La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « parabole »

Parabole

Définitions de « parabole »

Trésor de la Langue Française informatisé

PARABOLE1, subst. fém.

A. −
1. Court récit allégorique, symbolique, de caractère familier, sous lequel se cache un enseignement moral ou religieux, que l'on trouve en partic. dans les livres saints et qui fut utilisé par le Christ dans sa prédication. Le Seigneur a conduit son peuple par une voie obscure, afin que ses desseins s'accomplissent. Il a parlé à son peuple en paraboles (Saint-Martin, Homme désir, 1790, p.17).[Le Messie] enseigne sur les places des cités et les marches du Temple (...). Il emprunte au sol la trame de ses paraboles et l'objet de ses images. C'est le figuier stérile dans la vigne; (...) c'est l'ivraie que l'on arrache et que l'on jette au feu, comme l'homme d'iniquité du champ céleste; c'est l'eau vive qui désaltère à jamais (Pesquidoux, Livre raison, 1932, p.201):
1. La parabole est (...) comme un composé de corps et d'âme. Le corps, c'est le récit lui-même dans son sens obvie et naturel, récit qui se tient par lui-même et ne renferme que des éléments appartenant aux réalités ordinaires. L'âme est une suite d'idées parallèles aux premières, se déroulant dans le même ordre, mais dans un plan supérieur, de sorte qu'il faut être averti et apporter de l'attention pour les saisir. Bible1912.
SYNT. Parabole biblique, évangélique, orientale, rabbinique; parabole énigmatique, obscure; citer, commenter, expliquer une parabole; se servir de paraboles; l'interprétation des paraboles; la parabole du bon samaritain, de la brebis égarée, de l'enfant prodigue, du figuier stérile, de l'ivraie et du bon grain, du lazare et du riche, de la paille et de la poutre, des vierges sages et des vierges folles.
En partic. Les paraboles de Salomon. Le livre des proverbes de Salomon. Les proverbes de Salomon sont aussi appelés les paraboles de Salomon (Ac.).
2. P. ext. Récit symbolique quelconque. Synon. allégorie, apologue, comparaison, fable.Il se fit apporter un vase de verre plein de grains de maïs noir, il y jeta quelques grains de maïs blanc (...). −Frères, vous êtes le maïs noir, les blancs vos ennemis sont le maïs blanc! (...). Une nouvelle acclamation (...) accueillit la parabole du chef (Hugo, Bug-Jargal, 1826, p.125).Le poème en prose doit aussi éviter les paraboles baudelairiennes et mallarméennes, s'il veut se distinguer de la fable (Jacob, Cornet dés, Préf., 1916, p.17):
2. Ce goût de paraboles, d'énigmes, cette habitude de parler toujours images, d'envelopper les préceptes d'un voile qui semble les conserver, durent encore en Asie; leurs poëtes, leurs philosophes, n'ont jamais écrit autrement. Florian, Fables, 1792, p.26.
B. − Fam. Parler par paraboles. Parler par allusions, en termes ambigus, détournés, obscurs. Le comte, voyant que les deux époux commençaient à parler par paraboles, prit l'air distrait (Dumas père, Monte-Cristo, t.2, 1846, p.23).
REM. 1.
Paraboliste, subst. masc.,rare, littér. [Corresp. à supra A] Auteur de paraboles. Son style [de Jésus] (...) se rapprochait (...) du tour des parabolistes hébreux (Renan, Vie Jésus, 1863, p.174).Et cela se comprend, ce groupe symboliste, outillé d'esprits si divers et de nuances différentes, où l'on voit des romanciers satiriques et mystiques comme Paul Adam (...), des parabolistes comme Bernard Lazare (Régnier, inJ. Huret, Enquête sur l'évolution littér., 1891, p.92 ds Quem. DDL t.10).
2.
Paraboler, verbe intrans.,hapax. Assis sous un arbre, il [Jésus] parabolait «Heureux les pauvres d'esprit, ceux qui ne cherchent pas à comprendre, ils travailleront dur, ils recevront des coups de pieds au cul, ils feront des heures supplémentaires qui leur seront comptées plus tard dans le royaume de mon père» (Prévert, Paroles, 1946, p.35).
Prononc. et Orth.: [paʀabɔl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Fin du xiies. parables «sentences de Salomon» (Sermons de saint Bernard sur le Cantique des cantiques, I, éd. A. Henry ds Mél. J. Horrent, 1980, p.176, 11); 1265 parabole (Justice et plaid, éd. Rapetti, p.10); 2. 1269-78 «récit allégorique sous lequel se cache un enseignement» (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 7124). Empr. au lat. eccl. parabola, parabole «récit allégorique des livres saints sous lequel se cache un enseignement», en lat. class. «comparaison, similitude», empr. au gr. π α ρ α β ο λ η ́ «comparaison», également att. au sens chrét. dans la trad. gr. du N. T. Voir aussi parole.

