La langue française

Promontoire

Sommaire

  • Définitions du mot promontoire
  • Étymologie de « promontoire »
  • Phonétique de « promontoire »
  • Citations contenant le mot « promontoire »
  • Images d'illustration du mot « promontoire »
  • Traductions du mot « promontoire »
  • Synonymes de « promontoire »
  • Antonymes de « promontoire »

Définitions du mot promontoire

Trésor de la Langue Française informatisé

PROMONTOIRE, subst. masc.

A. −
1. Pointe de terre qui s'avance dans la mer. Synon. cap.Promontoire avancé. Le terrain solide manquait. Ils se trouvaient à l'extrémité d'une pointe aiguë, sur laquelle la mer brisait avec fureur. «C'est un promontoire, dit le marin...» (Verne, Île myst., 1874, p.19).Une autre religion a couvert (...) les promontoires roux qui fendent les flots comme une étrave, de petits temples harmonieux (Faure, Espr. formes, 1927, p.230):
1. Et, là-bas, devant moi, le vieux gardien pensif De l'écume, du flot, de l'algue, du récif, Et des vagues sans trêve et sans fin remuées, Le pâtre promontoire au chapeau de nuées, S'accoude et rêve au bruit de tous les infinis... Hugo, Contempl., t.3, 1856, p.129.
2. Relief élevé qui domine un autre relief moins élevé, une plaine. Promontoire élevé. [Le bourg] est bâti sur le versant d'un promontoire qui élève peu à peu, au milieu de la campagne, ses falaises de grès et se termine brusquement dans un à-pic (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p.140):
2. ... le regard découvre avec saisissement la belle forme immobile (...) de cette colline posée sur notre vaste plateau comme une table de nos lois écrites, comme un appel à la fidélité lorraine. Et sa présence inattendue jette dans un paysage agricole (...) un soudain soulèvement de mystère et de solitaire fierté. C'est un promontoire qui s'élève au milieu d'un océan de prosaïsme. Barrès, Colline insp., 1913, p.74.
Promontoire sur.Surplomb au-dessus de. Rochers des Deux-Soeurs: position admirable, petit promontoire sur l'abîme d'arbres (Michelet, Journal, 1834, p.118).
B. − P. anal.
1. Chose qui évoque un promontoire par sa forme; ce qui fait saillie, proéminence. Une longue barre grise de façades (...) un promontoire de toitures que les poteries des cheminées faisaient ressembler à une falaise rocheuse, s'enfonçant au milieu d'une mer phosphorescente (Zola, L'OEuvre, 1886, p.110).John ébauche une grimace, projette sa lèvre en rebord d'assiette, avance encore en promontoire son menton disproportionné (Genevoix, Laframboise, Match à Vancouver, 1942, p.196).Elle poussait devant elle deux promontoires tremblants de mamelles (Arnoux, Seigneur, 1955, p.25).V. aspect ex. 12.
2. ANATOMIE
a) Petite saillie osseuse située au centre de la paroi interne de la caisse du tympan. Celle [une paroi de la caisse du tympan] qui est vis-à-vis du tympan présente une saillie en dos d'âne, qui monte obliquement d'avant en arrière, et qu'on nomme promontoire. La fenêtre ovale est au dessus (Cuvier, Anat. comp., t.2, 1805, p.484).
b) Angle saillant formé par la jonction du sacrum avec la cinquième vertèbre lombaire. Base du sacrum (...) formant avec la 5evertèbre lombaire l'angle désigné sous le nom de promontoire (Richer, Nouv. anat. artist., t.2, 1920, p.47).
3. Pop., fam., vieilli. Synon. de nez.Je ne vois pas plus loin devant moi que le bout de mon propre promontoire. (...) quel est ce bruit dans le brouillard? (Claudel, Visages radieux, 1947, p.799).
C. − Au fig. Ce qui évoque un promontoire par son élévation morale, intellectuelle ou par son caractère extrême. Shakespeare souhaitait ardemment la tempête (...) l'idée du péril lui semblait un haut promontoire d'où l'homme peut contempler l'univers sous son aspect véritable (L. Daudet, Voy. Shakesp., 1896, p.25).L'existence n'a guère d'intérêt que dans les journées (...) où quelque vulgaire incident devient un ressort romanesque. Tout un promontoire du monde inaccessible surgit alors de l'éclairage du songe (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p.865).Les grands caps de la douceur, les îles de l'entente, les promontoires de la tendresse, on ne peut les revoir qu'avec un nouvel amour (Giraudoux, Sodome, 1943, i, 4, p.79).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔmɔ ̃twa:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1213 (Faits des Romains, éd. L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p.143, l. 8); 1805 anat. (Cuvier, loc. cit.). Empr. au lat. médiév. promontorium (Du Cange, Latham) corresp. au lat. class. promunturium, de prominere «faire saillie, être proéminent». Fréq. abs. littér.: 431. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 842, b) 881; xxes.: a) 452, b) 370. Bbg. Quem. DDL t.8.

