La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « rosette »

Rosette

Variantes Singulier Pluriel
Féminin rosette rosettes

Définitions de « rosette »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROSETTE, subst. fém.

A. − Objet, ornement circulaire dont la forme évoque celle d'une rose (en architecture, décoration, etc.). Sur sa poitrine [de la momie] descendaient deux autres colliers, dont les perles et les rosettes en or, lapis-lazuli et cornaline, formaient des alternances symétriques du goût le plus exquis (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 188).Il venait de découvrir (...) Naples, ses quartiers baroques, ses rosettes de pierre, ses chevaux à collier de cuivre (Nizan, Conspir., 1938, p. 115).
1.
a) Nœud d'un ruban, à une ou deux boucles, que l'on défait en tirant les extrémités. [Le] vieillard (...) renouait les cordons de son carton avec les rosettes savantes, familières aux doigts des collectionneurs d'estampes (Goncourt, R. Mauperin, 1864, p. 25).Lorsque j'eus appris qu'on appelait les petits nœuds de ruban: des rosettes (quel âge pouvais-je avoir alors? Cinq ou six ans...) je m'emparai de quantité de ceux-ci, de celles-ci, dans la corbeille à ouvrage de ma mère (Gide, Feuillets d'automne, 1947, p. 312).
b) Petite cocarde de cuir noir que les soldats, au xviiies., portaient dans leur chevelure attachée sur la nuque. (Ds Leloir 1961, Lar. 19e-Lar. Lang. fr.).
c) Décoration portée à la boutonnière par les dignitaires de certains ordres civils ou militaires. Rosette de commandeur, d'officier de la Légion d'honneur; attendre, demander, obtenir, arborer la rosette. Il portait, non sans ostentation, la rosette d'officier de l'Instruction publique (Benoit, Atlant., 1919, p. 127):
Au revers du veston, la rosette rouge, dans le plus petit modèle qui soit mis en vente, et qui cependant avait provoqué une mémorable scène quand M. de Coëtquidan l'avait achetée après sa promotion, le baron protestant qu'elle était « d'une grosseur répugnante », et feignant de vouloir commander des rosettes invisibles à l'œil nu, qu'on fabriquerait exprès pour lui. Montherl., Célibataires, 1934, p. 769.
2. Domaines sc. et techn.
a) Domaines sc.
α) BOTANIQUE
,,Disposition de feuilles nombreuses et étalées, arrangées en cercle, rapprochées, et dont l'ensemble termine une tige souterraine ou rhizome, ou des rameaux aériens`` (Littré-Robin 1855). Rosette du pissenlit. D'autres plantes (...) se disposaient en touffes épaisses, étalant à la surface de l'eau leurs rosettes de feuilles découpées (Boule, Conf. géol., 1907, p. 72).
,,Altération circulaire et fendillée dans le cœur d'un arbre`` (Jossier 1881; dict. xixeet xxes.).
β) MÉD. ,,Figure résultant de l'adhérence de globules rouges hétérologues autour d'un lymphocyte`` (Méd. Flamm. 1975).
b) Domaines techn.
α) DÉCOR. Tige de bois fixée sur la traverse d'un portemanteau, et dont l'extrémité est en forme de champignon. (Dict. xixeet xxes.).
β) ÉQUIT. Molette de l'éperon (Dict. xixeet xxes.).
γ) HORLOG. Petit cadran d'une horloge, destiné à en avancer ou en retarder le mouvement (d'apr. Mots rares 1965; dict. xixeet xxes.).