PARABOLE2, subst. fém.

A. − GÉOM. ,,Courbe plane décrite par un point qui se déplace de telle façon que sa distance à un point fixe appelé foyer soit constamment égale à sa distance à une droite fixe appelée directrice`` (Uv.-Chapman 1956). L'axe de symétrie, les deux branches, le foyer d'une parabole; les propriétés de la parabole. Archimède découvrit la quadrature de la parabole (Condorcet, Esq. tabl. hist., 1794, p.65).V. hyperbole ex. Gds cour. pensée math., 1948, p.65:
. ... la géométrie descriptive inventée par Monge, la nécessité du calcul des résistances, l'importance de l'aérodynamique ont familiarisé l'oeil moderne avec les courbes coniques, en particulier: ellipses, hyperboles, paraboles... Un observateur attentif constatera quel est leur empire sur l'art d'aujourd'hui et ses arrangements, depuis le tableau jusqu'au meuble ou à la céramique... Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p.171.
B. − P. ext., cour. Courbe ayant la forme approximative de la parabole géométrique.
1. [À propos d'une chose concr.] Lorsque les os maxillaires sont réunis, leur base commune représente une parabole; elle est voûtée en dessous pour former le palais, et son pourtour est occupé par les alvéoles des dents (Cuvier, Anat. comp., t.2, 1805, p.57).La courbe de tension après l'injection [d'adrénaline], a la forme d'une parabole (Josué, Godlewski dsNouv. Traité Méd.fasc. 81925, p.372).
En parabole. [Corot] demande le thème plastique directeur à une forme déjà suggérée par son sujet: il la trouve dans le saillant de la rive esquissant, à droite, un tracé en parabole (Huyghe, op.cit., p.213).
2. [À propos d'un mouvement] Le bras lancé de La Guillaumette décrivit une parabole (Courteline, Train 8 h 47, 1888, 2epart., 8, p.185).Très franche la parabole de ses jetés dessus [d'une danseuse] (Levinson, Danse, 1924, p.123).
En partic. Courbe que décrit un projectile dans l'espace. Synon. trajectoire.Une fusée qui décrit sa parabole dans le ciel (Huysmans, Art mod., 1883, p.194).
Prononc. et Orth.: [paʀabɔl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1555 géom. (B. Aneau, Trésor de Evonime Philiatre, 70 ds Fonds Barbier); 2. 1727 «courbe décrite dans l'air par un projectile» (Éloge de M. Neuton ds Hist. de l'Ac. royale des sc., Paris, 1729, p.156). Empr. au gr. π α ρ α β ο λ η ́ «comparaison, rapprochement; rencontre», également terme de math. «parabole», dér. de π α ρ α β α ́ λ λ ω «jeter quelque chose, jeter le long de, étendre le long de» (π α ρ α ́ «auprès de» et β α ́ λ λ ω «lancer, jeter»). Fréq. abs. littér.: 272. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 343, b) 293; xxes.: a) 607, b) 340.

