La langue française

Prohibition

Sommaire

  • Définitions du mot prohibition
  • Étymologie de « prohibition »
  • Phonétique de « prohibition »
  • Citations contenant le mot « prohibition »
  • Images d'illustration du mot « prohibition »
  • Traductions du mot « prohibition »
  • Synonymes de « prohibition »
  • Antonymes de « prohibition »

Définitions du mot « prohibition »

Trésor de la Langue Française informatisé

PROHIBITION, subst. fém.

A. − Interdiction promulguée par une autorité; p.méton., mesures qui en découlent. Prohibition de l'inceste; prohibition du port d'armes; prohibition des stupéfiants. La croyance nouvelle (...) allait bientôt décréter à son tour certaines prohibitions et parmi celles-ci l'interdiction du mariage entre proches (Gaultier,Bovarysme, 1902, p.154).V. inceste A 1 ex. du Monde dimanche:
1. Sous Louis XI, les prohibitions devinrent plus sévères (...): ce tyran (...) fit menacer par son parlement de la confiscation, des verges et du bannissement, tous clercs, tant du Palais que du Châtelet, qui joueraient des farces et des sotties... Sainte-Beuve,Tabl. poés. fr., 1828, p.178.
P. métaph. [Les pédants étourdis] renouvellent leur prohibition du grotesque allié au sublime (Hugo,Préf. Cromw., 1827, p.18).
Vx ou littér. Prohibition de + inf.Les servitudes non apparentes sont celles qui n'ont pas de signe extérieur de leur existence, comme (...) la prohibition de bâtir sur un fonds (Code civil, 1804, art. 689, p.126).Comme la prohibition d'écrire ne s'étend pas jusqu'à moi, je veux vous faire mention d'Agnès de Catane dont on raconte ici la romanesque histoire (Sand,Lélia, 1839, p.486).J'ai peint la figure de Pan, la passion de l'univers travaillé par la prohibition de subsister (Claudel,Art poét., 1907, p.160).
B. −
1. ÉCON. POL. Interdiction d'importer, d'exporter certains produits, pour des raisons diverses (salubrité, sécurité publique, fiscalité, protection douanière). Prendre des mesures de prohibition; prohibitions à l'importation, à l'exportation. Pourquoi êtes-vous forcés d'approuver la prohibition de l'exportation des grains à l'étranger toutes les fois que l'abondance n'est point assurée dans l'intérieur? (Robesp.,Discours, Subsist., t.9, 1792, p.113).V. convention1ex. 1:
2. On a vu (...) des fabricans de chapeaux de Marseille solliciter la prohibition d'entrée des chapeaux de paille venant de l'étranger, sous prétexte qu'ils nuisaient au débit de leurs chapeaux de feutre! Say,Écon. pol., 1832, p.180.
Droit de prohibition. Taxe de douane très élevée équivalant à la prohition d'importation ou d'exportation d'un produit. Synon. droit prohibitif*.La protection, n'est-ce pas? La surtaxe, un droit de prohibition sur les blés étrangers, pour que les blés français doublent de prix! (Zola,Terre, 1887, p.369).
2. En partic., absol., HIST. Interdiction d'importer, de fabriquer, de vendre et de consommer de l'alcool aux États-Unis (de 1919 à 1933). À New-York (...) la prohibition a supprimé l'ivresse officielle (Morand,New-York, 1930, p.77).−Quoi donc, s'étonna Caracalla, n'importe qui peut entrer [au bar], il suffit de connaître le nom de la patronne! −C'était la même chose pour les speakeasies, à New-York, du temps de la prohibition (Vailland,Drôle de jeu, 1945, p.58).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔibisjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1237 «interdiction absolue» (Franchises commerciales accordées par la commune de Londres aux marchands d'Amiens, de Corbie et de Nesle ds A. Thierry, Rec. des Monuments inéd. de l'Hist. du Tiers État, t.1, p.805); 2. 1890 la prohibition «interdiction de vendre certaines boissons alcoolisées (dans un état américain)» (La vie polit. à l'étranger, p.384 ds Quem. DDL t.21); plus spéc. 1927 «interdiction des boissons alcoolisées sur tout le territoire des États-Unis» (A. Siegfried, Les États-Unis d'aujourd'hui, p.67 ds Rey-Gagnon Anglic.). Empr. au lat. prohibitio «interdiction, défense», dér. de prohibere, v. prohiber; au sens 2 d'apr. l'usage de l'angl. prohibition aux États-Unis (1851 ds Americanisms) plus spéc. à propos de l'interdiction nationale du dix-huitième amendement de la Constitution des États-Unis du 16 janv. 1919 dont l'application relevait du National Prohibition Act appelé Volstead Act (v. Americanisms, DAE, Encyclop. Brit.). Fréq. abs. littér.: 95.

