La langue française

Robin

Définitions du mot « robin »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROBIN1, subst. masc.

A. − Vx, fam. Homme de peu, prétentieux et sot. C'est un plaisant robin (Ac.1798-1878).
B. − Vieilli, fam. [Dans certaines régions] Mouton; taureau. (Dict. xixeet xxes.).
Empl. adj., p. plaisant. En entrant, pour s'y fixer, dans ce Paradis, les robines amies de François aperçurent (...) l'agneau de La Fontaine (Jammes, Rom. du lièvre, 1903, p. 49).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔbε ̃]. Att. ds Ac. 1718-1878. Étymol. et Hist. 1. a) Subst. 1310 « palefrenier » (Fauvel, 162 ds T.-L.); ca 1350 « personnage sans considération » (Gilles Li Muisis, Poésies, II, 88, ibid.); b) adj. fin du xvies. « niais » (Brantôme, Grands capitaines ds Œuvres, éd. L. Lalanne, t. 5, p. 131, note 3); 2. a) 1458 « mouton » (Arnoul Greban, Mystère de la Passion, éd. O. Jodogne, 4763); b) 1800 « taureau » (Boiste). Forme fam. du prénom Robert, qui, dans la litt. médiév., était souvent empl. par dénigr., pour désigner notamment un paysan sot et prétentieux.

ROBIN2, subst. masc.

Péj., fam., vieilli. Homme de robe, magistrat ou homme de loi. Petit robin; mauvais robin; famille de robins. Le juge, jeune robin fat et gourmé, m'adresse les questions d'usage sur mes nom, prénoms, âge, demeure (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 87).Cette effervescence des bourgeois, (....) cette poussée des fiscaux et des robins, qu'on a appelée la Révolution (A. France, Lys rouge, 1894, p. 171).
En partic. Avocat. Maurice reconquit son grand sérieux de robin qui va plaider (H. Bazin, Qui j'ose aimer, 1956, p. 205).
REM.
Robinerie, subst. fém.,rare. Procédé digne d'un robin. − Le cas est simple, mon ami, je partirais sans aller au rendez-vous, ou j'irais au rendez-vous et je ne partirais pas. − Mauvaise robinerie (Borel, Champavert, 1833, p. 14).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔbε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. Av. 1621 (Courval-Sonnet, Satyres, Contre la corruptelle et malversation des pervers officiers de judicature, éd. P. Blanchemain, t. 77). Dér. de robe*, dans l'expr. homme de robe* longue « homme de loi », fait p. plaisant. d'apr. robin « personnage sans considération » (robin1*). Fréq. abs. littér.: 42.

Wiktionnaire

Nom commun 1

robin \ʁɔ.bɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : robine)

  1. (Vieilli) Personne de peu, prétentieuse ou sotte.
    • C’est un plaisant robin.
    • (Emploi adjectival) Avec beaucoup d’esprit, elle [Mme de Sabran] était insinuante, plaisante, robine, débauchée, point méchante, charmante surtout à table. — (Louis de Rouvroy de Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon, tome XXIX, ch. 481, H.-L. Delloye, Éditeur, Paris, 1840 (nouvelle édition, revue et corrigée), p. 252)
  2. Mouton, taureau.
    • Ils étaient plus de mille,
      Et m’ont laissé ravir notre pauvre Robin !
      Robin mouton, qui par la ville
      Me suivait pour un peu de pain,
      Et qui m’aurait suivi jusques au bout du monde !
      — (Jean de La Fontaine, Fables, livre IX, fable 19 (« Le Berger et son troupeau »))
    • (Emploi adjectival) En entrant, pour s’y fixer, dans ce Paradis, les robines amies de François aperçurent […] l’agneau de La Fontaine. — (Francis Jammes, Le Roman du lièvre, Mercure de France, Paris, 1903, p. 49)

Nom commun 2

robin \ʁɔ.bɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : robine)

  1. (Vieilli) (Péjoratif) Terme de mépris, de dénigrement ou de plaisanterie dont on se sert en parlant des gens de robe (les magistrats).
    • Les gentilshommes, lorsqu’ils discutent leurs droits, doivent aujourd’hui soumettre la cause au jugement d’un tas de robins. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Arrière, robin crotté ! place,
      Petit courtaud, petit abbé,
      Petit poète jamais las
      De la rime non attrapée !
      — (Verlaine, Romances sans paroles, Ariettes oubliées, VI, 1873)
    • Quant au mariage civil, c’est une formalité. L’importance qu’on y donne dans notre société est une niaiserie qui eût bien fait rire les femmes de l’ancien régime. Nous devons ce préjugé, comme tant d’autres, à cette effervescence des bourgeois, à cette poussée des fiscaux et des robins, qu’on a appelée la Révolution et qui semble admirable aux gens qui en vivent. C’est la mère Gigogne des bêtises. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 171)
  2. (Vieilli) (Péjoratif) Avocat.
    • La Glauquaie, séparée de nous par l’Erdre, ses tourbières, ses prés rongés de petit jonc, c’était un peu la réplique de La Fouve, mais à l’envers : une maison de mâles, habitée par deux hommes, le gros Ténor et son Ténorino. Je veux dire : maître Méliset senior, membre du Conseil de l’ordre, et maître Méliset junior, Maurice pour ses intimes, robin comme son père et comme lui avocat des conserveries nantaises. — (Hervé Bazin, Qui j’ose aimer, Grasset, 1956, p. 36)
    • Maurice reconquit son grand sérieux de robin qui va plaider. — (Hervé Bazin, Qui j’ose aimer, 1956, p. 205)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROBIN. n. m.
Terme de mépris, de dénigrement ou de plaisanterie dont on se sert en parlant des Gens de robe.

Littré (1872-1877)

ROBIN (ro-bin) s. m.
  • Terme de dénigrement. Homme de robe. Il n'a jamais eu la morgue de la magistrature, ni le mauvais ton des robins, Voyer Marq. D'ARGENSON, Mém. p. 433, dans POUGENS. C'est un homme isolé qui vit en volontaire, Qui n'est bourgeois, abbé, robin, ni militaire, Piron, Métrom. I, 1. Les prêtres et les robins aux prises pour les sacrements, D'Alembert, Lett. à Volt. 13 déc. 1756. Ma mère, en illustre personne, Dédaigna robins et traitants, Béranger, Enf. de b. maison.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « robin »

(Nom 1) (1310) Diminutif de Robert qui était employé pour désigner notamment un paysan, un sot ou un prétentieux.
(Nom 2) (avant 1621) dérivé de robe avec le suffixe -in.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « robin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
robin rɔbɛ̃

Citations contenant le mot « robin »

  • Madame robin autant j ai aimé Bedos autant vous m êtes insupportable Closermag.fr, Mort de Guy Bedos : Muriel Robin se confie depuis chez lui sur leur dernière rencontre - Closer

Images d'illustration du mot « robin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « robin »

Langue Traduction
Anglais robin
Espagnol robin
Italien pettirosso
Allemand robin
Chinois 知更鸟
Arabe روبن
Portugais robin
Russe робин
Japonais ロビン
Basque robin
Corse robina
Source : Google Translate API

Synonymes de « robin »

Source : synonymes de robin sur lebonsynonyme.fr

Robin

Retour au sommaire ➦

Partager