Wiktionnaire

Nom commun - français

parabole \pa.ʁa.bɔl\ féminin

  1. (Bible, Religion) Allégorie qui abrite une idée morale. — Note : Il n’est guère usité qu’en parlant des allégories employées dans les textes chrétiens.
    • Il truffait ses sermons de paraboles modernes, d'images progressistes, magnifiés par sa verve naturelle et mordante et appuyés par un langage coloré qui choquèrent plus d'une grenouille de bénitier et d'une punaise de sacristie, mais que voulez-vous, il faut s'adapter ou périr, et le père Benoît La Poudrière n'avait aucune intention de baisser les bras face aux temps modernes. — (Thibault Gardereau, Le livre d'un croque-mort, Montréal (Québec) : VLB éditeur, 2003, p. 168)
  2. Récit allégorique.
  3. Comparaison.
  4. (Géométrie) Ligne courbe qui résulte de la section d’un cône quand il est coupé par un plan parallèle à une de ses génératrices.
    • Les paraboles sont souvent utilisées en économie.
    • […] et la nuit n’était troublée que par les brusques paraboles des fusées éclairantes qui montaient aux deux côtés du marécage et, parvenues au sommet de leur courbe, ouvraient leurs cônes blancs et s’épanchaient doucement comme des lys renversés. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p. 102)
    • Toute vie signifie, fût-ce celle d'un insecte, et le sentiment de son importance, énorme en tout cas pour celui qui l'a vécue, ou du moins de son unique singularité, augmente au lieu de diminuer quand on a vu la parabole boucler sa boucle, ou, dans des cas plus rares, l’hyperbole enflammée décrire sa courbe et passer sous l'horizon. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 157)
  5. (Audiovisuel, Télécommunications) (Par métonymie) Antenne parabolique.
    • Dans les paraboles utilisées pour la réception de la télévision par satellite, la source est directement reliée à un élément de récepteur, la tête (LNB), qui est en fait un convertisseur de fréquence à faible bruit. — (Wikipédia, Antenne parabolique)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARABOLE. n. f.
Allégorie qui renferme une idée morale. Il n'est guère usité qu'en parlant des Allégories employées dans l'Écriture sainte. Les paraboles de l'Évangile. Notre-Seigneur s'est servi de paraboles. La parabole de l'Enfant prodigue. Parler par paraboles. Les Proverbes de Salomon sont aussi appelés Les Paraboles de Salomon.

Littré (1872-1877)

PARABOLE (pa-ra-bo-l') s. f.
  • Allégorie qui renferme quelque vérité importante. La parabole a deux parties, le corps et l'âme ; le corps est le récit de l'histoire qu'on a imaginée ; et l'âme, le sens moral ou mystique, caché sous les paroles ou récit. Jésus dit toutes ces choses au peuple en paraboles, et il ne leur parlait point sans paraboles, Sacy, Bible, Évang. St Math. XIII, 34. Quand je considère attentivement dans l'Évangile la parabole ou plutôt l'histoire du mauvais riche, et que je vois de quelle sorte Jésus-Christ y parle des fortunes de la terre, il me semble d'abord qu'il ne leur laisse aucune espérance au siècle futur, Bossuet, le Tellier. Les paraboles et les comparaisons approchent fort des métaphores, et ne diffèrent d'elles qu'en un seul point, Boileau, Longin, Subl. ch. 31. La plupart des paraboles de l'Évangile sont tirées de la vie champêtre, Fleury, Mœurs des Israél. tit. XXXII, 3e part. p. 398, dans POUGENS. Que signifie la parabole de l'enfant prodigue, si ce n'est l'amour sincère préféré même à l'accomplissement le plus exact de tous les devoirs ? Staël, Corinne, X, 5.

    Nom donné quelquefois aux Proverbes de Salomon. Les Paraboles de Salomon. Salomon composa trois mille paraboles, et il fit cinq mille cantiques, Sacy, Bible, Rois, III, IV, 32.

    Dans l'Écriture, devenir la parabole des nations, devenir un objet de risée.

SYNONYME

PARABOLE, ALLÉGORIE. Il y a entre ces deux mots, non une différence de signification, mais une différence d'emploi. Allégorie est le terme générique ; parabole ne s'emploie guère qu'en parlant des allégories contenues dans les livres saints : la parabole de l'Enfant prodigue, du bon Samaritain, etc.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si dist l'en bien en nos escoles Maintes choses par paraboles, Qui moult sunt beles à entendre, la Rose, 7192.

XIVe s. Et de ce est une parabole, Oresme, Eth. 117.