Wiktionnaire

Nom commun

prohibition \pʁɔ.i.bi.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de prohiber, défense, interdiction.
    • Pourquoi êtes-vous forcés d’approuver la prohibition de l’exportation des grains à l’étranger toutes les fois que l’abondance n’est point assurée à l’intérieur. — (Maximilien Robespierre; Sur les subsistances, séance de la Convention du 2 décembre 1792)
    • Vous avez vu nos évêques, à très peu d’exceptions près, au mépris des prohibitions les plus certaines de notre législation concordataire, se concerter en vue de manifestations collectives, ou se livrer, tantôt isolément, tantôt simultanément, à des manifestations individuelles contre les actes les plus réguliers du gouvernement. — (Discours d'Émile Combes à Auxerre, 4 septembre 1904)
  2. (En particulier) (Absolument) Interdiction de la vente de boissons alcoolisées.
    • Chaque semaine, des paquebots arrivaient de New-York et débarquaient des touristes américains qui venaient se reposer de leurs affaires, à l’abri des lois de la prohibition. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Pour le moment, la lutte antidrogue est aussi inefficace que la Prohibition dans les années 1930 aux Etats-Unis. — (Dans «Réunion du G8 : "La lutte antidrogue est un échec mondial" » par Jules Giraudat, L'Express, 10 mai 2011)

Nom commun

prohibition

  1. Prohibition, Défense, interdiction.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROHIBITION. n. f.
Défense, interdiction. La prohibition de l'alcool, des stupéfiants. La prohibition du port d'armes.

Littré (1872-1877)

PROHIBITION (pro-i-bi-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Défense, interdiction. Prohibition du port d'armes. Il [Pythagore] leur enjoignait [à ses disciples] de ne porter jamais la figure des dieux gravée sur des anneaux, ce qu'on a toujours pris pour une prohibition de révéler ce qu'il leur avait enseigné de la nature divine, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, II, Pythagore. J'envoyai aux galères de bonnes familles, pour s'être amusées à l'astrologie judiciaire après ma prohibition, J. Bruslé, Lucien en belle humeur, t. I, p. 210, dans POUGENS. Toute prohibition d'aliéner faite avec cause et en faveur de quelqu'un emporte fidéicommis, Patru, Plaid. XII, dans RICHELET.
  • 2Défense de faire entrer dans un pays une marchandise étrangère. Ce commerce n'entraîne pas une permission pour les colonies, qui restent en état de prohibition, Montesquieu, Esp. XXI, 21. C'est dans l'espérance d'acheter à bon marché et de vendre cher qu'on a imaginé ces prohibitions ; les nations ont voulu se nuire mutuellement, et elles se sont nui chacune à elles-mêmes, Condillac, Comm. gouv. I, 21.

