La langue française

Phraseur, phraseuse

Définitions du mot « phraseur, phraseuse »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHRASEUR, -EUSE, subst. et adj.

Vieilli. (Celui, celle) ,,qui parle ou qui écrit d'une manière affectée, recherchée, verbeuse et vide`` (Ac. 1935). Synon. bavard, discoureur, palabreur.[Morières] n'était pas venu avec l'intention de roucouler, (...) il s'était efforcé de le lui faire comprendre d'une façon qui avait changé la phraseuse en pensionnaire craintive (Gyp, Leurs âmes, 1895, p.184).Zarathoustra est souvent un vieux guide, devenu phraseur à force de solitude dans les Alpes (Cocteau, Poés. crit. I, 1959, p.33).
[P. méton.] Éloquence phraseuse. La tuberculose, la délicatesse méconnue de la Dame [aux camélias], et sa mort phraseuse, autant de miroirs à vedettes (Colette, Jumelle, 1938, p.15).
Rem. V. phrasier rem. s.v. phrase.
Prononc. et Orth.: [fʀ ɑzoe:ʀ], [-a-], fém. [-ø:z]. Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930, Pt Rob., Warn. 1968 [-ɑ-]; Lar. Lang. fr. [-a-]; Martinet-Walter 1973 [-ɑ-] (11/17), [-a-] (6/17). Ac. 1798 et 1835: phrasier; dep. 1878: -seur (pas de fém.). Étymol. et Hist. 1788 (Fér., s.v. phrâse, cite M. Mallet du Pan). Dér. de phrase*; suff. -eur2*. Phraseur a supplanté phrasier «id.» (1735, Gresset, Poesies, la Chartreuse, p.31), également att. comme adj. en 1801 (Mmede Genlis, Mères riv., I, p.91 ds DG). Le subst. angl. phraser de même sens est att. dep. 1637 ds NED. Fréq. abs. littér.: 21. Bbg. Gohin 1903, p.242. _Tournier (M.). Un Vocab. ouvrier en 1848. Thèse, Paris, 1976, p.557, 558, 560.

Wiktionnaire

Nom commun

phraseur \fʁa.zœʁ\ masculin (équivalent féminin : phraseuse)

  1. Faiseur de phrases, celui qui parle ou qui écrit d’une manière affectée, ampoulée, verbeuse et vide.
    • Cet écrivain, cet homme n’est qu’un phraseur.
    • Quel ennuyeux phraseur !
    • – Vous parlez fort bien, mon cher prince. D’ailleurs, les Français sont tous un peu phraseurs… Ils ont dû inventer la salive… — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 29)
    • Si Staline sermonne les abandonneurs, les « gâcheurs » de droite, il secoue aussi les « phraseurs » de gauche, et aussi les dirigeants qui se laissent gagner de vitesse par les faits. — (Henri Barbusse, Staline : Un monde nouveau vu à travers un homme, ch. VI, Ernest Flammarion, Paris, 1935, p. 257)
    • Nous avons du mal à le croire, nous autres Français qui nous voyons rationalistes, organisés et pour tout dire très intelligents, mais aux yeux de beaucoup de nos voisins nous sommes des passionnels, des idéologues, des phraseurs, des agités, des individualistes, enfin des gens peu sûrs. — (Laurence Cossé, La Grande Arche, 2016, page 107)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PHRASEUR. n. m.
Faiseur de phrases, celui qui parle ou qui écrit d'une manière affectée, recherchée, verbeuse et vide. Cet écrivain, cet homme n'est qu'un phraseur. Quel ennuyeux phraseur! Il est familier.

Littré (1872-1877)

PHRASEUR (fra-zeur) s. m.
  • Terme familier. Faiseur de phrases, bavard. Vous vous laissez conduire par des phraseurs et de grands diseurs de riens, Babœuf, Pièces, I, 156. Fabvier me disait un jour : Vos phraseurs gâtent tout, Courier, Livret.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « phraseur »

(Siècle à préciser) Dérivé de phraser avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phraser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « phraseur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
phraseur frazœr

Citations contenant le mot « phraseur »