XVe s. D'espoir et que vous en diroye ? C'est ung beau bailleur de parolles, Il ne parle qu'en paraboles, Orléans, Chans. 62.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARABOLE, s. f. en Géométrie ; est une figure qui naît de la section du cône, quand il est coupé par un plan parallele à un de ses côtés. Voyez Section & Conique, voyez aussi la fig. 10 des coniques.

M. Wolf définit la parabole, une courbe dans laquelle ax = y2, c’est-à-dire, dans laquelle le quarré de l’ordonnée est égal au rectangle de l’abscisse & d’une ligne droite donnée, qu’on appelle parametre de l’axe, ou latus rectum. Voyez Parametre.

Donc une parabole est une courbe du premier ordre, dans laquelle les abscisses croissant, les ordonnées croissent pareillement, cela est évident par l’équation ax = y2 ; conséquemment cette courbe ne revient jamais sur elle-même.

Décrire une parabole. Le parametre AB, (Pl. con. fig. 8.) étant donné, continuez-le jusqu’en C, & de B laissez tomber une perpendiculaire BN ; décrivez ensuite sur les diametres A1, A2, A3, &c. pris à volonté, les arcs de cercle I1, II2, III3, &c. qui coupent la ligne droite BC en 1, 2, 3, 4, 5, &c. B1, B2, B3, B4, B5, &c. représenteront les abscisses de la parabole, & BI, BII, BIII, BIV, BV, &c. les ordonnées. C’est pourquoi si les lignes B1, B2, B3, &c. sont transférées de la ligne BC, à la ligne BN, & que sur les points 1, 2, 3, 4, &c. on éleve les perpendiculaires 1I = BI, 2II = BII, 3III = BIII, &c. la courbe passant par les points I, II, III, &c. sera une parabole, & BN son axe.

On peut aussi déterminer géométriquement chaque point de la parabole : par exemple, qu’on demande si le point M est dans le parabole ou non ; tirez une perpendiculaire de M sur BN, & décrivez un demi-cercle, dont le diametre BN, soit tel que PN soit égale au parametre : si ce demi-cercle passe par M, le point M est dans la parabole.

Dans une parabole, la distance du foyer au sommet est égale au quart du parametre ; & le quarré de la demi-ordonnée est quadruple du rectangle de la distance du foyer au sommet par l’abscisse. Voyez Foyer & Conique.

Décrire une parabole par un mouvement continu. Prenant une ligne droite pour un axe, soit fA, fig. 9 . Fixez au point f une regle DB qui coupe l’axe fD à angles droits. A l’extrémité C d’une autre regle EC attachez un fil fixé par son autre extrémité au foyer ; ensuite faites mouvoir la regle CEB le long de DE, en tenant toujours le fil FMC tendu par le moyen d’un stilet M ; ce stilet décrira une parabole.

Propriétés de la parabole. Les quarrés des ordonnées sont entr’eux comme les abscisses ; & les ordonnées sont en raison sous-doublées des abscisses.

Dans une parabole, le rectangle de la demi-ordonnée par l’abscisse est au quarré de l’abscisse, comme le parametre à la demi-ordonnée. Ces deux propositions sont une suite de l’équation ax = y2.

Dans une parabole, la soutangente est double de l’abscisse, & la sous-perpendiculaire est sous-double du parametre. Voyez Soutangente & Sous-perpendiculaire.

Quadrature de la parabole. Voyez Quadrature.

Les paraboles d’un genre plus élevé sont des courbes algebriques déterminées par l’équation par exemple, par , , , , &c. Voyez Courbe.

Quelques-uns les nomment paraboloïdes : si  ; ils appellent la parabole, paraboloïde cubique. Si , ils la nomment paraboloïde biquadratique, ou paraboloïde sursolide. Voyez Cubique ; & ils appellent la parabole de la premiere espece, que nous avons déterminée ci-dessus, parabole apollonienne. Voyez Apollonien.

On doit pareillement rapporter aux paraboles les courbes dans lesquelles , comme par exemple  ; , que quelques-uns appellent des demi-paraboles. On les comprend toutes sous la commune équation , qui s’étend aux autres paraboles, par exemple, à celles dans lesquelles   .