HISTORIQUE

XVIe s. Ciceron luy respondit, que son election au tribunat, ayant esté faitte directement contre l'expresse prohibition des loix, estoit nulle, Amyot, C. d'Utiq. 53.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROHIBITION, s. f. (Jurisp.) signifie défense. Il y a diverses sortes de prohibitions prononcées par la loi ; les unes contre certains mariages, d’autres pour empêcher de donner certains biens, ou de les donner à certaines personnes, ou de disposer de ses biens au-delà d’une certaine quotité, ou en général d’aliéner ses biens. Voyez Mariage, Donation, Mineur, Legs, Testament, Propres. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prohibition »

Prov. prohibition ; espagn. prohibicion ; ital. proibizione ; du lat. prohibitionem, de prohibitum, supin de prohibere, prohiber.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin prohibitio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prohibition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prohibition prɔibisjɔ̃

Citations contenant le mot « prohibition »

  • La prohibition... c’est tout de même mieux que pas d’alcool du tout. De Will Rogers
  • La prohibition renforce toujours ce qu'elle interdit. De Frank Herbert / La mort blanche, 1982
  • Le seul avantage pour moi d'avoir connu l'époque de la prohibition, c'est que n'importe quel alcool me paraît bon. De Johnson Peter
  • Chicago, en pleine prohibition, la ville s'enivre d'un tempo nouveau : c'est le hot jazz, défendu par Joe Oliver, Lil Hardin et Louis Armstrong. Au même moment, Sergueï Prokofiev vient créer un nouvel opéra, "l'Amour des trois oranges", dans la Windy City, la ville ouverte à tous les vents... France Musique, A Chicago au temps de la prohibition
  • La prohibition a 100 ans, et avec elle l'essor de cocktails encore largement bus, comme le "Cuba Libre" ou le "Bloody Mary". Dans les années 1920, alors que l'alcool est interdit, ces breuvages apparaissent pour mieux dissimuler le goût de l'alcool frelaté utilisé dans leur composition. France Culture, Pendant la prohibition, le boom du cocktail
  • Entre 1919 et 1933 la vente d'alcool a été totalement interdite sur le territoire fédéral américain. Dans ce nouvel épisode de "Au cœur de l'histoire", produit par Europe 1 Studio, Jean des Cars revient ce "dry january" contraint et forcé, qui dura plusieurs années : la prohibition. Europe 1, La Prohibition, une fausse bonne idée ?
  • ReportageWesterville est devenue, en 1920, le fief de la Ligue anti-saloons et du mouvement d’interdiction des boissons alcoolisées. Dans cette petite ville de l’Ohio, d’où l’alcool a été banni jusqu’en 2005, ce passé prohibitionniste est aujourd’hui mis en valeur. Le Monde.fr, Cent ans après, voyage dans la « capitale » de la Prohibition aux Etats-Unis
  • La prohibition de la culture du cannabis remonte au 22 décembre 1932. À cette époque, le protectorat français avec le dahir avait pris cette décision. Sauf qu’aujourd’hui, la légalisation du produit s’avère plus que nécessaire. Selon Prohibition Partners, groupe de réflexion sur la dépénalisation du cannabis, ce produit pourrait rapporter au Maroc 944 millions de dollars dès la première année de sa légalisation. "Il faut que l’État contrôle la production et la commercialisation du cannabis", propose Camelia Benaskour. De même, la consultante en stratégie d’entreprise suggère la création d’une zone franche pour la vente et la consommation de cannabis, une "mini-Amsterdam", ce qui pourrait attirer un tourisme cannabique. Bladi.net, Pourquoi la législation du cannabis s’impose au Maroc
  • Le très long combat politique organisé pour la sobriété forcée venait de remporter sa plus grande victoire. La prohibition généralisée et universelle, sans exception, commençait. Le Devoir, Les 100 ans du 18e amendement instaurant la prohibition aux États-Unis | Le Devoir

Images d'illustration du mot « prohibition »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prohibition »

Langue Traduction
Anglais prohibition
Espagnol prohibición
Italien divieto
Allemand verbot
Chinois 禁令
Arabe المنع
Portugais proibição
Russe запрет
Japonais 禁止
Basque debeku
Corse pruibizione
Source : Google Translate API

Synonymes de « prohibition »

Source : synonymes de prohibition sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prohibition »

Partager