Wiktionnaire

Nom commun

promontoire \pʁɔ.mɔ̃.twaʁ\ masculin

  1. Cap ; pointe de terre élevée qui s’avance dans la mer.
    • Ce lac est une véritable mer méditerranéenne, […]. D'un dessin très irrégulier, étranglé dans sa partie centrale par deux promontoires aigus, il affecte au nord la disposition d’un triangle évasé. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Le village indien de Sticoë, avec ses tombes pyramidales et ses huttes en ruines, se montrait à notre gauche, au détour d’un promontoire ; […]. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • Sur la côte inhospitalière de l’Atlantique battue par les vents et la houle du large, à mi-chemin environ entre le cap Spartel et Mogador, s'ouvre une baie spacieuse, entre un promontoire rocheux et une presqu’île frangée d'écume. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 19)
    • La rade de Casablanca, comprise entre la presqu'île d’Oukacha à l'est et le promontoire d'El-Anq que prolongent des écueils dangereux à l'ouest, est spacieuse, mais trop évasée et exposée par suite à l'assaut des vents violents et des lames qui déferlent jusqu'à terre. — (Jean La Revelière, Les énergies françaises au Maroc: études économiques et sociales, Plon-Nourrit & Cie, 1917, page 72)
    • Le navire ayant été dépallé dans le Sud par un courant polaire, le cap Brewster, promontoire septentrional du Scoresby Sund, était à une dizaine de milles au N.-W. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Dans un grand épanchement de clarté, je vois, sous les pins des promontoires, une côte éclatante, d’immenses baies toutes bleues, une théâtrale enluminure, où la ligne déchiquetée des porphyres limite en ses anfractuosités rougeoyantes l’azur doré de la mer. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Par analogie)Je m'engage sur la pente. Zinder est là-bas, au centre d'une vaste crique à l'apparence de golfe desséché que bornent, à l'Est et à l'Ouest, des coteaux pierreux en forme de promontoire. — (Louis Alibert, Méhariste, 1917-1918, Éditions Delmas, 1944, page 14)
    • Lisa redémarra et se dirigea vers la rive nord, surplombée par l'église de Saint-Martin-du-Tertre, perchée sur un promontoire calcaire comme un phare céleste pour la ville entière. Sur le clapot des eaux sombres de l'Yonne, le ciel plombé créait des ondes oscillant entre le gris et le noirâtre, […]. — (Jacques Saussey, Colère Noire, French Pulp éditions, 2016, chap. 7)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROMONTOIRE. n. m.
Cap, pointe de terre élevée qui s'avance dans la mer. Les trois promontoires de Sicile. Le promontoire de Malée. Doubler un promontoire. Ce mot n'est guère usité que dans le style soutenu et qu'en parlant de la géographie ancienne; dans la géographie moderne, on dit Cap.

Littré (1872-1877)

PROMONTOIRE (pro-mon-toi-r') s. m.
  • 1 Terme de géographie. Ancien synonyme de cap. Non loin de Terracine est le promontoire choisi par les poëtes comme la demeure de Circé, Staël, Corinne, XI, 1. Cicéron a perdu la vie près du promontoire de Gaëte, qui s'offre à nos regards, Staël, ib. XIII, 4.

    Fig. Un brin d'herbe dans l'eau par elle [la colombe] étant jeté, Ce fut un promontoire où la fourmi arrive, La Fontaine, Fabl. II, 12.

  • 2En un sens plus étroit, masse de terre élevée ou montagne formant saillie au-dessus des eaux, par opposition à cap, qui désigne tout ce qui s'avance dans la mer, élevé ou non. On voit de là la ville de Monaco bâtie sur un promontoire élevé en forme de table et escarpé de tous côtés, Saussure, Voy. Alpes, t. V, p. 315, dans POUGENS.
  • 3 Terme d'anatomie. Petite saillie de la paroi interne du tympan.

HISTORIQUE

XVIe s. Au promontoire du cap de Bonne Esperance, Paré, Licorne, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROMONTOIRE, (Géogr, mod.) on appelle promontoire, en latin promontorium, une montagne accompagnée d’une pointe de terre qui avance dans la mer ; les Grecs qui trouvoient quelque ressemblance entre ces pointes élevées & la tête d’un bélier, ont nommé quelques-unes de ces pointes, crin-métopon, & les Latins à leur exemple, frons arietis ; les Espagnols disent cabo, & les Italiens cape, d’où nous avons formé le mot cap. Les Grecs disoient acra, qui signifie hauteur.