δ) MIROIT. Filet tortillé ou partie blanchâtre apparaissant dans un miroir dont le tain a disparu. (Dict. xixeet xxes.).
ε) MUS. Ouverture circulaire, généralement ornementée, située au centre de la table d'harmonie du clavecin, du luth, de la guitare, de la viole, etc. Synon. rosace, rose1.C'est là, en 1785, qu'il construisit le dédacorde [instrument à dix cordes] qui est au musée du Conservatoire de musique, à Paris, lequel est orné d'une rosette aux initiales de Marie Antoinette (Grillet, Ancêtres violon, t. 2, 1901, p. 302).Voir Brenet Mus. 1926, p. 394.
ζ) RELIURE. Fer à dorer formant à lui seul un motif. (Dict. xixeet xxes.). P. méton. ,,Motif circulaire doré, réalisé à l'aide de ce fer`` (Rob.).
η) SERR. Petite plaque ronde qui est fixée sur une porte et au milieu de laquelle passe la tige du bouton de tirage. Voir Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 3, 1928, p. 57.
θ) TECHNOL. Plaque de métal percée d'un orifice rond, et servant à river les deux bouts d'une goupille. Voir Nosban, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 9.
B. − Objet, produit dont la couleur évoque celle de la rose.
1. ALIM. Saucisson sec fabriqué dans la région lyonnaise. Les amateurs placent en général la rosette au premier rang des saucissons secs de Lyon. Elle est toujours consommée crue, en hors-d'œuvre (Ac. Gastr.1962).
2. TECHNOLOGIE
a) Encre rouge obtenue à partir d'une essence de bois du Brésil. (Dict. xixeet xxes.).
b) Cuivre rouge pur. En appos. Ceux qui ont creusé la terre à coups de pics pour en tirer le cuivre rosette (Arnoux, Abisag, 1919, p. 18).
REM.
Roset(t)ier,(Rosetier, Rosettier) subst. masc.,technol. Poinçon employé par les couteliers, les ouvriers sur métaux, pour faire des rosettes (supra A 2 b θ). (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀozεt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1225 rosete « petite rose » (Reclus de Molliens, Miserere, 196, 9 ds T.-L.); 2. 1298 « ornement en forme de petite rose » (Pièce justif., A 144 ds J. M. Richard, Mahaut, comtesse d'Artois et de Bourgogne, p. 382); 3. 1727 diamants rosettes (Nouv. archives de l'art fr., p. 289); 4. 1752 horlog. (Trév.); 5. 1765 « nœud formé de boucles qu'on peut détacher en tirant sur les bouts » (Encyclop.); 6. 1820 « en reliure, fer à dorer » (Lesné, La Reliure, p. 217 ds Littré); 7. 1830 « insigne de certains ordres civils ou militaires qui se porte à la boutonnière » (Balzac, Adieu, p. 6); 8. 1771 fleur en rosette (Trév.); 1812 feuilles en rosette (Mozin-Biber); 1817 « bouquet de petites feuilles terminant la tige d'une mousse » (S. Gérardin, Dict. raisonné de bot., Paris, Dondey-Dupré); 9. 1938 « saucisson sec de la région lyonnaise » (Mont.-Gottschalk). II. 1. 1576 « cuivre rouge » (Bodin, Républ., VI, 3 ds Hug.); 2. 1589 « sorte d'encre rouge » (Doc. ds Sté archéol. de Lorraine, 1859, p. 242). I dimin. de rose1*; suff. -ette (-et*). II dér. de rose2*; suff. -ette (-et*). Fréq. abs. littér.: 146. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 390. − Greimas Mode 1948, p. 57, 76. − Hasselrot 20es. 1972, p. 66.

