Recourir : définition de recourir


Recourir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RECOURIR, verbe

I. − [Corresp. à courir]
A. − Empl. intrans.
1. Courir de nouveau; revenir en courant. J'ai couru et recouru (Ac.).Villefort ouvrit alors un gros registre placé dans un casier voisin, recourut à une table, de la table passa à des dossiers (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 141).
2. Fam. Retourner rapidement (à l'endroit d'où l'on vient). Pour me rendre compte si je rêvais pas, j'ai recouru vers la République (Céline, Mort à crédit,1936, p. 225).
3. SPORTS
a) Refaire une course. Les commissaires ont écarté la réclamation et les chevaux ont recouru (Le Sport,4 août 1880ds Petiot 1982).
b) Recommencer à courir, revenir à la compétition. Athlète, joueur qui recourt après une foulure, un accident. Il n'a pas recouru depuis son accident (Lexis1975).
B. − Empl. trans. Courir une seconde fois. Recourir le cent mètres (après un faux départ). Quand une course annulée est recourue (...) les yachts engagés dans la course primitive sont admis à participer à la course recourue (J. Merrien, Voile et régate,Paris, R. Laffont, 1957, p. 330).
II. − [Corresp. à recours]
A. − Empl. trans. indir.
1. Recourir à qqn.Demander à quelqu'un son aide ou son secours dans une situation difficile. Recourir à un ami, au médecin; recourir à une agence. Se sachant prompte aux entraînements, elle se craignait elle-même, et regrettait de n'avoir pas un conseiller à qui recourir (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 58).Il recourt à Dieu et à la Sainte Vierge, implorant leur assistance (Valéry, Variété V,1944, p. 218).
2. Recourir à qqc.Se servir de tel ou tel moyen. Recourir à un artifice, à la force, à des principes, à des procédés, aux grands remèdes, à la ruse, à la violence; recourir à l'emprunt, à des expédients; recourir aux manuscrits, à l'original (d'un texte). Pour oublier, il recourait depuis peu à la boisson qui achevait de le détruire (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1278):
Déposant le 5 juin 1907 devant la Cour d'assises de la Seine dans le procès Bousquet-Lévy, Jaurès aurait dit: « Je n'ai pas la superstition de la légalité. Elle a eu tant d'échecs! Mais je conseille toujours aux ouvriers de recourir aux moyens légaux... » Sorel, Réflex. violence,1908, p. 29.
B. − Empl. intrans., DR. Se pourvoir (en justice). Synon. faire appel.Recourir en cassation, en Conseil d'État; recourir contre son adversaire. Il s'était présenté chez elle, afin de savoir si leur contrat stipulait la communauté; alors, on aurait pu recourir contre la femme (Flaub., Éduc. sent.,t. 2, 1869, p. 76).
Prononc. et Orth.: [ʀ əkuʀi:ʀ], (il) recourt [-ku:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug.: v. courir. Étymol. et Hist. A. Verbe intrans. 1. ca 1175 recorre « courir de nouveau » (Chroniques ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 7832); 2. 1178 « revenir en courant » (Renart, éd. M. Roques, 13139). B. Verbe trans. indir. 1. ca 1245 recourre a « avoir recours à » (Huon de Cambrai, Regrets N.-D., 134, 8 ds T.-L.); ca 1480 recourir a (Mist. Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 32691); 2. 1869 dr. (Flaub., loc. cit.). Dér. de courir*; préf. re-*, les sens A 2 et B représentent le lat. recurrere « revenir en courant, revenir vite », « avoir recours à ». Fréq. abs. littér.: 1 464. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 225, b) 1 387; xxes.: a) 1 667, b) 2 582.