  • Je viens de relire ces deux livres. Le talent de Xavier ne m’impressionne plus guère : la démarque phraseuse en plein d’endroits des Illuminations voire de Bateau ivre de quelqu’un qui n’aurait pas vu que ces ouvrages sont d’abord la chronique d’un échec annoncé! La véhémence de Grall ne me touche plus guère : l’accumulation et la phrase nominale comme figures de style, en veux-tu ? en voilà ! Là où Rimbaud le voyant avec une grande économie de mots et d’images exprime ses rêves et ses espoirs, ses craintes aussi, Xavier Grall répète, comme un bateleur, redit, surenchérit, cherche trop à l’évidence l’originalité. Quant aux idées elles ne surnagent pas beaucoup de cette logorrhée fatigante : Grall se contente de proclamer les lendemains qui chantent sans en révéler la substance et il se perd dans des contradictions qui jadis ne m’avaient pas surpris parlant de la Bretagne et n’évoquant quasiment que la partie bretonnante du pays (quand il reproche à Hélias de s’en tenir à la « Bigoudénie », d’être « un écrivain cantonal »), parlant de l’Argoat et de l’Armor, des paysans et des marins, mais oubliant (ou méprisant) le peuple des villes, les prolétaires, qui ne sont pas nés avec l’exode rural mais qui erraient bien avant dans les campagnes. Mes malheureux ancêtres peuvent en témoigner ! À plusieurs reprises, Grall se présente d’ailleurs, lui et les pairs qu’il adoube, comme l’ « aristocratie » de la chose bretonne ! Gare la piétaille ! Assurer comme il le fait, que la Bretagne est le pays par excellence de la poésie et que nulle part ailleurs il n’y aurait autant de poètes ni de chanteurs pouvait enthousiasmer et faire vibrer le jeune homme que j’étais et qui s’essayait lui aussi à écrire, mais avec un peu de recul, on voit toute l’exagération, le vide de telles paroles. J’ai vécu en Alsace, en Westphalie, dans le Pays de Bade, en Occitanie, en Corse : partout après 68 j’ai pu observer le même phénomène et cette poésie qui éclatait en tout lieu tenait moins à des conditions « ethniques », à un génie « national » particulier qu’à des circonstances de vie nouvelles, à un besoin de parler, de dire et de se dire, de contester (pour la France) un centralisme étouffant, de réaffirmer ses différences et de crier ses solidarités… 7seizh.info, En relisant Xavier Grall et Per-Jakez Hélias, le « vagabond dévergondé » et « Ach, cher professeur »... par François Labbé - 7seizh.info
  • Ceci dit sans agressivité indue envers les militants de LFI, contrairement aux extravagants commentateurs compulsifs qui s'en donnent à coeur joie dans le dénigrement de ce mouvement mais dont beaucoup ont, comme par hasard, autrefois transité par la boutique paléo-trotskyste concurrente de celle du premier Mélenchon, j'ai nommé la LCR, qui fut une des autres sectes d'extrême-gauche de l'après-68, tout aussi prétentieusement phraseuse et dogmatique que l'OCI (ou que le PCMLF sur le versant mao-stal) dans le style révolutionnaire auto-proclamé pur et dur. Club de Mediapart, Méluche, un retour de trip paléo-trotskyste | Le Club de Mediapart
  • Je me suis alors mis à la recherche de quelque site qui ait de l’intérêt pour moi et qui réponde à mon désir et à ma vocation. Je n’ai pas trop usé mes doigts et fatigué leurs articulations avant de tomber sur des sites et des personnes qui disent donner des cours à distance et là j’ai fait des découvertes hallucinantes. La première est que les plateformes sont infestées d’imposteurs, de faux professeurs ou de professeurs de peu de savoir ou d’un savoir mal acquis. Je conçois bien qu’il y ait ces types de personnes car je vis avec, les côtoie presque quotidiennement et les entends souvent parler entre eux sur les terrasses des cafés un cocktail mi-français, mi-arabe. J’avoue que je ne suis pas un bon phraseur mais rien ne peut m’échapper quand il s’agit d’écouter, d’observer et de retenir. Dès qu’une discussion s’engage sur quelque sujet qui se rattache à l’actualité : la pandémie du coronavirus, la conspiration contre l’humanité, la course à la suprématie entre les grands de ce monde, la tentative de l’instauration d’un nouvel ordre mondial , avant de conclure que le coronavirus n’est pas un virus naturel mais fabriqué dans les laboratoires pour réduire de manière massive la population mondiale, je deviens aphone, aphasique et ma langue se colle à mon palais, asséchée par un manque de fraicheur et d’humidité. J’avoue que je suis peu bavard quand il s’agit de parler en français en dehors d’un cadre pédagogique ou didactique pour deux raisons que je trouve largement suffisantes. La première est que je ne suis pas un francophone et que la parlotte n’est pas là où je me trouve au mieux. La seconde est qu’il n’y a aucune raison de parler une autre langue alors que ma langue maternelle suffit largement à exprimer les choses et les idées et de la meilleure des façons. OujdaCity, L’enseignement à distance et sa crédibilité - OujdaCity
  • Dans les textes, qu’il a évidemment tous signés, il est question de filles et de gars, de séduction, d’amour, d’irrévérence, de truculence, de blasphème (mme !), de moutonnerie, de politiquement correct, et de la langue française avec laquelle Gotainer s’amuse beaucoup. L’art de la tournure, c’est son truc. Si l’on devait donner un nom à l’artisanat qu’il pratique, on pourrait dire qu’il est tournureur-phraseur. Stéphane Larue, Le chanteur Richard Gotainer de retour avec un nouvel album « Saperlipopette » | Stéphane Larue
  • Tout est vu à travers le regard du conseiller en communication interprété par Raphaël Personnaz. Un Candide qui doit lustrer ses chaussures, suivre en courant l’extravagant ministre, demander conseil à l’impassible et pragmatique chef de cabinet, Niels Arestrup et rédiger nuit et jour le fameux discours. Une tâche absurde et sans fin puisque ses brouillons, aussitôt faits, sont immédiatement jetés à la poubelle sans être lus par un Taillard de Worms imprévisible, hyperactif, phraseur, passionné d’Héraclite et incarné avec un dynamisme survolté par Thierry Lhermitte. CharenteLibre.fr, Quai d’Orsay: dans la peau de Villepin - Charente Libre.fr
  • Il est rare que Marsactu nous offre un article comique, mais celui-ci est assez réussi. M. Moraine, le phraseur en chef de la nullicipalité, l’un des petits marquis les plus détestés de cette équipe, nous offre le meilleur de lui-même : un catalogue de phrases. Marsactu, Soutien de Martine Vassal, Yves Moraine offre sa contribution en garant de l'héritage Gaudin | Marsactu

Traductions du mot « phraseur »

Langue Traduction
Anglais phraser
Espagnol phraser
Italien phraser
Allemand phraser
Chinois 短语
Arabe صياغة
Portugais fraseado
Russe phraser
Japonais 言い回し
Basque phraser
Corse phraser
Source : Google Translate API

Synonymes de « phraseur »

Source : synonymes de phraseur sur lebonsynonyme.fr

Phraseur

Retour au sommaire ➦

Partager