Wiktionnaire

Nom commun - français

rosette \ʁo.zɛt\ féminin

  1. Nœud de ruban, d’un ruban noué en forme de rose.
    • Les rosettes de ses souliers.
    • Faire une rosette.
    • Une grosse, une petite rosette.
    • Brune, son bout de natte serré d’une rosette grenat, non pas en ruban, mais en tresse vulgaire, la peau foncée, les yeux noirs, petits, luisants, la figure déjà faite, elle a une physionomie sérieuse de femme pauvre, entendue et courageuse. — (Léon Frapié, La maternelle, Librairie Universelle, 1908)
  2. Insigne que les officiers de la Légion d’honneur portent à leur boutonnière.
    • D’un voyage à Paris, il revint l’œil voilé, parce que Davout d’Auerstaedt, grand chancelier de la Légion d’Honneur, lui avait enlevé son ruban rouge pour le remplacer par une rosette.
      – Tu ne pouvais pas me la demander, vieux ?
      – Je n’avais pas demandé le ruban non plus, répondit légèrement mon père.
      Mais il nous conta la scène d’une voix enrouée. Où situer la source de son émotion ? Il portait cette rosette, généreusement épanouie, à sa boutonnière.
      — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 67)
    • Il passait hier place Dauphine et qui a-t-il vu, sortant du palais de justice ? Sa nièce ! Raccompagnée jusqu'à la grille par un robin en toge poinçonnée d'une rosette. — (Hervé Bazin, Cri de la chouette, Grasset, 1972, réédition Le Livre de Poche, page 205)
    • Il a une rosette de la Légion grosse comme un cataphote de vélo hollandais, et un peu plus brillante ; et puis des lunettes sans monture, […]. — (Frédéric Dard, San Antonio : Chérie, passe-moi tes microbes !, éditions du Fleuve Noir, 1977)
    • Ce cri qui n’a pas la rosette
      Cette parole de prophète
      Je la revendique et vous souhaite
      Ni Dieu ni maître
      — (Léo Ferré, Ni dieu ni maître)
    • — Les locataires, pour regarder le paysage, ils sont forcés de grimper sur des escabeaux.
      — Il était beurré, ton architecte ?
      — Même pas. C’était un génie.
      — On l’a foutu en tôle, quand même ?
      — On lui a collé la rosette de la Légion d’honneur.
      — (René Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, chapitre IV ; Éditions Denoël, Paris, 1975)
  3. Petits fleurons de métal que les couteliers emploient pour monter les rasoirs, les lancettes, etc.
    • Rosettes de cuivre, d’argent, etc.
  4. (Botanique) Ensemble de feuilles nombreuses, étalées et formant un cercle à la base de la tige d’une plante. Les plantes bisannuelles comportent souvent une rosette.
    • Un exemple bien connu est celui de Ramondia pyrenaica. Cette jolie plante dont les rosettes velues et les fleurs mauves ornent les roches des Pyrénées centrales et espagnoles ne se trouve au monde qu'aux Pyrénées. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.68)
  5. (Entomologie) Espèce de lépidoptère (Miltochrista miniata) de la famille des Arctiidae, dont le dos des ailes est de couleur rose-orangé.
    • La chenille de la rosette se nourrit sur des lichens.
  6. (Cuisine) Saucisson sec fabriqué dans la région lyonnaise.
  7. (Horlogerie) Petit cadran pour avancer ou retarder le mouvement d’une montre.
  8. (Sculpture) Petite rose de certains ornements de cette forme et que l’on emploie dans la broderie et dans la sculpture.
  9. (Vieilli) (Désuet) Obturateur utérin utilisé par les femmes pour leur contraception.
    • Aussi est-il plus simple, sinon plus certain d’employer un obturateur utérin tel que la houppette, nommée aussi la rosette et l’absorbite. C’est un tampon composé de fils de soie blanche réunis en leur milieu, offrant une grande douceur au toucher, et qui ne se laisse traverser par aucun liquide. — (Jean Marestan, L’Éducation sexuelle, Éditions de la guerre sociale, 1910)
  10. (Fontainerie) (Désuet) Cuivre rouge
    • Ce mot vient de Dinant, ville du Liégeois, pays abondant en calamine, dont le mélange avec la rosette, fait le cuivre jaune. Ainsi on a appelé dinanderie parmi les Marchands, le cuivre jaune que la ville de Dinant envoie par toute l'Europe. — (Dictionnaire universel François et Latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, 1771, vol.3, page 357)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROSETTE. n. f.
Petite rose. Il n'est point usité au propre, mais il se dit au figuré de Certains ornements qui sont faits en forme de rose et que l'on emploie dans la broderie et dans la sculpture. Il se dit aussi d'un Nœud de ruban, d'un ruban noué en forme de rose. Les rosettes de ses souliers. Faire une rosette. Une grosse, une petite rosette. Il se dit particulièrement de l'insigne que les officiers de la Légion d'honneur portent à leur boutonnière. On lui a donné la rosette, On l'a fait officier de la Légion d'honneur.