Recourir : définition du Wiktionnaire

Verbe

recourir intransitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Courir de nouveau.
    • J’ai couru et recouru.
  2. Demander du secours ; s’adresser à quelqu’un pour en obtenir quelque chose.
    • Voyez-vous […] nous avons à Paris plusieurs catégories de malandrins. Pour nous en garantir, il nous faut recourir à des hommes présentant des qualités particulières. Ces hommes sont des mouchards, comme vous les appelez. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Si les grains ont souffert de l’intempérie des saisons, il faudra recourir au criblage qui produit ordinairement un pour cent de déchet, lequel sera vendu au profit de la République. — (Ch. Lorrain, Les subsistances en céréales dans le district de Chaumont: de 1788 à l'an V, Chaumont : R. Cavaniol, 1911, vol.1, p.503)
  3. (Justice) Se pourvoir.
    • Recourir en cassation.


recourir transitif indirect

  1. User ; utiliser ; avoir recours ; en parlant des choses.
    • Le Wahhabites, en Arabie, à la fin du XVIIIe siècle, par exemple, recourant à l’autorité de certains théologiens médiévaux, lancèrent un mouvement virulent d'islam purifié […]. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.96)
    • J’ai moi-même été militant marxiste-léniniste et j’ai pourtant produit une thèse en anthropologie biologique en recourant au paradigme de la sociobiologie et de la psychologie évolutionniste. — (La démagogie est-elle génétique ?, dans Le Québec sceptique, n°58, p.17, automne 2005)
    • Lorsqu'une grande marque de produits agroalimentaires souhaite lancer un nouveau yahourt 0 % de matière grasse dédié à une clientèle féminine, elle recourt au marketing opérationnel. — (DUT TC 1re année, sous la direction de Julien Granata & ‎Pierre Marquès, Dunod, 2015, chap. 52, p. 395)
    • L'usage voulait, pour certaines correspondances véhiculant des informations confidentielles, que l'on cryptât celles-ci en recourant à des lettres ou à des chiffres qui s'apparentaient à des signes cabalistiques. — (Jean-Michel Lecocq, Le secret des Toscans, éd. L' Harmattan, 2009, p. 11)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Recourir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RECOURIR. (Il se conjugue comme COURIR.) v. intr.
Courir de nouveau. J'ai couru et recouru. Il signifie aussi Demander du secours, s'adresser à quelqu'un pour en obtenir quelque chose. Il faut recourir à Dieu dans l'affliction. Il a fallu recourir au médecin. Recourir à l'autorité supérieure. En termes de Procédure, Recourir en cassation, Se pourvoir en cassation.

RECOURIR se dit également en parlant des Choses et signifie Y avoir recours. Recourir à la clémence, à la bonté, à la miséricorde du prince. Recourir aux remèdes. On fut obligé de recourir à la force. Il faut se méfier des copies et recourir, quand on le peut, aux originaux.

Recourir : définition du Littré (1872-1877)

RECOURIR (re-kou-rir) v. n.

Il se conjugue comme courir.

  • 1Courir de nouveau, retourner en courant. Il recourut chercher un livre qu'il avait oublié. Le coadjuteur [d'Arles] venait de partir pour venir ici ; j'ai recouru après lui, Sévigné, 18 juin 1677.
  • 2 Terme de mer. Recourir sur une manœuvre, la suivre dans l'eau avec une chaloupe, en la tenant à la main.

    Faire recourir une manœuvre signifie la pousser jusqu'où elle doit aller.

  • 3 Fig. Avoir recours à quelqu'un ou à quelque chose. Sire, permettez-moi de recourir aux armes, Corneille, Cid, IV, 5. Petits princes, videz vos débats entre vous ; De recourir aux rois vous seriez de grands fous, La Fontaine, Fabl. IV, 4. Osez-vous recourir à ces ruses grossières ? Molière, Mis. IV, 3. Que dois-je faire ? quelle résolution prendre ? à quel remède recourir ? Molière, Scapin, I, 1. L'entrée du Louvre était libre à tous ceux qui recouraient à la protection de saint Louis, Fléchier, Panég. St Louis. Mais où cherché-je ailleurs ce qu'on trouve chez nous ? Grand roi, sans recourir aux histoires antiques…, Boileau, Ép. I. Soyez compatissante envers ceux qui recourent à vous pour obtenir des grâces, Maintenon, Avis à la Duch. de Bourg.

