La langue française

Précautionner

Définitions du mot « précautionner »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉCAUTIONNER, verbe trans.

A. − Vx. Mettre quelqu'un en garde contre les dangers qu'il pourrait courir s'il ne s'entoure pas d'un minimum de précautions. Précautionner les fidèles contre l'erreur (Ac.).
B. − Empl. pronom. réfl., vieilli ou littér. Prendre ses précautions; prendre des dispositions face à une situation imprévue ou difficile. Synon. se mettre à l'abri, se prémunir.
1. Absol. Ils se passeront bien de moi pour un numéro; je ne peux pas faire l'impossible; mais il faut les prévenir afin qu'ils se précautionnent (Sand, Corresp.,t.2, 1843, p.289).Sa prévoyance est devenue de plus en plus sombre; il engendre les craintes et n'est occupé qu'à se précautionner en cas d'insuccès (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t.8, 1864, p.483):
1. ... la température est ce qu'il y a de pire au monde: un mélange de pluie, de brouillards, de chaleur (...) qui ne vaut rien pour les santés délicates. Il faut pour ne pas prendre mal se précautionner beaucoup. E. de Guérin, Lettres,1846, p.497.
2. Se précautionner contre.Prendre des mesures de prudence vis-à-vis d'une personne ou d'un événement redoutable.
a) [Suivi d'un subst. désignant une pers.] On lui remit cinq billets qui tous l'admonestoient de se précautionner contre le roi (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist.,t.4, 1831, p.333).
b) [Suivi d'un subst. désignant un inanimé abstr. ou concr.] Ce malheur ne fut cependant très réel que pour moi, mes camarades l'ayant prévu depuis plus longtemps que je n'avais fait, et s'étant précautionnés contre l'événement (Nodier, Fée Miettes,1831, p.86).Dans les bourgs isolés, dans les stations, les habitants et les squatters se précautionnaient contre toute attaque ou surprise (Verne, Enf. cap. Grant,t.2, 1868, p.158).
3. Se précautionner de.Se munir, se pourvoir par précaution de.
a) [Suivi d'un subst. désignant une pers.] Désespéré du mauvais vouloir de ses serviteurs, arrivant à douter lui-même de l'efficacité des machines, il avait dû se précautionner d'une équipe de moissonneurs, dès l'Ascension (Zola, Terre,1887, p.240).
b) [Suivi d'un subst. désignant un inanimé gén. concr.] Si, au théâtre, l'on nous sert des poulets de carton et des bouteilles de bois tourné, nous nous précautionnons, pour la vie ordinaire, de mets plus substantiels (Gautier, Fracasse,1863, p.23):
2. ... un jour, à Trianon, à table et fort enrhumé du cerveau, il [l'Empereur] eut besoin d'un mouchoir; et comme on courait le chercher, le chambellan de service (...) s'empressa de lui en présenter un dont il avait eu soin de se précautionner, et voulait reprendre l'autre. «Je vous remercie, dit l'Empereur; mais je ne me pardonnerais pas qu'on pût dire que j'ai laissé un tel toucher mon mouchoir sale.» Et il le jeta par terre. Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t.1, 1823, p.806.
Prononc. et Orth.: [pʀekosjɔne], (il) précautionne [-sjɔn]. Ac. 1694, 1718: precautionner; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist.1. Av. 1573 se précautionner contre «prendre ses précautions contre» (M. de L'Hospital, Reformat. de la Just., 4epart. [IV, 357] ds Hug.); 2. a) 1640 réponse précautionnée (Richelieu, VI, 689 ds Haschke Richelieu, p.66); b) 1689 d'une personne (Bossuet, Avert. aux prot., III, § XXV, 227 ds Brunot t.4, p.496); 3. 1678 se précautionner de «se munir de» (Saint-Réal, Conjuration des Gracques ds Dub.-Lag.); 4. a) 1682 trans. «mettre en garde quelqu'un contre quelque chose» (Id., Conf. avec M. Claude, 436, ibid.); b) 1834 précautionné «mis en garde, averti» (Sainte-Beuve, Volupté, t.1, p.3). Dér. de précaution*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 16.

Wiktionnaire

Verbe

précautionner \pʁe.ko.sjɔ.ne\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se précautionner)