ROSETTE se dit également de Petits fleurons de métal que les couteliers emploient pour monter les rasoirs, les lancettes, etc. Rosettes de cuivre, d'argent, etc. En termes d'Horlogerie, il désigne un Petit cadran pour avancer ou retarder le mouvement d'une montre.

Littré (1872-1877)

ROSETTE (rô-zè-t') s. f.
  • 1Petite rose (inusité en ce sens).

    Terme de botanique. En rosette, se dit de la disposition de feuilles nombreuses étalées, disposées en cercle, rapprochées, et dont l'ensemble termine une tige souterraine ou rhizome, ou des rameaux aériens, cas dans lequel la rosette prend plus particulièrement le nom de fascicule.

    Organe composé par l'ensemble des feuilles en rosette.

    Bouquet de petites feuilles qui termine la tige de certaines mousses.

    Cellules qui se trouvent à la partie supérieure du nucelle chez les conifères.

  • 2Ornement fait en forme de rose, qui s'emploie dans la broderie et dans la sculpture.
  • 3Nœud de rubans en forme de rose.

    Insigne que les officiers de la Légion d'honneur portent au-dessus de la croix ou à leur boutonnière.

  • 4Ornement de tôle, ciselé en forme de rose, au milieu duquel passe la tige d'un bouton de porte.

    Rosette en cuivre, ornement qu'on rapporte sur les croisillons d'un balcon, etc.

  • 5Petits fleurons de métal que les couteliers emploient pour monter les rasoirs, les lancettes, etc.
  • 6 Terme de relieur. Les rosettes sont des fers qui, d'un seul coup, forment un dessin sans le secours d'aucun autre fer ; elles se placent sur les dos, dans les entre-nerfs, ou sur les plats, dans les angles des bordures, Lesné, la Reliure, p. 217.
  • 7Un diamant à rosette, synonyme de diamant en rose.
  • 8 Terme d'horlogerie. Petit cadran pour avancer ou retarder le mouvement d'une montre.
  • 9Réseau qu'une lingère fait aux petits trous qu'un accident a causés dans le linge.
  • 10Synonyme de rose, en parlant d'un luth, d'une guitare.
  • 11 Terme de menuisier. Rosette de portemanteau, cheville portant tête de champignon venant s'adapter sur la traverse.
  • 12Altération circulaire et fendillée dans le cœur d'un arbre.
  • 13Fil tortillé que l'on remarque dans la matière d'une glace après qu'elle est étamée.

    On nomme aussi rosettes des parties qui dans le tain sont plus blanches que les autres.

  • 14Ancien terme de teinture. Synonyme de rose 1, n° 18. Les rosettes, dont la simple vue montre la force ou la faiblesse du pied qu'on aura donné à l'étoffe, Instruct. gén. Teint. 18 mars 1671, art. 221.
  • 15 Terme de marine. Rosettes ou roses, femelots des ferrures du gouvernail.
  • 16 Terme de danse. Sorte de spirale que l'on décrit avec vitesse, en tournant sur la pointe du pied.
  • 17Nom d'une toile ouvrée, qu'on faisait en Flandre et en basse Normandie.
  • 18 Terme de marine. Rappeler la rosette, ajouter un peu de poids vers l'extrémité de l'aiguille aimantée opposée à celle qui s'incline, en faisant tomber dessus quelques gouttes de cire ; l'aiguille subissant l'inclinaison quand on va de l'équateur au pôle, ce qui l'empêche de demeurer horizontale et lui ôte une partie de sa stabilité, Brisson, Traité de phys. t. III, p. 171.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROSETTE, s. f. (Gram.) nom qu’on a donné à plusieurs choses différentes, parce qu’étant rondes & relevées en bosse, elles avoient quelque conformité avec la rose. Voyez les articles suivans.

Rosette, terme de Bahutier, sorte de petits clous blancs, dont les Bahutiers se servent pour les embellissemens des coffres & bahuts. (D. J.)

Rosette, (Ciselure.) petits poinçons ou ciselets d’acier, à un bout desquels sont gravés en creux des roses ou autres fleurs, pour les frapper & en imprimer le relief sur les métaux où l’on fait des ciselures. Trévoux. (D. J.)

Rosette, (Cordon. Bottier.) est une plaque de cuivre quarrée ou ovale, qui sert à attacher l’éperon, & qui est placée sur le cou-de-pié du soulier de la botte.

Rosette ou Cuivre de rosette, (Métallurg.) c’est ainsi qu’on nomme le cuivre, lorsqu’après avoir passé par les différentes opérations de la fonderie dont la derniere est le raffinage, il se trouve parfaitement dégagé du fer, du soufre, de l’arsenic & des autres substances qui le rendoient impur. Avant d’être séparé de ces substances, on l’appelle cuivre noir ; mais lorsqu’il est parfaitement pur, il a la couleur rouge qui lui est propre, & pour lors on le nomme cuivre de rosette. Ce cuivre a pour lors la ductilité convenable. Pour s’assurer si ce métal est dans cet état, un ouvrier plonge une verge de fer dans le cuivre parfaitement fondu au fourneau de raffinage ; par ce moyen il s’attache une portion de cuivre à la verge, & après l’avoir retiré & laissé refroidir, il juge par la couleur & la flexibilité, si ce cuivre a été suffisamment purifié. Voyez l’article Raffinage.

Rosette, (Coutellerie.) petites roses ou fleurons d’argent ou de cuivre, dont les Couteliers se servent pour monter leurs rasoirs, lancettes, & autres tels instrumens de Chirurgie & de Barberie. Ils font les rosettes de cuivre, & prennent chez les Orfevres celles d’argent. (D. J.)

Rosette, (terme de Couturiere.) les Couturieres appellent rosette de petites coutures qu’elles font dans du linge qui est un peu troué, & qu’elles forment en maniere de petites roses. (D. J.)

Rosette dans les montres, (Horlogerie.) est un petit cadran numéroté, voyez les Planches de l’Horlogerie, au moyen duquel on fait avancer ou retarder par degrés le mouvement de la montre.

Pour bien comprendre comment cela se fait, il est bon de savoir sur quel principe cette opération est fondée, & comment elle s’exécute. Les vibrations du balancier étant réglées par celles du ressort spiral (voyez Ressort spiral), il est clair que si ce ressort devient plus fort, ou plus foible, ces vibrations seront accélérées ou retardées, effet qui sera encore le même, si le ressort devient plus court ou plus long. Ainsi, par exemple, pour faire avancer une montre, il ne faut que raccourcir son ressort spiral, & pour la faire retarder, que l’alonger. Mais, comme en l’alongeant ou le raccourcissant, on changeroit la position du balancier, ce qui mettroit la montre mal d’échappement, voyez Echappement, ce moyen ne peut pas être mis en usage ; c’est pourquoi on a recours à un autre expédient qui produit précisément le même effet ; voici ce que c’est. Supposant que rr, voyez les fig. soit le ressort spiral du balancier BB, & que ce ressort soit fixement attaché au piton P & en v à l’arbre du balancier, on ne peut, comme nous l’avons dit, alonger ou raccourcir ce ressort. Mais si l’on suppose qu’il passe dans une espece de fourche q, vue ici en plan, dont les fourchons soient si près l’un de l’autre, qu’il ne s’en faille que d’une quantité imperceptible que le ressort les touche ; il est évident que ses vibrations ne se feront plus du point ou piton P, mais de la fourche q ; le ressort, en ouvrant ou en se fermant par le mouvement du balancier, se mouvant autour de ce point q. Regardant donc ce point comme un nouveau point fixe, les vibrations du balancier seront accélérées, puisque le ressort spiral sera accourci de toute la quantité qp. Si l’on supposoit donc ce point q mobile, & que tantôt il s’éloigne, ou il s’approche du point P, on aura par ce mouvement un moyen simple de faire avancer ou retarder la montre, puisqu’il ne sera question que de faire éloigner ou approcher du point P la fourche q ; or c’est précisément ce que l’on fait, lorsque l’on tourne l’aiguille de la rosette à droite ou à gauche, comme on va le voir par l’explication des pieces qui servent à produire cet effet. Elles sont représentées en grand dans cette même figure, qui contient toutes les pieces que l’on voit sur la platine de dessus, lorsque l’on ouvre une montre, à cela près du coq qui est ôté ; pour que l’on voie plus distinctement le balancier, le ressort spiral, &c. RK est la rosette coupée en M, pour que l’on voie la roue de rosette M qui est dessous ; e est l’aiguille qui tient à quarré sur cette roue ; cc est la coulisse coupée aussi en ce, pour qu’on voie le rateau aa qui est dessous, & comment il engrene avec la roue de rosette. q que nous avions supposé une fourche, est la queue du rateau, & les deux petits points blancs sont, au lieu de fourchons, deux petites chevilles distantes entr’elles d’une quantité imperceptiblement plus grande que l’épaisseur du ressort spiral. Maintenant il est clair, que si l’on tourne l’aiguille de R vers K, on fera avancer la queue du rateau de q vers r ; & qu’au contraire, si on la tourne de K vers R, on fera avancer cette queue de r vers q, ou de q vers P : d’où il est évident, par ce que nous avons dit plus haut, que par le premier mouvement on fera avancer la montre, & que par le second on la fera retarder. C’est pourquoi les Horlogers vous disent, que pour faire avancer votre montre, il faut tourner l’aiguille du côté où les chiffres vont en augmentant, & dans le sens contraire, quand on veut la faire retarder, parce que ces chiffres sont ordinairement disposés de façon qu’il en résulte cet effet. Dans les montres angloises, au lieu d’une aiguille, on fait tourner un petit cadran dont on apprécie le chemin par un petit index ; mais c’est encore le même effet, ce cadran étant adapté comme l’aiguille sur la roue de rosette.

On pourroit faire ici une question, savoir, de combien de degrés ou divisions il faut tourner l’aiguille de la rosette, pour faire avancer ou retarder la montre d’un certain nombre de minutes en 24 heures. Mais cela dépendant 1°. du ressort spiral qui est tantôt plus court, tantôt plus long, 2°. des rapports qui sont entre l’aiguille de rosette & sa roue, cette roue, & le rateau, rapports qui ne sont presque jamais les mêmes, on voit qu’il est impossible de prescrire aucune regle à cet égard. En général une division est suffisante pour accélérer le mouvement de la montre d’une minute en 24 heures. Au reste pour peu qu’on soit attentif, on s’apperçoit bientôt du degré de sensibilité de sa montre. Il est bon de remarquer cependant que, lorsque l’aiguille est du côté des chiffres de haut nombre, il faut un peu moins la tourner que lorsqu’elle est de l’autre côté ; le ressort spiral étant dans ce cas plus court, & par conséquent un même espace parcouru par la queue du rateau produisant plus d’effet. Voyez Ressort spiral, Rateau, Coulisse, &c.

Rosette, (Jardinage.) ornement d’où sortent des nilles, des palmettes & des becs de corbin, quelquefois employé dans les parterres de broderie à la place d’un grand fleuron.

Rosette, en terme de marchand de modes, est un ruban plus ou moins large, formant une boucle à deux ou trois feuilles de chaque côté. Cet ornement se met au haut des bourses à cheveux. Voyez Bourse. On fait de ces rosettes avec une double rose plus petite & placée au milieu, & sur le nœud de la premiere, on laisse pendre un petit bout de ruban, & ces rosettes prennent alors le nom de la comette.

Rosette, (Peinture.) sorte de craie rougeâtre approchant de la couleur amarante, qui n’est autre chose que du blanc de Rouen, à qui l’on a donné cette couleur par le moyen d’une teinture de bois de Brésil plusieurs fois réitérée. La rosette est une espece de stil de grain dont on se sert dans la peinture. Il y a une autre espece de rosette semblable pour la composition à celle ci-dessus, mais dont la couleur est d’un plus beau rouge, qui sert à faire cette encre dont les Imprimeurs se servent pour marquer en rouge les titres des livres qu’ils impriment. On s’en sert aussi quelquefois pour peindre. Dictionn. du Comm. (D. J.)

Rosette, (Serrur.) ornement d’étoffe ciselés en maniere de rose, qui se met sous le bouton d’une rose. (D. J.)

Rosettes, (Tourneur.) sont des disques de fer ou de cuivre figurés que l’on monte sur l’arbre du tour à figurer, par la moyen desquels on fait des figures qui leur sont semblables. Voyez Tour & les Pl. & fig. du Tourneur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rosette »

Dimin. de rose 1 ; provenç. et espagn. roseta ; ital. rosetta.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de rose, avec le suffixe -ette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rosette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rosette rozɛt

Citations contenant le mot « rosette »

  • La Légion d'honneur de Lyon ? La rosette ! De Boris Vian
  • Jambon, saucissons, rosette... Douze industriels condamnés à 93 millions d'euros d'amendes pour des ententes sur les prix Nice-Matin, Jambon, saucissons, rosette... Douze industriels condamnés à 93 millions d'euros d'amendes pour des ententes sur les prix - Nice-Matin
  • Les territoires de la région sont riches en producteurs de grande qualité. Dans le Pilat, la Maison Duculty est célèbre pour sa charcuterie (photo ci-dessous). Saucissons, rosette et jambons crus concourent à l’excellente réputation de cette entreprise familiale, qui bénéficie du label Entreprise du patrimoine vivant. Célèbre pour avoir été le premier vainqueur d’"Un dîner presque parfait" sur M6, Grégory Cuilleron, qui a ouvert le restaurant Cinq Mains dans le Vieux-Lyon, se fournit à cet endroit. "Je propose des produits locaux mais j’encourage aussi mes clients à aller se fournir directement", précise le chef, qui promeut aussi la volaille Cyril Degluaire, à Saint-Cyr-sur-Menthon, dans l’Ain. Ce producteur a plusieurs fois été primé aux Glorieuses de Bresse, concours de volaille fine. Capital.fr, Gastronomie, brocante... les bonnes adresses des VIP de la région Rhône-Alpes - Capital.fr
  • L’agave est une plante monocarpique, c’est-à-dire que l’unique floraison au cours de sa vie va épuiser la plante entière et la faire mourir. Alors, les rejets présents sur le pourtour de la rosette mère vont prendre le relais ainsi que les nombreuses graines libérées par ses fleurs. Cette fin tragique pour la plante est compensée par le plaisir du jardinier de pouvoir observer cette floraison unique, rare et insolite. Le Telegramme, Un agave fleurit chez Raymond Hédouin - Plouénan - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « rosette »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rosette »

Langue Traduction
Anglais rosette
Espagnol rosetón
Italien rosone
Allemand rosette
Chinois 花环
Arabe وردة
Portugais roseta
Russe розочка
Japonais ロゼット
Basque erroseta
Corse rosette
Source : Google Translate API

Synonymes de « rosette »

Source : synonymes de rosette sur lebonsynonyme.fr

Rosette

Retour au sommaire ➦

Partager