    Terme de procédure. Recourir en cassation, se pourvoir en cassation.

  • 4 V. a. Terme de chasse. Poursuivre une seconde fois une bête, ou poursuivre une nouvelle bête. Après le premier cerf pris, le roi s'en retourna… Monseigneur courut et prit un second cerf, puis revint, et la meute du roi recourut un troisième cerf qu'elle prit encore, Dangeau, I, 65, 30 nov. 1684.

    Absolument. Tous les chasseurs y demeurèrent pour recourre le lendemain, piqués d'avoir manqué trois cerfs de suite, Dangeau, p. 190, 13 juin 1685.

  • 5 Terme de marine. Recourir les coutures d'un bâtiment, passer le ciseau à calfat sur les étoupes de tous les joints. Recourir les manœuvres, les visiter.

REMARQUE

1. Recourir, v. n. se conjugue avec l'auxiliaire avoir. Cependant on trouve aussi l'auxiliaire être, mais seulement quand il est pris sans régime : Corbinelli a été ici deux jours ; il est recouru pour voir le grand maître qui est revenu d'Alby, Sévigné, 2 sept. 1676.

2. En termes de chasse, ce verbe fait recourre à l'infinitif.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et cil recorurent encontre lui, et assemblerent mout durement, Villehardouin, XCIX. Chil [celui] à qui on demande aucune coze prestée ou aucune convenence, s'il en fet nianche [s'il nie], il ne pot pas, après le [la] niance, recourer à alleguier paiement, Beaumanoir, VII, 11.

XIVe s. Nous devons recourre aus ruilles [règles] generauls, H. de Mondeville, f° 96 verso.

XVIe s. Il n'est vol que de pigeon, quand il a petitz, pour l'obstinée sollicitude en luy par nature pousée, de recourir et secourir ses pigeonnaulx, Rabelais, Pant. IV, 3. Ce disant, Dindenaut desguainoyt son espée ; Panurge recourt vers Pantagruel à secours, Rabelais, ib. IV, 5. Le compaignon [un conjuré] se tenant pour descouvert, Il recourut à l'autel, requerant franchise, Montaigne, I, 255. Pour distinguer les loix naturelles des controuvées, il fault recourir à la generale police du monde, Montaigne, I, 258. J'ay esté contrainct de recourir comme humble suppliant à ton fouyer, Amyot, Cor. 35. J'ai couru mon flambeau sans me donner esmoy, Le baillant à quelqu'un s'il recourt après moy, Ronsard, 305.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Recourir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RECOURIR, v. act. (Gram.) c’est courir de rechef, recourir après cet homme. Il est plus ordinaire au figuré qu’au simple, il fallu recourir à la justice, contre ses entreprises réitérées. Recourir à la clémence du prince & à la miséricorde de Dieu. Recourir à la médecine & à la sorbonne. Recourir aux anciens manuscrits ; on dit en marine, recourir sur une manœuvre, & sur la terre, sur l’eau avec une chaloupe, la tenant à la main ; faire recourir l’écoute, la bouline, le couet de revers ; & c’est pousser ces manœuvres hors du vaisseau en avant, afin de leur donner du balant ; recourir les coutures d’un vaisseau pour y repasser légerement le calfat. Voyez les articles Recours.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « recourir »

Étymologie de recourir - Wiktionnaire

Du latin recurrere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de recourir - Littré

Provenç. recorre ; catal. recorrer ; espagn. recurir ; ital. ricorrere ; du lat. recurrere, de re, et currere, courir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « recourir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
recourir rœkurir play_arrow

Conjugaison du verbe « recourir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe recourir

Citations contenant le mot « recourir »