  1. Prémunir quelqu’un par ses conseils contre un mal dont il est menacé.
    • Précautionner les fidèles contre l’hérésie.
  2. (Pronominal) (Courant) Prendre ses précautions.
    • Il ne parut donc pas nécessaire de se précautionner contre ces excès auxquels se portent souvent les aliénés, soit contre autrui, soit contre eux-mêmes. — (Jules Verne, Mistress Branican, chapitre V)
    • Nous nous sommes encore précautionnées de bougies, inutiles cette fois, une main bienveillante ayant accroché une grosse lanterne au-dessus de l’affiche blanche où sont inscrits nos noms. — (Willy [Henry Gauthier-Villars] et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, Le Livre de Poche, 1900, p. 188)
    • Dites-moi, docteur, peut-être serait-il sage que je me précautionne ? — (Claude Aveline, Le jet d’eau, chapitre VII)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÉCAUTIONNER (pré-kô-sio-né ; en vers, de cinq syllabes) v. n.
  • 1Prémunir contre. On l'a précautionné contre les filous de Paris.
  • 2Se précautionner, v. réfl. Se mettre en garde contre. Il [Pygmalion] ne laissait pas de se précautionner contre elle [Astarté], Fénelon, Tél. VIII. C'est aux hommes à se précautionner contre les erreurs où ils peuvent être jetés par d'autres hommes, Fontenelle, Oracl. I, 5. J'ai fait bâtir un château très commode où je me suis précautionné contre ces ennemis de la nature [les vents du nord], Voltaire, Lett. Sade, 12 fév. 1764.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « précautionner »

De précaution.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Précaution.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « précautionner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
précautionner prekotjɔne

Citations contenant le mot « précautionner »

  • De même que l’écrivain Michel de Montaigne, grand coureur de bains, venu soigner sa gravelle vers 1580. Il écrit dans son Journal de voyage : « À la vérité, tout cela est fort sauvage et ne serais d’avis d’y envoyer mes amis ! » L’auteur des « Essais » ne s’était pas fait une belle opinion de ce lieu. Dans ses « Mémoires sur les eaux thermales », Jean Thore, botaniste français de la fin du XVIIIe siècle, abonde en ce sens. Il décrit « un endroit très malsain où les environs sont couverts d’eau les trois quarts de l’année. » Plus étonnant, il présente le lieu comme un endroit dangereux. Il met en garde les futurs visiteurs : « Si l’Adour vient à déborder, toute communication est rompue ; malheur à ceux qui n’auront pas eu l’attention de se précautionner comme pour un voyage au long cours ; car si le débordement vous surprenait, on courrait le risque d’y périr de faim, si d’ailleurs on n’y est pas égorgé, puisque ce bois passe pour la retraite chérie des voleurs. » SudOuest.fr, Au cœur du Trou de Madame
  • Les trognes labourées de la mendicité nous informent sur le degré d’avancement des multiples difformités que nous développons simultanément. Pourtant, nous leur prêtons rarement attention. Un puits de science qui pue la pisse et la vinasse, cela se visite à distance. On croit l’avoir sondé à fond pour l’avoir furtivement humé en passant. Où apprend-on à se précautionner de la sorte, car il faut bien que cela s’enseigne quelque part, l’homme n’étant pas porté naturellement à l’hygiénisme ?    Club de Mediapart, Une moisson de Fraternité sur Mediapart | Le Club de Mediapart
  • L'épopée du chef nomade sonne également comme une énigme géographique : comment ses guerriers réussirent-ils à s'assujettir la moitié de l'Eurasie au pas de leurs chevaux et à la pointe de leurs flèches ? Un cinéaste s'attaquant à Genghis Khan sans posséder le sens géographique aurait vite vu s'engloutir dans le néant steppique ses efforts de peindre l'immensité de la haute Asie. Jamais ailleurs que chez les Mongols le mot du géopoliticien Yves Lacoste n'a pris tant de sens : « La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre. » La Mongolie est une immensité carcérale, un bassin aride habillé d'une maigre steppe, encadré de montagnes à l'ouest, de forêts au nord, de déserts au sud. Bref, une cuvette dont on ne peut sortir que l'arme au poing, en forçant les remparts sans trop d'espoir de retour. Le champ de bataille du film de Bodrov, celui où s'affrontèrent les clans mongols, ce sont ces steppes immenses, les regs semi-arides du Gobi, ces plaques mortifères que les Chinois crurent suffisantes pour se précautionner des « puants » du Nord et dont le réalisateur russe filme autant les douceurs - courbes des dunes et voiles des vents de sable - que l'implacable rudesse. Ce sont enfin les profondes forêts du Sud-Baïkal, bruissantes de tribus hostiles, que l'homme des steppes redoute parce que les taillis empêchent le galop et abritent l'ennemi. Après tout, si l'oeil du Mongol est bridé, c'est pour y mieux faire entrer l'immensité des plaines. Le Figaro.fr, Genghis Khan Le souverain de l'univers
  • Normalement tous les passagers clandestins qui ont eu le soin de se précautionner d’un gilet individuel de sauvetage devaient être sauvés. Généralement, les gens ne veulent pas s’affubler de gilets en liège parce qu’ils sont trop encombrants et prennent de la place sur le bateau… Tixup.com, Les noms des rescapés tunisiens à Lampedusa | Tixup.com

Images d'illustration du mot « précautionner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « précautionner »

Langue Traduction
Anglais caution
Espagnol precaución
Italien attenzione
Allemand vorsicht
Chinois 警告
Arabe الحذر
Portugais cuidado
Russe осторожность
Japonais 注意
Basque kontuz
Corse prudenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « précautionner »

Source : synonymes de précautionner sur lebonsynonyme.fr

Précautionner

Retour au sommaire ➦

Partager