Dans les paraboles dont l’équation est  ; si toute autre ordonnée est appellée v, & les abscisses qui y correspondent z, nous aurons , & par conséquent  ; c’est-à-dire, ∷ x : z ; donc c’est une propriété commune de ces paraboles, que les puissances des ordonnées sont en raison des abscisses. Dans les demi-paraboles , c’est-à-dire, les puissances des ordonnées sont comme les puissances des abscisses d’un degré plus bas ; par exemple, dans les demi-paraboles cubiques les cubes des ordonnées & , sont comme les quarrés des abscisses , & .

La parabole qui a pour équation , s’appelle ordinairement premiere parabole cubique ; & celle qui a pour équation , seconde parabole cubique ; & en général toute parabole qui a pour équation , s’appelle une parabole du degré t. Par exemple, la parabole dont l’équation est , s’appelle parabole du 5e degré, &c. Toutes ces paraboles ne peuvent avoir que trois figures différentes, qu’il est bon d’indiquer ici. Car 1°. soit t un nombre pair, & n un nombre impair ; il est certain qu’à une même x positive, il répondra deux valeurs égales & réelles de y ; & qu’à une même x négative, il ne répondra que des valeurs imaginaires de y. Ainsi la parabole aura la même figure BAM, fig. 10, n. 2, sect. con. que la parabole ordinaire ou apollonienne. Voyez Apollonien. 2°. t étant un nombre impair, si n est aussi un nombre impair ; il ne répondra qu’une valeur réelle & positive de y à chaque valeur positive de x, & une valeur réelle & négative de y à chaque valeur négative de x, & la parabole aura la figure BAM, fig. 10, n. 3, 3°. t étant un nombre impair, & n un nombre pair, il ne répondra qu’une valeur réelle & positive de y à chaque valeur tant positive que négative de x, & la parabole aura la figure BAM, figure 10, n. 4. 4°. Enfin, si n & t sont tous deux des nombres pairs, en ce cas m en sera un aussi, & on pourra abaisser l’équation en cette sorte ou à , &c. jusqu’à ce qu’elle retombe dans un des trois cas précédens.

C’est une erreur que de regarder (comme l’ont fait quelques géometres) l’équation , comme l’équation d’une seule & unique parabole, lorsque n & t sont tous deux pairs. Car, par exemple, soit , cette équation se décompose en ces deux-ci & ; ce qui donne le système de deux paraboles apolloniennes, qui ont des directions opposées, & qui se touchent par leur sommet, en tournant leur convexités l’une vers l’autre. En général l’équation d’une courbe n’appartient proprement à une seule & même courbe que quand on ne peut pas la décomposer en deux ou plusieurs autres équations, sur quoi voyez l’article Courbe ; voyez aussi Conjugué.

La parabole ordinaire ou apollonienne n’est qu’une ellipse infiniment alongée ; car dans l’ellipse  ; a étant le parametre, & r l’axe ; si l’on suppose que l’ellipse s’alonge infiniment, a sera infiniment petit par rapport à r, & le terme peut être regardé comme nul. Donc alors , qui est l’équation de la parabole. Cette courbe a été appellée parabole d’un mot grec qui signifie égaliser, parce que dans cette courbe le quarré de l’ordonnée est égal au rectangle du parametre par l’abscisse, au-lieu que dans l’ellipse il est moindre, & plus grand dans l’hyperbole. Voyez Ellipse, &c. (O)

Parabole, s. f. (Critiq. sacrée.) παραβολὴ, ce terme grec que nous avons reçu, signifie communément dans l’Ecriture un discours qui présente un sens, & qui en a un autre que comprennent fort bien les personnes intelligentes. Les paraboles de l’Ecriture sont des instructions détournées, des sentences où il entre des comparaisons, des emblèmes.

Cette maniere d’enseigner par des paraboles, des énigmes, des discours figurés, étoit fort du goût des Orientaux. Les prophetes s’en servoient pour rendre plus sensibles aux princes les menaces & les promesses qu’ils leur faisoient ; ils reprennent aussi souvent les infideles de leur nation sous la parabole d’une épouse adultere. Ils décrivent les violences des peuples ennemis des Juifs, sous l’idée de quelque animal féroce. Nathan reproche à David son crime, sous la parabole d’un homme qui a enlevé la brebis d’un pauvre.