  • «Continuer la saison 2019-2020 sera délicat, arrêter, impliquera des changements,  et puis les championnats ne concernent pas seulement le foot professionnel, il y a les championnats de l’Algérie profonde et des avis à prendre en considération. Nos décisions étaient claires, le public attendait des décisions sévères mais on a préféré recourir à l’AG.» , Zetchi : «La FIFA nous a autorisés à recourir à la consultation écrite »
  • Au cours de l’entretien, Kais Saied a, de nouveau, affirmé que les moyens juridiques stipulés par la Constitution offrent des solutions. Ce qui permet de garantir la continuité de l’Etat. Il a ajouté qu’il n’hésitera pas à y recourir pour préserver l’Etat et ses institutions. L'Economiste Maghrébin, Saied n'hésitera pas à recourir aux moyens juridiques, selon la Constitution
  • Une proposition de loi déposée à la Chambre le 17 juin dernier prévoit qu’à compter du 1er décembre 2020, toutes les donations authentiques étrangères de biens mobiliers effectuées par un donateur résident en Belgique, devront être enregistrées en Belgique et soumises aux droits de donation. Une mauvaise nouvelle, entre autres, pour tous les résidents belges qui souhaitaient transmettre des actions nominatives à moindre coût fiscal. La forme authentique des donations et l’obligation d’enregistrement en BelgiqueL’article 931 du Code civil impose de recourir à la forme notariée authentique dans le cadre de toute donation. Les seules exceptions sont le don manuel, c’est-à-dire la donation de biens meubles de la main à la main, et la donation « indirecte » qui couvre quasi essentiellement la donation par virement bancaire.La donation devant un notaire belge entraînera le paiement de droits de donation. L’établissement des droits de donation étant une compétence régionale, ceux-ci varient dans les trois Régions. Les taux applicables sont de 3 %, 3,3 %, 5,5 % et 7 % selon le degré de parenté entre le donateur et le donataire. Pour permettre le calcul des droits, conformément à l’article 948 du Code civil, un « état estimatif » des biens donnés doit être joint à l’acte de donation. Cet état doit être signé par le donateur et le donataire. Le recours aux donations à l’étrangerLes donateurs qui souhaitaient éviter le coût fiscal d’une donation notariée en Belgique pouvaient avoir recours aux services d’un notaire étranger dans un pays qui n’applique pas de droits de donation entre personnes non résidentes. C’est le cas des Pays-Bas et de certains cantons suisses comme celui de Genève.La donation authentique réalisée à l’étranger est parfaitement valable sur le plan du droit civil en Belgique. L’article 931 du Code civil n’exige en effet pas que l’acte authentique soit réalisé en Belgique et autorise donc, implicitement, qu’il soit effectué à l’étranger.L’acte authentique étranger n’était pas obligatoirement enregistrable en Belgique de sorte qu’en procédant de la sorte, on évitait le paiement des droits de donation. Une telle opération n’était toutefois pas sans risque puisque l’absence d’enregistrement de la donation en Belgique et de paiement des droits de donation faisait courir le risque que les biens qui faisaient l’objet de la donation soient soumis aux droits de succession en cas de décès du donateur dans les trois ans qui suivaient la donation (sept ans même, dans certains cas, en Région flamande). Il était néanmoins toujours loisible au donateur de faire enregistrer en Belgique la donation effectuée à l’étranger postérieurement à celle-ci. S’il apparaissait que son décès pourrait intervenir endéans le délai de trois ans, il était donc envisageable de faire enregistrer en Belgique la donation effectuée à l’étranger, de payer les droits de donation et d’éviter ainsi des droits de succession plus élevés.La donation effectuée à l’étranger ne permettait toutefois pas de couvrir le risque d’une « mort subite » dans le délai de trois ans, celui-ci pouvant alors, le cas échéant, être couvert par une assurance spécifique. La nouvelle obligation d’enregistrement et ses conséquences pour les détenteurs d’actions nominativesUne proposition de loi déposée à la Chambre le 17 juin dernier prévoit qu’à compter du 1er décembre 2020, toutes les donations authentiques étrangères de biens mobiliers effectuées par un donateur résident en Belgique, devront être enregistrées