La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « prévôt »

Prévôt

Variantes Singulier Pluriel
Masculin prévôt prévôts

Définitions de « prévôt »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉVÔT, subst. masc.

I. − HISTOIRE
A. − HIST. DU DR.
1. [Sous l'Ancien Régime]
a) Prévôt (royal). Officier de justice subalterne qui avait compétence pour juger en première instance les causes ne relevant pas de la juridiction des baillis et des sénéchaux. Dans quelques provinces, le prévôt royal avait le titre de Châtelain; dans d'autres, celui de Vicomte; et dans d'autres, celui de Viguier (Ac.1835, 1878).Le Parlement, tribunal judiciaire normal, se transforme, dès le milieu du XIIIes. (...) en juridiction d'appel des sentences prononcées (...) par les tribunaux royaux (des prévôts et des baillis) (La Gde encyclop., Larousse, t.11, 1972, p.2297).
b) P. ext. Officier civil ou judiciaire, investi d'une autorité juridictionnelle, administrative ou militaire. On donnait autrefois en France le nom de prévôt à plusieurs officiers chargés en chef des diverses fonctions publiques (St-Edmet.51828).
(Grand) prévôt de la connétablie, prévôt général de la connétablie. Officier qui commandait les gardes de la connétablie et qui instruisait les procès des gens de guerre. Le prévôt de la connétablie était un magistrat placé sous les ordres du connétable (Quillet1965).
Prévôt de l'hôtel (du roi), grand prévôt (de France). ,,Officier d'épée exerçant une juridiction importante relative au bon ordre, à la sûreté et à la subsistance de la cour et des endroits où le roi résidait`` (Marion Instit. 1923). Gilles Lecornu, frère de maître Jehan Lecornu, prévôt de l'hôtel du roi (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.21).Quatre gardes de la compagnie écossaise (...) lui firent descendre l'escalier et le livrèrent à monsieur de Montrésor, le prévôt de l'hôtel (Balzac, Martyr calv., 1841, p.152).La prévôté de l'Hôtel, dirigée par le prévôt de l'Hôtel et son lieutenant, qui ont pouvoir de taxer les denrées de première nécessité, de réquisitionner les vivres, enfin de connaître toutes les causes intéressant les personnes de la Cour ou celles qui la suivent (La Gde encyclop., Larousse, t.58,1976,p.12408).
Prévôt général de l'Île de France, prévôt de l'Île. Chef d'une compagnie d'archers établie aux environs de Paris pour veiller à la sûreté de la campagne, qui avait compétence pour juger les délits qui s'y commettaient (d'apr. Pol. 1868).
Prévôt (général) de la marine (et des armées navales). Magistrat militaire chargé d'instruire les procès des marins accusés de crime. Le Prévôt de la marine était, selon l'ordonnance de 1674, un officier de justice qui connaissait des délits commis dans un arsenal, et de toutes les affaires relatives à la juridiction attribuée aux intendants de la marine; il instruisait les affaires criminelles, et il avait surveillance sur les forçats (Bonn.-Paris1859).
Prévôt marinier. Officier responsable de la police à bord de chaque bâtiment (remplacé par le capitaine d'armes après la Révolution) (d'apr. Lar. encyclop.).
Prévôt de Paris. Magistrat placé à la tête du Châtelet, qui était chargé de l'administration de Paris. L'ouvrage fut conduit par Hugues Aubriot, prévôt de Paris, qui fit aussi bâtir la Bastille Saint-Antoine (A. France, J. d'Arc, t.2, 1908, p.62).En 1418, pour conduire en prison le connétable d'Armagnac, on le fit monter en croupe derrière le prévôt de Paris (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p.64).En 1398, dans une ordonnance du prévôt de Paris, le meilleur hareng est reconnu comme venant de Scanie [Scandinavie] (Boyer, Pêches mar., 1967, p.8).
Prévôt des marchands. Premier échevin de Paris et, à partir de 1575, de Lyon. Deux des bons architectes du XVIIesiècle, François Blondel et Pierre Bullet (...) e.écuteront le plan de Paris, que le prévôt des marchands présenta à Louis XIV le 8 août 1676 (P. Lavedan, Urban., 1926, p.134).C'est sous saint Louis qu'Étienne Boileau, prévôt des marchands, accorda aux vinaigriers parisiens le droit de faire de la moutarde (Gdes heures cuis. fr.,Éluard Valette, 1964, p.242).La royauté apprend en 1357, par l'insurrection parisienne d'Étienne Marcel, que si le prévôt des marchands est plus puissant que le prévôt du roi, le pouvoir est perdu (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.405).
Prévôt des maréchaux, de la maréchaussée ou grand prévôt. Officier qui était chargé de maintenir l'ordre et la paix sur la voie publique et de juger les délits qui s'y commettaient. C'est d'ordinaire devant l'intendant ou le prévôt de la maréchaussée que sont renvoyés (...) tous les gens du peuple auxquels il arrive de troubler l'ordre par quelque acte de violence (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p.124).Chargés de veiller à la discipline des troupes, ils [les maréchaux] disposent, du XVIes. à la Révolution, de prévôts des maréchaux et d'archers (La Gde encyclop., op.cit., t.37, 1974, p.7606):
. Étant à l'armée, son cuisinier fut pris comme maraudeur; on vient le lui dire: «Je suis très content de mon cuisinier, répondit-il; mais j'ai un mauvais marmiton». Il fait venir ce dernier, lui donne une lettre pour le grand prévôt. Le malheureux y va, est saisi, proteste de son innocence, et est pendu. Chamfort, Caract. et anecd., 1794, p.137.
Prévôt (général) des monnaies. Officier chargé de l'arrestation des faux-monnayeurs et de l'instruction de leur procès. Le prévôt général des monnaies était un officier établi en 1631 (...) pour instruire sommairement les procès de fausse monnaie (MarionInstit.1923).
2. [Sous l'Ancien Régime et après la Révolution] Prévôt de l'armée ou grand prévôt; prévôt du régiment. Officier chargé de juger les délits commis dans l'armée; dans un régiment (infra II B un empl. plus récent de grand prévôt dans le domaine milit.). En ne considérant le grand prévôt que comme chef de la justice d'une armée, ses attributions consistaient, sous Louis XIV et Louis XV, à taxer les denrées, réprimer les maraudes, classer, diriger, surveiller les bagages de l'armée, instruire les procès relatifs aux délits (Lar. 19e).
3. [Après la Révolution] Juge d'une cour prévôtale. V. prévôtal I B 1 ex. de Quillet 1965.
B. − HIST. RELIG. Chef ou doyen du chapitre d'une cathédrale ou d'une collégiale. Le jeune François [de Sales] fut nommé prévôt de son église; c'était la première dignité du chapitre (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.1, 1840, p.266).À présent, comme jadis, la chapelle [la chapelle Palatine d'Aix-la-Chapelle] est administrée par un chapitre que préside un doyen avec le titre de prévôt (Hugo, Rhin, 1842, p.75).Il avait un oncle fort âgé à Uzès, qui y possédait un bénéfice assez considérable, étant outre cela prévôt de la cathédrale (Mauriac, Vie Racine, 1928, p.38).
II.
A. − ESCR. Prévôt (d'armes, de salle). Second d'un maître d'armes. Animé par l'éclat poli de l'acier, sentant la garde bien à la main, Sigognac se mit à tirer au mur, et vit qu'il n'avait rien oublié des leçons que Pierre, ancien prévôt de salle, lui donnait pendant ses longs loisirs au château de la misère (Gautier, Fracasse, 1863, p.224).Deux messieurs apparaissaient, cuirassés du plastron matelassé des prévôts. Ils avaient le fleuret au poing (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, 5etabl., III, p.198).Une salle d'armes où Hyacinthe, maître d'escrime, avait Huguet pour prévôt (A. France, Pt Pierre, 1918, p.181).
Prévôt d'escrime. ,,Sous-officier qui enseigne l'escrime dans un corps de troupe`` (Rob. 1985).
P. anal. Second d'un professeur de boxe, de gymnastique, etc. Le prévôt d'un maître de danse (Ac.1835, 1878).Plus tard je voulus tâter de la boxe. Mais j'étais si batailleur, qu'un jour, trouvant l'ouverture, je touchai sérieusement le prévôt au menton (L'OEuvre, 20 avr. 1941, p.4, col. 2).Le prévôt ne peut signer de contrats professionnels qu'avec des [boxeurs] amateurs qu'il a lui-même formés (La Gde encyclop., Larousse, t.10, 1972, p.1945).
B. − Domaine milit.Officier de gendarmerie ayant sous son commandement une prévôté (v. ce mot II). Prévôt de corps, d'armée, de division, de régiment. Grand prévôt. Commandant supérieur de la gendarmerie du quartier général d'une armée. Les grands prévôts et prévôts jugent seuls, assistés d'un greffier; ils n'ont d'ailleurs à connaître que des contraventions de police commises par des militaires, des infractions aux réglements relatifs à la discipline ou des infractions dont la peine ne peut excéder six mois de prison et 200 francs d'amende (Nouv. Lar. ill.).
C. − RELIG. (Père) prévôt. Supérieur de certains ordres religieux. Dans les monastères le prévôt gardait les clefs des archives et du trésor des chartes (Lenoir, Archit. monast., 1856, p.379).
III. − Arg., vieilli. Détenu choisi parmi les autres prisonniers pour remplir des fonctions de surveillant auxiliaire ou de chef de chambrée. Il est prévôt de sa chambrée [des prévenus] (Sue, Fleur de Marie, 1857, p.141).
Prononc. et Orth.: [pʀevo]. Ac. 1694, 1718: prevost; 1740: prevôt; dep. 1762: prévôt. Étymol. et Hist. Ca 1135 prevost nom donné à divers officiers d'ordre civil ou judiciaire (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction AB, 208); spéc. ca 1260 prevost de Paris (Étienne Boileau, Métiers, éd. G.-B. Depping, p.207); 1350 Prevost des Marchans (ds Ordonnances des rois de France, t.2, p.351); 1461 prevost des mareschaulx (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1833); de nos jours subsiste comme terme −eccl. 1288 prevoz de la salle «supérieur d'une école dépendant d'une église» (ds Doc. relatifs au comté de Champagne et de Brie, éd. A. Longnon, t.3, p.77 N); 1300 prevost «chef du chapitre d'une église collégiale» (ibid., p.131 I); −d'escr. 1616-20 prevost de sale «sous-maître d'escrime dans une salle d'armes» (D'Aub., Hist., III, 215 ds Littré); −milit. 1666 [date éd.] «officier chargé de connaître des cas criminels qui se produisent dans l'armée» (Brant., Cap. fr., t.III, p.415 ds La Curne); −d'arg. des prisons 1828 prévôt «détenu chef de chambrée» d'apr. Esn.; 1832 (Raymond: On appelle aussi, Prévôt, celui qui dans les prisons, comme le plus ancien détenu, dirige les autres prisonniers dans leur conduite intérieure). Du lat. praepositus «chef, officier», également att. en b. lat. aux sens de «chef (dans l'Église)» dep. déb. iiies. ds Blaise Lat. chrét., «chef d'une communauté de clercs ou de moines, supérieur, abbé» dep. déb. ves., ibid., «chef de monastère, mais sous l'autorité d'un abbé» dep. ves., ibid. et «officier exerçant des fonctions judiciaires» 501-523 ds St. Scoones, Les Noms de quelques officiers féodaux, p.31, en lat. médiév. «officier public» 801 ds Nierm., «magistrat communal» 1114, ibid. et «doyen d'une gilde marchande» ca 1050, ibid.; part. passé subst. de praeponere «placer devant, mettre à la tête», comp. de prae «devant» et ponere «poser, placer». Pour l'évol. sém. v. St. Scoones, op. cit., pp.29-43. Une var. propositus est à l'orig. de la forme a. fr. provost usuelle au Moy. Âge et encore att. au xviies. Fréq. abs. littér.: 340. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1181, b) 444; xxes.: a) 84, b) 148. Bbg. Scoones (S.). Les N. de qq. officiers féodaux des orig. à la fin du 12es. Paris, 1976, pp.29-45. _ Siccardo (F.). Police. Gène, 1979, p.10.

Wiktionnaire

Nom commun - français

prévôt \pʁe.vo\ masculin (pour une femme, on dit : prévôte)

  1. (Histoire) Officier ou magistrat chargé d’une juridiction ou préposé à une haute surveillance.
    • Le prévôt des monnaies.
    • Le prévôt de la maréchaussée.
    • Ceux qui l’escortent sont Marcel, ex-prévôt des marchands, et J. Choron, prévôt actuel. Les deux derniers vont mettre sur pied leurs compagnies de bourgeois. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VII)
  2. (Militaire) Commandant de la gendarmerie du quartier général d’un corps d’armée.
    • Grand prévôt, Commandant de la gendarmerie d’un quartier général d’armée.
    • Outre les missions de police générale qui leur sont dévolues par les règlements militaires, les prévôts ainsi que les officiers, gradés et gendarmes placés sous leurs ordres exercent la police judiciaire militaire, conformément aux dispositions des articles L. 211-2 etc. — (Article L411-2, Code de justice militaire (nouveau), France, 2009)
  3. (Escrime) En escrime, assistant du maître d'armes.
    • Prévôt de salle, prévôt d’armes, sous-maître d’escrime.
    • L’hôte et le Voyageur se mirent tous deux en garde ; Mitouflet, en sa qualité d’ancien prévôt des grenadiers, poussa soixante-huit bottes à Gaudissart, en le bousculant et l’adossant à la muraille. — (Honoré de Balzac, L’Illustre Gaudissart, 1832)
    • – Tirez-vous l’épée ?
      – J’étais prévôt au régiment.
      — (Octave Mirbeau, Contes et nouvelles – Gavinard, réédition Arcadia, 2002, page 75)
  4. (Boxe, Danse, Escrime, Gymnastique) Sous-maître de gymnastique, d'escrime, de culture physique, de danse et de boxe.
    • Mais l’étranger s’excusait en disant qu’autrefois, avant d’être devenu boiteux, il avait été prévôt de la salle de danse à la cour du roi de Hongrie. — (Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, Le Diable à Berlin, 1820, Traduit par Henry Egmont)
  5. (Éducation) Directeur d’un centre de formation des apprentis (CFA) chez les compagnons du devoir.
    • Damien Moiroux, 25 ans, est le prévôt des compagnons du devoir du CFA de Gelos. — (Jacques Caubet, Le prévôt des compagnons, dans La République des Pyrénées, 18 septembre 2010 [texte intégral])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÉVÔT (pré-vô ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des pré-vô-z actifs) s. m.
  • 1Nom qu'on donnait autrefois à certains magistrats ou officiers chargés d'une juridiction, ou préposés à une haute surveillance. Le lion dans sa tête avait une entreprise : Il tint conseil de guerre, envoya ses prevôts, La Fontaine, Fabl. v, 19.

    Terme féodal. Officier qui jugeait les procès pendants entre les vassaux roturiers du seigneur, et qui les conduisait à la guerre.

    Prévôt royal, premier juge royal, dont les appels ressortissaient aux bailliages ou sénéchaussées.

    Prévôt de l'hôtel, dit aussi grand prévôt de France, ou, simplement, grand prévôt, officier de la maison du roi, lequel connaissait des cas criminels qui arrivaient à la suite de la cour. Le prince de Condé, qui attendait dans Amboise auprès du roi la victoire ou la défaite de ses partisans, fut arrêté dans le château d'Amboise par le grand prévôt de l'hôtel, Antoine du Plessis Richelieu, Voltaire, Hist. parl. XXII. Un fait très longtemps ignoré, c'est la forme du jugement contre le cadavre du moine parricide [Jacques Clément] ; son procès fut fait par le marquis de Richelieu, grand prévôt de France, père du cardinal, Voltaire, Mœurs, 173.

    Prévôt de Paris, officier principal qui était chef de la juridiction du Châtelet.

    Prévôt, dans plusieurs petites villes, juge royal qui connaissait des causes entre les habitants non privilégiés. Il ne faut pas que la justice perde ses droits, monsieur le prévôt, Dancourt, le Prix de l'arquebuse, sc. 2.

    Prévôt des marchands, celui qui était le chef de l'hôtel de ville, avec une espèce d'autorité sur la bourgeoisie. Le prévôt des marchands, comme député né de la première ville du royaume, porta la parole au nom du tiers état, Voltaire, Mœurs, 76. Vous me dites que les magistrats qui régissent la douane de la littérature se plaignent qu'il y a trop de livres ; c'est comme si le prévôt des marchands se plaignait qu'il y eût à Paris trop de denrées, Voltaire, Mél. litt. à un premier commis.

    Prévôts des chirurgiens, officiers qui avaient, dans le corps des chirurgiens, des fonctions analogues à celles des jurés dans les communautés d'arts et métiers.

    Prévôt de la connétablie, officier qui commandait les gardes de la connétablie. Le prévôt de la connétablie, qui ne punit point de mort sans que le roi ou le général signent ou ordonnent la condamnation, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 98, dans POUGENS.

    Prévôt de l'île, officier qui était préposé pour veiller dans Paris et aux environs à la sûreté des grands chemins.

    Prévôt des monnaies, officier préposé à la capture des faux monnayeurs.

    Prévôt des maréchaux, dit aussi prévôt de la maréchaussée, officier préposé pour veiller à la sûreté des grands chemins dans l'étendue d'une généralité.

    Prévôt de l'armée, du régiment, officier chargé de l'inspection sur les délits qui se commettaient dans l'armée, dans le régiment. Le premier s'appelait grand prévôt.

    Prévôt général de la marine, officier qui instruisait les procès criminels des gens de mer.

    Prévôt marinier, homme dans chaque vaisseau qui a les prisonniers en garde, et qui est chargé du soin de faire nettoyer le bâtiment.

    Prévôt, dans quelques églises, cathédrales et collégiales, le bénéficier qui était le chef du chapitre.

    Prévôt général, titre du supérieur général dans quelques ordres religieux, tels que les carmes déchaussés.

    Dans les ordres militaires, celui qui a la direction des cérémonies.

  • 2Juge d'une cour prévôtale. Français, à leur sainte alliance [des corsaires barbaresques] Envoyons, pour droit d'assurance, Nos censeurs anciens et nouveaux, Et nos juges et nos prévôts, Béranger, Sainte alliance barbar.
  • 3Prévôt de salle, sous-maître d'escrime, qui montre à faire des armes sous le principal maître.

    Dans le même sens. Le prévôt d'un maître de danse.

    Il s'est dit aussi d'un aide pour les démonstrations anatomiques. M. Paulo étant mort, je fis faire l'ouverture de son corps par M. Martin, mon prévôt d'anatomie, Portal, Instit. Mém. sc. 1807, 1er sem. p. 315.

  • 4 Terme d'argot. Chef de chambrée dans les prisons.

HISTORIQUE

XIe s. E se alquen [aucun], u quens [comte], u provost, mesfeïst…, Lois de Guill. 2. Et en Bretaigne clamoit droit, Les prevoz occist et les contes, Et les baillis et les vicomtes, Brut, ms. f° 44, dans LACURNE.

XIIIe s. Et por ce dient li plusor que tuit li home ont angles [anges], et ont prevost por aus [eux] garder, Latini, Trés. p. 20. [Dieu] Qui de tous mesfais est sire, prevos et maire, Berte, LXIX.

XVe s. Ce jour pareillement se trouverent à mettre iceluy siege messire Tristan l'Hermite, prevost des mareschaus de France, pour distribuer les vivres aux gens d'armes et tenir la Justice, Berry, Chronique, p. 464, dans LACURNE.

XVIe s. De laquelle artillerie estoit conduiseur un nommé Guillaume Legier, prevost d'icelle, Jean D'Auton, Ann. de Louis XII, p. 80, dans LACURNE. Autant en est-il de tous chanoines, doyens, chapellains, prevosts, chantres et tous ceux qui vivent de benefices oisifs, Calvin, Instit. 875. Un procureur nommé le Clerc se sentit capable de faire le capitaine, pour s'estre trouvé assez bon prevost de sale, et s'estre esprouvé à batre le pavé, D'Aubigné, Hist. III, 215. Et peu souvent lui ai-je veu [à Strozze] commander à son prevost de rigoureuses justices, Brantôme, Cap. franç. t. III, p. 415, dans LACURNE. Il en est eschappé [d'une blessure] fort heureusement, et par la grace de Dieu et par la bonne main de M. Sourlin, qui est prevost des bandes françoises et un des meilleurs chirurgiens de France, Brantôme, ib. t. IV, p. 322.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « prévôt »

Provenç. prebost ; espagn. preboste ; ital. prevosto ; du latin præpositus, préposé, de præ, avant, et positus, placé (voy. POSITION). Prevost, mot ancien, est de bonne fabrique, l'accent étant sur po dans præpositus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin praepositus (« placé devant, président ») → voir préposé. (Vers 1140) prevost, provost.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prévôt »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prévôt prevo

Fréquence d'apparition du mot « prévôt » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « prévôt »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « prévôt »

  • Le prévôt à la retraite de l’UND, Tom DiLorenzo, 63 ans, a été tué par balle lors d’une tentative de vol vendredi matin
    News 24 — Un prévôt à la retraite de l'UND est mortellement abattu «par deux adolescents lors d'une tentative de vol raté» - News 24

Traductions du mot « prévôt »

Langue Traduction
Anglais provost
Espagnol preboste
Italien rettore
Allemand propst
Chinois 教务长
Arabe عميد
Portugais reitor
Russe ректор
Japonais 告発
Basque probestu
Corse preghjuntu
Source : Google Translate API

Combien de points fait le mot prévôt au Scrabble ?

Nombre de points du mot prévôt au scrabble : 9 points

Prévôt

Retour au sommaire ➦