Jesus-Christ adopta l’usage des paraboles, des similitudes, & des discours figurés, dans la plûpart de ses instructions, soit aux Juifs, soit à ses disciples, comme il paroît par la lecture des Evangélistes, sur quoi Clément d’Alexandrie fait une excellente remarque, c’est qu’en ce genre il ne convient pas de presser les termes, ni de demander que l’allégorie soit par-tout soutenue ; mais il s’agit de considérer seulement le sujet principal, & ne faire attention qu’au but & à l’esprit de la parabole.

Selon cette regle, il faut glisser sur les termes lorsqu’ils pechent à certains égards ; par exemple, dans la parabole des talens, Matt. xxv. 24. le serviteur dit à son seigneur, « je sais que vous êtes un homme rude, qui moissonnez où vous n’avez point semé, & qui recueillez où vous n’avez rien fourni » πρέπον n’est pas certainement trop bien observé dans ce propos ; car ce n’est pas le langage qu’un serviteur tient à son maître, ou un affranchi à son patron ; mais il doit suffire que le but de la parabole soit de peindre par de telles expressions, quoiqu’outrées, la vaine excuse d’un mauvais serviteur.

Le mot parabole désigne quelquefois une simple comparaison qui montre le rapport de deux choses ; par exemple, « comme il arriva au jour de Noé, autant en sera-t-il au jour de la venue du fils de l’homme », Matt. xxiv. 37. 2°. il signifie toute similitude obscure, Matt. xv. 15. expliquez-nous votre similitude τὴν παραβολὴν, dit Pierre à Jesus-Christ ; 3°. une simple allégorie à ce qui se passe pour les convives d’un festin ; 4°. une maxime, une sentence, comme au III. des Rois, iv. 32. où l’auteur dit que Salomon composa trois mille paraboles ; 5°. ce mot se prend dans un sens de méprise ; Dieu menace son peuple de le rendre la risée des autres, tradere in parabolam, ij. Paralip. vij. 20. enfin il signifie un discours frivole, nonne per parabolas loquitur iste ? Ezéch. xx. 49. n’est-ce point des fadaises qu’il nous conte ?

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « parabole »

Παραϐολὴ, action de mettre a côté, d'où comparaison, sorte d'apologue, de παραϐάλλειν, de παρὰ, à côté, et βάλλειν, jeter (voy. BALISTIQUE et comparez PAROLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dans son sens évangélique, du latin parabola, du grec ancien παραβολή, parabolế (« comparaison, rapprochement, rencontre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « parabole »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
parabole parabɔl
parabolé parabɔle

Citations contenant le mot « parabole »