en Belgique et soumises aux droits de donation.Il s’agit assurément d’une très mauvaise nouvelle pour ceux qui envisageaient de pouvoir recourir encore à des donations authentiques étrangères à moindre coût fiscal. Cette annonce frappe particulièrement les nombreux contribuables qui envisageaient de procéder à la donation d’actions nominatives de sociétés. En effet, la question a été longtemps débattue de savoir si la donation d’actions nominatives pouvait être effectuée par la simple inscription du transfert dans le registre des actionnaires sans qu’il soit nécessaire de faire établir un acte notarié. Cette simple inscription pouvait-elle constituer un acte neutre et abstrait, tout comme un virement bancaire, constitutif d’une donation indirecte ne devant pas revêtir la forme authentique ?Ce débat a été tranché à la faveur de l’adoption du nouveau Code des sociétés et associations (ci-après « CSA ») qui prévoit en ses articles 5 :61, alinéa 1er, 6 :50, alinéa 1er et 7 :73 qu’entre parties, « le transfert de titres s’opère selon les règles du droit commun ». De surcroît, les travaux préparatoires de la loi ayant introduit le CSA invite à « distinguer les dispositions qui régissent la non-opposabilité de la cession des dispositions relatives à la validité de la cession » entre parties. L’inscription du transfert dans le registre des actionnaires consiste essentiellement en une formalité de publicité en vue de rendre ce transfert opposable à la société et aux tiers. L’inscription en tant que telle ne constitue en aucun cas un titre de propriété pour le cessionnaire, celui-ci devant s’en référer au droit commun et produire un acte juridique, de vente ou de donation par exemple. La transmission d’actions nominatives par la simple inscription dans le registre des actionnaires n’est donc pas envisageable, cette inscription ne constituant qu’une modalité d’opposabilité aux tiers et non un titre de propriété.Il convient donc nécessairement de procéder à la donation devant notaire pour en assurer la validité sur le plan civil (et fiscal).Si, ce qui paraît presque certain, la proposition de loi évoquée est votée, il ne sera donc plus possible, à compter du 1er décembre 2020, de procéder à la donation de parts nominatives sans procéder à l’enregistrement en Belgique et payer des droits de donation. François CollonAvocatHirsch & Vanhaelst([email protected]) , Portail du droit en Belgique: actualites juridiques belges
  • Tout le monde veut recourir. Nos licenciés se sont bien préparés on devrait avoir des résultats rapidement » , Cyclisme « Tout le monde veut recourir » au VC Aiglon de L'Aigle | Le Réveil Normand
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/emploi-la-france-appelle-airbus-a-ne-pas-recourir-a-des-departs-forces-1376138 Capital.fr, Emploi : la France appelle Airbus à ne pas recourir à des départs forcés - Capital.fr
  • Bon à savoir : la lettre de mise en demeure n’est pas une nécessité et le bailleur peut décider de recourir directement au commandement de payer après avoir en vain tenté une démarche amiable. Cet acte est un document technique très spécifique. Il se présente d’une certaine façon et comporte de nombreuses mentions obligatoires. C’est pourquoi il est rédigé soit par un huissier, soit par un avocat qui le transmet ensuite à l’huissier pour délivrance. Capital.fr, Loyers impayés : garanties et recours - Capital.fr
  • Il est maintenant presque autorisé pour une catholique de recourir aux mathématiques pour éviter d’être enceinte, mais il lui est encore interdit de se servir de la physique et de la chimie. De Henri Louis Mencken / Notebooks
  • Abuser de l'intelligence, en art, équivaut à recourir, pour plaire en amour, aux artifices de l'esprit. De Léon-Paul Fargue / Sous la lampe
  • La pureté : un vieux mot pour lequel il faut déjà recourir au dictionnaire. De Etienne Rey / De l'Amour de Stendhal

Images d'illustration du mot « recourir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « recourir »

Langue Traduction
Corse resort
Basque jotzea
Japonais リゾート
Russe прибегать
Portugais recorrer
Arabe منتجع
Chinois 采取
Allemand resort
Italien ricorrere
Espagnol recurso
Anglais resort
Source : Google Translate API

Synonymes de « recourir »

Source : synonymes de recourir sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires