitement plus tardif aura aussi un effet notable et ralentira la progression de la corrosion si votre voiture a déjà commencé à rouiller à certains endroits. , Antirouille: c’est maintenant ou jamais! | Protégez-Vous.ca
  • Le mieux est encore de bien protéger la chaîne, qui ne devrait pas rouiller. Si cela arrive, c’est qu’il y a eu un vrai problème : elle est restée sans lubrification pendant longtemps, ou le vélo a été exposé à la pluie… Citycle, Entretien : comment enlever la rouille d'une chaine vélo
  • Lorsqu'au fil des années, certains outils ont tendance à rouiller, cela peut altérer leurs performances ou laisser des traces lors de leur utilisation. Voici donc quelques astuces spécifiques pour les remettre à neuf : Futura, Comment enlever la rouille ?
  • Premier résident de la Factory dans le sud de Phnom Penh depuis environ trois ans, Grégory Gosselin est très attaché à ce lieu. L’espace qu’il y trouve est essentiel pour travailler sur les grandes pièces qu’il affectionne particulièrement. L’artiste utilise de l’acier qu’il façonne puis fait rouiller, le plus souvent en utilisant des produits naturels comme le citron, le sel ou l’eau. « J’attache une importance particulière à utiliser le moins possible de produits chimiques », souligne le métallier. Passionné de mythologie, Grégory Gosselin a pour l’instant réalisé des oeuvres très imprégnées de la mythologie khmère et des légendes du Reamker, la version khmère de l’épopée du Ramayana. A l’avenir, cet artiste malgré lui aimerait privilégier les créations imposantes, comme celles exposées à la Plantation ou actuellement à l’ambassade de France au Cambodge, mais aussi travailler des formes plus modernes. Il a aussi l’idée de réaliser des impressions de ses sculptures sur coton, la rouille se prêtant particulièrement bien à cet exercice. « Je me suis pris au jeu de la création, de cette activité que je n’aurais jamais pu développer en France, souligne l’artisan métallier. Je souhaite garder cette liberté. » , Grégory Gosselin, de rouille et d’acier | lepetitjournal.com
  • Ce que tend à confirmer la réponse qui a lui été faite. «Le fournisseur doit nous communiquer un devis pour des déshumidificateurs d'air à installer dans notre armurerie», lui a précisé son chef de service dans sa réponse tout en lui rappelant que «l'entretien et le nettoyage de l'arme sont de la responsabilité de l'agent qui en est doté». Et d'y aller d'un conseil qui a le mérite de la simplicité : «Dans un premier temps, merci de frotter ton arme avec une brosse souple et de l'huile pour enlever les points de rouille». En haut-lieu pourtant, la mairie explique que «les pistolets sont en polymère et donc qu'ils ne peuvent pas rouiller»…. La méthode Coué ? «Sur les 180 armes livrées à ce jour, l'organe de visée (guidon) sur deux pistolets a été légèrement piqué par un peu d'humidité», confirme-t-on quand même. En reconnaissant, in fine, le problème et l'arrivée de déshumidificateurs d'air pour l'armurerie. C'est mieux pour la sécurité de tout le monde. ladepeche.fr, Les pistolets de la police municipale de Toulouse ont tendance à rouiller - ladepeche.fr
  • Même par beau temps, le risque de dépôt de rouille existe, notamment sur les freins. Lorsque la voiture reste sur place, les freins peuvent rouiller légèrement. Au freinage, ils font du bruit. Pas de panique, précise le garagiste, il ne s’agit pas d’une panne : « Pour se débarrasser de la rouille, il suffit de donner quelques coups de frein pour enlever la rouille. Si vous prenez votre voiture pour aller faire quelques courses, faite un plan de route de sorte à avoir besoin de freiner plusieurs fois. Cela suffit à ôter la rouille sur les disques de freins. » www.lechorepublicain.fr, Humidité, rouille... Comment éviter les mauvaises surprises au redémarrage de votre voiture ? - Chartres (28000)
  • L’action se passe après le guerre de Trente Ans, dans les années 1680 au moment où la peste ravage l’Empire germanique. Johannes Ott arrive dans un lieu qui s’apprête à se ver- rouiller pour éviter la contagion. Cet étranger hanté par son passé qui parle durant son sommeil n’est guère le bienvenu mais l’objet de suspicion : cache-t-il quelque chose ? Il sème le trouble dans une communauté agitée par les antagonismes religieux et surveillée par des tribunaux aux méthodes Liberté Hebdo, Épidémie et bouc émissaire idéal - Liberté Hebdo
  • La vieille éolienne du fournisseur précédent est en train de rouiller, démontée. "Elle nous a quand même permis de faire un peu d’économies." Mais, sur les hauteurs de Saint-Preuil, Francis Ballais est passé à la vitesse supérieure. Il vient de faire installer des panneaux photovoltaïques sur son toit. Rien d’exceptionnel. Il en avait déjà il y a très longtemps pour l’eau chaude. CharenteLibre.fr, L’énergie solaire vent en poupe en Charente - Charente Libre.fr
  • La retraite, qu'est-ce que c'est, sinon la permission officielle de rouiller. De Janine Boissard
  • Contre toute la logique des lois de la physique, une femme toujours mouillée empêche l’homme de rouiller. De Jacques Sternberg
  • La langue des femmes est leur épée, et elles ne la laissent jamais rouiller. De Proverbe chinois
  • Une lame non aiguisée finit par se rouiller. De Proverbe chinois

Images d'illustration du mot « rouiller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rouiller »

Langue Traduction
Corse rusticu
Basque herdoila
Japonais さび
Russe ржавчина
Portugais ferrugem
Arabe الصدأ
Chinois
Allemand rost
Italien ruggine
Espagnol oxido
Anglais rust
Source : Google Translate API

Synonymes de « rouiller »

Source : synonymes de rouiller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rouiller »


Mots similaires