  • Si le Christ avait pu prévoir ce qu'on lui ferait dire après son départ, il n'aurait jamais osé parler en paraboles. De Adrien Therio / Un païen chez les pingouins
  • L’arrêt du câble laisse trois choix aux abonnés. Se tourner vers internet, la parabole ou l’antenne. L'Aisne nouvelle, Les Fresnoysiens doivent choisir entre internet, la parabole ou l’antenne
  • Regardez Jésus, il prenait des mots simples, et quand ça se compliquait, il faisait des paraboles. C'est ça, un bon animateur télé. De Jacques Martin
  • La compétition sportive est une parabole qui illustre parfaitement la grande course de la vie. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • Le monde est une parabole, une énigme. Et la multitude voit, et la foule entend ; mais en vain. De Alexandra David-Néel
  • C'est en touchant le fond que l'on refait surface : toute la vie est dans cette parabole. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • Le jeu politique ressemble à ces salades qui finissent mal le marché, en été. Elles sont fanées, rejetées. Où est la fraîcheur ? J’appellerai cela la parabole de la laitue. De Michel Jobert / Le Quotidien de Paris - 10 Septembre 1980
  • Non et je ne la trouverai certainement jamais. Pourtant au moment même où je refaisais la route vers la brocante, je sentais que si je n’achetais pas cette croûte, je passais à côté de quelque chose d’essentiel et capital pour moi. Alors même que j’hésitais à en faire l’achat, dans ma tête, s’écrivait en temps réel mon histoire. C’est un peu comme lorsqu’on tire sur le fil d’une pelote de laine, on ne sait jamais jusqu’où cela nous mènera. J’ai déroulé un fil qui s’est nourri de ce que je vivais sur une période de ma vie. Il s’écrit d’ailleurs toujours au fil des représentations. C’est une parabole sur le hasard et la potentialité des choses et les valeurs de l’aventure humaine. Trois ans après la première, elle génère encore quelques réactions. ladepeche.fr, Figeac. "L’Origine du monde (46 x 55)", parabole sur l’aventure - ladepeche.fr
  • Après la parabole du semeur et celle du bon grain et de l’ivraie, des deux dimanches derniers, aujourd’hui encore ce sont trois autres paraboles qui nous sont proposées : celles du trésor, de la perle et du filet. Ces paraboles parlent de la rencontre avec Dieu, car le Royaume de Dieu dont il est question, c’est en réalité Dieu lui-même. Cette rencontre de Dieu est comparée à un trésor caché dans un champ et aussi une perle de grande valeur. Il s’agit donc d’une découverte, source de grande joie  : « Dans la joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète le champ.» Celui qui trouve une telle perte n’hésite pas à vendre aussi tout ce qu’il possède pour acheter cette perle. La Croix Africa, Homélie du dimanche: « Notre avenir sera heureux si nous savons nous attacher au trésor et à la perle du Royaume » - La Croix Africa
  • Jésus parle en paraboles qui sont des histoires très simples pour nous faire comprendre des réalités spirituelles. Dans ce texte Jésus veut nous aider à découvrir le royaume des cieux. , EVANGILE DU 26 JUILLET MARIE-ANNE FOURNEL lu par Bertrand JARDIN
  • Dimanche dernier, le Christ nous a révélé à travers la parabole du semeur, l’étrange mais admirable bonté de cœur d’un semeur tellement prodige, qu’il sème sans distinction ni restriction de terrain. Dieu ne se contente pas de semer sur un terrain fertile. Dès qu’il y a un cœur, Dieu le veut. En ce dimanche, c’est à partir de trois autres paraboles sur le royaume des cieux, à savoir celle du bon grain, de la moutarde et celle du levain, que le Christ nous révèle la miséricorde, la justice et la patience de notre Dieu, ainsi que l’espérance qu’il fonde sur chacun de nous, ses fils en mission dans le monde. La Croix Africa, Homélie du dimanche: « Dieu n’a pas créé le mal, car tout ce que Dieu a créé est bon » - La Croix Africa
  • Le père Jean-Claude revient avec un livre de Domique Collin « Mettre sa vie en paraboles ». L’occasion de revisiter les Paraboles et de se laisser habiter par le chemin qu’elles proposent jusqu’à selon les mots de l’auteur « faire de sa vie une parabole du Royaume ». , Mettre sa vie en paraboles
  • Dans l'Évangile du jour (Mt 13, 24-43), nous rencontrons à nouveau Jésus, désireux de parler à la foule en paraboles du Royaume des Cieux, a d’emblée souligné le Pape, souhaitant s’attarder sur la première des paraboles, celle de l'ivraie. «Jésus raconte que dans le champ où le bon blé a été semé, l'ivraie germe aussi, un terme qui résume toutes les herbes nuisibles qui infestent le sol», a ainsi expliqué le Souverain pontife. , Angélus: cultiver le bien qui pousse silencieusement et sauver les méchants - Vatican News

Images d'illustration du mot « parabole »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « parabole »

Langue Traduction
Anglais parable
Espagnol parábola
Italien parabola
Allemand gleichnis
Chinois 比喻
Arabe موعظة
Portugais parábola
Russe притча
Japonais たとえ
Basque parabola
Corse parabola
Source : Google Translate API

Synonymes de « parabole »

Source : synonymes de parabole sur lebonsynonyme.fr

Parabole

Retour au sommaire ➦

Partager