Table des principaux caps ou promontoires.
En
Europe
Le cap Nord. Qui
s’étendent
depuis
La partie la plus septentrionale de la Norvege
Le cap la Hogue. Le nord de la France.
La pointe de Terre. Le sud-ouest de l’Angleterre.
Le cap Lézard. Le sud de l’Angleterre.
Le cap Start. L’ouest de l’Angleterre.
Le cap Finistere. L’ouest, d’Espagne.
Le cap de Rocca L’ouest,
Le cap Saint-Vincent. L’ouest,
   
En
Asie
Le cap Ningpo. A l’est de la Chine.
Le cap Comorin. A la presqu’île de l’Inde en-deçà du Gange.
Le cap Aazalgate. A la partie sud-est de l’Arabie.
   
En
Afrique.
Le cap Spartel. A l’ouest de la Barbarie.
Le cap Verd. A l’ouest du pays des Negres.
Le cap de Bonne-Espérance. Au sud de l’Ethiopie extérieure.
Le cap de Garde Feu. Au nord-est de l’Ethiopie extérieure.
En
Amérique.
Le cap de Floride. Au sud de la Floride.
Le cap de Coriente. A l’ouest de la nouvelle Espagne.
Le cap Froward. Au sud de la terre Magellanique.
Le cap Horn. Au sud de la terre du Feu.
Le cap Saint-Augustin. A l’est du Brésil.

Le promontoire d’Atlas étoit autrefois appellé une pointe de terre par tous les navigateurs, parce qu’ils supposoient qu’on ne pouvoit pas le doubler, ou que si on le passoit, on ne pouvoit pas en sureté le repasser ; aussi c’étoit-là le terme de leur navigation sur la côte d’Afrique. On peut voir les autres promontoires dans les cartes.

J’ajouterai seulement que le promontoire ou cap de Roca, est nommé par les auteurs latins Atrebatum ; le cap de Saint-Vincent, sacrum promontorium ; le cap de Matapan ou Maina, qui fait la pointe de la Morée, Tænarium promontorium ; le cap de Nortkin, Autubæ ; le cap de Finistere, Celticum, ou Nerium promontorium, &c. (D. J.)

Il y a un grand nombre d’autres promontoires que ceux dont on a fait mention ici ; mais on les trouvera avec leurs longitudes & leurs latitudes, aux articles de leurs noms. La connoissance des promontoires est indispensable aux navigateurs. Voyez Cap.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « promontoire »

Lat. promontorium, de pro, en avant, et mons, mont.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin promunturium (même sens).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « promontoire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
promontoire prɔmɔ̃twar

Citations contenant le mot « promontoire »

  • […] Le pâtre promontoire au chapeau de nuées […]. Victor Hugo, Les Contemplations, Pasteurs et troupeaux, V, 23
  • Ressembler au promontoire sur lequel sans cesse se brisent les vagues ; lui reste debout, et autour de lui viennent mourir les bouillonnements du flot. Marc Aurèle en latin Marcus Annius Verus, puis Marcus Aurelius Antoninus, Pensées, IV, 49 (traduction A. I. Trannoy)
  • Penser, c'est être à la recherche d'un promontoire. De Michel de Montaigne / Essais
  • Sois comme un promontoire contre lequel les flots viennent sans cesse se briser. De Marc-Aurèle
  • Cette ville est une case. Angoulême n’est pas seulement la capitale de la Charente, marquée jusque dans ses pierres par un passé glorieux, tumultueux, religieux et même industrieux. Angoulême, c’est une histoire qui marque les ruelles et même les sous-sols mités de grottes et de souterrains de l’éperon rocheux sur laquelle elle est juchée, à 100 mètres de hauteur. Un promontoire qui lui doit le surnom de « balcon du Sud-Ouest ». SudOuest.fr, Angoulême : la BD est partout dans les rues de la ville
  • Fièrement perché sur son promontoire rocheux, le château de Grignan en impose - sa terrasse offre du reste une vue imprenable sur la Drôme provençale. peuple-libre.fr, DRÔME - Votre hebdo vous offre des places pour les châteaux de la Drôme
  • Déambuler dans le château de Saint-Projet, dans le Tarn-et-Garonne, c’est marcher au rythme de l’Histoire. Le fort de la commune, situé sur un promontoire, offre un panorama grandiose sur les terres du Quercy. C’est ici, aux frontières avec le Lot et l'Aveyron, que séjourna Marguerite de Valois, dite la Reine Margot, rendue célèbre par Alexandre Dumas. Alors poursuivie par les troupes d’Henri III durant les guerres de religions, l’épouse d’Henri IV fit halte dans cette bastide du 26 au 27 septembre 1585. ladepeche.fr, Au château de Saint-Projet, sur les traces de la Reine Margot - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « promontoire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « promontoire »

Langue Traduction
Anglais promontory
Espagnol promontorio
Italien promontorio
Allemand vorgebirge
Chinois 海角
Arabe رعن
Portugais promontório
Russe мыс
Japonais
Basque muino
Corse prumessu
Source : Google Translate API

Synonymes de « promontoire »

Source : synonymes de promontoire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « promontoire »

Partager